100%.png

Le Mont-Saint-Jean

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


LE MONT-SAINT-JEAN.

CANTATE.
(1818.)


                Dans cette plaine où l’Angleterre
                De notre sang teignit les fleurs,
                Le front incliné vers la terre
                Un Français répandait des pleurs ;
                Assis sur le bord d’une tombe
                Dont l’aspect réveille ses maux,
                Sur sa main sa tête retombe,
                Et sa voix murmure ces mots :

        Ô Mont-Saint-Jean ! nouvelles Thermopyles,
Si quelqu’un profanait tes funèbres asiles,
                Fais-lui crier par tes échos :
        Tu vas fouler la cendre des héros.


                J’ai vu les arts et les bergères
                Engloutis dans l’obscurité,
                Près des légions étrangères
                N’oser fleurir en liberté.
                J’ai vu la palme la plus belle
                Plier, tomber et se flétrir ;
                J’ai vu la victoire infidèle !…
                Et je viens apprendre à mourir.
                    Ô Mont-Saint-Jean, etc.

                Honteux de se voir les esclaves
                De ces rois dits nos alliés,
                J’ai vu l’élite de nos braves
                Courber leurs fronts humiliés ;
                J’ai vu leur phalange attendrie
                Maudire un indigne repos,
                Et sur les maux de la patrie,
                Pleurer au pied de ses drapeaux.
                    Ô Mont-Saint-Jean, etc.

                Là, des premiers soldats du monde
                Le sang inonda les guérets,
                Et l’on vit la terre féconde
                Changer ses épis en cyprès.
                Chaque nuit, dans la brise errante
                Des eaux, des forêts et des cieux,
                Des preux j’entends la voix mourante
                Nous crier pour derniers adieux :
                    Ô Mont-Saint-Jean, etc.


                Ce ruisseau dont l’onde rapide
                Roula jadis des flots de sang,
                Pour promener son eau limpide
                Des bois s’échappe en frémissant.
                Il fuit, et dans de vastes ondes
                Il va se perdre en peu d’instans ;
                Ainsi tous les peuples des mondes
                Se perdront dans la nuit des temps.
                    Ô Mont-Saint-Jean ! etc.

                Ici l’Ottoman ou le Perse,
                Peut-être en un lointain hiver,
                Entendra résonner la herse,
                Et sous le fer gémir le fer.
                En voyant la face intrépide
                Du preux que le soc a foulé,
                Il dira, l’œil de pleurs humide :
                Ici l’univers a tremblé.

        Ô Mont-Saint-Jean, nouvelles Thermopyles,
Si quelqu’un profanait tes funèbres asiles,
                Fais-lui crier par tes échos :
        Tu vas fouler la cendre des héros.


----