Le Diable boiteux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TABLE GÉNÉRALE DES MATIÈRES.


Préface de Lesage. 
 1
Chapitre Ier. Quel diable c’est que le Diable boiteux. Où et par quel hasard don Cleophas Leandro Ferez Zambullo fit connoissance avec lui, 
 2
Chap. II. Suite de la délivrance d’Asmodée. 
 4
Chap. III. Dans quel endroit le Diable boiteux transporta l’écolier; et des premières choses qu’il lui fit voir. 
Chap. IV. Histoire des amours du comte de Belflor et de Léonor de Cespèdes. 
Chap. V. Suite et conclusion des amours du comte de Belflor. 
Chap. VI. Des nouvelles choses que vit don Cleophas, et de quelle manière il fut vengé de dona Thomasa. 
Chap. VII. Des prisonniers. 
Chap. VIII. Asmodée montre à don Cleophas plusieurs personnes, et lui révèle les actions qu’elles ont faites dans la journée. 
Chap. IX. Des fous enfermés. 
Chap. X. Dont la matière est inépuisable. 
Chap. XL De l’incendie, et de ce que fit Asmodée en cette occasion par amitié pour don Cleophas. 
Chap. XII. Des tombeaux, des ombres et de la mort. 
Chap. XIII. La force de l’amitié, histoire. 
Chap. XIV. Du démêlé d’un poète tragique avec un auteur comique. 
Chap. XV. Suite et conclusion de l’histoire de la force de l’amitié. 
Chap. XVI. Des songes. 
Chap. XVII. Où l’on verra plusieurs originaux qui ne sont pas sans copie. 
Chap. XVIII. Ce que le Diable fit encore remarquer à don Cleophas. 
Chap. XIX. Des captifs. 
Chap. XX. De la dernière histoire qu’Asmodée raconta: comment, en la finissant, il fut tout-à-coup interrompu, et de quelle manière désagréable pour ce démon don Cleophas et lui furent séparés. 
Chap. XXI. De ce que fit don Cleophas après que le Diable boiteux se fut éloigné de lui, et de quelle façon l’auteur de cet ouvrage a jugé à propos de le finir. 
Histoire de Gil Blas
Gil Blas au lecteur, allégorie remarquable. 
 97
LIVRE PREMIER.
Chapitre Ier. De la naissance de Gil Blas, et de son éducation. 
 98
Chap. II. Des alarmes qu’il eut en allant à Penaflor ; de ce qu’il fit en arrivant dans cette ville, et avec quel bomine il soupa. 
 99
Chap. III. De la testation qu’eut le muletier sur la route ; quelle en fut la suite, et comment Gil Blas tomba dans Carybde en voulant éviter Scylla. 
 101
Chap. IV. Description du souterrain, et quelles choses y vit Gil Blas. 
 102
Chap. V. De l’arrivée de plusieurs autres voleur dans le souterrain, et de l’agréable conversation qu’ils eurent tous ensemble. 
 103
Chap. VI. De la tentative que fit Gil Blas pour se sauver, et quel en fut le succès. 
 106
Chap. VII. De ce que fît Gil Blas, ne pouvant faire mieux. 
 107
Chap. VIII. Gil Blas accompagne les voleurs. Quel exploit il fait sur les grands chemins. 
 108
Chap. IX. De l’événement sérieux qui suivit cette aventure. 
 109
Chap. X. De quelle manière les voleurs en usèrent avec la dame. Du grand dessein que forma Gil Blas, et quel en fut l’événement. 
 110
Chap. XI. Histoire de dona Mencia de Mosquera. 
 112
Chap. XII. De quelle manière désagréable Gil Blas et la dame furent interrompus. 
 115
Chap. XIII. Par quel hasard Gil Blas sortit enfin de prison, et où il alla. 
 116
Chap. XIV. De la réception que dona Mencia lui fit à Burgos. 
 117
Chap. XV. De quelle façon s’habilla Gil Blas; du nouveau présent qu’il reçut de la dame, et dans quel équipage il partit de Burgos. 
 119
Chap. XVI. Qui fait voir qu’on ne doit pas trop compter sur la prospérité. 
 120
Chap. XVII. Quel parti prit Gil Blas après l’aventure de l’hôtel garni. 
 125
LIVRE SECOND.
Chapitre Ier. Fabrice mène et fait recevoir Gil Blas chez le licencié Sédillo. Dans quel état étoit ce chanoine. Portrait de sa gouvernante. 
 126
Chap. II. De quelle manière le chanoine, étant tombé malade, fut traité; ce qu’il en arriva; et ce qu’il laissa par testament à Gil Blas. 
 128
Chap. III. Gil Blas s’engage au service du docteur Sangrado, et devient un célèbre médecin. 
 130
Chap. IV. Gil Blas continue d’exercer la médecine avec autant de succès que de capacité. Aventure de la bague retrouvée. 
 133
Chap. V. Suite de l’aventure de la bague retrouvée. Gil Blas abandonne la médecine et le séjour de Valladolid. 
 135
Chap. VI. Quelle route il prit en sortant de Valladolid, et quel homme le joignit en chemin. 
 139
Chap. VII. Histoire du garçon barbier. 
 140
Chap. VIII. De la rencontre que Gil Blas et son compagnon firent d’un homme qui trempoit des croûtes de pain dans une fontaine, et de l’entretien qu’ils eurent avec lui. 
 148
Chap. IX. Dans quel état Diego retrouva sa famille, et après quelles réjouissances Gil Blas et lui se séparèrent. 
 150


LIVRE TROISIEME.

Chapitre I". De l’arrivée de Gil Blas à Madrid, et du premier maître qu’il servit dans cette ville. 152 Chap. II. De l’étonnement où fut Gil Btas de rencontrer à Madrid le capitaine Rolando; et des choses curieuses que ce voleur lui raconta. 153 Chap. III. Il sort de chez don Bernard de Castil Blazo , et va servir un petit-maître. 157 Chap. IV. De quelle manière Gil Blas fit con- noissance avec les valets des petits-maîtres ; du secret admirable qu’ils lui enseignèrent pour avoir , à peu de frais , la réputation d’homme d’esprit, et du serment singulier qu’ils lui fi- rent faire. 161 Chap. V. Gil Blas devient homme à bonnes for- tunes. Il fait conuoissance avec une jolie per- sonne. 163 Chap. VI. De l’entretien de quelques seigneurs sur les comédiens de la troupe du Prince. 166 Chap. VII. Histoire de don Pompeyo de Castro. 168 Chap. VIII. Quel accident obligea Gil Blas à chercher une nouvelle condition. 171 Chap. IX. Quelle personne il alla servir après la mort de don Mathias de Silva. 173 Chap, X. Qui n’est pas plus long que le précé- dent. 174 Chap. XI. Comment les comédiens vivoient en- semble, et.de quelle manière ils traitoient les auteurs. 176 Chap. XII. Gil Blas se met dans le goût du théâ- tre; il s’abandonne aux délices de la vie comique, et s’en dégoûte peu de temps après. 178

LIVRE QUATRIÈME.

Chapitre l". Gil Blas , ne pouvant s’accoutumer aux mœurs des comédiennes, quitte le service d’Arsénié, et trouve une plus honnête maison. 170 Chap. II. Comment Aurore reçut Gil Blas, et quel entretien ils eurent ensemble. 181 Chap. lll. Du grand changement qui arriva chez don Vincent, et de l’étrange résolution que l’a- mour fit prendre à la belle Aurore. 183 Chap. IV. Le mariage de vengeance. Nouvelle. 183 Chap. V. De ce que fit Aurore de Gusman lors- qu’elle fut à Salamanque. 195 Chap. VI. Quelles ruses Aurore mit en usage pour se faire aimer de don Luis de Pacheco. 199 Chap. Vil. Gil Blas change de condition, ’et il passe au service de don Gonzale Pacheco. 202 Chap. VlII. De quel caractère étoit la marquise de Chaves , et quelles personnes alloient ordi- nairement chez elle. 206 Chap. IX. Par quel incident Gil Blas sortit de chez la marquise de Chaves , et ce qu’il devint. 208 Chap. X. Histoire de don Alphonse et de la belle Séraphine. ?10 Chap. XI. Quel homme c’étoit que le vieil ermite, et comment Gil Blas s’aperçut qu’il étoit en pays de connoissance. 215

LIVRE CmQVIÈME.

Chapitre I". Histoire de don Raphaël. 217 Chap. II. Du conseil que don Raphaël et ses au- diteurs tinrent ensemble , et de l’aventure qui lui arriva lorsqu’ils voulurent sortir du bois. 243

LIVRE SIXIÈME.

Chapitre I". Ce que Gil Blas et ses compagnons firent après avoir quitté le comte de Polan; projet important qu’Ambroise forma, et de quelle manière il fut exécuté. 243 Chap. IL De la résolution que don Alphonse et Gil Blas prirent après cette aventure. 249 Chap. III. Après quel désagréable incident don Alphonse se trouva au comble de la joie, et par quelle aventure Gil Blas se vit tout à coup dans une heureuse situation. 250

LIVRE SEPTIÈME.

Chapitre I". Des amours de Gil Blas et de la dame Lorença Sephora. 251 Chap. IL Ce que devint Gil Blas après sa sortie du château de Leyva , et des heureuses suites qu’eut le mauvais succès de ses amours. 234 Chap. III. Gil Blas devient le favori de l’archevê- que de Grenade, et le canal de ses grâces. 257 Chap. IV. L’archevêque tombe en apoplexie. De l’embarras où se trouve Gil Blas , et de quelle façon il en sort. 239 Chap. V. Du parti que prit Gil Blas après que l’archevêque lui eut donné son congé. Par quel hasard il rencontra le licencié qui lui avoit tant d’obligation , et quelles marques de reconnois- sance il en reçut. 260 Chap. VI. Gil Blas va voir jouer les comédiens de Grenade. De l’étonnement où le jeta la vue d’une actrice, et de ce qu’il en arriva. 261 Chap. VIL Histoire de Laure. 264 Chap. VIIL De l’accueil que les comédiens de Grenade firent à Gil Blas , et d’une nouvelle re- connoissance qui se fit dans les foyers de la co- médie, 269 Chap. IX. Avec quel homme extraordinaire il soupa ce soir-là, et de ce qui se passe entre eux. 270 Chap. X. De la commission que le marquis deMa- rialva donna à Gil Blas, et comment ce fidèle secrétaire s’en acquitta. 271 Chap. XL De la nouvelle que Gil Blas apprit, et qui fut un coup de foudre pour lui. 272 Chap. XII. Gil Blas va loger dans un hôtel garni; il y fait connoissance avec le capitaine Chin- chilla. Quel homme c’étoit que cet officier, et quelle affaire l’avoit amené à Madrid. 274 Chap. XIII. Gil Blas rencontre à la cour son cher ami Fabrice, Grande joie de part et d’autre. Où ils allèrent tous deux , et de la curieuse con- versation qu’ils eurent ensemble. 270 Chap. XIV. Fabrice place Gil Blas auprès du comte Galiano, seigneur sicilien, 281 Chap, XV, Des emplois que le comte Galiano donna dans sa maison à Gil Blas, 282 Chap. XVL De l’accident qui arriva au smge du comte Galiano ; du chagrin qu’en eut ce seigneur. Comment Gil Blas tomba malade, et quelle lut la suite de sa maladie. 284

LIVRE HUITIÈME.

Chapitre I*’- Gil Blas fait une bonne connois- sance, et trouve un poste qui le console de l’in- gratitude du comte Galiano. Histoire de don Va- lerio deLuna. 287 Chap. IL Gil Blas est présenté au duc de Lerme, qui le reçoit au nombre de ses secrétaires ; ce mi- nistre le fait travailler, et est content de son travail. 289 Chap. III. Il apprend que son poste n’est pas sans désagrément. De l’inquiétude que lui cause cette nouvelle , et de la conduite qu elle l’oblige à tenir. 291 Chap. IV. Gil Blas gagne la faveur du duc de Ler- me, qui le rend dépositaire d’un secret impor- tant 292 Chap. V. Où l’on verra Gil Blas comblé de joie, d’honneur et de misère. 293 Chap. VI. Comment Gil Blas fit connoltre sa mi- sère au duc de Lerme, et de quelle façon ce ministre en usa avec lui. 295 Gbap. Vn. Du bon usage qu’il fit de ses quinze cents ducats ; de la première affaire dont il se mêla, et quel profit il lui en revint. 296 Chp. VllL Histoire de don Roger de Rada. 297 Chap. iX. Par quels moyens Gil Blas fit en peu de temps une Tortune considérable, et des grands airs qu’il se donna. 30i Chap. X. Les mœurs de Gil Blas se corrompent entièrement à la cour. De la commission dont le chargea le comte de Lemos , et de l’intrigue dans laquelle ce seigneur et lui s’engagèrent. 304 Chap. XL De la visite secrète et des présents que le prince d’Espagne fit à Catalina. 306 Chap. XII. Qui étolt Catalina. Embarras de Gil Blas, son inquiétude , et quelle précaution il fut obligé de prendre pour se mettre l’esprit en repos. 308 Chap. XIII. Gil Blas continue de faire le seigneur. Il apprend des nouvelles de sa famille : quelle impression elles font sur lui. Il se brouille avec Fabrice. 309

LIVRE NEUVIÉME.

Chapitbe l". Scipion veut marier Gil Blas, et lui propose la fille d’un riche et fameux orfèvre. Des démarches qui se firent en conséquence. 31 1 Chap. II. Par quel hasard Gil Blas se ressouvint de don Alphonse de Leyva, et du service qu’il lui rendit par vanité. 313 Chap. III. Des préparatifs qui se firent pour le ma- riage de Gil Blas, et du grand événement qui les rendit inutiles. 314 CuAP. IV. Comment Gil Blas fut traité dans la tour de Ségovie , et de quelle manière il apprit la cause de sa prison. 314 Chap. V. Des réflexions qu’il fit cette nuit avant que de s’endormir, et du bruit qui le réveilla. 316 Chap. VI. Histoire de don Gaston de CogoUos et de dona Helena de Galisteo. 517 Chap. VII. Scipion vient trouver Gil Blas à la tour de Ségovie, et lui apprend bien des nou- velles. 324 Ch-p. VIII. Du premier voyage que Scipion fit à Aladrid : quels en furent le motif et le succès. Gil Blas tombe malade. Suite de sa maladie. 3-25 Chap. IX. Scipion retourne à Madrid. Comment et à quelles conditions il fit mettre Gil Blas en liberté. Où ils allèrent tous deux en sortant de la tour de Ségovie, et quelle conversation ils eurent ensemble. 327 Chap. X. Ce qu’ils firent en arrivant à Madrid. Quel homme Gil Blas rencontra dans la rue ; et de quel événement cette rencontre fut suivie. 328

LIVRE DIXIÈME.

Chapitre 1". Gil Blas part pour les Asturies ; il passe par Valladolid, où il va voir le docteur Sangrado son ancien maître. Il rencontre par hasard le seigneur Manuel Ordonez , adminis- trateur de l’hôpital. 330 Chap. IL Gil Blas continue son voyage, et arrive heureusement à Oviédo. Dans quel était il re- trouva ses parents. Mort de son père ; suites de cette mort. 33’> Chap. III. Gil Blas prend la route du royaume ae Valence , et arrive enfin à Lirias ; description de son château ; comment il y fut reçu, et quelles gens il y trouva. 33G Chap. IV. Il part pour Valence, et va voir les sei- gneurs de Leyva ; de l’entretien qu’il eut avec eux , et du bon accueil que lui fit Séraphine. 338 Chap. V. Gil Blas va à la comédie, où il voit jouer une tragédie nouvelle- Succès de la pièce. Génie du public de Valence. 540 ,

Chap. VI. Gil Blas, en se promenant dans les rues de Valence, rencontre un religieux qu’il croit recounoltre ; quel homme c’étoit que ce religieux. 342 Chap. VII. Gil Blas retourne à son château de Lirias ; de la nouvelle agréable que Scipion lui apprit , et de la réforme qu’ils firent dans leur domestique. 344 Chap. VIII. Des amours de Gil Blas et de la belle Antonia. 3i5 Chap. IX. Noces de Gil Blas et de la belle Anto- nia ; de quelle façon elles se firent, quelles per- sonnes y assistèrent . et de quelles réjouissances elles furent suivies. 347 Chap. X. Suite du mariage de Gil Blas et de la belle .Antonia. Commencement de l’histoire de Scipion. 349 Chap. XL Suite de l’histoire de Scipion. 558 Chap. XII. Fin de l’histoire de Scipion. 362

LIVRE ONZIÈME.

Chapitre I". De la plus grande joie que Gil Blas ait jamais sentie , et du triste accident qui la troubla. Des changements qui arrivèrent à U cour, et qui furent cause que Santillane y re- tourna. 563 Chap. Il- Gil Blas se rend à Madrid ; il parott à la cour ; le roi le reconnoit et le recommande à son premier ministre. Suite de cette recommanda- tion. 371 Chap. III. De ce qui empêcha Gil Blas d’exécuter la résolution où il étoit d’abandonner la cour, et du service important que Joseph Navarro lui rendit. 573 Chap. IV. Gil Blas se fait aimer du comte d’OIi- varès. 374 Chap. V. De l’entretien secret que Gil Blas eut avec Navarro , et de la première occupation que le comte d’Olivarès lui donna. 374 Chap. VI. De l’usage que Gil Blas fit de ces trois cents pistoles , et des soins dont il chargea Sci- pion. Succès du mémoire dont on vient de parler. 37G Chap. VII. Par quel hasard, dans quel endroit et dans quel état Gil Blas retrouva son ami Fabrice et de l’entretien qu’ils eurent ensemble. 378 Chap. VIII. Gil Blas se rend de jour en jour plus cher à son maître- Du retour de Scipion à Ma- drid , et de la relation au’il fit de son voyage à Santillane 379 Chap. IX. Comment et à qui le comte-duc maria sa fille unique ; et des fruits amers que ce ma- riage produisit 380 Chap. X. Gil Blas rencontre par hasard le poète Nunez , qui lui apprend qu’il a fait une tragédie qui doit être incessamment représentée sur le théâtre du Prince. Du malheureux succès de cette pièce, et du bonheur étonnant dont il fut suivi. 381 Chap. XL Santillane fait donner un emploi à Sci- pion , qui part pour la Nouvelle-Espagne. 383 Chap. XII. Don Alphonse de Leyva vient à Ma- drid ; motif de son voyage. De l’affliction qu’eut Gil Blas, et de la joie qui la suivit. 3S3 Chap. Xlll. Gil Blas rencontre chez le roi don Gaston de Cogollos et don André deTordesillas ; où ils allèrent tous trois. Fin de l’histoire de don Gaston et de dona Helena de Galisteo. Quel ser- vice Santillane rendit à Tordesillas. 385 Chap. XIV. Santillane va chez le poète Nunez. Quelles personnes il y trouva, et quels discours y furent tenus 388

LIVRE DOUZIÈME.

Chapitre I«’. Gil Blas est envoyé par le ministre à Tolède. Du motif et du succès de son voyage. 298 Chap. n. Santillane rend compte de sa commission au ministre , qui le charge du soin de Taire venir Lucrèce à Madrid. De l’arrivée de cette comédienne, et de son débuta la cour. 392

Chap. IIL Lucrèce fait grand bruit à la cour, et joue devant le roi, qui en devient amoureux. Suites de cet amour. 393

Chap. IV. Du nouvel emploi que le ministre donna à Santillane. 395

Chap. V. Le fils de la Génoise est reconnu par acte authentique , et nommé don Henri-Philippe de Guzman. Santillane fait la maison de ce jeune seigneur, et lui donne toutes sortes de maîtres. 396

Chap. VL Scipion revient de la Nouvelle-Espagne. Gil Blas le place auprès de don Henri. Des éludes de ce jeune seigneur. Des honneurs qu’on lui fit, et à quelle dame le comte-duc le maria. Comment Gil Blas fut fait noble malgré lui. 397

Chap. VIL Gil Blas rencontre encore Fabrice par hasard. De la dernière conversation qu’ils eurent ensemble , et de l’avis important que Nunez donna à Santillane. 398

Chap. VHL Comment Gil Blas apprit que l’avis de Fabrice n’étoit point faux. Du voyage que le roi fit à Saragosse. 399

Chap. IX. De la révolution de Portugal, et de la disgrâce du comte-duc. 400

Chap. X. De l’inquiétude et des soins qui troublèrent d’abord le repos du comte-duc , et de l’heureuse tranquillité qui leur succéda. Des occupations de ce ministre dans sa retraite. 401

Chap. XL Le comte-duc devient toul-à-coup triste et rêveur. Du sujet étonnant de sa tristesse, et de la suite fâcheuse qu’elle eut. 402

Chap. XH. De ce qui se passa au château de Loeches après la mort du comte-duc, et du parti que prit Santillane. 403

Chap. XIU. Du retour de Gil Blas dans son château. De la joie qu’il eut de trouver Séraphine sa filleule nubile , et de quelle dame il devint amoureux. 404

Chap. XIV. Du double mariage qui fut fait à Lirias , et qui finit enfin l’histoire de Gil Blas de Santillane. 405



Histoire de Guzman d’Alfarache.

Préface du traducteur.

LIVRE PREMIER.

Chapitre l". Avant-propos. 412 Chap. H. Quels furent les parents de Guzman, et particulièrement son père. 413 Chap. IH. Guzman raconte comment son père fit connoissance avec une dame , et ce qu’il en arriva. 415 Chap. IV. Le père de Guzman se marie, et meurt peu de temps après son mariage. Suite de cette mort. 418 Chap. V Guzman quitte sa mère et sort de Se ville Sa première aventure dans une hôtellerie. 420 Chap. VI. Il rencontre un ânier et deux ecclésias- tiques. De la conversation qu’ils eurent ensem- ble, et de quelle façon lâriier et lui furent régalés dans une hôtellerie à Cantillana. 421 Chap. VIL L’hôte vole le manteau de Guzman. Grande rumeur dans l’hôtellerie. 426 Chap. Vill. Il arrive un nouveau malheur à Guz- man et à l’ânier. 427 Chap. IX. Histoire d’Ozmin et de la belle Daraxa. 430

LIVRE DEUXIÈME.

Chapitre I«». Guzman se fait garçon d’un maître d’hôtellerie. 462

Chap. IL II se dégoûte de sa condition, abandonne l’hôte et l’hôtellerie , et se rend à Madrid , où il s’associe avec des gueux. 4Gô

Chap. III. Il s’engage au service d’un cuisinier. 4G6

Chap. IV. Du service de cuisinier il repasse au métier de gueux , et vole un apothicaire. 470

Chap. V. De la rencontre qu’il fit d’un jeune homme en allant à Tolède, et de ce qui se passa entre eux, 473

Chap. VI. Il arrive à Tolède. Il y fait le person- nage d’un homme à bonnes fortunes. Détail de ses aventures galantes. 474

Chap. VIL Suite des galanteries de Guzman, et quelle en fut la fin. 479

Chap. VIII. Guzman prend une fausse alarme et sort brusquement de Tolède. Autre aventure galante. Origine de ce proverbe : A Malagon, dans chaque maison tin larron, et dans celle de l’alcade le père et le fils. 431

Chap. IX. Guzman se présente pour servir dans une compagnie de nouvelles levées. Comment il est reçu du capitaine , et de quelle façon ils vivent ensemble. 483

Chap. X. Guzman se rend avec la compagnie à Barcelonne. Il y joue un tour à un orfèvre , et s’embarque pour l’Italie. 485

livre TROISIÈME.

Chapitre I". Guzman, arrivé à Gênes, prend la résolution d’aller se présenter devant ses parents. De quelle manière ils le reçoivent. 488

Chap. IL Du parti que Guzman prit en sortant de Gênes. 490

Chap. IIL Les lois de la gueuserie. 492

Chap. IV. De l’aventure désagréable qui arriva au pauvre Guzman , en gueusant dans la ville de Rome pendant le temps de la méridienne. 493

Chap. V. De l’agréable vie que Guzman menoit avec ses confrères. Relation du voyage qu’il fit à Gaëte. Histoire d’un gueux qui mourut à Flo- rence. 495

Chap. VI. De la compassion que Guzman fit à un cardinal , et quelle en fut la suite. 498

Chap. VIL II devient page de son éminence, et fait mille espiègleries, 500

Chap. VIII. Guzman continue de faire des tours de main chez le cardinal , qui lui donne enfin son congé. 503

Chap. IX. II entre au service de l’ambassadeur d’Espagne. Caractère de ce ministre. Nouvelles espiègleries de Guzman. 507

Chap. X. De la pièce que fit Guzman à un capitaine et à un avocat qui vinrent un jour dîner chez l’ambassadeur, sans y avoir été invités, 510

Chap. XL L’ambassadeur devient amoureux d’une dame romaine. Guzman entreprend de servir son amour. Succès de cette galante entreprise. 511

Chap, XIÏ. De l’aventure du cochon, et quelle en fut la suite. 515

LIVRE quatrième.

Chapitre I". Guzman prend la résolution de sortir de Rome, et de parcourir toute l’Italie, pour y voir ce qu’il y a de plus curieux. 515

Chap, IL Les amours de Dorido et de Clorinia, ou Histoire des mains coupées. 518

Chap. III. Guzman quitte enfin le séjour de Rome. Il arrive à Sienne , et va descendre chez son ami Pompée, qui lui apprend de mauvaises nouvelles. 523 Chap. IV. Guzman, à quelques milles de Sienne, rencontre Sayavedra, le prend à son service, et l'emmène avec lui à Florence. 32C

Chap. V. Guzman paroit à la cour du grand-duc. Une dame devient amoureuse de lui. 5i7 ,

Chap. VI. Suite et dênoùnicnt de cette belle intrigue. 531

Chap. VII. Guzman prend le chemin de Bologne, dans l’espéranre de rencontrer dans cette ville Alexandre lîcnlivoglio, son voleur, et de le poursuivre en jusiice. 557

Chap. Vlll. Guzman, se voyant hors de prison, se dispose à partir pour Milan; mais une occasion de gagner de l’argent lui fait différer son départ. " 340

Chap. IX. Sayavedra , pour désennuyer Guzman sur la route, lui raconte l’histoire de sa vie. 544

LIVRE CINQUIÈME

Chapitre I". De l’entreprise hardie que formèrent Guzman et Sayavedra dans la ville de Milan. 547 ;

Chap. II. Quel fut le succès de cette fourberie. 551 i

Chap. III. De la part que Guzman fit de ce vol à ses associés , et de la route qu’il prit en sortant de Milan. 554

Chap. IV. De son arrivée à Gènes, et de la gracieuse réception que lui firent ses parents lorsqu’ils apprirent qui il étoit. 555 :

Chap. V. Guzman donne un grand repas à ses parents, el leur fait payer leur écot. 559

Chap. VI. Guzman , après avoir volé ses parents, s’étant embarqué pour repasser en Espagne, court risque de périr, et a le malheur de perdre Sayavedra. 563

LIVRE SIXIÈME.

Chapitre I". Guzman s’avance vers Saragosse. Il fait connoissance avec une jeune veuve. Il en devient amoureux. Progrés et fin de cette nouvelle passion. 564

Chap. II. Guzman part pour Madrid , où il s’engage dans une nouvelle galanterie, dont la fin ne fut pas si agréable pour lui que le commencement. 57:!

Chap. III. Guzman recherche la fille du banquier, et l’épouse. Suites de ce mariage. 577

Chap. IV. Guzman, après la mort de sa femme, veut embrasser l’étal ecclésiastique. Il va pour cet effet étudier à Alcala de Henarès. Fruit de ses études. 580

Chap. V. Guzman se remarie à Alcala , et revient peu de temps après demeurer à Madrid, avec sa nouvelle épouse. 584

Chap. VI. Guzman el sa femme, ayant été chassés de Madrid pour leurs bonne vie et mœurs , vont à Séville. Guzman retrouve là sa mère. Suites de cette rencontre. 588

Chap. VII. Guzman, après la fuile de sa femme, demeure quelque temps avec sa mère. Par quelle ruse il devient ensuite inteudaut d’une femme de qualité. 590

Chap. VIII. Pourquoi Guzman perd loul-à-coup l’aniilié de sa maîtresse , el pour quelle raison il est condamné aux galères. 593

Chap. IX. Guzman est mené au port Sainte-Marie avec d’autres honnêtes gens comme lui. Ses aventures en chemin et sur les galères. 595

Chap. X. Guzman se trouve dans la plus cruelle situation où il se soit jamais trouvé ; mais le ciel finit tout à-coup ses peines, et lui fait recouvrer la liberté. 597


Le Bachelier de Salamanque.

Chapitre Ier. De la famille et de l’éducation de don Chérubin. A la mort de son père, un de ses parents le reçoit chez lui. Ses progrès dans l’étude. Il part pour Madrid , et fait connoissance avec un curé. Entretien de ce curé sur l’emploi que don Chérubin veut exercer. 601

Chap. II. De la première maison où don Chérubin fut précepteur. Quels étoient les enfants qu’il avoit à élever. Imprudence d’un père. 60’J

Chap. III. Don Chérubin va offrir ses services à un conseiller du conseil de Castille. De l’entretien singulier qu’il eut avec ce magistrat. Sa réponse, et ce qu’il fit. 605

Chap. IV. Le père Thomas, religieux de la Merci . place le bachelier chez le marquis de Buendia. Caractère de l’enfant qu’on lui donne à instruire. Il sort de celle maison. Pourquoi? 604

Chap. V. Le bachelier de Salamanque devient le précepteur du fils d’un contador. Sa joie d’entrer dans une aussi bonne maison. 1! est payé d’avance. Il devient amoureux dune jeune suivante. Son rival le fait renvoyer. 606

Chap. VI. Ce que devient le bachelier au sortir de chez le contador. Ses réflexions sur sa conduite. Son hôte le fait entrer chez une veuve. Caractère de celle dame. Don Chérubin, de précepteur qu’il éloit , devient intendant. Inclination de cette veuve pour lui. Entrelien de la dame Rodriguez. Sujet de cet entrelien, et quel en fut le fruit. 607

Chap VII. Comment don Chérubin , sur le point d’être l’époux de dona Louise de Padilla, perdit toul-à-coup l’espérance de le devenir. Il est arrêté. Sa frayeur de se voir avec des spadassins. Description du souper qu’il fit , et de sa compagnie. Il sort nuitamment de Madrid. 609

Chap. VIII. De l’arrivée de don Chérubin à Tolède, et de la première éducation qu’il entreprit. Mauvais caractère de son écolier , qui le prend en aversion. Comment il est congédié. 610

Chap. IX. Conversation curieuse de don Chérubin avec un précepteur biscayen de ses amis. Fruit qu’il tire de cette conversation. Il entre au service dune marquise. Caprice et goût singulier de cette dame pour les romans. Don Chérubin devient éperdùmenl amoureux de sa maitresse. Effet que produit son amour. Il la quitte cependant. Ses raisons. 612

Chap. X. Notre bachelier devient précepteur du neveu d’un joaillier de Cuença. Par ses soins et ceux du seigneur Diego Cintillo, il fait un moine de son écolier. Rencontre fâcheuse qu’il fait. Il retourne à Madrid. 614

Chap. XI. Don Chérubin retourne à Madrid , où il rencontre par hasard un homme qui lui dit des nouvelles de dona Louise de Padilla. Cette dame le fait entrer au service du duc d’Uzède en qualité de secrétaire en second. Connoissance qu’il fait de don Juan de Salzedo. Foible de ce don Juan. Description d’un bal où don Chérubin se trouve. Il part pour Naples en qualité de courrier extraonlinaire du comte dUrenna. 616

Chap. XII. De quelle manière don Chérubin est reçu du vice-roi de Naples, et des entreliens qu’ils eurent ensemble. Il reçoit des présents considérables du duc el de la duchesse , ce qui le met au comble de la joie. Il retourne à Madrid. 617

Chap. XIII. Don Juan Tollés épouse la fille du duc d’Uzède. Suite de ce mariage. Du nouveau parti que prit don Chérubin. 61D

CHAP. XIV. Don Chérubin rencontre le petit /c’ncié Carambolïi. De l’entretien qu’il eut avec lui. Aventure plaisante arrivée au licencié, Quelle en est la suite. 620

CHAP. XV. Don Chérubin fait connoissance avec un aimable cavalier, nonuné don Manuel de Pedriila. De quelle façon ils passoient le temps ensemble. De l’agréable surprise où se trouva un soir don Chérubin en soupant avec des dames. Ce qu’elles étoient. Leurs entretiens. 621

Chap. XVI. Don Chérubin de la Ronda va dîner chez sa sœur. Ils se racontent ce qui leur est arrivé depuis leur séparation. Histoire et aventures galantes de dona Francisca. 622

Chap. XVll. Dona Francisca va se présenter à la comtesse de Saint-Agni. De la réception gracieuse que celte dame lui (it, et de l’entretien qu’elles eurent ensemble. Caractère de la comtesse. Dona Francisca hérite de mille pistoles. Ses regrets sur la mort de la comtesse. Résolution qu’elle prend avec Damiana. 623

Chap. XVIIL Dans quelle ville Francisca et Damiana résolurent daller s’établir, et des aventures qui leur y arrivent. Enlèvement de dona Francisca. Suite de cet enlèvement. 627

Chap. XIX. Des nouvelles conquêtes que dona Francisca fit à Cordoue Elle devient infidèle à son premier amant , pour suivre un prétendu valet du commandeur , et part pour Grenade. 629

CtiAP. XX. Quel homme c’étoil que don l’ompcio. De l’aveu sincère et de la proposition qu’il fit à dona Francisca , lorsqu’il l’eut épousée. Elle se console aisément de la supercherie de son mari. Elle consent à ce qu’il lui propose. 632

Chap. XXI. Dona Francisca entre dans la troupe des comédiens de Grenade. Comment elle fut reçue du public, et du grand nombre de seigneurs que ses talents et ses appas attachèrent à son char. Son mari lui procure le comte de Cantillana pour amant. Elle le reçoit par obéissance pour son mari. 6ô3

Chap. XXII. Des nouveaux présents que le comte de Cantillana fait à dona Francisca. Des attentions qu’il eut pour elle. Un autre de ses amants lui envoie pour présent des diamants de prix. Elle les refuse. Son amant favori , en reconnoissance de ce relus, lui fait la donation d’un château magnifique. De quelle manière finit un aussi tendre engagement. 636

Chap. XXIII. Ce que fit dona Francisca après le départ du comte de Cantillana Son mari et elle vont prendre possession de leur château. Aventure singulière qui lui arrive, et quel amant lui fait la cour. (>38

Chap. XXIV. Du malheur qui arriva dans le château de Caralla, et quelle en fut la suite. Dona Francisca prend la résolution de se retirer à Madrid avec dona Manuela , sa compagne de théitre. Filles se font passer pour des dames de condition. 640

Chap. XXV. De la conversation qu’eut dona Francisca avec don Chérubin , après lui avoir raconté son histoire. Elle lui propose de venir demeurer chez elle. Don Chérubin s’y détermine. 6 il

Chap. XXVI. Don Chérubin va loger chez sa sœur. Des connoissances nouvelles qu’il y fit, et de l’extrême considération qu’on eut pour lui lorsqu’on sut qu’il avoit l’honneur d’être frère de Basilisa. Don André recherche l’amitié de don Chérubin ; il l’acquiert. Raison pour laquelle il vouloit s’en faire un ami. Cil

Chap. XXVIl. Du malheureux succès qu’eut le service que don Chérubin voulut rendre à son ami don André. Il sort de chez sa .sœur pour ne la plus revoir. Dona Francisca épouse don Pèdre. Quel est cet homme.

Chap. XXVIIL Don Manuel de Pedrilla, se voyant dans la nécessité de retourner dans son pays , engage don Chérubin, son ami, à l’accompagner. De leur arrivée à Alcaraz.

Chap. XXIX. Don Chérubin .se fait aimer de dona Paula. Don Ambroise de Lorca, son rival, presse don Manuel de la lui accorder. Il la lui refuse. Suite fimeste de ce refus. Don Manuel et don Chérubin vont se battre avec lui. Ils sont les vainqueurs.

Chap. XXX. Ce que firent don Manuel et don Chérubin après cette aventure. Ils sont poursuivis par la famille de don Ambroise de Lorca, et sont obligés de se retirer dans un monastère. Rare portrait d’un supérieur de couvent.

Chap. XXXI. De quelle façon tourna l’affaire de don Chérubin et de don Manuel , par l’entremise et les protections du père Théodore. De la résolution que prit subitement le premier, et de quelle manière il l’exécuta. Il va entendre l’exhortation d’un religieux à un mourant. Édification de don Chérubin. Il déclare à son ami don Manuel sa résolution , et ils se quittent.

Chap. XXXII. Comment , après six mois de noviciat, la ferveur de don Chérubin se trouve ralentie. De sa sortie du couvent, et du nouveau parti qu’il prend. Il rencontre par hasard le licencié Carambola. Sa conversation avec lui. Il prend le parti de se mettre encore gouverneur de quelque cillant. Ce qui l’en détourne.

Chap. XXXIII. Du songe que fit don Chérubin, et du changement subit qui arriva dans sa fortune. Métontentcment qu’il reçoit des religieux. Il devient un riche héritier. Son inclination pour Narcisa.

Chap. XXXIV. Don Chérubin va à Salamanque, et revient à Sévilie avec ses papiers. Il reçoit la succession de son frère. Devoirs funèbres qu’il rend à sa mémoire. Suite de son amour pour Narcisa.

Chap. XXXV. Don Chérubin rencontre Milcno. Ce qu’il lui apprend , et de la nouvelle qui l’empêche d’épouser la fille de maître Gaspard ; ce qui fut cause qu il s’éloigna de Sévilie avec autant de précipitation que s’il eût fait quelque mauvais coup.

Chap. XXXVI. Don Chérubin se rend à Alcaraz. Dans quel état il y trouva don Manuel de Pedrilla et dona Paula, sa sœur. De l’accueil qu’ils lui firent. Son amour se renouvelle pour la sœur de don Manuel.

Chap. XXXVII. Par quel hasard don Chérubin apprend des nouvelles de dona Francisca . sa sœur , et de quelle façon il en fut affecté. Il se marie à dona Paula. Honneurs qu’il reçoit.

Chap. XXXVIII. Avec quel cavalier don Chérubin fit connoissance, et ce qui s’ensuivit. Il part avec don Manuel pour le château de Clévillente. Ce qu’il y reconnut.

Chap. XXXIX. Du voyage que ces trois cavaliers firent au château de Villardesaz. Ils se travestissent en pèlerins pour entrer dans ce château. De quelle manière ils furent reçus. Fliitrctiens singuliers d’un domestique de dona Francisca. Surprise imprévue de la dernière. Reconnoissance.

CHAP. XL. Nos trois voyageurs soupent avec dona Francisca et dona Ismenia. Don Chérubin entretient particulièrement sa sœur. Elle épouse donGrégorio, son premier amant. Dona Ismenia épouse aussi don Manuel de Pedrilla. Don Ché- TARLE GÉNÉRALK biS MATIF.RKS. rubin et don Manuel se relireni du château de i ClOvillenle , et parlent avec leurs épouses pour Alcaraz. Convention iju’ils (irent. 659 ^HAH. XLI. Farce sin^ulioie, où se troue don Chérubir:. Sérieuse réflexion sur sa fortune et sur celle de sa sœur. Don Manuel et lui sont volés par un de leurs laquais. Ils en prennent un au- tre. Qui il étoit. Surprise de don Chérubin et de son ami , lorsqu’ils le reconnoissent. 661 Chap. XLII. Histoire tragique de don Carlos et de dona Sophia. 663 Chap, XLIIl. Don Chérubin de la Ronda , quinze mois après son mariage , devient le plus mal- heureux des époux. Don Gabriel enlève sa fem- me. Il poursuit inutilement le ravisseur. Son entretien avec son valet. Il cesse de chercher celle qui le fuit, et se résout d’aller au Mexique. 664 Chap. XLIV. Don Chérubin de la Ronda part de Cadix , et arrive à la Vera-Cruz , où il loue de^ mules pour aller par terreau Mexique. Du cu- rieux entretien qu’il eut la première journée sur la route avec son muletier. Histoires sin- gulières racontées par Tobie. Ce qu’il apprend du Mexique lui donne beaucoup d’espérance. 667 Chvp. XLV. De la rencontre que don Chérubin fit d’un religieux de l’ordre de Saint-François en entrant dans Xalapa. Suite de cette rencon- tre. Il soupe avec le gardien du monastère. Por- traits des religieux qui se trouvent avec lui. Après le repas il joue , gagne et se retire à rai- nuit du couvent. 671 Chap. XLVI. De l’arrivée de don Chérubin à Mexico, et dans quel endroit il alla loger. Il est charmé de la femme de son hôte , quoique mau- ricaude. 673 Chap. XLVII. Don Chérubin va voir le palais du vice-roi. Il y trouve don Juan de Salzedo, qui le reconnoit. Du bon accueil que lui fit ce secré- taire ; et de la première conversation qu’ils eu- rent ensemble , et dont Chérubin fut extrême- ment flatté. 674 Chap. XLVIII. De la visite qu’il rendit l’aprés- dinée à don Juan de Salzedo, et de son second entretien avec lui. Quel en fut le fruit. Don Ché- rubin de la Ronda est reçu gouverneur de don Alexis, fils du vice-roi. Joie deToston en appre- nant cette agréable nouvelle. 67." Chap. XLIX. Don Chérubin, gouverneur de don .lexis de Gelves , fils unique du vice-roi , rend une visite à la vice-reine. Conversation qu’il a avec le précepteur de don Alexis. Portrait de ce dernier. 677 Chap. L. Il va se promener avec son disciple au champ appelé In Àlomeda, qui est la principale promenade de ^lexico. Des remarques qu’il fit dans ce champ , et de l’extrême éionnement qu’elles lui causèrent. Événement tragique dont il est témoin. 678 Chap. LI. Comment l’esprit vient à don Alexis. Entretien de don Chérubin avec son valet. Ce qu’il apprend de son élève l’étonné. Conseils prudents qu’il donne à Toston : il en veut pro- fiter. 67U Chap. LU. Don Chérubin de la Ronda roule dans l’or et dans l’argent. Il les dépense à des parties de plaisir avec des dames qu’il co:moit. Il va voir jouer une comédie. Ce que c’etoil que cette pièce , et quelle impression elle fit sur lui. 680 Chap. LUI. Du plus grand embarras ou don Ché- rubin se soit jamais trouvé. De quelle manière il en sort. Salzedo lui propose sa fille en ma- riage. Il la refuse. Surprise de son ami. 68! ("hap, HV. Histoire de don André d’Alvarade et de dona Cinthia de la Carrera. Avis de don Ché- rubin. Don André le goûte et se résout i suivre. Chap. LV. Continuation de l’histoire de don An- dré d’Alvarade et de dona Cinthia de la Carrera. Réussite des avis de don Chérubin. I! en est re- mercié par don . dré. Chvp. LVI. Don Chérubm va par curiosité en- tendre prêcher un père de l’ordre de Saint- Dominique. Quel homme c’étoit que ce religieax. Sa surprise en le reconnoissant , et de l’entre- tien qu’il eut avec lui. Chkp. LVII. Le licencié Carambola commence à raconter l’histoire de son voyage aux Indes oc- cidentales. Il rencontre un de ses camarades de collège; ce qu’il étoit. Il prend le parti de le suivre, et se fait reliaieux. Chap. LVIH. Le licencié Carambola s’embarque aec les bons pères de Saint-Dominique. Sa ré- ception au noviciat. Il reçoit les ordres sacrés. De quelle manière il prêcha la première fois. Il remonte une seconde fois en chaire : son succès. Il part pour les Indes. Son admiration en y ar- rivant. Chap. LIX. Le père Cyrille prêche an conten- tement d’un nombreux auditoire. Le lendemain il va dîner chez l’évèque de Guatimala. Il reçoit de? honneurs. Sa visite chez plusieurs religieuses. Collations et concprls qu’elles lui donnent. En- tretien particulier de l’évèque avec lui. Sujet de cet entretien. Chap. LX. Des mouvements que le père Cyrille se donna pour faire réussir la faction de l’é- vèque. Quel en fut le succès. Il s’élève un bruit inattendu à la porte du couvent. Suite de cet événement. Chvp. LXI. Comment, après l’aventure de l’é- lection, le père Cyrille devint curé de Petapa. Des agréments qu’il trouva dans sa cure. Il ap- prend avec facilité le proconchi. Nouveau rè- glement dans son presbytère. Éloge de son cui- sinier. Singulière façon des Indiens de célébrer le patron de leur église. Chap. LXII. Le père Cyrille se fait aimer et es- timer des Indiens et des Indiennes. Histoire in- téressante de deux frères et d’une sœur. Il prêche en proconchi , et , par la beauté de ses sermons, il obtient une p’ace à l’académie de Petapa. Chap. LXIH. Des dames indiennes de Petapa. Se- cret merveilleux pour rendre quelqu’un amou- reux , et dont elles se servent quelquefois. De la grande et sainte entreprise que forma le père Cyrille, et quel en fut l’événement. Chap. LXIV. Suite de cette glorieuse expédition. Du danger où se trouva le père Cyrille , et du saue parti qu’il prit de s’en tirer. Il se retire en i son monastère. Il reçoit un ordre de son provin- ’ cial d’aller prêcher à Mexico. Chap. LXV. Ce que firent don Chérubin et le père Cyrille après s’être réciproquement conté I leurs aventures. Portrait que fait le dernier de son prieur. Don Chérubin est reçu de lui avec plaisir. Ce qui se passe à cette visite. Chap. LXVI. Don Chérubin va voir les pénitents du désert , et reconnoit parmi eux don Gabriel j de Monchique , le ravisseur de dona Paula sa I femme. De la conversation qu’eurent ensemble i ces deux cavaliers ennemis , et comment ils se ’, séparèrent. Impression que le récit de l’euleve- j ment de l’épouse de don Chérubin fit dans son I cœur.

  • Chap. LXVII. Don Chérubin s’arrête dans un vil-

lage en revenant du désert. Une rencontre iro j prévue qu’il y fait. Histoire d’un curé et d’une ’ pèlerine. Quelle étoit cette pèlerine. Adrtiirabl»



-2

." G

■- .. „*■■ ’i effet (le la ressemblance, et générosité extraor- dinaire d’un curé.

Chap. LXVIII. Don Cliérubin, de retour à Mexico, rend compte à don Juan de Saizedo de son voyage. De la joie qu’eut ce secrétaire de le voir en état d’être son gendre. Du nouvel em- ploi qu’il lui fit obtenir, et du Lion avis qu’il lui donna.

CuAP. LXIX. Don Chérubin de la P.onda partage les fonctions de Saizedo , et s’en acquitte par- faitement bien. Il épouse dona Blanca. Histoire tragique de trois frères indiens.

Chap. LXX. Par quel hasard Toston fit lout-à- coup fortune, et de la louable résolution qu’il prit bientôt après. Don Alexis voit partir sans regret sa créole, épouse de Toston. Chap. LXXI. De la confidence que don Juan de Saizedo fit à son gendre d’un projet formé par le vice-roi. Ce que c’étoit que ce projet , et com- mtrnt il fut exécuté. L’archevêque de Mexico prend le parti du peuple, excommunie don Pcdrc et le vice-roi. Violence que lui fait ce dernier pour le faire conduire à la Vera Cruz. Chap. LXXII. Des tristes et fâcheuses suites qu’eut l’enlèvement de l’archevêque de ISIexico. Le vice-roi est obligé de se retirer chez les cor- deliers. Don Chérubin , sa femme et son beau- père s’y retirent aussi. Don Chérubin sort de Mexico. Chap. LXXIIL Don Chérubin étant arrivé à Ma- drid va voir le duc d’Olivarès , et lui fait un détail du soulèvement de Mexico. Comment ce premier minisire fut affecté de ce rapport, et des résolutions qui furent prises en conséiiuencc dans le conseil de sa majesté catholique. Le vice- roi rentre triomphant dans son palais. Sa dis- grâce. Il retourne à IMadrid. Don Chérubin et sa famille le suivent. Chap. LXXIV. De quelle manière le comte de Gelves fut reçu à la cour. Sa visite chez le pre- mier ministre. Le duc d’Olivarès le fait iirand écuyer. Du parti que prirent don Saizedo et don Chérubin. l>e premier devient intendant, et le second secrétaire du duc de Gelves. Chap. LXXV. Don Chérubin rencontre Toston à Madrid. De l’enlrelien qu’il eut avec lui, et de l’aventure fâcheuse qui arriva à Toston. ijon 701 Chérubin lui rend un service important.

Chap. LXXVI. Par quel hasard Toston rencontra sa femme, à laquelle il no pensoit plus. Histoire de son enlèvement , racontée par elle-même. Sa I just lication. Nouve.iu changement que ce récit produisit dans son cœur. Ses affaires en vont mieux.

Chap. LXXVH. Continuation du chapitre précé- dent. Blandine présente son mari à ses maîtres- ses : leur entretien. Ce que résolurent Toston 70o et sa femme en faveur du jeune comte de Gelves.

Chap. LXXVHL Entrevue du jeune comte et de dona Léonore. Sa suite. Le comte de Gelves pro- pose un parti avantageux à son fils. Seconde en- revue de nos deux amants. Ce qui s’y passe. Bon avis que donne Blandine. Don Alexis le suit. Quelle étoit la personne qu’on vouloit lui don- ner en mariage.

Chap. LXXIX. Des choses qui se passèrent après le mariage de don Alexis de Gelves. Duxoyagc de Toston à Alcaraz, et de son retour à Madrid. Don Chérubin est flatté des nouvelles qu’il ap- prend de don Manuel et de sa famille.

Chap. LXXX. De la secrète et curieuse convcr- I salion que Don Chérubin eut un jour avec le j comte de Gelves. Piclalion de rentrée que fit le j duc d’Ossone à Madrid ; ce qui l’a perdu.

Chap. LXXXL De l’arrivée de don Manuel à Madrid. De la joie extrême que ce cavalier et don Chérubin eurent de se revoir après si long- j temps, et des arrangements qu’ils prirent cnsem- I hle pour no plus se quitter. Chap. LXXXH. Par quel événement le projet de don Manuel et de don Chérubin ne lut point ! exécuté. Don Juan de Saizedo est fait corrégidor de la ville d’Alcaraz.

Chap. LXXXIH. Don Juan de Saizedo part de Madrid avec sa fille et don Chérubin. De leur 1 arrivée à Alcaraz. De la rf’ception qu’on leur fit.

Fin de l’histoire du bachelier de Salamanque.


Théâtre.
Turcaret, comédie 
 748


FIN DE LA TABLE.