Le Livre des oraisons/XXXII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Alphonse Picard et Fils (p. Couv.-38).
◄  XXXI
XXXIII  ►

XXXII

O bon Dieu omnipotent soef vengant et pardonnant, o doulz pere veez cy moy tousiours environne de pechiez et de tribulations, et tant comme il mesloigne plus de toy ie cognois que il suy cheu, et qui ne cognoist quand il est cheu il na cure de soy relever, car il cuide encore estre sur ses piez, maiz tu doulz sire dieu vueillez illuminer mes cogitations que ie ne chiee au regart de mes ennemis. Lequel est sire le premier et derrenier larron qui vouloit desrober ta gloire, et ore sire dieu de puis quil tomba en abysme, ne cesse de parsuivir tes filz et par despit de toy, il convoite atrair moy qui suy ta creature, lequel crea ta bonte omnipotent a ton ymage.

Ie sire donc devant les piez de ta majesté fais querele de cest ennemi ; il est malicieux et tourtureux ; ne legierement on ne peut entendre ses voyes, car or ca, or la, or aignel, or loup, et a chascune qualité lieu et temps ; selon diverses mutations des choses, diverses temptations ; pour ce car entre les tristes monstre tristece ; et entre ioyaus leesce ; es sains hommes fait pechier par semblance de bien ; et aucuns tempte par temptation legierre et arrecoy. Les autres par temptation legiere et manifeste, et en trop dautres et diverses manieres qui seroient longues, et ces choses sont trop diverses a cognoistre, se tu doulz sire ne les descuecures ; car non seulement es œuvres de la char maiz es espiritueles prieres et devotions desoubz chaleur de vertu fait devenir vices, et trop dautres choses sefforce de faire sathan, ore comme lyon, ore comme dragon, ore manifestement, et ore occulte dedans et dehors, de jours et de nuys. Et tu sire mon dieu delivre moy qui sauves les esperans en toy par quoy il ayt desplaisir et tu soyes loe qui es mon dieu omnipotent.