Le Devisement du monde (français moderne)/Livre 3/Chapitre 17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Livre 3 - Chapitre 16 Le Devisement du Monde Livre 3 - Chapitre 18


XVII
Du royaume de Dragoiam.


Les hommes de ce royaume sont pour la plupart très sauvages ; ils adorent les idoles et ont un langage particulier et un roi. Ils ont une coutume parmi eux qui est que quand quelqu’un est malade, ses amis et ses parents assemblent les magiciens et les enchanteurs, pour leur demander si le malade en réchappera ; et ceux-ci répondent ce que les démons leur suggèrent. S’ils disent qu’il n’en réchappera pas, ils ferment la bouche du patient pour lui empêcher la respiration ; et ainsi le font mourir, pour qu’il ne meure pas de maladie. Puis ils dépècent sa chair, la cuisent et la mangent, et ce sont les parents et les meilleurs amis qui font cette horrible action. Ils disent pour leurs raisons que si sa chair pourrissait, elle serait convertie en vers, et que ces vers enfin, ne trouvant plus à se repaître sur son cadavre, mourraient à la fin de faim, de quoi l’âme du défunt souffrirait de grandes peines en l’autre monde. Ils enterrent les os dans les cavernes des montagnes, de peur qu’ils ne soient foulés aux pieds des hommes et des animaux. Et lorsqu’ils prennent un homme d’un pays étranger, s’il ne peut pas racheter sa vie avec de l’argent, ils le tuent et le mangent.


Livre 3 - Chapitre 16 Le Devisement du Monde Livre 3 - Chapitre 18