75 percent.svg

Le Nommé Jeudi/Chapitre VII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche




VII

Conduite inexplicable du professeur de Worms


— Assis ! cria Dimanche d’une voix dont il se servait rarement, une voix qui faisait tomber des mains les épées menaçantes.

Les trois hommes qui avaient appréhendé Gogol le lâchèrent, et ce personnage équivoque reprit sa place.

— Eh bien ! mon garçon, reprit le président, comme s’il se fût adressé à un inconnu, voulez-vous me faire le plaisir de fouiller la poche supérieure de votre gilet et de me montrer ce que vous y trouverez ?

Le prétendu Polonais avait pâli sous sa broussaille de poils sombres. Il glissa pourtant avec calme apparent deux doigts dans la poche indiquée et en tira un bout de carte bleue.

En voyant cette carte sur la table, Syme reprit conscience du monde extérieur. Bien qu’elle fût posée à l’autre bout de la table, et qu’il n’en pût pas lire l’inscription, cette carte ressemblait étonnamment à celle qu’il avait lui-même en poche et qui lui avait été remise à son entrée dans la police antianarchiste.

— Slave pathétique, dit le président, fils tragique de la Pologne, êtes-vous disposé à prétendre, maintenant et devant cette carte, qu’en notre société vous n’êtes pas… comment dirai-je… de trop ?

Chacun fut surpris d’entendre une voix claire, commerciale pour ainsi dire et presque faubourienne, sortir de cette forêt de cheveux exotiques. C’était tout aussi paradoxal que si, tout à coup, un Chinois eût parlé anglais avec l’accent écossais.

— Je pense que vous vous rendez compte de votre position, continua Dimanche.

Tu parles ! répliqua le Polonais. Mais croyez-vous qu’un vrai Polonais aurait su être aussi Polonais que moi ?

— Je vous accorde ce point. Votre accent d’ailleurs est inimitable ; pourtant, je m’y essaierai en prenant mon bain. Voyez-vous quelque inconvénient à laisser ici votre barbe avec votre carte ?

— Pas le moins du monde !

Et, d’un coup, Gogol arracha tout son masque barbu et chevelu, d’où émergea une figure pâle et effrontée, au poil blond.

— C’était bien chaud, ajouta-t-il.

— Je vous rendrai justice en disant que vous avez su, sous ce masque si chaud, garder votre sang-froid, fit Dimanche, avec une sorte d’admiration brutale. Écoutez-moi ; vous me plaisez. Il me serait donc désagréable, pendant au moins deux minutes et demie, d’apprendre que vous avez succombé aux tourments. Eh bien ! si vous parlez de nous à la police ou à âme qui vive, il me faudra subir ces deux minutes et demie de désagrément. Quant à l’ennui qui en résulterait pour vous, je n’y insiste pas. Adieu, donc, et prenez garde à l’escalier.

Le ci-devant Gogol, le détective aux cheveux roux se leva sans mot dire et quitta la chambre, lentement, avec un air de parfaite nonchalance. Mais Syme, stupéfait, put se convaincre que cette aisance était jouée, car un léger trébuchement l’avertit bientôt que le détective n’avait pas pris garde à l’escalier.

— Le temps passe, dit le président de sa façon la plus enjouée en consultant une montre qui, comme lui-même et comme tout ce qu’il portait sur lui, était de dimensions anormales. Il faut que je vous quitte sur-le-champ : j’ai l’obligation de présider une réunion humanitaire.

Le secrétaire se tourna vers lui, les sourcils froncés.

— Ne vaudrait-il pas mieux, dit-il sèchement, reprendre la discussion de notre projet, maintenant que nous sommes entre nous ?

— Je ne suis pas de votre avis, répondit le président, avec un bâillement comparable à un discret tremblement de terre. Laissons tout en plan. Samedi arrangera tout. Je m’en vais. Je suis pressé. Nous déjeunerons ici dimanche prochain.

Mais la scène dramatique à laquelle il venait d’assister avait singulièrement surexcité le système nerveux du secrétaire. C’était un de ces hommes qui sont consciencieux jusque dans le crime.

— J’ai le devoir de protester, Président, contre cette irrégularité ! dit-il. C’est une des règles fondamentales de notre société, que tous les plans doivent être discutés en plein conseil. Sans doute, et je rends pleinement hommage à votre prudence, en présence d’un traître…

— Secrétaire, interrompit le président, très sérieusement, si vous rapportez votre tête chez vous, essayez donc de la faire cuire, comme un navet ; peut-être alors sera-t-elle bonne à quelque chose. Toutefois, je n’affirme rien.

Lé secrétaire étouffa un rugissement de fureur.

— En vérité, murmura-t-il, je ne puis comprendre…

— Parfaitement, dit le président en inclinant la tête à plusieurs reprises, c’est bien cela ! vous ne pouvez comprendre, et cela vous arrive assez souvent. Voyons âne bâté que vous êtes ! rugit-il en se levant. Vous ne vouliez pas qu’un espion nous entendît, hein ? Or, que savez-vous si, en ce moment même, un espion ne nous entend pas ?

Sur ces mots, il quitta la pièce en haussant les épaules.

Des cinq hommes qui restaient dans le cabinet, quatre ouvraient la bouche, écarquillaient les yeux ; ils paraissaient au comble de l’étonnement. Syme seul se doutait de la vérité, et ce doute le faisait frissonner jusque dans la moelle de ses os. Si les paroles du président n’étaient pas dénuées de sens, elles signifiaient que Syme était, tout au moins, soupçonné. Peut-être Dimanche n’avait-il pas la certitude de pouvoir le démasquer, comme il avait fait de Gogol, mais il se méfiait !

Les quatre autres finirent par s’en aller, à la recherche de leur lunch, car il était plus de midi. Le professeur gagna la porte très lentement, très péniblement.

Syme resta longtemps seul, à méditer sur son étrange situation. Il avait échappé au premier coup de tonnerre, mais le nuage pesait encore sur lui. Enfin, il sortit et gagna Leicester Square.

La température s’était refroidie. Syme éprouva quelque ennui à voir tomber des flocons de neige. Il avait toujours la canne à épée et le reste des bagages de Gregory, mais sa pèlerine était restée il ne savait où, dans le bateau peut-être, ou sur le balcon. Espérant que la rafale ne durerait pas, il se réfugia sous l’auvent d’une petite boutique de coiffeur, dont la vitrine ne contenait qu’une maladive figure de femme en cire, décolletée.

Pourtant, la neige tombait de plus en plus dense. Syme, agacé par le sourire fade de la figurine, se retourna vers la rue et regarda les pavés blanchir. Il ne fut pas peu surpris de voir un homme arrêté devant la vitrine et qui se tenait là, immobile, comme hypnotisé par l’insupportable statuette. Son chapeau était blanc comme celui du père Noël, et la neige s’épaississait autour de ses souliers. Mais il semblait que rien ne pût l’arracher à la contemplation de cette poupée fanée. Il était assez étrange qu’un être humain quelconque se tînt par un pareil temps en observation devant une telle boutique. L’étonnement de Syme ne tarda pas à changer en un malaise très personnel, car il reconnut tout à coup le vieux professeur paralytique de Worms. Ce n’était guère l’endroit qui convenait à un homme de son âge, accablé des infirmités qu’il avait.

Syme était prêt à admettre n’importe quoi d’invraisemblable sur le compte de n’importe lequel des « déshumanisés » qui composaient le Conseil. Mais il ne pouvait croire que le vieux professeur fût amoureux de cette poupée de cire. Il préféra s’expliquer le cas en supposant que le malade était sujet à des accès de catalepsie, de rigidité subite, et même il se félicita, n’étant nullement enclin à la pitié envers un tel individu, de pouvoir, par une fuite rapide, le distancer tout de suite.

Car Syme avait besoin d’échapper, ne fût-ce que pour une heure, à l’atmosphère empoisonnée qu’il respirait depuis la veille. Alors, il pourrait, du moins, mettre de l’ordre dans ses pensées, délibérer sur la conduite à tenir, et d’abord résoudre ce problème : était-il, ou non, enchaîné par la parole donnée à Gregory ?

Sous les flocons de neige qui dansaient dans l’air, il s’éloigna, traversa quelques rues et entra dans un petit restaurant de Soho pour y prendre son lunch.

Il mangea de trois ou quatre plats, tout en réfléchissant, but une demi-bouteille de vin rouge et termina par une tasse de café accompagnée d’un cigare. Il avait choisi sa place dans la salle du premier étage, où retentissaient indiscontinûment le cliquetis des couteaux et des fourchettes et le bruit des conversations en langues étrangères. Il se rappela que, jadis, il avait soupçonné d’anarchisme ces braves et inoffensifs étrangers, et il frissonna en songeant à ce que c’était qu’un véritable anarchiste. Mais, tout en frissonnant, il songea aussi qu’il avait fui, et il en eut une impression mêlée de quelque honte et de beaucoup de plaisir. Le vin, la nourriture, qui n’avait rien d’extraordinaire, le caractère familier de l’endroit, les visages de ces hommes bavards et simples, tout le rassurait, et il était tenté de croire que le Conseil des Sept n’était qu’un mauvais rêve ! Bien qu’il fût obligé de convenir en lui-même que le terrible Conseil n’avait rien de chimérique, ce n’était, du moins, pour l’instant, qu’une réalité lointaine. De grandes maisons, des rues populeuses, le séparaient des maudits Sept. Il était libre, dans une ville libre, et il buvait son vin parmi des hommes libres.

Avec un soupir de soulagement, il prit son chapeau et sa canne, et descendit dans la salle du rez-de-chaussée, qu’il devait traverser pour sortir.

En pénétrant dans cette pièce, il crut sentir que ses pieds prenaient racine dans le plancher.

À une petite table, tout près de la fenêtre et de la rue blanche de neige, le vieux professeur anarchiste était assis devant un verre de lait, avec ses paupières mi-closes, et son visage livide.

Un instant, Syme resta droit, rigide comme la canne sur laquelle il s’appuyait. Puis, avec une précipitation folle, il passa tout près du professeur, ouvrit la porte et, la faisant claquer derrière lui, bondit dans la rue, dans la neige.

— Ce cadavre me suivrait-il ? se demandait Syme en mordillant sa moustache blonde. Je me suis trop attardé, je lui ai donné le temps de me rejoindre malgré ses pieds de plomb. Heureusement qu’en hâtant un peu le pas, je puis sans peine mettre entre lui et moi la distance d’ici à Tombouctou… Du reste, ma supposition n’est pas raisonnable. Pourquoi me suivrait-il ? Si Dimanche me faisait surveiller, il n’aurait pas chargé de cette mission un paralytique.

D’un bon pas, tout en faisant tournoyer sa canne entre ses doigts, il prit la direction de Covent Garden. Comme il traversait le Grand Marché, la rafale de neige se fit plus abondante. Elle devenait aveuglante à mesure que le jour baissait. Les flocons le piquaient comme d’innombrables essaims d’abeilles argentées, pénétrant dans ses yeux, dans sa barbe, surexcitant ses nerfs déjà fort tendus. À l’entrée de Fleet Street, il perdit patience, et, se trouvant devant une maison de thé ouverte le dimanche, il s’y réfugia. Par contenance, il commanda une seconde tasse de café noir. À peine l’avait-il commandée que le professeur de Worms, péniblement et en trébuchant, ouvrait la porte de la boutique et, s’asseyant avec difficulté, demandait une tasse de lait.

La canne de Syme lui échappa des mains et fit en tombant un bruit métallique qui révéla la présence de l’épée. Le professeur ne parut pas avoir entendu. Syme qui était un homme plutôt calme le regardait, bouche bée, comme un paysan qui assiste à un tour de passe-passe. Il n’avait remarqué aucun cab derrière lui ; il n’en avait pas entendu s’arrêter devant la boutique. Selon toute apparence, le professeur était venu à pied. Mais quoi ? Le vieillard n’allait guère plus vite qu’un escargot, et Syme avait filé comme le vent !

Affolé par l’invraisemblance matérielle du fait, il se leva, ramassa sa canne et s’esquiva, sans avoir touché à son café. Un omnibus se dirigeant vers la Banque passait à grande allure. Syme dut faire une centaine de pas en courant pour l’atteindre. Il sauta sur le marchepied, respira un instant, puis monta à l’impériale. Il y était installé depuis une demi-minute, à peu près, quand il entendit venir d’en bas un souffle d’asthmatique. Se retournant aussitôt, il vit s’élever graduellement sur les marches de l’omnibus un chapeau haut de forme, blanc de neige, puis le visage de myope, puis les épaules tremblantes du vieux professeur de Worms. Il s’avança à tout petits pas, se laissa tomber sur la banquette en poussant de légers soupirs et s’enveloppa lentement dans les plis de la bâche de laine. Chaque mouvement de ce corps branlant, le moindre de ses gestes démontrait jusqu’à la parfaite évidence la débilité sans remède, la totale impuissance de cet organisme usé. Et pourtant, à moins d’admettre que les entités philosophiques appelées espace et temps fussent dépourvues de toute réalité, il était infiniment probable que ce vieillard avait dû courir après l’omnibus.

Syme se dressa de toute sa hauteur et, jetant un regard affolé sur ce ciel d’hiver, qui d’instant en instant devenait plus sombre, se laissa glisser, plutôt qu’il ne descendit, le long de l’escalier. Il avait dû réprimer un mouvement impulsif qu’il avait eu de se jeter en bas, du haut de l’impériale.

Sans regarder en arrière, sans réfléchir, il s’engagea à l’aveuglette, comme un lièvre dans un trou, dans l’une des petites cours qui avoisinent Fleet Street. Il avait vaguement l’idée de dépister le vieux diable en se perdant lui-même dans ce labyrinthe de ruelles étroites. Il se plongea donc dans ces ruelles qui semblaient des culs-de-sac plutôt que des passages, et après avoir tourné une vingtaine de coins et décrit quelque inimaginable polygone, au bout de quelques minutes, il s’arrêta, prêtant l’oreille. Aucun bruit de pas. Du reste, la couche épaisse de neige dont ces ruelles étaient tapissées étouffait tous les bruits. Quelque part, toutefois, derrière Red Lion Court il avait remarqué en passant qu’un citoyen énergique avait balayé la neige sur l’espace d’une vingtaine de mètres ; là le gravier apparaissait, humide et luisant. Il n’en avait pas tenu grand compte d’abord. Et il allait reprendre sa course, quand son cœur cessa de battre : il entendait résonner, dans cet endroit déblayé, la béquille de l’infernal perclus.

Le ciel, couvert de nuages, versait sur Londres un crépuscule dense, insolite à cette heure peu avancée de l’après-midi. À la droite et à la gauche de Syme, les murs de l’allée étaient unis et sans caractère ; pas une fenêtre, rien qui fît penser à un œil. Il éprouva de nouveau le besoin de gagner les rues larges et éclairées, de sortir de ce dédale de maisons tristes. Mais il erra longtemps encore en tous sens avant de gagner la grande artère, et, quand il y parvint, il se trouva beaucoup plus loin qu’il n’aurait pensé, dans la vaste solitude de Ludgate-Circus. Il aperçut la cathédrale de Saint-Paul assise en plein ciel.

Il fut d’abord étonné de la solitude de ces grandes voies. C’était comme si la peste eût décimé la population. Puis, il réfléchit que la tempête de neige était un danger. Enfin il se rappela que c’était dimanche. En prononçant tout bas ce mot, il se mordit la lèvre. Dimanche ! Ces syllabes comportaient désormais pour lui un jeu de mots sacrilège.

Sous l’épais brouillard qui planait, la ville prenait une étrange couleur verdâtre et comme sous-marine. Derrière Saint-Paul, le soleil, comme un disque de métal, avait des teintes fumeuses et sinistres, morbides, des teintes d’un rouge flétri, d’un bronze terni, qui faisaient ressortir la blancheur opaque de la neige. Sur ce fond morne, la masse noire de la cathédrale s’élevait, et à son sommet, on distinguait une grande tache de neige, comme sur un pic alpestre. La masse neigeuse, après s’être lentement amoncelée, s’était écroulée, mais en s’écroulant, elle avait drapé le dôme, du haut en bas, d’une écharpe blanche, de façon à faire saillir en argent pur le globe et la croix. À cette vue, Syme se raidit involontairement, il fit de la canne-épée le salut militaire.

Il savait que le hideux compère le suivait toujours comme son ombre ; mais il ne s’en souciait plus. C’était comme un symbole de la foi et de la vertu, ce haut lieu de la terre qui restait resplendissant dans les cieux assombris. Les démons pouvaient s’être emparés des cieux ; ils ne pouvaient toucher à la croix.

Syme eut brusquement l’envie d’arracher, à ce paralytique dansant et sautillant qui le poursuivait, son secret.. À l’angle du Circus, il se retourna, étreignant sa canne, pour faire face à son persécuteur.

Le professeur de Worms tourna lentement le coin de l’allée irrégulière d’où il venait. Sa forme outrageante, estompée contre un réverbère solitaire, rappela irrésistiblement à Syme « le bonhomme tortu qui fit un mille tordu », dont il est question dans les chansons de nourrice. On était vraiment tenté de croire que sa forme tordue lui avait été donnée, imposée, par ces rues tortueuses.

Il se rapprochait, et la lumière du réverbère se reflétait sur son binocle relevé, sur sa figure patiente, qu’il tenait droite, immobile. Syme l’attendait comme saint Georges attendit le dragon, comme un homme qui va provoquer une explication finale, ou la mort.

Et le vieux professeur alla droit à Syme, et passa devant lui comme devant un inconnu, sans un regard de ses yeux éplorés.

Ce silence, cette sorte d’innocence jouée, exaspérèrent Syme. Le vieillard semblait protester, tacitement, par son visage fermé, par ses manières, en quelque sorte incolores, qu’il ne poursuivait personne et que toutes ces rencontres avaient été de simples et insignifiantes coïncidences.

Syme se sentit galvanisé par une soudaine énergie, nuancée de fureur et d’ironie. Il fit un geste violent, qui faillit faire tomber le chapeau du professeur, cria quelque chose comme : « Attrape-moi si tu peux ! » et se mit à courir à travers le large et blanc Circus. Impossible maintenant de se cacher. En se retournant, il put voir le vieillard qui le poursuivait à grandes enjambées. On eût dit deux hommes se défiant à la course. Mais la tête du professeur restait toujours livide, grave, immobile et, pour tout dire, professorale : la tête d’un conférencier plantée sur le corps d’un arlequin.

Cette étrange course se continua sans répit à travers Ludgate-Circus, par Ludgate Hill, autour de la cathédrale de Saint-Paul, le long de Cheapside ; Syme croyait revivre tous les cauchemars oubliés.

Enfin, il se dirigea vers le fleuve et s’arrêta tout près des docks. Il aperçut les portes jaunes d’un bar illuminé, s’y engouffra et commanda de la bière. C’était une taverne borgne, pleine de marins étrangers, un endroit, peut-être, où l’on fumait de l’opium, où l’on jouait du couteau…

L’instant d’après le professeur de Worms entra, s’assit avec précaution, et commanda un verre de lait.