Le Folk-lore de l’Île-Maurice (Texte créole)/Le lièvre et la tortue au bord du bassin du roi

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maisonneuve et Cie, éditeurs (Les Littératures populaires, tome XXVII) ((Texte créole et traduction française)p. 3-15).
◄  La chanson

Gardien peir. Asoir li prend fisil, li cacié dans feilles sonzes bord bassin ; lanouite noir noir, napas laline. Lheire canon tiré, li tende doumoumde vini ; li coûté : tac, tac, tac ; ça ti éne lève ! Avant gardien gagne létemps lève fisil, iève vine drette av li, li dire li :

— Bonzour, bonzour, gardien ! Comment mo content trouve vous ! longtemps ça même mo rôdé, à cause mo iéna bon bon quiqueçose pour donne vous. Goûte ça dimiel mo famiie fine envoyé moi Trois Zilots ! vous va dire moi sipas zamais vous ti trouve dimiel comment ça.

Gardien prend calebasse, li avale éne gorzée :

— Si fait va ! li goût même.

Gardien tacé sembe calebasse là, li vide li. Mais mo sipas qui zespèce féyaze iève fine mété dans dimiel là : gardien nèque létemps allonze so lécorps dans bord bassin ; sôméye pèse li, li ronflé. lève rié, li tire so linze, li pique dans bassin.

lève là malice ; Ihére li assez, li sourii dans bassin, li casse ène longue bâton, li brouille la boue, li faire éne dileau çocolat dans bassin là ; li allé.

Grand bômatin léroi vini. Li nèque guette so

dileau : napas appelle en colère ça ! Gardien encore dourmi dans bord bassin ; léroi touque ça bâton’ là même qui iève té brouille dileau, li tombe làhaut gardien, beirré, ronflé, manman ! Gardien napas longtemps pour levé ; lézailes av li ! li vanné même, li sauve dans bois, zamais li fine tourne encore.

Léroi faire sonne trompette : « Bisoin éne gardien pour veille éne bassin : houite piasses par mois, dinii balle douriz, vivres magasin. Mais quand gardien là laisse doumounde brouille dileau dans bassin, va coupe so licou. » Zanimaux tende ça crié là, zaute tout peir, personne napas di’ mande pour prend place : coq peir, licien peir, lazoie peir.

Trois zours passé. lève baigné, brouille dileau ; léroi napas coné qui li va faire, so lécorps com- mence gratté môme dipis septe zours qui li napas capave baingné.

Quatrième zour, zofficier léroi vine dire li qui iéna éne doumounde qui dimande gardien bassin. Léroi dire : faire rentré ! Ça ti éne faye tourtie. Léroi guette li, li comence en colère :

— Toi ça qui va fouti empèce doumounde sale mo dileau ?

— Oui, mo roi ! moi-même ça !

— To conne condition : quand dileau brouille, mo va saute to licou !

— Oui, mo roi 1 mo conne condition ; et cement la viande tourtie bon pour manzc, vous va capabe faire cari avmoi. Mais mo crois pas qui vous pour goûte moi ça voyaze là ! vaut mie vous dire vous cousinier plime éne manman poule.

— Bon, mo commère ! dimain boraatin nous va guété. Rente dans to louvraze àsoir.

Tourtie allé. Li aile lacase so camrade ; li faire li frotte so lacoque partout partout av goudron. Lheire soleye coucé, li arrive bord bassin, li pelote dans ptit cimin à cote iève pour passé, li aspéré.

Tac, tac, tac, iève vini. lève trouve ça quiqueçose noir noir là dans milié cimin, li arrêté, li guété. Latête tourtie fine ramasse en bas lacoque : narien bouzé. Tac, tac, tac, iève approce doucement doucement, narien bouzé. lève ma- ziné ; li vire viré, li guété, li guété : narien bouzé. Bon moment li reste tranquille, tranquille ; tourtie coment roce même. Ça coup là, lékeir iève arrête batte, li naplis gagne peir, li dire :

— Roce même ça, donc ! mo conné astheire ! Eh vous zaute ! léroi là éne bon doumounde oui ! bien sir ça éne ptit banc qui li fine comande so

domestique amène dans bord bassin pour rao capabe assise, Ihere mo bisoin tire quilotte pour aile baingne mo lécorps dans son dileau !

lève rié ; li assise làhaut roce. Cornent dire roce là bouze booze morceau. lève senti ça, li nèque dire :

— Comme ça même domestiques travaille dans paye Maurice ! zaute fine blié cale mo fauteil.

Ene coup là li vlé dicendé pour cale son ptit banc : napas moyen bouzé, li fine tace av gou- dron. Tourtie sourti so latète en bas lacoque : — Qui to croire, compère ? Moi, mo croire qui ça voyaze là to maillé même !

lève sec. Mais li bisoin saj’é pour çappe so lavie ; li dire tourtie :

— Hé toi ! hé toi, commère ! to voulé badine av moi, hein ? Avlà mo cause doucement : largue moi, largue moi, mo dire toi ! napas faire mo colère lévé !

Tourtie tè comence marcé pour amène li lacase léroi ; li nèque dire li :

— Quand to content : causé pour soulaze to lécorps.

— Ene fois ! dé fois ! to napas voulé largue moi ?

Bam ! iève flanque li éne coup lapatte derrière : lapatte côlé ! Bam ! laute lapatte oussi taeé. Tourtie napas oquipe ça, li marcé, li sive so cimin. Iève dire li :

— Et toi ! mo plis fort dins mo lapatte divant, oui ! Coûte moi ! largue moi bon keir !

Tourtie marcé, napas réponde. Boum ! éne coup lapatte gauce. Boum ! éne coup lapatte droite : collé ! collé ! lève so quate lapattes amarre coment éne cocon qui camilas amène dans bazar. Mais pauve malhéré là bisoin saye encore. Li faire vantard av tourtie, li dire li :

— Acoute bien : mo cause éne dernière fois. Tout mo laforce dans mo latête, eue marteau fer ça ! Quand mo tape éne coup Ihaut toi, mo erase toi coment éne papaye mir. Largue moi, mo dire toi, largue moi !

Tourtie marcé, napas réponde narien. lève lève lève la tête, ramasse tout so la force, tape éne coup, Bôm ! latête côlé.

Avla zaute tine arrive lacase léroi : tourtie rié, iève ploré.

Quand léroi trouve ça ièvc là colle collé làhaut tourtie, quamême li en colère li blizé rie. Tourtie dire li :

— Avlà li là, mon roi ! Napas tourtie qui vous pour manze dans vous diné, mais iève qui vous va manzé ; quand couit li av divin li bien bon.

Léroi tire so sabe, li saute la tête iève, li envoyé lacousine. Après ça li appelle so domestique :

— Et toi ! Mo aile baingné. Vine frotte moi dans dileau : mo lécorps sale, oui !