Le Pain dur/Acte I, Scène IV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Nouvelle Revue Française (p. 55-56).

Scène IV


Sichel

Monsieur le Comte…


Turelure

Vous étiez là ?


Sichel

Monsieur le Comte, l’aubergiste du Pot d’Étain, à Fismes…


Turelure

Qu’il aille au diable !


Sichel

… Dit qu’il a reçu un télégramme de Paris. Quelqu’un qui veut venir vous voir. D’urgence. On lui retient une voiture.


Turelure

Qui a signé le télégramme ?


Sichel

Interrompu par le brouillard.


Turelure

Ce ne serait pas Louis, par hasard ?


Sichel

Non, qui l’aurait prévenu ?


Turelure

Prévenu de quoi, je vous prie ? Il n’y a à le prévenir de rien.


Lumîr

Louis arrive ! Quel bonheur !


Turelure

Non, Mademoiselle, je vous demande pardon, ce n’est pas un bonheur du tout.


Sichel

Grossoleil l’aubergiste, n’avait pas de chevaux libres. J’ai pensé bien faire d’envoyer notre voiture.


Turelure

Vous avez très mal fait. Le cheval est vieux et se passerait bien de ces quinze kilomètres sous la pluie.


Sichel

Réellement, vous devriez en acheter un autre.


Turelure, sombre
Je suis vieux aussi.

Lumîr

Adieu, je vais faire préparer la chambre de Louis.

Adieu, Monsieur le Comte !

(Elle sort)