Le Coran (Traduction de Savary)/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Traduction de Claude-Étienne Savary.
LE CORAN,

traduit de l’arabe, accompagné de notes, précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet, tiré des écrivains orientaux les plus estimés.

Seconde partie.
Réédition de 1821 (première édition en 1782).

Publié à Paris et Amsterdam par G. Dufour, Libraire.
◄  Chapitre XVI Sourate 17 Chapitre XVIII  ►


CHAPITRE XVII [1].
Le Voyage nocturne.
donné à La Mecque, composé de 111 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


Louange à Dieu, qui a transporté poenant la nuit son serviteur du temple de la Mecque au temple de Jérusalem, dont nous avons béni l’enceinte pour y laisser des marques de notre puissance. Dieu voit et entend.

2Nous donnâmes le Pentateuque à Moïse, pour conduire les enfans d’Israël, et nous leur défendîmes de rechercher d’autre protection que celle de Dieu.

3Nous portâmes dans l’arche Noé et sa postérité. Il fut un serviteur reconnaissant.

4Nous prédîmes aux Hébreux, dans les livres sacrés, que deux fois corrompus, ils se livreraient à des excès inouïs.

5Lorsque la première époque arriva, nous suscitâmes contre vous nos serviteurs. Ils rassemblèrent des armées formidables ; ils portèrent la guerre au sein de vos maisons ; et la prédiction fut accomplie.

6Après ce désastre, nous vous accordâmes la victoire sur vos ennemis ; nous augmentâmes votre puissance et le nombre de vos enfans.

7Ce que vous faites de bien et de mal, vous le faites à vous-mêmes. Lorsque la seconde période de vos malheurs fut venue, vos ennemis répandirent la consternation parmi vous ; ils entrèrent dans le temple, comme la première fois, et le démolirent.

8Dieu peut vous pardonner encore ; mais si vous retournez au crime, son bras est prêt à frapper. L’enfer sera la prison des méchans.

9Le Coran conduit dans la voie la plus sûre. Il promet le bonheur aux fidèles.

10Il annonce aux bienfaisans une récompense glorieuse.

11Les incrédules seront dévoués à la rigueur des supplices.

12L’homme demande le mal au lieu du bien, et il est ardent dans ses vœux.

13La nuit et le jour attestent notre puissance. Nous avons couvert la nuit d’un voile, et éclairé la face du jour, afin que vous l’employiez à chercher l’abondance. Il vous sert à compter les années et le temps. Partout brille l’empreinte de notre sagesse.

14L’homme porte son sort attaché au cou [2]. Nous lui montrerons au jour de la résurrection un livre ouvert.

15Nous lui dirons : Lis ce livre et vois toi-même ton compte.

16Suivez la lumière ou les ténèbres, c’est pour vous que vous travaillez. Vous ne porterez point le fardeau d’autrui. Nous n’avons point puni de peuple avant de l’avoir averti par la voix de nos prophètes.

17Lorsque nous voulûmes détruire une ville, nous prévînmes les principaux du peuple. Ils persistèrent dans leur aveuglement. Notre parole s’accomplit. La cité fut ensevelie sous ses ruines. 18Combien, depuis Noé, avons-nous exterminé de nations ? Toutes les fautes des hommes sont dévoilées aux yeux de l’Éternel.

19Nous dispenserons à notre gré les biens terrestres à celui qui les demandera avec ardeur. (Nous les donnons à qui il nous plaît.) Ensuite nous le précipiterons dans les brasiers de l’enfer, où il sera dévoué à l’ignominie.

20Enflammé du désir de la vie future, le croyant qui marchera dans le sentier de la justice sera agréable à Dieu.

21Nous accorderons nos grâces aux uns et aux autres. Elles ne seront refusées à personne.

22Vois comme nous avons établi des degrés parmi les hommes. Dans la vie future, les rangs seront bien plus distincts, bien plus glorieux.

23Ne donne point d’égal à Dieu, et ne reste point assis sans gloire et sans vertu.

24Dieu te commande de n’adorer que lui. Il te prescrit la bienfaisance pour les auteurs de tes jours, soit que l’un d’eux ait atteint la vieillesse, ou qu’ils y soient parvenus tous deux. Garde-toi de leur marquer du mépris ou de les reprendre, et ne leur parle qu’avec respect.

25Sois pour eux tendre et soumis, et adresse au ciel cette prière : Seigneur, fais éclater ta miséricorde pour ceux qui m’ont nourri dans mon enfance.

26Dieu lit au fond de vos cœurs. Il sait si vous êtes justes.

27Il pardonnera à ceux qui reviendront à lui.

28Rends à tes proches ce que tu leur dois. Fais l’aumône aux pauvres, aux voyageurs, et ne dissipe point follement tes richesses. 29Les dissipateurs sont les frères de Satan, et Satan fut infidèle à Dieu.

30Si tu t’éloignes de l’indigent, obligé toi-même d’avoir recours à la miséricorde divine, parle-lui au moins avec humanité.

31Ne te lie pas le bras au cou ; ne l’étends pas de toute son étendue, de peur que tu ne sois exposé au blâme ou à la mendicité.

32Dieu ouvre ou ferme ses trésors à son gré. Il voit et connaît ceux qui le servent.

33Que la crainte de l’indigence ne vous fasse pas tuer vos enfans. Nous fournirons à leurs besoins et aux vôtres. Cette action est un attentat horrible.

34Évitez la débauche. C’est un crime, et le chemin de l’enfer.

35Ne versez point le sang humain, si ce n’est en justice. Dieu vous le défend. Le meurtrier sera en la puissance des héritiers du défunt ; mais ils ne doivent point excéder les bornes qui leur sont prescrites, en exigeant sa mort, parce qu’ils sont sous la protection des lois.

36Ne touchez point aux biens de l’orphelin, à moins que ce ne soit pour les améliorer, jusqu’à ce qu’il ait atteint l’âge fixé. Observez vos engagemens. Vous en rendrez compte.

37Remplissez la mesure. Rendez la balance égale, et vous remplirez les lois de la justice et de l’honnêteté.

38Ne cherchez point à pénétrer ce que vous ne pouvez savoir ; vous rendrez compte de l’ouie, de la vue et de votre cœur.

39Ne marchez point orgueilleusement sur la terre. Vous ne pouvez ni la partager en deux, ni égaler la hauteur des montagnes.

40Toutes ces actions sont des crimes aux yeux du Tout-Puissant.

41Dieu t’a révélé cette doctrine tirée du livre de la sagesse. Ne lui donne point d’égal, de peur que tu ne sois jeté dans l’enfer, couvert d’opprobre.

42Direz-vous que Dieu vous a choisis pour ses enfans, et que du commerce avec les anges il a eu des filles ? Pouvez-vous proférer ce blasphème ?

43Nous avons voulu expliquer aux hommes leurs devoirs dans le Coran ; mais notre zèle n’a servi qu’à les éloigner de la foi.

44Dis : S’il y avait d’autres dieux que le Très-Haut, ils s’efforceraient de s’ouvrir une route jusqu’à son trône.

45Louange au Tout-Puissant ! Loin de lui ces blasphèmes !

46Les sept cieux le louent. La terre répète ses louanges. Tout ce que renferme l’univers publie ses grandeurs ; mais vous ne sauriez comprendre leurs cantiques. Le Tout-Puissant est doux et miséricordieux.

47Lorsque tu liras le Coran, nous étendrons entre toi et ceux qui ne croient pas à la vie future, un voile impénétrable.

48Nous en envelopperons leurs cœurs, afin qu’ils ne puissent comprendre. Nous mettrons un poids dans leurs oreilles.

49Lorsque tu célèbres dans le Coran un seul Dieu, ils fuient d’un pas précipité.

50Nous savons ce qu’ils entendent quand ils t’écoutent, et ce qu’ils inventent quand dans leur injustice ils disent : Nous ne suivons qu’un insensé. 51Vois à quoi ils te comparent. Ils sont dans l’erreur, et ils ne trouveront plus la vérité.

52Se peut-il, disent les incrédules, qu’après que nous serons devenus os et poussière, nous soyons ranimés de nouveau ?

53Dis-leur: Fussiez-vous pierre, fer, ou ce qu’il vous plaira, vous ressusciterez. Qui nous fera retourner à la vie ? Celui qui vous a créés la première fois. Ils secouent la tête, et demandent quand cet événement arrivera. Réponds-leur : Peut-être qu’il n’est pas éloigné.

54Un jour Dieu vous appellera du tombeau. Vous lui répondrez en publiant ses louanges. Il vous semblera n’y avoir demeuré qu’un instant.

55Recommande à mes serviteurs l’honnêteté dans les paroles, de peur que Satan ne sème la discorde entre eux. Il est l’ennemi déclaré de l’homme.

56Dieu connaît le fond des cœurs. Il peut à son gré vous pardonner ou vous punir. Nous ne t’avons point envoyé pour être leur défenseur.

57Il sait ce qui est dans les cieux et sur la terre. Nous élevâmes les prophètes les uns au-dessus des autres. Nous donnâmes à David le livre des psaumes.

58Dis-leur : Invoquez vos dieux. Ils ne pourront ni ôter, ni changer le mal qui vous oppresse.

59Ceux à qui ils adressent leurs vœux, font eux-mêmes tous leurs efforts pour s’approcher du Très-Haut. Ils attendent sa miséricorde et craignent ses châtimens terribles.

60Nous détruirons ou punirons rigoureusement toutes les villes de la terre, avant le jour de la résurrection : c’est un arrêt écrit dans le livre.

61Nous aurions accompagné ta mission de prodiges, si l’on avait cru ceux que nous opérâmes avant toi. Les Themudéens ne tuèrent-ils pas cette merveilleuse femelle de chameau que nous leur avions donnée ? Nous n’avons fait éclater des miracles que pour inspirer la terreur.

62Nous t’avons déclaré que la puissance de Dieu embrasse tous les hommes. La vision dont nous t’avons favorisé sera un sujet de tentation, ainsi que l’arbre maudit, [3] dont il est parlé dans le Coran. Il épouvantera les infidèles ; mais il n’accroîtra que leurs erreurs.

63Nous ordonnâmes aux anges d’adorer Adam. Tous se prosternèrent devant lui. Éblis seul refusa d’obéir. Adorerai-je, dit l’esprit rebelle, celui que tu as formé de boue ?

64Seigneur, ajouta-t-il, si tu diffères tes châtimens jusqu’au jour de la résurrection, j’enchaînerai la postérité de celui que tu as élevé au-dessus de moi. Peu échapperont à mes piéges.

65Va, répondit Dieu : Ceux qui te suivront, seront précipités avec toi dans l’enfer. Ils auront les tourmens pour récompense.

66Rends les hommes dociles à ta voix ; attaque-les avec tes légions ; augmente leurs richesses et le nombre de leurs enfans ; flatte-les par de douces espérances. Tes promesses seront trompeuses.

67Tu n’auras point de pouvoir sur mes serviteurs. Ma protection sera pour eux un asile assuré.

68Votre Dieu est celui qui fait voguer le navire sur les flots, afin que vous vous procuriez l’abondance. Il est plein de bonté pour vous.

69Si le malheur vous poursuit au milieu des eaux, vos dieux s’enfuiront loin de vous. Si Dieu vous délivre du péril, et vous rend à votre patrie, vous l’abandonnerez, parce que l’homme est ingrat.

70Croyez-vous être à l’abri de ses coups ? Ne peut-il ouvrir un abîme sous vos pas, ou faire fondre sur vos têtes un nuage chargé de pierres ? Où trouveriez-vous un refuge ?

71Êtes-vous sûrs qu’il ne vous ramènera point sur les mers, et que pour punir votre ingratitude, il ne déchaînera point contre vous un vent impétueux qui vous engloutira dans les eaux ? Vous n’auriez point de libérateur.

72Nous honorâmes les enfans d’Adam. Nous les portâmes sur la terre et les mers. Nous les nourrîmes d’alimens purs, et nous les élevâmes au-dessus de beaucoup de créatures.

73Un jour je rassemblerai chaque nation avec son chef. Ceux qui recevront leur livre dans la main droite le liront, et ne seront point traités injustement.

74Celui qui dans cette vie aura été aveugle, le sera dans l’autre. Il a perdu le vrai chemin.

75Peu s’en est fallu que les infidèles ne t’aient fait abandonner notre doctrine, et changer nos préceptes. Cette condescendance t’eût procuré leur amitié. 76Si nous n’avions affermi ton cœur, tu étais près de céder à leurs désirs.

77Si tu les eusses suivis, nous t’aurions fait éprouver, les infirmités de la vie et de la mort, et tu n’aurais pu éviter notre courroux.

78Peu s’en est fallu qu’ils n’aient jeté la frayeur dans ton âme, et qu’ils ne t’aient fait fuir de Médine. Ils n’y auraient pas demeuré long-temps.

79Suivant la loi établie en faveur des prophètes qui t’ont précédé, loi qui est immuable :

80Fais la prière depuis le coucher du soleil jusqu’à la nuit. Lis le Coran au point du jour. Les anges seront témoins de ta lecture.

81Lis le Coran une partie de la nuit. Ce sera un accroissement de mérites, et le Seigneur t’élèvera à un rang glorieux.

82Dis : Seigneur, fais que la vérité préside à mon entrée [4], fais qu’elle préside à ma sortie ; couvre-moi du bouclier de ta puissance.

83Dis : La vérité a paru, et le mensonge s’est dissipé comme une vapeur légère.

84Les fidèles trouveront dans le Coran leur guérison, et les grâces du Seigneur ; mais il hâtera la perte des incrédules.

85L’homme comblé de nos faveurs s’éloigne de nous dans son ingratitude. Est-il en proie au malheur ? Il se livre au désespoir. 86Dis : Chacun prend ses désirs pour lois ; mais Dieu sait celui qui marche dans le sentier du salut.

87Ils t’interrogeront sur l’âme. Dis-leur : Dieu s’en est reservé la connaissance. Il nous a laissé bien peu de lumières.

88Nous pouvons anéantir ce que nous t’avons révélé. Tu ne saurais mettre d’obstacle à nos volontés.

89La miséricorde de Dieu serait ton seul asile. Il t’a comblé de ses grâces.

90Dis : Quand l’enfer s’unirait à la terre pour produire un ouvrage semblable au Coran, leurs efforts seraient vains.

91Nous y avons donné des instructions à l’homme sur tous ses devoirs ; mais opiniâtre dans son incrédulité, il rejette la lumière.

92Les infidèles ont dit : Nous ne croirons point à ta mission, si tu ne fais jaillir de la terre une source d’eau vive ;

93Ou si du milieu d’un jardin, planté de palmiers et de vignes, tu ne fais sortir des ruisseaux ;

94Ou si tu n’abaisses la voûte des cieux, comme tu nous l’a promis en vain, et si tu ne nous fais voir Dieu et les anges à découvert ;

95Si tu ne bâtis une maison d’or, ou si tu ne montes dans les cieux par une échelle, et nous ne croirons point encore, à moins que tu ne nous envoies du ciel un livre que nous puissions lire. Dis-leur : Louange au Très-Haut ! Je ne suis qu’un homme qui vous a été envoyé.

96Les hommes n’ont point cru lorsque la vraie religion leur a été annoncée, parce qu’ils ont dit : Dieu aurait-il choisi un mortel pour être l’organe de ses volontés ? 97Réponds-leur : Si les Anges habitaient la terre, s’ils conversaient avec vous, nous vous aurions envoyé un ange pour ministre.

98Dis : Le témoignage de Dieu me suffit contr’eux. Il a l’œil ouvert sur ses serviteurs.

99Celui que Dieu conduit marche dans le vrai chemin. Ceux qu’il égare n’auront point d’abri contre sa vengeance. Nous les rassemblerons au jour de la résurrection. Aveugles, muets et sourds, ils auront le front prosterné. L’enfer sera leur demeure. Si les flammes viennent à s’éteindre, nous les rallumerons et nous en augmenterons l’ardeur.

100Ils souffriront ces tourmens parce que, rebelles à la foi, ils ont dit : Est-il possible que devenus os et poussière nous retournions à la vie?

101Ne voient-ils pas que le créateur des cieux et de la terre peut former d’autres hommes semblables à eux, et fixer le terme de leurs jours ? Cette vérité est incontestable ; mais les infidèles se refusent opiniâtrement à l’évidence.

102Dis : Si la miséricorde divine vous avait dispensé des trésors, vous n’oseriez y toucher, parce que l’homme est avare.

103Nous donnâmes à Moïse le pouvoir d’opérer sept miracles. Interroge les enfans d’Israël dont il fut le guide. Tu n’es à mes yeux, lui dit Pharaon, qu’un imposteur entouré de prestiges.

104Tu sais, lui répondit Moïse, que ces merveilles ne peuvent être que l’ouvrage du Souverain des cieux et de la terre. Ce sont des signes évidens. O Pharaon ! Je vois ta perte certaine.

105Pharaon voulut chasser les Hébreux d’Égypte. Nous l’ensevelîmes dans les eaux avec une partie de son peuple.

106Nous dîmes ensuite aux enfans d’Israël : Habitez la terre ; lorsque la promesse de la vie future sera venue, nous vous rassemblerons tous. Nous avons envoyé ce livre avec vérité. La vérité l’a apporté du ciel. Nous t’avons choisi pour annoncer aux humains nos promesses et nos menaces.

107Nous avons divisé le Coran, afin que tu puisses le lire avec des pauses. Nous l’avons envoyé par chapitres.

108Croyez ou rejetez sa doctrine ; lorsqu’on la lit à ceux qui avant sa venue reçurent la science, ils se courbent avec adoration, et s’écrient : Louange à Dieu qui a accompli ses promesses.

109Ils se prosternent en esprit, versent des larmes, et semblent augmenter leur soumission à Dieu.

110Invoquez Dieu, ou invoquez le miséricordieux ; ces deux noms sont également beaux. Ne lis ni d’un ton trop bas ni trop élevé. Tiens un juste milieu.

111Dis : Louange au Très-Haut ! Il n’a point de fils. Il ne partage point l’empire de l’univers. Il n’a point besoin d’aide. Publie ses grandeurs.


  1. Ce chapitre est nommé Esra, qui veut dire il a transporté durant la nuit. Mahomet dit seulement dans le Coran que Dieu l’a transporté pendant la nuit du temple de la Mecque dans celui de Jérusalem. Il était trop prudent pour décrire ce voyage miraculeux, imaginé pour donner du poids à la nouvelle manière de prier qu’il voulait établir. Il se contenta de le raconter de vive voix, et voyant qu’il ne prenait pas dans le public, il n’en parla plus. La tradition a transmis le voyage nocturne comme une de ces vérités que les mahométans doivent croire sans examen. Les auteurs les plus graves le regardent comme une vision. Ils soutiennent que Mahomet ne fut transporté qu’en esprit. (Voyez vie de Mahomet.)
  2. L’homme porte son sort attaché au cou. Tous les musulmans croient à la prédestination. Ils pensent que le destin de l’homme est écrit à l’instant de sa naissance. Cette opinion les rend patiens dans le malheur et hardis dans le danger.
  3. L’arbre maudit c’est l’arbre zacoum. Il s’élève du fond de l’enfer. Lorsque Mahomet assure qu’il sera un sujet de tentation, il fait allusion aux débats des infidèles qui disaient : Le feu consume les pierres, comment l’arbre zacoum peut-il croître au milieu des flammes ? Gelaleddin.

    Le zacoum est un arbre épineux qui croît en Arabie, et dont les fruits sont extrêmement amers. C’est sans doute à cause de ces qualités malfaisantes que Mahomet le place dans l’enfer.

  4. Lorsque Mahomet entra triomphant à la Mecque, le temple était environné de trois cent soixante idoles. Il les frappa avec une baguette qu’il tenait à la main, en criant jusqu’à ce quelles furent renversées : la vérité a paru, le mensonge va s’évanouir. Gelaleddin. (Voyez vie de Mahomet, huitième année de l’Hégire.)