Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 2/3-LLDA-Ch44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (2p. 427-428).



CHAPITRE XLIV


DISTRIBUTION DES DEMEURES



1516. Vaiçampâyana dit : Alors le roi congédia tous les sujets qui, selon la permission (qu’ils en avaient reçue de lui), rentrèrent dans leurs demeures.

1517. Puis Youdhishthira, le roi fameux, dit d’une voix douce à Bhîma à l’héroïsme terrible, à Arjouna et aux deux jumeaux :

1518. « Dans cette grande guerre, les ennemis ont blessé vos corps de diverses armes. Vous avez subi de grandes fatigues, et vous avez été tourmentés par le chagrin et la colère.

1519. Ô taureaux des Bharatides, vous avez dû, par ma faute, habiter péniblement dans les bois, comme des hommes du commun.

1520. Jouissez à votre fantaisie de cette victoire, de manière à être heureux. Demain, quand vous serez reposés, et que vous aurez repris (toutes vos) facultés, je me rencontrerai de nouveau avec vous. »

1521, 1522. Alors, pareil à Maghavant qui rentre dans son palais, Vrikodara aux grands bras entra dans la demeure de Douryodhana, qui lui avait été donnée par son frère avec la permission de Dhritarâshtra, et qui était ornée de belvédères, remplie de nombreux bijoux, et pleine d’esclaves mâles et femelles.

1523, 1524. Arjouna aux puissants bras entra, sur l’ordre du roi, dans la maison de Dousçâsana, qui, aussi (belle) que celle de Douryodhana, était ornée de belvédères, remplie d’esclaves mâles et femelles, embellie de grilles d’or, et où abondaient les richesses et les grains.

1525, 1526. Ô grand roi, Youdhishthira fils de Dharma, se plut à donner à Nakoula, qui en était tout à fait digne, et qui avait beaucoup souffert dans la grande forêt, l’habitation de Dhourmarshana ; elle était supérieure à celle de Dousçâsana, garnie de bijoux et d’or, et pareille au palais de Kouvera.

1527, 1528. Il donna à Sahadeva, qui faisait constamment (tout ce qui pouvait) lui plaire, la splendide demeure de Dourmoukha, embellie de riches ornements d’or, pleine de femmes aux yeux de lotus, remplie de lits (magnifiques). Celui-ci, en l’obtenant, se réjouit comme (Kouvera) le distributeur des richesses, en obtenant le Kailàsa.

1529. Ô maître des hommes, Youyoutsou, Vidoura, Sañjaya, Soudharman et Dhaumya, rentrèrent dans leurs anciennes demeures.

1530. Pareil à un tigre qui pénètre dans une caverne de la montagne, le tigre des hommes, (Krishna) descendant de Çouri, entra, avec le Satyakide, dans la demeure d’Arjouna.

1531. Après s’être livré à des festins qui les réjouirent et après avoir passé une excellente nuit, ils se réveillèrent dans d’agréables (dispositions), et s’approchèrent du roi Youdhishthira.