Œuvres complètes de Béranger/Le Carnaval de 1818

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
H. Fournier (1pp. 326-328).


LE CARNAVAL
DE 1818


Air : À ma Margot du bas en haut


On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court ! (bis.)

Des veuves, des filles, des femmes,
Tu dois craindre les épigrammes ;
Carnaval dont chacun pâtit,
Dis-nous qui t’a fait si petit.
Carnaval (bis), ah ! comment nos belles
            T’accueilleront-elles ?

On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court !

Chez nous quand si peu tu demeures,
Des prières de quarante heures [1]
Les heures qu’on retranchera
Sont tout ce qu’on y gagnera.

Carnaval (bis), ah ! comment nos belles
            T’accueilleront-elles ?

On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court !

Vendu sans doute au ministère,
Tu ne viens qu’afin qu’on t’enterre,
Quand sur toi nous avions compté
Pour quelques jours de liberté.
Carnaval (bis), ah ! comment nos belles
            T’accueilleront-elles ?

On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court !

Des ministres, oui, je le gage,
À la chambre, on te croit l’ouvrage ;
Et contre eux enfin déclaré,
Le ventre même a murmuré.
Carnaval (bis), ah ! comment nos belles
            T’accueilleront-elles ?

On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court !

Dis-moi, ta maigreur sans égale
Est-elle une leçon morale
Que chez nous, en venant dîner,
Wellington veut encor donner [2] ?

Carnaval (bis), ah ! comment nos belles
            T’accueilleront-elles ?

On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court !

En France on vit de sacrifice ;
Aurait-on craint que la police,
Toujours prête à nous égayer,
N’eût trop de masques à payer ?
Carnaval (bis), ah ! comment nos belles
            T’accueilleront-elles ?

On crie à la ville, à la cour :
Ah ! qu’il est court ! ah ! qu’il est court !

  1. La durée de ce carnaval n’était que de vingt-quatre heures.
  2. Lord Wellington, lors de l’enlèvement des chefs-d’œuvre du Musée, prétendit que nous avions besoin d’une leçon morale.