75%.png

Le Koran (Traduction de Kazimirski)/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Librairie Charpentier (p. 63-84).

CHAPITRE IV.

LES FEMMES.


Donné à Médine. — 175 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Ô hommes ! craignez votre Seigneur, qui vous a créés tous d’un seul individu ; il créa de lui sa compagne, et puis de ces deux être il fit sortir tant d’hommes et de femmes. Craignez le Seigneur au nom duquel vous vous faites des demandes mutuelles[1], et respectez les entrailles qui vous ont portés ; certes Dieu vous observe.
  2. Restituez aux orphelins majeurs leurs biens ; ne substituez pas le mauvais (de vos biens) au bon (qui leur appartenait). Ne consumez pas leur héritage en le confondant avec le vôtre ; c’est un crime énorme.
  3. Si vous craignez de n’être pas équitables envers les orphelins, n’épousez, parmi les femmes qui vous plaisent, que deux, trois ou quatre. Si vous craignez encore d’être injustes, n’en épousez qu’une seule ou une esclave[2]. Cette conduite vous aidera à ne pas être injustes. Assignez librement à vos femmes leurs dots[3], et, s’il leur plaît de vous en abandonner quelque chose de plein gré, jouissez-en commodément et à votre aise.
  4. Ne confiez pas aux ineptes[4] les biens que Dieu a confiés à vos soins comme un fonds ; mais, les gérant vous-mêmes, fournissez leur sur ce fonds la nourriture et les vêtements, et tenez-leur toujours un langage doux et honnête.
  5. Éprouvez les facultés intellectuelles des orphelins jusqu’à l’âge où ils pourront se marier, et si vous leur trouvez un jugement sain, alors remettez-leur leur fortune. Gardez-vous de la consumer par la prodigalité, et ne vous hâtez pas de la leur confier.
  6. Seulement, parce qu’ils ont grandi ; que le tuteur riche s’abstienne de toucher au bien de ses pupilles. Celui qui est pauvre ne doit en user qu’avec discrétion.
  7. Au moment ou vous leur remettez leurs biens, faites-vous assister par des témoins. Dieu vous tiendra compte de vos actions, et cela vous suffit.
  8. Les hommes doivent avoir une portion des biens laissés pat leurs pères et mères et leurs proches ; les femmes doivent aussi avoir une portion de ce que laissent leurs pères et mères et leurs proches. Que l’héritage soit considérable ou de peu de valeur, une portion déterminée leur est due.
  9. Lorsque les parents, les orphelins et les pauvres sont présents au partage, faites-leur en avoir quelque chose, et tenez-leur toujours un langage doux et honnête.
  10. Que ceux qui craignent de laisser après eux des enfants faibles par leur bas-âge songent à ce qu’ils font eux-mêmes ; qu’ils craignent Dieu et aient une parole droite[5].
  11. Ceux qui dévorent iniquement l’héritage des orphelins introduisent le feu dans leurs entrailles, et seront un jour consumés par les flammes ardentes.
  12. Dieu vous commande, dans le partage de vos biens entre vos enfants, de donner au garçon la portion de deux filles ; s’il n’y a que des filles, et qu’elles soient plus de deux, elles auront les deux tiers de ce que le père laisse ; s’il n’y en a qu’une seule, elle recevra la moitié. Les père et mère du défunt auront chacun le sixième de ce que l’homme laisse, s’il a laissé un enfant ; s’il n’en laisse aucun et que ses ascendants lui succèdent, la mère aura un tiers ; s’il laisse des frères, la mère aura un sixième, après que les legs et les dettes du testateur auront été acquittés. Vous ne savez pas qui de vos parents ou de vos enfants vous sont plus utiles. Telle est la loi de Dieu. Il est savant et sage.
  13. À vous hommes la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n’ont pas d’enfants ; et si elles en laissent, vous aurez le quart, après les legs qu’elles auront faits et les dettes payées.
  14. Elles (les femmes vos épouses), auront le quart de ce que vous (leurs maris) laissez, après les legs que vous aurez faits et les dettes payées, si vous n’avez pas d’enfants ; et si vous avez des enfants, elles auront le huitième de la succession après les legs que vous aurez faits et les dettes payées.
  15. Si un homme hérite d’un parent éloigné ou d’une parente éloignée, et qu’il ait un frère ou une sœur, il doit à chacun des deux un sixième de la succession ; s’ils sont plusieurs, ils concourront au tiers de la succession, les legs et les dettes prélevés.
  16. Sans porter préjudice à qui que ce soit. C’est ce que Dieu vous recommande. Il est savant et clément.
  17. Tels sont les commandements de Dieu. Ceux qui écouteront Dieu et son envoyé seront introduits dans les jardins arrosés par des courants d’eau ; ils y demeureront éternellement. C’est un bonheur immense.
  18. Celui qui désobéira à Dieu et à son envoyé » et qui transgressera les commandements[6] de Dieu, sera précipité dans le feu, où il restera éternellement, livré à un châtiment ignominieux.
  19. Si vos femmes commettent l’action infâme[7], appelez quatre témoins. Si leurs témoignages se réunissent contre elles » enfermez-les dans des maisons jusqu’à ce que la mort les enlève ou que Dieu leur procure quelque moyen de salut.
  20. Si deux individus parmi vous commettent une action infâme, faites-leur du mal à tous deux[8] ; mais s’ils se repentent et se corrigent, laissez-les tranquilles, car Dieu aime à pardonner » il est miséricordieux.
  21. Dieu lui-même se charge de revenir (de pardonner) à ceux qui ont péché par ignorance, et qui se repentent aussitôt » Dieu leur pardonne » car il est savant et sage.
  22. Le repentir n’est d’aucune utilité à celui qui commet constamment les mauvaises actions, et qui s’écrie, à rapproche de la mort : Je me repens. Il n’est d’aucune utilité à ceux qui meurent infidèles. Nous avons préparé pour ceux-ci un châtiment douloureux.
  23. Ô croyants ! il ne vous est pas permis de vous constituer héritiers de vos femmes contre leur gré, ni de les empêcher de se marier (quand vous les avez répudiées), afin de leur ravir une portion de ce que vous leur avez donné, à moins qu’elles ne soient coupables d’une action infâme manifeste. Soyez bons dans vos procédés à leur égard. Si parmi vos femmes il y en a pour qui vous avez de l’éloignement, il se peut que vous ayez de l’éloignement pour une chose dans laquelle Dieu ait déposé un bien immense.
  24. Si vous désirez changer une femme contre une autre[9], et que vous ayez donné à l’une d’elle cent dinars, ne lui en ôtez rien. Voudriez-vous les lui arracher par une injustice et une iniquité évidentes ?
  25. Et comment voudriez-vous le leur ôter, lorsque l’un et l’autre vous avez été unis intimement et que vos femmes ont reçu vos serments solennels ?
  26. N’épousez pas les femmes qui ont été les épouses de vos pères ; c’est une turpitude, c’est une abomination et un mauvais usage : toutefois laissez subsister ce qui est déjà accomplit
  27. Il vous est interdit d’épouser vos mères, vos filles, vos sœurs, vos tantes paternelles et maternelles, vos nièces (filles de vos frères ou de vos sœurs), vos nourrices[10], vos sœurs de lait, les mères de vos femmes, les filles confiées à votre tutelle et issues de femmes avec lesquelles vous auriez cohabité. Mais, si vous n’avez pas cohabité avec elles, il n’y a aucun crime à les épouser. N’épousez pas non plus les filles de vos fils que vous avez engendrés, ni deux sœurs. Si le fait est accompli[11], Dieu sera indulgent et miséricordieux.
  28. Il vous est défendu d’épouser des femmes mariées, excepté celles qui seraient tombées entre vos mains comme esclaves : C’est la loi de Dieu à votre égard. Il vous est permis, du reste, d’aller au-delà si vous désirez y employer vos biens ; mais toujours vivant avec réserve et sans vous livrer à la débauche. Donnez à celle avec laquelle vous avez cohabité la dot promise, ceci est obligatoire. Il n’y a aucun crime de faire des conventions en sus de ce que la loi prescrit. Dieu est savant et sage.
  29. Celui qui ne sera pas assez riche pour épouser des femmes honnêtes[12] et croyantes, prendra des esclaves croyantes. Dieu connaît votre foi[13]. Vous venez tous les uns des autres (et d’Adam, le père commun). N’épousez les esclaves qu’avec la permission de leurs maîtres. Dotez-les équitablement. Qu’elles soient chastes, qu’elles évitent la débauche, et qu’elles n’aient point d’amants[14].
  30. Si après le mariage elles commettent l’adultère, qu’on leur inflige la moitié de la peine prononcée contre les femmes libres[15]. Cette loi est établie en faveur de celui qui craint de pécher en restant célibataire. Mais si vous vous absteniez, cela serait plus méritoire. Dieu est indulgent et miséricordieux.
  31. Dieu veut vous expliquer clairement ses volontés et vous guider dans le chemin de ceux qui vous ont précédés. Il agréera votre repentir, car il est savant et sage.
  32. Dieu veut agréer votre repentir ; mais ceux qui suivent leurs passions veulent vous entraîner dans une pente rapide. Dieu veut vous rendre son joug léger, car l’homme a été créé faible.
  33. Ô croyants ! Ne consumez pas vos biens entre vous en choses vaines, à moins que ce ne soit un marché conclu à l’amiable[16] ; ne vous tuez pas entre vous[17]. Dieu certes est miséricordieux envers vous.
  34. Quiconque agira ainsi par iniquité et méchanceté, nous le ferons consumer par le feu. Certes, cela sera facile à Dieu.
  35. Si vous savez éviter les grands péchés qu’on vous a défendu de commettre, nous effacerons vos fautes, et nous vous procurerons une entrée honorable (dans le paradis).
  36. Ne convoitez pas les biens par lesquels Dieu vous a élevés les uns au-dessus des autres. Les hommes auront chacun la portion qu’ils auront gagnée, et les femmes la portion qu’elles auront gagnée. C’est à Dieu que vous demanderez ses dons. Il a la connaissance de toutes choses.
  37. Nous avons désigné à chacun les héritiers qui doivent recueillir la succession laissée par les père et mère, par les parents, et par ceux avec lesquels vous avez formé un pacte. Rendez à chacun la portion qui lui est due, car Dieu est témoin de toutes vos actions.
  38. Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises : elles conservent soigneusement pendant l’absence de leurs maris ce que Dieu a ordonné de conserver intact[18]. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais, dès qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand.
  39. Si vous craignez une scission entre les deux époux, appelez un arbitre de la famille du mari et un autre choisi dans celle de la femme. Si les deux époux désirent la réconciliation, Dieu les fera vivre en bonne intelligence, car il est savant et instruit de tout.
  40. Adorez Dieu et ne lui associez rien[19]. Témoignez de la bonté à vos pères et mères, à vos parents, aux orphelins, aux pauvres, aux clients qui vous sont liés par le sang et aux clients étrangers, à vos compagnons, aux voyageurs et à vos esclaves. Dieu n’aime pas l’homme présomptueux et glorieux.
  41. Il n’aime pas ceux qui sont avares et qui recommandent l’avarice aux autres et cachent soigneusement ce que Dieu leur a donné par l’effet de sa faveur. Nous avons préparé aux infidèles une peine ignominieuse.
  42. Il n’aime pas ceux qui font l’aumône par ostentation et qui ne croient point en Dieu et au jour dernier. Quiconque a Satan pour compagnon, celui-là a un mauvais compagnon.
  43. Qu’auraient-ils perdu à croire en Dieu et au jour dernier, à faire l’aumône des biens que Dieu leur a accordés, quand Dieu connaît les actions de l’homme ?
  44. Dieu ne fera tort à qui que ce soit, pas même du poids d’un atome ; Une bonne action, il la payera double, et accordera une récompense généreuse.
  45. Que feront les méchants, lorsque nous rassemblerons contre eux les témoins de toutes les nations, lorsque nous invoquerons contre eux ton propre témoignage, Ô Mohammed ! Dans ce jour terrible, les infidèles et ceux qui ont été rebelles au prophète aimeraient mieux que la terre fût à leur niveau et les dérobât à la vue de tous. Mais ils ne sauront cacher la chose à Dieu.
  46. Ô croyants ! Ne priez point lorsque vous êtes ivres : Attendez que vous puissiez comprendre les paroles que vous prononcez. Ne priez point quand vous êtes souillés : attendez que vous ayez fait vos ablutions, à moins que vous ne soyez en voyage. Si vous êtes malades ou en voyage, si vous venez de satisfaire vos besoins naturels, ou si vous avez eu commerce avec une femme, frottez-vous le visage et les mains avec de la menue poussière à défaut d’eau[20]. Dieu est indulgent et miséricordieux.
  47. N’avez-vous pas remarqué ceux qui ont reçu une portion des Écritures ? Ils vendent l’erreur et voudraient vous faire quitter le droit chemin ; mais le Seigneur connaît vos ennemis. Il vous suffit d’avoir Dieu pour patron, il vous suffit d’avoir Dieu pour aide.
  48. Parmi les juifs, il y en a qui déplacent les paroles de leurs Écritures, et qui disent : Nous avons entendu, mais nous ne voulons pas obéir. Écoute ce que tu n’as jamais entendu jusqu’ici, et examine nous (ra’ina[21]). Ils embrouillent leurs paroles avec leurs langues, et calomnient la vraie religion.
  49. Que ne disent-ils plutôt : Nous avons entendu et nous obéirons ? Écoute-nous et jette un regard sur nous. Ce langage leur serait bien plus profitable et serait plus loyal. Mais Dieu les a maudits à cause de leur infidélité, et il n’y a parmi eux qu’un petit nombre de croyants[22].
  50. Vous qui avez reçu des Écritures, croyez à ce que Dieu a fait descendre du ciel pour confirmer vos livres sacrés, avant que nous effacions les traits de nos visages et que nous les tournions du côté opposé[23]. Croyez avant que nous vous maudissions, comme nous avons maudit ceux qui violaient le sabbat[24] ; l’ordre de Dieu fut aussitôt accompli.
  51. Dieu ne pardonnera point qu’on lui associe d’autre » dieux, il pardonnera les autres péchés[25] à qui il voudra, car celui qui associe à Dieu d’autres créatures commet un crime énorme.
  52. Vous les avez vus, ces hommes, comme ils cherchaient à se justifier. Mais Dieu ne justifiera que ceux qu’il voudra, et ils hommes ne seront pas lésés du volume d’un brin[26].
  53. Ne vois-tu pas comme ils forgent des mensonges à l’égard de Dieu ? Cela suffit pour en faire un crime manifeste.
  54. N’as-tu pas remarqué ceux qui, après avoir reçu une partie des Écritures, croient au Djibt et au Thagout[27], et qui disent aux infidèles qu’ils suivent une route plus vraie que les croyants ?
  55. Ce sont eux que Dieu a couverts de sa malédiction. Or celui que Dieu a maudit ne trouvera pas de protecteur.
  56. Auront-ils quelque part dans l’empire du monde, eux qui ne donneraient pas un brin du creux du noyau de dattes [28] ?
  57. Envieront-ils les bienfaits que Dieu a accordés à d’autres ? Nous avons cependant donné à la lignée d’Abraham les Écritures, la sagesse et un grand royaume.
  58. Parmi eux, les uns croient au prophète, les autres s’en éloignent. Mais le feu de la géhenne suffit à leur châtiment.
  59. Ceux qui refuseront de croire à nos signes, nous les approcherons du feu ardent. Aussitôt que leur peau sera consumée par le feu, nous les revêtirons d’une autre, pour leur faire goûter le supplice. Dieu est puissant et sage.
  60. Ceux qui croiront et feront le bien seront introduits, dans les jardins arrosés de courants d’eau ; ils y demeureront éternellement ; ils y trouveront des femmes exemptes de toute souillure, et des ombrages délicieux.
  61. Dieu vous commande de rendre le dépôt à qui il appartient, et de juger vos semblables avec équité. C’est une belle action que celle que Dieu vous recommande. Il entend et voit tout.
  62. Ô croyants ! Obéissez à Dieu, obéissez à l’apôtre et à ceux d’entre vous qui exercent l’autorité. Portez vos différends devant Dieu[29] et devant l’apôtre, si vous croyez en Dieu et au jour dernier. Ceci est le mieux, c’est la meilleure issue du débat.
  63. N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire aux livres envoyés à toi et avant toi, demander d’être jugés devant Thagout, bien qu’il leur fût défendu de croire en lui[30] ? Mais Satan veut les faire dévier bien loin de la vérité.
  64. Si on leur dit : Revenez au livre descendu d’en haut et à l’apôtre, hypocrites qu’ils sont, tu les verras se détourner et s’éloigner.
  65. Que feront-ils, lorsque, pour prix des œuvres de leurs propres mains, une grande calamité s’appesantira sur eux ? Ils viendront vers toi, et jureront par Dieu qu’ils ne désiraient que le bien et la concorde.
  66. Dieu sait bien ce qui est au fond de leurs cœurs. Romps avec eux ; fais-leur entendre des admonitions sévères et des paroles qui pénètrent leurs âmes.
  67. Nous avons envoyé des apôtres, afin qu’on leur obéît. Si ceux qui ont commis des iniquités reviennent à toi, s’ils demandent à Dieu la rémission de leurs péchés, et que le prophète intercède pour eux, ils trouveront Dieu clément et prêt à accueillir leur repentir.
  68. J’en jure par ton Dieu, ils ne seront point croyants jusqu’à ce qu’ils t’aient établi juge de leurs différends. Ensuite, ne trouvant eux-mêmes rien à redire à ce que tu auras décidé, ils s’y soumettront parfaitement.
  69. Si nous leur avions prescrit de se donner la mort à eux-mêmes ou d’abandonner leur pays, peu d’entre eux l’auraient fait. Cependant, s’ils avaient exécuté les ordres de Dieu, cela aurait été plus profitable pour eux et plus propre à raffermir leur foi.
  70. Nous les aurions récompensés magnifiquement, et nous les aurions guidés vers un chemin droit.
  71. Ceux qui obéiront à Dieu et à l’apôtre entreront dans la société des prophètes, des justes, des martyrs, des hommes vertueux que Dieu a comblés de ses bienfaits..Quelle belle association que la leur !
  72. Telle est la libéralité de Dieu. Sa science suffit à tout.
  73. Ô croyants ! Prenez vos précautions à la guerre, et avancez, soit par détachements, soit en masse.
  74. Il y aura parmi vous tel qui se traînera lentement à votre suite. Si vous éprouvez des revers, il dira : Dieu m’a témoigné une grâce particulière, en ce que je n’ai point assisté au combat.
  75. S’il vous arrive une faveur de Dieu, qui vous donne la victoire, il dira (comme si aucune amitié n’existait entre vous et lui) : Plût à Dieu que j’eusse combattu avec eux ! J’aurais emporté un riche butin.
  76. Que ceux qui sacrifient la vie d’ici-bas à la vie future combattent dans la voie de Dieu ; qu’ils succombent ou qu’ils soient vainqueurs, nous leur donnerons une récompense généreuse.
  77. Et pourquoi ne combattriez-vous pas dans le sentier du Seigneur, quand les faibles, les. femmes, les enfants, s’écrient : Seigneur, tire-sous de cette ville aux habitants oppresseurs, envoie-nous un défenseur de ta part, donne-nous un protecteur !
  78. Les croyants combattent dans le sentier de Dieu, et les infidèles dans le chemin de Thagout. Combattez donc les suppôts de Satan, et certes les stratagèmes de Satan seront impuissants.
  79. Vous avez remarqué ceux à qui on a dit : Reposez-vous des combats pendant quelque temps[31], vaquez à la prière et faites l’aumône ; lorsque ensuite on leur eut ordonné de combattre, la plupart d’entre eux, craignant les hommes autant ou plus que Dieu même, se sont écriés : Seigneur, pourquoi nous ordonnes-tu la guerre ? Pourquoi ne nous donnes-tu pas quelque répit jusqu’à un temps prochain[32] ? Réponds-leur : La jouissance de la vie d’ici-bas est peu de chose ; la vie future est le vrai bien pour ceux qui craignent Dieu. Là on ne vous trompera pas d’un seul brin.
  80. En quelque lieu que vous soyez, la mort vous atteindra ; elle vous atteindrait dans des tours élevées. S’il leur arrive quelque bonheur, ils disent : Cela vient de Dieu. Essuient-ils quelque disgrâce, ils s’écrient : Cela vient de toi, ô Mohammed[33] ! Dis-leur : Tout vient de Dieu. Qu’a-t-il donc, ce peuple, qu’il est si loin de comprendre ?
  81. S’il t’arrive quelque bien, il t’arrive de Dieu. Le mal viens de toi [34]. Et toi, Mohammed, nous t’avons envoyé vers les hommes avec la mission de prophète. Le témoignage de Dieu est suffisant.
  82. Celui qui obéit au Prophète obéit à Dieu. Nous ne t’avons pas envoyé pour être le gardien de ceux qui se détournent de toi.
  83. Ils disent devant toi : Nous obéissons. Sortis de ta présence, la plupart d’entre eux couvent dans la trait des desseins contraires à leurs paroles ; mais Dieu met par écrit leurs machinations. Éloigne-toi d’eux, et mets ta confiance en Dieu. Il te suffira de l’avoir pour défenseur.
  84. N’examinent-ils pas attentivement le Koran ? Si tout autre que Dieu en était auteur, n’y trouveraient-ils pas une foule de contradictions ?
  85. Reçoivent-ils une nouvelle qui leur inspire de la sécurité, où telle autre qui les alarme, ils la divulguent aussitôt. S’ils l’annonçaient au prophète ou à leurs chefs, ceux qui désireraient la savoir rapprendraient de la bouche de ces derniers. Si la grâce de Dieu et sa miséricorde ne veillaient sur vous, vous suivriez Satan, tous à l’exception d’un petit nombre.
  86. Combats dans le sentier de Dieu, et n’impose des charges difficiles qu’à toi-même. Excite les croyants au combat. Dieu peut arrêter la violence des infidèles, ii est plus fort qu’eux, et ses châtiments sont plus terribles.
  87. Celui dont l’intercession aura un but louable en recueillera le fruit ; celui qui intercédera dans un mauvais but en recevra sa part. Dieu observe tout.
  88. Si Quelqu’un vous salue, rendez-lui le salut plus honnête encore, ou au moins rendez le salut. Dieu compte tout.
  89. Dieu est le seul Dieu. Il vous rassemblera au jour de la résurrection. Il n’y a point de doute là-dessus. Et qui est plus vrai dans ses paroles que Dieu ?
  90. Pourquoi êtes-vous divisés en deux partis au sujet des hypocrites[35] ? Dieu les a refoulés parmi les infidèles pour prix de leur action. Voulez-vous conduire ceux que Dieu a égarés Tu ne trouveras point de sentier pour celui que Dieu égare.
  91. Ils ont voulu vous rendre infidèles comme eux, afin que vous soyez tous égaux. Ne formez point de liaisons avec eux jusqu’à ce qu’ils aient quitté leur pays pour la cause du Seigneur. S’ils retournent réellement et d’une manière avouée à l’infidélité, saisissez-les et mettez-les à mort partout où vous les trouverez. Ne cherchez parmi eux ni protecteur ni ami ;
  92. Excepté ceux qui chercheraient un asile chez vos alliés, et ceux qui sont forcés de vous faire la guerre ou de la faire à leur propre tribu. Si Dieu avait voulu, il leur aurait donné l’avantage sur vous, et ils vous combattraient sans cesse. S’ils cessent de porter les armes contre vous, et s’ils vous offrent la paix, Dieu vous défend de les attaquer.
  93. Vous en trouverez d’autres qui chercheront à gagner également votre confiance et celle de leur nation. Chaque fois qu’ils retourneront au désordre, ils seront défaits. S’ils ne se mettent pas à l’écart, s’ils ne vous offrent pas la paix et ne s’abstiennent pas de vous combattre, saisissez-les et mettez-les à mort partout où vous les trouverez. Nous vous donnons sur eux un pouvoir absolu.
  94. Pourquoi un croyant tuerait-il un autre croyant, sauf si c’est involontairement ? Celui qui en tuera un involontairement sera tenu d’affranchir un esclave croyant et de payer à la famille du mort le prix du sang fixé par la loi, à moins que la famille ne fasse convertir cette somme en aumône. Pour la mort d’un croyant d’une nation ennemie, on donnera la liberté à un esclave croyant. Pour la mort d’un individu d’une nation alliée, on affranchira un esclave croyant, et on payera à la famille du mort la somme prescrite. Celui qui ne trouvera pas d’esclave à racheter jeûnera deux mois de suite. Voilà les expiations établies par Dieu le savant, le sage.
  95. Celui qui tuera un croyant volontairement aura l’enfer pour récompense ; il y demeurera éternellement. Dieu, irrité contré lui, le maudira et le condamnera à un supplice terrible.
  96. Ô croyants ! Lorsque vous entrez en campagne pour la guerre sainte, informez-vous avec exactitude ; ne dites pas à celui que vous rencontrerez et qui tous adressera le salut : Tu n’es pas un croyant ; ne le dites pas par convoitise des biens accidentels de ce monde[36]. Dieu possède des richesses infinies. Telle a été votre conduite passée. Le ciel vous l’a pardonnée. Informez-vous donc avec exactitude avant d’agir. Dieu est instruit de toutes vos actions.
  97. Les fidèles qui resteront dans leurs foyers sans y être contraints par la nécessité ne seront pas traités comme ceux qui combattront dans le sentier de Dieu, avec le sacrifice de leurs biens et de leurs personnes. Dieu a assigné à ceux-ci un rang plus élevé qu’à ceux-là ; il a fait de belles promesses à tous ; mais il a destiné aux combattants une récompense plus grande qu’à ceux qui restent dans leurs foyers ;
  98. Des degrés plus élevés auprès de lui, l’indulgence et la miséricorde. Certes Dieu est indulgent et miséricordieux.
  99. Les anges, en ôtant la vie à ceux qui avaient agi iniquement envers eux-mêmes, leur demandèrent : Qu’avez-vous fait ? Ils répondirent : Nous étions les faibles de la terre[37]. Les anges leur dirent : La terre de Dieu n’est-elle pas assez vaste ? Ne pouviez-vous pas, en abandonnant votre pays, chercher un asile quelque part ? C’est pourquoi l’enfer sera leur demeure.. Quelle détestable route que la leur !
  100. Les faibles d’entre les hommes et d’entre les femmes, et les enfants incapables d’imaginer une ruse pour se soustraire à l’infidélité, ni de se diriger dans leur route, ceux-là obtiendront peut-être le pardon de Dieu, qui est indulgent et miséricordieux.
  101. Celui qui abandonnera son pays pour la cause de Dieu trouvera sur la terre d’autres hommes forcés d’en faire autant, et des ressources abondantes. Pour celui qui aura quitté son pays pour embrasser la cause de Dieu, et que la mort viendra surprendre, son salaire sera à la charge de Dieu, et Dieu est indulgent et miséricordieux.
  102. Quand vous entrez en campagne, il n’y aura aucun péché d’abréger vos prières, si vous craignez que les infidèles ne vous surprennent : les infidèles sont vos ennemis déclarés.
  103. Lorsque tu seras au milieu de tes troupes et que tu feras accomplir la prière, qu’une partie prenne les armes et prie ; lorsqu’elle aura fait les adorations[38], qu’elle se retire, et qu’une autre partie de l’armée, qui n’a pas encore fait la prière, lui succède. Qu’ils prennent leurs sûretés et soient sous les armes. Les infidèles voudraient bien que vous ne songeassiez pas à vos armes et à vos bagages, afin de fondre d’un seul coup sur vous. Si la pluie vous incommode, ou si vous êtes malades, ce ne sera point un péché de déposer vos armes ; toutefois prenez vos sûretés. Dieu prépare aux infidèles un supplice ignominieux.
  104. La prière terminée, pensez encore à Dieu, debout, assis ou couchés. Aussitôt que vous vous voyez en sûreté, accomplissez la prière. La prière est pour les croyants une obligation attachée à certaines heures fixes.
  105. Ne vous ralentissez point dans la poursuite des ennemis. Si vous souffrez, ils souffriront comme vous ; mais vous devez espérer de Dieu ce qu’ils ne sauraient espérer. Dieu est sage et savant.
  106. Nous t’avons, ô Mohammed ! envoyé le Livre contenant la vérité, afin que tu juges entre les hommes d’après ce que Dieu t’a fait connaître. N’entre point en dispute avec les perfides, et implore le pardon de Dieu. Il est indulgent et miséricordieux.
  107. Ne dispute pas avec nous en faveur de ceux qui ont agi perfidement envers eux-mêmes. Dieu n’aime pas l’homme perfide et criminel.
  108. Ils peuvent dérober leurs plans aux regards des hommes, mais ils ne les déroberont pas à ceux de Dieu. il est présent à leurs côtés ; quand dans la nuit ils tiennent des discours qui lui déplaisent. Il embrasse de sa science tout ce qu’ils font.
  109. Ah ! Vous disputez avec moi en leur faveur dans ce monde. Qui disputera avec Dieu en leur faveur au jour de la résurrection ? Qui sera leur patron ?
  110. Quiconque aura commis une mauvaise action, on aura agi iniquement envers sa propre âme, mais implorera ensuite le pardon de Dieu, le trouvera indulgent et miséricordieux.
  111. Celui qui commet un péché, le commet à son détriment. Dieu est savant et sage.
  112. Celui qui commet une faute (involontaire) ou un péché, et puis les rejette sur un homme innocent, se charge d’une calomnie et d’un péché manifeste.
  113. N’était la grâce de Dieu et sa miséricorde envers toi, une partie d’entre ceux qui avaient résolu de t’égarer auraient réussi ; mais ils n’ont égaré qu’eux-mêmes et n’ont pu te nuire[39]. Dieu a fait descendre sur toi le Livre et la sagesse ; il t’a appris ce que tu ne savais pas. La grâce de Dieu a été grande envers toi.
  114. Rien de bon n’entre dans la plupart de leurs entretiens secrets. Mais celui qui recommande l’aumône ou une bonne action, ou la concorde entre les hommes, s’il le fait par le désir de plaire à Dieu, recevra certainement de nous une récompense magnifique.
  115. Celui qui fera scission avec le prophète depuis que la vraie direction lui a apparu, celui qui suivra une autre route que celle des croyants, à celui-là nous tournerons le dos, de même qu’il nous l’a tourné à nous, et nous l’approcherons du feu de la géhenne. Quel affreux dénouement !
  116. Ce que Dieu ne pardonnera pas, c’est qu’on lui associe d’autres divinités ; il pardonnera tout le reste à qui il voudra, car quiconque lui associe d’autres dieux est sur une fausse route bien éloignée de la vraie.
  117. Ils invoquent les divinités femelles plutôt que Dieu[40] ? ; plutôt que Dieu, ils invoquent Satan le rebelle.
  118. Que la malédiction de Dieu soit sur lui. Il a dit : Je m’empare d’une certaine portion de tes serviteurs ; je les égarerai, je leur inspirerai des désirs, je leur ordonnerai de couper les oreilles de certains animaux, je leur ordonnerai d’altérer la création de Dieu[41], Quiconque prend Satan pour patron plutôt que Pieu, celui-là est perdu d’une perte évidente.
  119. Il leur fait des promesses et leur inspire des désirs ; mais Satan ne promet que pour aveugler.
  120. Ceux-là auront la géhenne pour demeure, et ils ne lui trouveront point d’issue.
  121. Pour ceux qui croient et pratiquent les bonnes œuvres, nous les introduirons dans les jardins arrosés de courants d’eau ; ils y resteront éternellement, en vertu d’une promesse vraie de Dieu. Et qui est plus vrai dans ses paroles que Dieu ?
  122. Cela ne saurait être selon votre fantaisie, ni selon la fantaisie des hommes des Écritures. Quiconque aura fait le mal sera rétribué par le mal, et ne trouvera aucun pardon ni aucune assistance contre Dieu.
  123. Hommes ou femmes, ceux qui pratiqueront les bonnes œuvres, et qui seront en même temps croyants, entreront dans le paradis et ne seront fraudés du plus petit brin de récompense.
  124. Qui professe une plus belle religion que celui qui s’est abandonné tout entier à Dieu, qui fait le bien et suit la croyance d’Abraham en toute sincérité ? Dieu a pris Abraham pour ami.
  125. À Dieu appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Il environne tout.
  126. Ils te consulteront au sujet des femmes. Dis-leur ; Dieu vous a instruits là-dessus ; on vous lit dans le Livre (Le Koran) des préceptes relatifs aux orphelines, à qui vous ne donnez pas ce qu’on vous a prescrit, et que vous refusez d’épouser[42]. Il vous instruit relativement aux enfants faibles[43] ; il vous prescrit d’agir en toute équité avec les orphelins. Vous ne ferez aucune bonne action qui soit inconnue de Dieu.
  127. Si une femme craint la violence de son mari ou son aversion pour elle, il n’y a pas de mal à s’arranger[44] ? ; la paix est un grand bien. Les âmes des hommes sont livrées à l’avarice ; si vous êtes bienfaisants et si vous craignez Dieu, il sera instruit de vos actions.
  128. Vous ne pourrez jamais traiter également toutes vos femmes, quand même vous le désireriez ardemment. Gardez-vous donc de suivre entièrement la pente, et d’en laisser une comme en suspens[45] ; mais si vous êtes généreux et si vous craignez Dieu, il est indulgent et miséricordieux.
  129. Si les deux époux se séparent, Dieu est assez riche pour compenser à l’un et à l’autre leur séparation[46]. Il est immense et sage.
  130. À lui appartient ce qui est dans les cieux et sur la terre. Nous avons déjà recommandé à ceux qui ont reçu les Écritures avant vous, ainsi qu’à vous-mêmes, de craindre Dieu et de n’être point incrédules. Si vous l’êtes, sachez que tout ce qui est dans les cieux et sur la terre lui appartient. Il est riche et plein de gloire.
  131. À lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Le patronage de Dieu suffit.
  132. Ô hommes ! S’il veut, il peut vous faire disparaître et créer d’autres hommes à votre place. Certes, Dieu est assez puissant pour le faire.
  133. Quelqu’un désire-t-il la récompense de ce monde ? La récompense de ce monde, comme celle de l’autre, est auprès de Dieu. Il entend et voit tout.
  134. Ô croyants ! Soyez stricts observateurs de la justice quand vous témoignez devant Dieu, dussiez-vous témoigner contre vous-mêmes, contre vos parents, contre vos proches, vis-à-vis du riche ou du pauvre. Dieu est plus près que vous du riche et du pauvre. Ne suivez point vos passions, de peur de dévier. Si vous refusez votre témoignage, si vous vous abstenez, sachez que Dieu est instruit de ce que vous faites.
  135. Ô croyants ! Croyez en Dieu, en son apôtre, au Livre qu’il lui a envoyé, aux Écritures descendues avant lui. Celui qui ne croit pas en Dieu, en ses anges, à ses livres, à ses apôtres et au jour dernier, est dans un égarement lointain.
  136. Ceux qui crurent et retournèrent à l’infidélité, puis crurent de nouveau, et ensuite redevinrent infidèles et puis accrurent leur infidélité, Dieu ne pardonnera pas à ceux-là, il ne les conduira pas dans le chemin droit.
  137. Annonce aux hypocrites un supplice douloureux ;
  138. À ces hypocrites qui cherchent leurs amis parmi les infidèles plutôt que parmi les croyants : Est-ce pour en acquérir de l’honneur ? L’honneur tout entier appartient à Dieu.
  139. On vous a déjà révélé dans le Koran que, lorsque vous êtes là pour écouter les signes de Dieu, on n’y croit pas ; on les prend en dérision. Gardez-vous donc de vous asseoir avec les infidèles, jusqu’à ce qu’ils parlent sur un autre sujet ; autrement vous deviendriez leurs semblables. Dieu réunira ensemble les hypocrites et les infidèles dans la géhenne.
  140. Ce sont ceux qui attendent les événements. Si Dieu vous accorde la victoire, ils disent : Ne sommes-nous pas avec vous ? Si ce sont les infidèles qui ont du succès, ils disent à ceux-ci : N’avions-nous pas le dessus, et ne vous avons-nous pas protégés contre les croyants ? Dieu jugera entre vous au jour de la résurrection. Il ne donnera pas aux infidèles l’avantage sur les croyants.
  141. Les hypocrites cherchent à tromper Dieu ; c’est Dieu qui les trompera le premier. Quand ils se disposent à faire la prière, ils le font avec nonchalance ; ils en font étalage devant les hommes, mais ils ne pensent que très-peu à Dieu,
  142. Flottant entre l’un et l’autre, n’appartenant ni à ceux-ci ni à ceux-là. Mais celui que Dieu égare ne trouvera pas la route.
  143. Ô croyants ! Ne prenez point d’amis parmi les infidèles plutôt que parmi les croyants. Voulez-vous fournir à Dieu un argument contre vous, un argument irréfragable ?
  144. Les hypocrites seront au plus bas degré du feu, et tu ne leur verras pas de protecteur.
  145. Mais ceux qui se seront convertis.et corrigés, qui se seront fermement attachés à Dieu et montrés sincères dans leur foi, seront de nouveau avec les croyants. Or, Dieu décernera aux croyants une récompense magnifique.
  146. Pourquoi Dieu vous infligerait-il le châtiment, si vous êtes reconnaissants et si vous avez cru ? Dieu est reconnaissant et il sait tout.
  147. Dieu n’aime point que l’on divulgue le mal, à moins qu’on ne soit victime de l’oppression. Dieu entend et sait tout.
  148. Soit que vous divulguiez le bien ou que vous le cachiez, soit que vous pardonniez le mal, Dieu est indulgent et puissant.
  149. Ceux qui ne croient pas en Dieu et à ses apôtres, ceux qui veulent séparer Dieu de ses apôtres, qui disent : Nous croyons aux uns, mais nous ne croyons pas aux autres (ils cherchent à prendre un terme moyen),
  150. Ceux-là sont véritablement infidèles. Nous avons préparé pour les infidèles un supplice ignominieux.
  151. Ceux qui croient en Dieu et en ses apôtres, et ne mettent point de distinction entre aucun d’eux, obtiendront leur récompense. Dieu est indulgent et miséricordieux.
  152. Les hommes des Écritures te demanderont de leur faire descendre un livre du ciel. Ils avaient demandé à Moïse quelque chose de plus, ils lui disaient : Fais-nous voir Dieu distinctement ; mais une tempête terrible fondit sur eux en punition de leur méchanceté. Puis ils prirent pour l’objet de leur adoration le veau, bien que des signes évidents leur fussent déjà venus. Mais nous leur pardonnâmes, et nous avons donné à Moïse des preuves évidentes.
  153. Nous élevâmes au-dessus de leurs têtes le mont Sinaï pour gage de notre alliance, et nous leur dîmes : Entrez dans la porte de la ville en vous prosternant devant le Seigneur ; ne transgressez point le sabbat. Nous avons conclu avec eux un pacte solennel.
  154. Mais ils ont violé leur pacte, ils ont nié les signes de Dieu, ils ont mis injustement à mort les prophètes, ils ont dit : Nos cœurs sont incirconcis. Oui, Dieu à mis le sceau sur leurs cœurs. Ils sont infidèles ; il n’y en a qu’un petit nombre qui croient.
  155. Ils n’ont point cru à Jésus ; ils ont inventé contre Marie un mensonge atroce.
  156. Ils disent : Nous avons mis à mort le Messie, Jésus fils de Marie, l’envoyé de Dieu. Non, ils ne l’ont point tué, ils ne l’ont point crucifié ; un homme qui lui ressemblait fut mis à sa place, et ceux qui disputaient là-dessus ont été eux-mêmes dans le doute. Ils ne le savaient pas de science certaine, ils ne faisaient que suivre une opinion. Ils ne l’ont point tué réellement. Dieu l’a élevé à lui, et Dieu est puissant et sage.
  157. Il n’y aura pas un seul homme, parmi ceux qui ont eu foi dans les Écritures, qui ne croie en lui avant sa mort[47]. Au jour de la résurrection, il (Jésus) témoignera contre eux.
  158. Pour prix de leur méchanceté, et parce qu’ils détournent les autres du sentier de Dieu, nous leur avons interdit des aliments délicieux qui leur avaient été d’abord permis.
  159. Parce qu’ils exercent l’usure oui leur à été défendue, parce qu’ils dévorent le bien des autres en choses vaines[48], nous avons préparé aux infidèles un châtiment douloureux.
  160. Mais les hommes de science solide parmi eux[49], ainsi que les croyants qui croient à ce qui a été révélé à toi et avant toi, ceux qui observent la prière, qui font l’aumône, qui croient en Dieu et au jour dernier, à tous ceux-là nous accorderons une récompense magnifique.
  161. Nous t’avons donné la révélation, comme nous l’avions donnée à Noé et aux prophètes qui ont vécu, après lui. Nous l’avons donnée à Abraham, à Ismaël, à Isaac et, à Jacob, aux douze tribus, à Jésus, à Job, à Jonas, à Aaron, à Salomon, et nous avons donné les psaumes à David.
  162. Il y eut des envoyés que nous t’avons déjà fait connaître précédemment ; il y en eut dont nous ne te parlerons pas. Dieu a adressé réellement la parole à Moïse.
  163. Il y eut des envoyés chargés d’annoncer et d’avertir, afin que les hommes n’aient aucune excuse devant Dieu après la mission des apôtres. Dieu est puissant et sage.
  164. Dieu lui-même est témoin de ce qu’il t’a envoyé dans sa science ; les anges en sont témoins. Mais Dieu est un témoin suffisant.
  165. Ceux qui ne croient pas, qui détournent les autres du sentier de Dieu, sont dans une fausse route bien éloignée de la vraie.
  166. Ceux qui ne croient pas et agissent avec iniquité, Dieu ne leur pardonnera pas, il ne leur montrera pas le chemin ;
  167. Si ce n’est le chemin de la géhenne, où ils demeureront éternellement ; ce qui est facile à Dieu.
  168. Ô hommes ! Un apôtre vous apportera vérité de la part de votre Seigneur. Croyez donc ; ceci vous sera plus avantageux : mais, si vous restez incrédules, tout ce qui est dans les cieux et sur la terre lui appartient, et il peut se passer de vous. Il est savant et sage.
  169. Ô vous qui avez reçu les Écritures ! Dans votre religion, ne dépassez pas la juste mesure[50], ne dites de Dieu que ce qui est vrai. Le Messie, Jésus, fils de Marie, est l’apôtre de Dieu et son verbe qu’il jeta dans Marie ; il est un esprit venant de Dieu. Croyez donc en Dieu et à ses apôtres, et ne dites point : Il y a trinité. Cessez de le faire. Ceci vous sera plus avantageux ; car Dieu est unique. Gloire à lui ; comment aurait-il un fils ? À lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Son patronage suffit ; il suffit d’avoir Dieu pour patron.
  170. Le Messie ne dédaigne pas d’être le serviteur de Dieu, pas plus que les anges qui approchent Dieu.
  171. Quant à ceux qui dédaignent d’adorer Dieu, qui s’enflent d’orgueil, Dieu les rassemblera tous devant lui.
  172. Ceux qui croient et pratiquent les bonnes œuvres, Dieu leur payera exactement leur salaire : il l’accroîtra même du trésor de sa grâce ; mais il fera subir un châtiment terrible aux dédaigneux et aux orgueilleux.
  173. Ils ne trouveront ni patron ni protecteur contre Dieu.
  174. Ô hommes ! Une preuve vous est venue de votre Seigneur. Nous avons fait descendre pour vous une lumière évidente. Dieu fera entrer dans le giron de sa miséricorde et de sa grâce ceux qui croient en lui et s’attachent fermement à lui ; il les dirigera vers le sentier droit.
  175. Ils te consulteront. Dis-leur : Dieu vous instruit au sujet des parents éloignés. Si un homme meurt sans enfants, et s’il a une sœur, celle-ci aura la moitié de ce qu’il laissera. Lui aussi sera son héritier, si elle n’a aucun enfant. S’il y a deux sœurs, elles auront deux tiers de ce que l’homme aura laissé ; s’il laisse des frères et des sœurs, le fils aura la portion de deux filles. Dieu vous l’explique clairement, de peur que vous ne vous égariez. Dieu sait toutes choses.

  1. Car les Arabes avaient coutume de dire, en demandant quelque chose : « Au nom de Dieu, faites ou dites-moi quelque chose. »
  2. Il y a dans le texte : Ce que vos mains droites ont acquis , expression consacrée pour désigner une esclave achetée à prix d’argent, ou une captive prise à la guerre.
  3. ll est nécessaire de faire observer ici (et cette observation s’appliquera à tous les passages analogues du Koran) que le mot sadouka traduit ordinairement par dot, est l’argent on les objets de prix que l’homme donne aux parents de la femme qu’il épouse. Ce n’est donc pas la femme qui apporte quelque chose à son mari, mais le mari qui apporte une dot.
  4. Le mot ineptes s’applique ici aux orphelins mineurs capables de faire un mauvais usage de leur héritage et de le gaspiller par la légèreté propre au (jeune age)
  5. Cette phrase elliptique signifie : En vous occupant des enfants laissés par d’autres, ayez toujours présent à votre pensée le sort de vos propres enfants, et agissez comme vous voudriez qu’on agît à l’égard des vôtres.
  6. Proprement, les limites que Dieu a établies
  7. Il s’agit de la fornication aussi bien que de l’adultère ; car le mot femmes (niça) n’a pas ici rigoureusement le sens à épouse ; le mot particulièrement appliqué à l’adultère est zina. Dans les commencements de l’islamisme, on murait la femme coupable, peine qui ne résulte cependant pas du texte du Koran. On y a substitué plus tard, pour une personne libre (non mariée), le fouet et le bannissement. Quant à l’adultère, la tradition, qui prescrit la lapidation, a renchéri sur les dispositions du Koran contenues dans le chapitre XXIV.
  8. On croit qu’il s’agit, dans ce passage, du crime de sodomie ; et les mots faites-leur du mal sont interprétés par les commentateurs par ; réprimandez-les publiquement, ou souffletez-les avec leurs pantoufles.
  9. C’est-à-dire, si vous répudiez une femme pour en épouser une autre, n’ôtez pas à la femme que vous répudiez les cent dinars de dot qu’elle a reçus de vous.
  10. Mot à mot : vos mères qui vous ont allaités. Et le commentateur dit à cette occasion : Dieu a assimilé l’allaitement à la parenté au point d’appeler la nourrice mère.
  11. On ne devait pas toucher à ce qui était un fait accompli, et donner à la loi une force rétroactive.
  12. Le mot arabe mohsâna signifie proprement femmes gardées c’est-à-dire celles qui sont sous l’autorité d’un mari et sont très-réservées dans leurs manières ; femmes de bonne maison, de condition libre.
  13. C’est-à-dire, contentez-vous de la profession de foi de celles que vous épousez, sans écouter leurs consciences.
  14. Voy. chap. V, 7.
  15. Ce passage prouve que la peine de l’adultère n’était point la mort ; autrement il ne serait pas question de la moitié de la peine.
  16. C’est-à-dire, ne vous enlevez pas les uns aux autres ce que chacun possède, par les jeux de hasard, par l’usure et autres gains illicites ; mais vous pouvez avoir le bien d’autrui légitimement, c’est-à-dire par le trafic, par le commerce.
  17. Le sens de ce passage est incertain, et le vague résulte de l’emploi différent que peut avoir le mot nafs (personne, individu, âme, soi-même), en sorte qu’on peut tout aussi bien traduire ne tuez pas vous-mêmes, vos personnes, les uns les autres, ne vous entretuez pas, ou bien ne vous tuez pas vous-mêmes, ne commettez pas le suicide. Les commentateurs ne savent pas eux-mêmes dans quel sens il faut prendre ces mots ; cela peut signifier, disent-ils, ne vous jetez pas vous-même dans la mort comme les Hindous idolâtres, ou bien ne vous tuez pas entre vous, musulmans, car vous ne faites qu’un seul, et pour ainsi dire une seule âme (nafs). On rencontre, il est vrai, souvent en arabe l’expression la taktol nafsak, ne tue pas ton âme, c’est-à-dire, ne te tue pas (à force de te livrer à la douleur, etc.) ; mais le mot nafs, mis au pluriel, jette du vague ; il en serait de même en français, si on se contentait de dire : « Ne vous tuez pas. » Le commencement du verset est dirigé contre la convoitise et l’enlèvement illicite du bien d’autrui, et le législateur a pu ajouter en passant la défense du meurtre. D’un autre côté, les mots à la fin du verset : « Dieu est miséricordieux envers vous », sembleraient indiquer qu’il s’agit de la défense du suicide.Voy. IV, 69, où l’on se sert de cette expression.
  18. C’est-à-dire, leurs personnes et l’avoir de leurs maris.
  19. D’autres dieux ou objets d’adoration.
  20. Cette espèce de purification s’appelle teiemmoum.
  21. Voyez, an sujet de ce mot, le chapitre II, verset 98.
  22. C’est-à-dire qu’il n’y a qu’un petit nombre d’hommes dans la race juive qui ont embrassé la religion de Mahomet.
  23. Voy. chap. II, 61.
  24. C’est la traduction littérale du texte. On explique ce passage de deux manières : les réprouvés auront le cou tordu, en sorte que ce qui était devant sera derrière ; ou bien, les traits, la bouche, le nez, seront effacés et rendus plats et unis comme l’est le derrière de la tête.
  25. Mot à mot : il pardonnera ce qui est en deçà, c’est-à-dire le péché d’idolâtrie est le plus grand des péchés capitaux.
  26. Le mot que nous traduisons par brin, signifie proprement le brin de crasse roulé que l’on enlève sur la main ou entre les doigts, ou le brin dans le creux du noyau de datte.
  27. Noms des divinités ou des temples des Arabes idolâtres.
  28. Ce verset s’applique aux juifs qui espèrent avoir un jour, à la venue du Messie, l’empire du monde.
  29. C’est-à-dire, consultez le Koran, qui est la parole de Dieu.
  30. Ce passage doit se rapporter à une décision de Mahomet prononcée dans un procès entre un juif et un musulman. Ce dernier, se croyant lésé, refusa de s’y soumettre, et voulut porter le différend devant un autre tribunal. Omar, plus tard calife, lui trancha la tête, et termina ainsi le débat.
  31. Mot à mot : retirez vos mains, c’est-à-dire ne touchez à aucun travail.
  32. C’est-à-dire, pourquoi ne prolonges-tu pas la trêve qui nous permet de vivre ?
  33. C’est ainsi que les juifs attribuaient la cherté des vivres à Mahomet, lorsqu’il alla à Médine, ce qui s’explique fort naturellement par l’affluence des gens qui étaient à sa suite.
  34. Pour concilier ces mots avec ceux du verset précédent, les commentateurs font observer que tout mal vient des hommes par suite de leurs péchés.
  35. Ceci se rapporte à ceux qui demandèrent à Mahomet d’être congédiés avant d’arriver à Médine, et qui continuèrent à cheminer de journée en journée jusqu’à ce qu’ils rencontrèrent des idolâtres. Les musulmans étaient partagés d’avis et ne savaient pas, si ces hommes devaient être regardés comme des hypocrites et des infidèles, ou comme des fidèles que le hasard avait jetés au milieu des infidèles.
  36. Il arrivait souvent que les mahométans rencontraient dans leurs courses des hommes qu’ils ne connaissaient pas et les tuaient. Les agresseurs, pour se disculper, disaient que c’étaient des infidèles ; en réalité, c’était pour les dépouiller, qu’ils les traitaient d’infidèles.
  37. Ce verset s’applique à ces Arabes qui, après avoir embrassé l’islam à la Mecque, n’émigrèrent pas lorsqu’il fallait émigrer pour rompre avec les idolâtres, et qui conservèrent des relations avec eux. Les anges dont il est parlé ici sont les deux anges qui examinent les morts dans leurs tombeaux.
  38. La prière mahométane se compose de génuflexions, rik’a, et d’adorations, soudjoud, qui consistent à se prosterner face contre terre.
  39. Ceci doit se rapporter à un vol commis par un des fils d’un compagnon de Mahomet, vol dont le prophète aurait voulu rejeter la culpabilité sur un juif. Mahomet était déjà sur le point de donner gain de cause à son coreligionnaire, lorsque les versets 112 et 113 lui furent révélés.
  40. Les Arabes adoraient Lat, Ozza et Menat, qu’ils croyaient être filles de Dieu.
  41. Mahomet s’élève ici contre certaines coutumes des Arabes idolâtres. Les commentateurs pensent que par les mots : je leur ordonnerai de changer, d’altérer la création de Dieu, Mahomet a voulu condamner la castration des esclaves, les marques imprimées sur leurs visages et leurs corps, la coutume d’affiler les dents, et le crime contre nature, tant parmi les hommes que parmi les femmes.
  42. Le sens du texte est ici très-douteux, à cause de la particule an qui, surtout dans le Koran, s’emploie pour l’affirmative comme pour la négative. On peut donc traduire : à qui vous ne donnez pas… et que vous refusez d’épouser, ou bien : à qui vous ne donnez pas… et que vous voulez épouser.
  43. Aux enfants sans protection ou en bas âge.
  44. C’est-â-dire la femme peut abandonner à son mari la dot entière, ou une portion, pour se le concilier.
  45. L’homme qui a plus d’une femme ne doit pas se laisser tellement entraîner par son amour pour l’une qu’il néglige tout à fait l’autre. À ce sujet, Mahomet dit : « Celui qui a deux femmes et penche entièrement pour l’une d’elles, paraîtra au jour de la résurrection avec des fesses inégales. »
  46. C’est-à-dire, il fera trouver au mari une femme qui lui plaira mieux, et à la femme un autre mari qui remplacera la perte de celui qui l’a répudiée.
  47. Il y a dans le texte un vague occasionné par l’emploi du pronom relatif, avant sa mort. Les uns pensent que Mahomet a voulu dire que tout chrétien ou juif interrogé à son agonie par l’ange avouera qu’il croît à Jésus. D’autres pensent que le pronom se rapporte à Jésus, qui doit encore revenir sur la terre pour tuer l’antéchrist et mourir. Alors tout l’univers croira en lui.
  48. En cadeaux destinés à corrompre les juges ou à d’autres usages.
  49. Ceci se rapporte à quelques juifs versés dans les Écritures et amis de Mahomet, quoique n’ayant point embrassé sa nouvelle religion.
  50. Cela veut dire : Vous, juifs, ne refusez pas de croire à la mission de Jésus, et vous, chrétiens, ne le regardez pas comme Dieu ; renfermez-vous dans le vrai.