Le Livre des oraisons/XXXIII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Alphonse Picard et Fils (p. 37-38).
◄  XXXII
XXXIV  ►

XXXIII

Sire dieu omnipotent et pere de ma vie par le quel toutes choses vivent et senz lequel toutes choses se pevent conter Pour mortes, ne me delaisses en consirier maligne, et ne donne mie a moy orgueil de mes oyeulx ; oste de moy concupiscence et tout mal en guise que ie pense tousiours en toy. Ta lumière aille tousiours devant moy, blesce ma concupiscence sire de ta doulceur, car tu vois que le besoing en est venuz, et que tout le monde est plein de mal le quel tu y as mis par mauvaistie de gens, et donc sire moy fils de ta servente laquelle me donna en ta main, o ses poures oroisons ie confesse a toy mon cuer pour entendre les biens que tu mas fait des ma inventute et en toute ma vie. Je say sire que descognoissance te deplaist la quelle est racine de touz maulx, et ie sire a toy rens graces par quoy ie ne suy descognoissant car tu mas delivre tant de foys de pechie de la gueule au dyable, et sire ie ay pechie devant toy mille millions de foys. Ie ne te doubtoye et tu me gardoyes de touz maulx, ie me separay de toy et tu me retournas a toy senz ce que ie ne le cognoissoye, ie descendi iusques es portes denfer et tu me retenis arriere, ie maprochay es portes de la mort et tu sire mon sauveur me delivras de griefs maladies et de diverses playes et blesceures et trop perilz par mer et par terre, et tousiours en moy present estant et misericordieusement assayant, et se ie feusse lors mort ie eusse perdu et corps et arme. Cest benefice et trop dautres et trestous ceulz que iay mas tu donne par ta grant doulceur et misericorde. Ore sire lumiere de marme le mien dieu tu mas enlumine en cognoistre un pou tant que ie cognois que je vis par toy seul ie rens graces a toy ia soit ce que vilz et petites et non egaulz a tes benefices ; maiz teles comme ma fragilité les a, ie les offre a toy car tu es seul dieu mien benigne. Que diroy ie sire touz les biens que iay mas donne, et touz les maulx du monde iay faiz et de ta punicion mas garde, et pour ce soit tout tien corps cuer et arme, et quant que iay a toy loing et commant.