Le Jardin des dieux/Le Golfe entre les palmes/Turquoise

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Jardin des dieuxEugène Fasquelle (p. 177-178).



TURQUOISE



Lorsque je te regarde, ô ma lourde turquoise,
Je vois l’immense azur incendier la mer
Et les jardins sans ombre où l’hirondelle croise
Les mouettes rôdant sur les palmiers amers.

Je foule avec ferveur ta poussière dorée,
Terre des bois sacrés et des romanichels
Qui viens comme le fruit de ta chair déchirée
De livrer à l’azur l’Apollon de Cherchell.


Et je retrouve alors, ô ma Cyrénaïque
Vers qui je tends toujours des bras inconsolés,
Un radieux morceau de cette mosaïque
Où le ciel, la lumière et la mer sont mêlés !