Le Garde national réfractaire

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Peau de tigre (recueil, partiellement original)Michel Lévy frères (p. 271-288).




LE GARDE NATIONAL RÉFRACTAIRE




Le garde national réfractaire est un homme de bon sens, cosmopolite par goût, qui se soucie peu d’être national, et encore moins garde ; il aime mieux être réfractaire.

Les baïonnettes intelligentes le séduisent médiocrement ; car il trouve qu’il ne faut pas une grande intelligence pour planter un morceau de fer dans le ventre de n’importe qui.

Le soldat citoyen lui paraît une invention assez pauvre ; c’est bien assez d’être l’un sans être l’autre.

L’épicier enté sur le Tamerlan, ou, si vous aimez Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/280 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/281 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/282 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/283 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/284 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/285 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/286 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/287 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/288 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/289 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/290 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/291 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/292 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/293 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/294 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/295 achats de faux nez, moustaches et favoris postiches et autres déguisements, 150 francs ; affaires manquées, billets protestés pendant des absences, 1,000 francs. Total : 6,750 francs.

Sans compter les rhumes de cerveau, les fluxions et autres incommodités attrapées dans les fuites nocturnes et matinales, et les brusques passages d’un lieu chaud dans un lieu froid.

Pendant un an, le réfractaire a connu les angoisses des voleurs et mené la vie errante des proscrits, la plus atroce vie que l’on puisse imaginer, le tout pour aboutir à ce Spielberg du quai d’Austerlitz, que l’on nomme Maison d’arrêt de la Garde Nationale, et plus familièrement, Bazancourt, ou l’Hôtel des Haricots.

Peintres, artistes, sachez-lui gré de ce magnifique entêtement à ne pas porter un costume ridicule de forme, et dont les couleurs sont d’une fausseté révoltante ; car c’est pour cela même qu’il ne veut pas être garde national.