100%.png

Le Ciel est rose et bleu pour plaire à la Marquise

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les Perles rouges : 93 sonnets historiquesBibliothèque-Charpentier (p. 166-167).


LXXXIII


Le Ciel est rose et bleu pour plaire à la Marquise,
Pomponné de vapeurs aux flottants falbalas.
Il est temps de mourir pour ce qui se sent las ;
Pour se désespérer la minute est exquise.

Par tant de voluptés l’agonie est acquise :
L’heure sonne — elle tinte avec un bruit de glas.
Une ère est aux vivats ! — Une autre est aux hélas !
D’un rayon de soleil le couperet s’aiguise.


Un nuage de pourpre y met comme un caillot ;
Et le Char d’Apollon qui déplaît à la tourbe,
Dans le bassin de sang qui le mire, s’embourbe.

La tête de Phébus roule sur le billot ;
Le Grand Siècle agonise… — et sa clarté qu’il darde,
En un dernier reflet qui le baise, le farde.