Le Diable à Berlin

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Diable à Berlin
Traduction par Henry Egmont .
Contes fantastiques d’Hoffmann PerrotinTome I (pp. 245-253).

En l’année mil cinq cent cinquante et une, on remarqua dans les rues de Berlin, surtout à l’heure du crépuscule et durant la nuit, un homme d’un extérieur distingué. Il portait un élégant pourpoint garni de zibeline, un haut-de-chausses très-ample et des souliers fendus dans toute leur longueur. Sa tête était couverte d’une belle barrette en velours ornée d’une plume rouge.

Il avait des manières courtoises et prévenantes, saluant poliment tout le monde, mais particulièrement les dames et les demoiselles, à qui il adressait même des propos flatteurs et galamment tournés. Ainsi il disait aux dames de qualité : « Que votre grâce daigne transmettre ses ordres à son très-humble serviteur, et lui confier les souhaits de son âme, pour qu’il puisse employer ses faibles moyens à leur accomplissement. » Et s’il parlait aux demoiselles : « Que le ciel, disait-il, vous donne un époux vraiment digne de vos attraits et de vos vertus. »

Il se comportait avec autant de bienveillance à l’égard des hommes ; il était donc peu surprenant qu’on aimât généralement l’étranger, et chacun s’empressait de venir à son aide quand il était arrêté prés des larges ruisseaux de la ville, et embarrassé de les franchir. Car, quoiqu’il fût grand et bien fait, il boitait cependant d’un pied, ce qui l’obligeait à s’aider d’une canne ; mais, quand quelqu’un lui tendait la main, il sautait alors avec lui à prés de dix pieds de hauteur et retombait de l’autre côté, quelquefois à douze pas plus loin. Cela étonnait bien un peu les gens, et plus d’un empressé avait eu de la sorte la jambe foulée ou la cheville démise. Mais l’étranger s’excusait en disant qu’autrefois, avant d’être devenu boiteux, il avait été prévôt de la salle de danse à la cour du roi de Hongrie, et que par suite, dès qu’on aidait tant soit peu son élan, l’envie de danser encore s’emparait de lui et le forçait irrésistiblement à sauter de la sorte. On se contenta de cette explication, et même on finit par s’égayer à voir tantôt un magistrat, tantôt un pasteur ou quelqu’autre personne vénérable bondir de cette étrange façon au bras de l’étranger.

Il y avait pourtant de bizarres contradictions dans sa conduite. Ainsi parfois il parcourait nuitamment les rues et heurtait aux portes des maisons. Ceux qui ouvraient les leurs étaient saisis d’effroi en le voyant enveloppé de blancs linceuls, et poussant des gémissements pitoyables. Le lendemain il allait présenter ses excuses et prétendait obéir à la nécessité d’agir ainsi, tant pour se rappeler à lui-même que pour rappeler aux personnes pieuses que leurs corps étaient périssables et leurs âmes immortelles. En disant cela, il ne manquait pas de verser quelques larmes, ce qui touchait excessivement ses auditeurs. L’étranger assistait à chaque convoi, suivant le corps d’un air révérencieux, et donnant les marques d’une affliction telle que ses gémissements et ses sanglots l’empêchaient de mêler sa voix aux cantiques religieux. Mais autant il semblait en ces circonstances pénétré de chagrin et de pitié, autant il manifestait de plaisir et de joie aux noces des bourgeois, qui se célébraient alors en grande pompe à Hôtel-de-Ville. Il chantait toujours, avec non moins de vigueur que d’agrément, et en s’accompagnant sur la guitare, une foule de chansons des plus variées ; et même il dansait pendant des heures entières avec la mariée et les demoiselles, sans se fatiguer, et dissimulant très-adroitement le défaut de sa jambe infirme. Il faisait paraître d’ailleurs dans tout cela une décence et une modestie particulières. Mais, bien mieux, et ce qui rendait surtout agréable aux jeunes mariés la présence de l’étranger, c’est qu’il avait l’habitude d’offrir à chacun des deux époux des présents d’une grande richesse, comme des chaînes et des boucles d’or, ou d’autres objets précieux.

La piété, les vertus, la libéralité et les mérites de l’étranger furent bientôt connus de toute la ville de Berlin, et, comme cela était immanquable, le bruit de sa réputation parvint aux oreilles de l’électeur. Celui-ci pensa qu’un homme aussi recommandable devait faire l’ornement de sa cour, et il lui lit demander s’il y accepterait volontiers un emploi.

Mais l’étranger lui écrivit en réponse, sur un parchemin portant une aune et demie en long et en large, et avec des caractères rouges comme le cinabre, qu’il le remerciait très-humblement de l’honneur qu’il voulait lui conférer, mais qu’il le suppliait, comme très-haut et très-puissant seigneur, de lui accorder la faveur de jouir librement de la vie paisible de bourgeois, qu’il affectionnait par-dessus tout ; qu’il avait choisi le séjour de Berlin de préférence à bien d’autres villes, parce qu’il n’avait rencontré nulle part des hommes aussi aimables, autant de pureté et de loyauté dans les mœurs, ni un penchant à la franche gaîté aussi conforme à son humeur et à sa manière de vivre.

L’électeur et ses courtisans admirèrent l’élégance du style de la lettre de l’étranger, et cette affaire n’eut pas d’autres suites.

Mais il arriva, à la même époque, que la femme du conseiller Walter Lutkens devint enceinte pour la première fois. La vieille sage-femme, Barbara Rolloffin, prédit que la gracieuse dame, aussi belle que bien portante, accoucherait à coup sûr d’un joli petit garçon : cette douce espérance mit le comble à la joie de M. Walter Lutkens.

L’étranger, qui avait figuré à la noce de M. Lutkens, était dans l’habitude de les visiter de temps à autre, et il arriva un jour, qu’étant survenu à l’improviste, il se rencontra justement avec la dame Barbara Rolloffin.

La vieille Barbara n’eut pas plus tôt aperçu l’étranger, qu’il lui échappa un cri de joie retentissant et prolongé. Les rides profondes de son visage parurent s’effacer tout-à-coup, ses lèvres et ses joues pâles s’animèrent d’un faible coloris ; enfin, elle semblait jouir d’un dernier reflet d’une jeunesse et d’une beauté congédiées depuis bien long-temps.

« Ah ! ah ! — s’écria-t-elle, est-ce réellement vous que je vois ici, messire ? daignez recevoir mes plus humbles salutations. » En même temps, Barbara Rolloffin se mit presque à genoux devant l’étranger. Celui-ci pourtant, dont les yeux projetaient des flammes, lui répondit d’un ton courroucé. Mais personne ne comprit ce qu’il dit à la vieille, qui, redevenue pâle et ridée, alla se réfugier dans un coin.

« Mon cher M. Lutkens, dit alors l’étranger au conseiller, prenez bien garde qu’il n’arrive un malheur chez vous, et veillez surtout à ce que l’accouchement de votre femme ait lieu sans accident. Il s’en faut que la vieille Barbara Rolloffin soit aussi habile dans sa profession que vous paraissez le supposer. Je la connais depuis long-temps, et je sais positivement qu’elle a plus d’une fois compromis l’accouchée et son enfant. »

Cette étrange scène avait frappé M. Lutkens et sa femme d’une certaine anxiété. Ils conçurent même le grave soupçon que Barbara Rolloffin s’adonnait à de pernicieuses pratiques, et ils ne pouvaient s’expliquer ses procédés singuliers envers l’étranger. En conséquence, ils lui défendirent de remettre les pieds sur le seuil de leur porte, et ils choisirent une autre sage-femme.

La vieille Barbara Rolloffin se mit sur cela dans une grande colère, et s’écria que M. Lutkens et sa femme se repentiraient amèrement de l’injustice dont ils la rendaient victime.

M. Lutkens vit toutes ses espérances détruites, et sa joie se changea en un chagrin mortel, quand, au lieu du joli garçon dont Barbara Rolloffin avait prophétisé la venue, sa femme mit au monde une créature horrible. Ce petit monstre avait la peau brune comme une châtaigne, de gros yeux saillants, point de nez, une paire de cornes, une bouche démesurée, une langue blanchâtre et contournée, et point de cou. Sa tête était adhérente entre les deux épaules. Son corps était gonflé et rugueux ; il avait des cuisses longues et maigres et des bras atteignant à peine ses reins.

M. Lutkens se désolait et se lamentait beaucoup. « Oh, juste ciel ! s’écria-t-il, à quoi faut-il s’attendre ? Cet enfant pourra-t-il jamais suivre les honorables traces de son père ? A-t-on jamais vu un conseiller avec une peau de châtaigne et deux cornes sur la tête ? »

L’étranger consola de son mieux le pauvre M. Lutkens. « Une bonne éducation, disait-il, a beaucoup d’influence. » Et nonobstant la forme et la figure du nouveau-né, qui n’étaient guère orthodoxes à la vérité, il osait affirmer qu’à l’aide de ses gros yeux, il promenait autour de lui des regards très-intelligents, et qu’une large dose de sagesse trouverait sa place entre les deux cornes de son front. Si l’enfant ne pouvait devenir conseiller, il serait peut-être en revanche un savant profond, un docteur renommé, gens auxquels ne messied pas la laideur, qui leur procure, au contraire, plus de considération.

Il était bien naturel que M. Lutkens, au fond du cœur, attribuât son infortune à la vieille Barbara Rolloffin, surtout quand il sut que pendant l’accouchement de sa femme, elle était venue s’asseoir au seuil de sa maison, et lorsque madame Lutkens, en outre, lui assura, en fondant en pleurs, que pendant les douleurs de l’enfantement elle avait toujours eu devant les yeux le visage repoussant de la vieille Barbara, sans pouvoir se débarrasser de cette vision.

Les soupçons de M. Lutkens avaient trop peu de fondement pour motiver une accusation en justice ; mais le ciel voulut que, peu de temps après, tous les crimes de la vieille Barbara Rolloffin fussent découverts.

Il arriva à cette époque, vers l’heure de midi, qu’un orage épouvantable éclata avec des tourbillons d’un vent impétueux ; et, en présence des passants, Barbara Rolloffin, qui se rendait justement auprès d’une femme en couche, fut emportée par les airs avec un grand fracas, par-dessus les toits et les clochers ; puis on la retrouva déposée, sans nul accident, au milieu d’une prairie hors de Berlin.

Dés-lors, il n’y eut plus moyen de douter des sortilèges malfaisants de la vieille Barbara Rolloffin ; M. Lutkens déposa sa plainte, et la vieille fut arrêtée et mise en prison. Mais elle nia d’abord tout obstinément jusqu’à ce qu’on l’appliquât à la question ; alors, ne pouvant résister à l’excès de la douleur, elle avoua que depuis long-temps, et de concert avec le démon, elle avait pratiqué la magie et les maléfices, qu’elle avait positivement ensorcelé la pauvre madame Lutkens, et avait substitué un monstre affreux à l’enfant qu’elle portait dans son sein, mais qu’en outre elle avait plusieurs fois, avec deux autres sorcières de Blumberg, auxquelles le diable avait récemment tordu le cou, tué et fait bouillir des enfants catholiques, dans le but de provoquer la disette dans le pays.

D’après le jugement, qui ne se fit pas attendre, la vieille sorcière fut condamnée à être brûlée vive sur la place du Marché-Neuf.

Le jour de l’exécution arrivé, l’on conduisit la vieille Barbara, au milieu d’une foule immense, à la place du Marché, et on la fit monter sur le bûcher dressé à cet effet. On lui ordonna d’ôter la belle pelisse dont elle était revêtue, ce qu’elle refusa de faire, et si opiniâtrement que les valets du bourreau furent obligés de l’attacher au poteau dans cet accoutrement.

Déjà le bûcher s’enflammait aux quatre coins, quand on aperçut l’étranger qui dominait comme un géant toute la foule, et lançait du côté de la vieille des regards étincelants.

D’épais nuages de fumée s’élevaient déjà, et les flammes allaient atteindre les vêtements de la vieille... Alors elle s’écria d’une voix perçante et terrible : « Satan ! Satan ! est-ce ainsi que tu remplis le pacte que tu as signé avec moi ? Au secours, Satan ! au secours ! mon temps n’est pas encore fini ! »

Soudain l’étranger disparut : de la place qu’il occupait, une grande chauve-souris s’élança avec beaucoup de bruit au milieu des flammes, et s’éleva en criant dans les airs avec la pelisse de la vieille. Le bûcher s’écroula avec fracas et s’éteignit.

Le peuple était saisi d’effroi et de stupeur. Chacun vit clairement que le magnifique étranger n’avait été rien moins que le diable en personne.

Et l’on convint qu’il devait avoir médité de bien noirs projets contre les bons Berlinois, pour s’être si long-temps comporté avec tant de piété et de bienveillance, au point que sa fourberie maudite avait trompé M. le conseiller Walter Lutkens et maints autres hommes érudits, ainsi que beaucoup de femmes sages et honorables.

Tant est grande la puissance du diable, des pièges duquel nous préserve la grâce divine !