Le Centurion/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Action sociale (p. 65-70).

XV

NOUVELLES MERVEILLES


caïus à tullius


Il y a des mois que je ne t’ai pas écrit, mon cher Tullius, et j’ai bien des choses à te raconter. J’aurai bientôt perdu le souvenir de Myriam. Je croyais qu’après quelques jours je n’y penserais plus ; car enfin, je ne l’ai pas vraiment aimée et j’aurais dû même la mépriser, dès que j’ai connu le scandale de sa vie. Eh ! bien, non, le cœur a ses mystères, et quand il est pris, il est toujours difficile de rompre ses liens. J’y arrive cependant.

Tout ce que j’ai appris depuis ma dernière lettre me prouve d’ailleurs que Myriam est vraiment une âme d’élite. Son grand cœur avait un irrésistible besoin d’amour ; mais il était trop vaste pour qu’un amour humain pût le remplir. N’ayant pas trouvé dans son mari l’idéal quelle avait rêvé, elle l’a cherché ailleurs, sans le trouver, jusqu’à ce qu’elle ait rencontré ce prophète qui lui a révélé un amour que j’ignore, qu’elle ignorait elle-même, et qui lui a pris toute son âme. Car il n’est plus possible de s’y tromper, et tout Magdala en rend témoignage, l’amour de Myriam pour le Prophète est absolument idéal, spirituel, surnaturel. Ce n’est pas l’homme qu’elle aime, c’est l’envoyé de Jéhovah, c’est l’être mystérieux qui prétend avoir reçu une mission du ciel pour établir le royaume de Dieu sur la terre.

Et si je te parle ainsi, mon cher Tullius, c’est parce que depuis des mois je vis moi-même dans une atmosphère de prodiges et de merveilles qui m’envahit et me domine.

Capharnaüm où réside le Prophète est à deux heures de marche de Magdala, et tout naturellement j’apprends tout ce qu’il y fait. Cela semble incroyable.

Non seulement il guérit les infirmes, les malades, les sourds, les muets, les aveugles, les lépreux les plus abandonnés ; mais il guérit surtout les âmes. Des hommes méchants il fait des hommes de bien. Des femmes perdues comme Myriam et Photina il fait des modèles de vertu. Que dis-je ? Il commande aux démons comme nous commandons à nos esclaves, et tous lui obéissent parce qu’ils sont impuissants à lui résister.

Voilà un phénomène plein de mystère que je ne puis pas t’expliquer, mais que personne ici ne révoque en doute. Car il est constaté tous les jours devant une foule de témoins.

Il y a dans ce pays un grand nombre de malheureux qui sont possédés du démon, c’est-à-dire qui ne sont plus maîtres d’eux-mêmes, et qui font malgré eux, inconsciemment et même douloureusement tout ce que l’esprit du mal leur inspire.

Naturellement, ce ne sont pas eux qui viennent demander au Prophète de les délivrer. On les amène forcément devant lui ; alors ils poussent des cris « Que nous veux-tu ? Veux-tu nous perdre ? Laisse-nous ! Nous te connaissons : tu es le Fils de Dieu ! »

Et le Prophète qui parle toujours avec tant de douceur, dit d’un ton menaçant à l’Esprit du mal : « Tais-toi, et sors de cet homme. » Et les pauvres malheureux sont délivrés.

Je livre ce fait à tes réflexions et à tes études. Y a-t-il quelque analogie entre ces démons, et ces esprits qui s’emparaient jadis de nos sibylles et de nos pythonisses ?…

La nature obéit également au Prophète de Galilée.

Quand ses disciples ont pêché toute la nuit sans rien prendre il monte dans la barque de Simon, il lui fait jeter son filet, et les poissons s’y précipitent en si grand nombre qu’on en remplit deux barques. Et alors, il annonce à Simon sa mission future : Tu seras pêcheur d’hommes !

Quand la mer est soulevée par la tempête, et menace d’engloutir ses disciples, il lui crie : calme-toi. Et la mer devient instantanément calme.

Il y a quelques semaines, les disciples traversaient le lac en pleine nuit. Ils avaient laissé leur maître en Pérée, et ils s’en revenaient à Capharnaüm en luttant vaillamment contre le vent. Mais bientôt la tempête se déchaîne, et les vagues bondissent dans la barque. Les disciples se croient perdus. Mais soudain une forme blanche se dessine dans la nuit sombre et marche sur les eaux.

La terreur des disciples augmente ; c’est un fantôme ! crient-ils avec effroi. C’est moi ! répond la lumineuse apparition. Ne craignez point.

— Seigneur ! repart Simon Pierre, ordonnez que j’aille à vous.

— Viens, dit Jésus.

Et Pierre va au-devant du Maître en marchant sur les flots.

Et quand Jésus est monté dans la barque, non seulement la tempête s’apaise mais la barque se trouve immédiatement arrivée au rivage de Capharnaüm.

À ces récits que plusieurs témoins m’ont faits, je puis ajouter ici mon propre témoignage. Car pendant cette même nuit je traversais aussi la mer de Génésareth. Je revenais de visiter Kersa, une petite colonie romaine située sur la rive orientale. Une brise légère soufflait du sud-ouest et mes quatre rameurs poussaient mon embarcation assez lentement contre le vent ; tout à coup, la nuit devint plus sombre, et l’ouragan se déchaîna. Impossible de hisser une voile, et nous tentâmes de gagner la côte à force de rames ; mais tous nos efforts étaient impuissants, et la tempête devenait de plus en plus terrible. Le moment vint où nous nous crûmes perdus, lorsque tout à coup, instantanément, le vent cessa de souffler et la mer se calma.

Le changement s'était opéré si soudainement qu’il m’avait paru inexplicable, contraire à toutes les lois de la nature. Or, le lendemain quand j’arrivai à Capharnaüm, un disciple de Jésus me raconta ce qui s’était passé pendant la nuit. C’est son récit que j’ai fidèlement reproduit plus haut.

Mais je ne t’ai pas dit ce qu’on m’a raconté encore sur la côte orientale du lac au moment où j’allais m’y embarquer pour revenir à Capharnaüm. C’est que le jour même, non loin de Bethsaïde-Julias, le Prophète avait nourri cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants, avec cinq pains et deux poissons !

N’y a-t-il donc aucune limite à la puissance de cet homme ? S’il est le maître des éléments, des forces de la nature, de la santé, de la vie, de la mort ; s’il a un égal pouvoir sur les corps, sur les âmes, et sur les démons, il est évidemment un être surhumain.

6 octobre 781. — Magdala.