Le Livre des oraisons/XXXIV

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Alphonse Picard et Fils (p. 38-39).
◄  XXXIII
XXXV  ►

XXXIV

Le petit entre les plus petiz Sire dieux pere de ma vie et de ma vertu confesse moy indigne dentrer dedanz ton couvent, mais ie te pri Sire fay moy ceste grace que tu ne vueilles confondre ton serf esperant en toy ; tu me feis Sire et vueilles moy gouverner, tu me creas si ne desprise les euvres de ta main, mais Sire boe et ver, ne puis entrer en tes eternitez se non que tu le faces que toutes choses as fait de neant, ie certes Sire nespoir rien en moy maiz en toy, et se ne feust lesperance que iay en toy ie me feusse perdu piece a, maiz ie pense que tu ne delaissez ceulz qui esperent en toy ; tu es mon dieu doulz benigne et pacient, ie fueille et vanite homme vivent, ma vie est vent sur la terre ; ne te courrouces Sire sur mes pechiez car ie suy pupil et tu cognois ma fragilite, ne vueil les monstrer ta force inexplicable contre la fueille que le vent emporte. Iay ouy Sire et sentu ta misericorde que tu ne veulz ma perdicion par quoy ie te pri que tu ne permetes a avoir seigneurie ce que tu ne fis a ta creature la quele tu fis. Se tu ne veulz de ma perdition qui deffents a toy qui puez tout, de mettre moy a salvation ? Se tu veulz tu me puez sauver, et se ie vueil par moy sanz toy ie ne puis, la voulente est en moy maiz leccomplir ie ne puis trouver ne la voulente ie ne puis avoir se tu ne le fais, et ce que ie vueil et puis ie ne cognais se tu ne le menseignes car en ta voulente sont toutes choses, ne nulz nest qui puisse le contraire faire en moy. Donc sire, soit faite ta voulente, qui appelle ton nom, ne soit perie sil te plaist ceste creature qui est faite par ton saint nom.