Le Parler populaire des Canadiens français/P

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
O Le Parler populaire des Canadiens français Q




Pacager, v. a.

S’installer chez les autres. Ex. Quand le petit Philippe vient chez nous, il ne part plus, comme s’il venait y paca ger.

Pacan, n. m.

Paresseux, lourd, grossier. Ce mot semble dérivé depaga-nus, villageois romain, d’où a été thé païen. Les paganî s’étaient faits chrétiens plus lentement que les gens des villes. De paganus vient peut-être aussi le malipêkinAorA se servent les troupiers français pour parler des bons gars. On connaît la réponse de M. de Talleyrand à un militaire à qui il avait demandé ce que voulait dire ce mot de pêkin. « Nous appelons pêkin tous ceux qui ne sont pas militaires. » « C’est comme nous, aurait dit Talleyrand, nous appelons militaires tous ceux qui ne sont pas civils. » On trouve dans Godefroy le mot pacant, homme du pays.

Pacaner, v. n.

Parler ou agir grossièrement, comme un/ « caK. Ex. Voilà un individu qui pacane sans bon sens.

Pacotille, n. f.

— Ensemble de menus objets que l’on peut emporter avec soi.


Groupe de petits enfants conduits par leur mère de porte en porte, Ensemble de marchandises offertes en vente par un col porteur.

  • Pad, (m. a.)

Bloc-notes, paquet de feuillets faciles à détacher, sur lesquels on prend des notes.

Pad-away, éwé, (m. a.) — Jeu de la mère Garuche.

Paddy, (m. a.)

Irlandais. Ex. C’est un Paddy from Cork. Sobriquet.

  • Padlock, (m. a.) — Cadenas.

Paf !

Interjection qui représente le bruit d’un corps qui tombe, d’un coup. Ex. Ça la.it j>if, paf, pouf !

Pagée, n. f. Travée. Ex. Pagée de clôture. Quelqu’un demandait à un nommé Page quel était son nom. « Je m’appelle Page, dit-il. — Oh ! alors vous êtes de la noblesse et vous avez droit à la particule. — Comment cela, dit l’autre étonné. — Vous ne savez donc pas qu’ici, au Canada, nous n’avons que des Pagêes de clôture ! »

Pagnier, n. m. — Panier. Ex. Unpagnier percé.

Pagniérée, n. f.

I, e contenu d’un panier. Ex. Une pagniérée de tomates.

Pagote, n. f.

Pagode, manche étroite jusqu’au coude, large vers le poi gnet.

Paillasse, n. f. — Paillasse à spring, sommier. — Traîne-paillasse, homme qui porte des guenilles. Chasse-paillasse. V. ce mot.

Paillassée, n. f. — I<e contenu d’une paillasse.

Paille, n. f,

Prendre un repas qui n’est Pas de paille, un repas soigné.

Tirer à la courte-pâille, tirer au moyen de pailles de lon gueur inégale. Avoir le derrière sur la paille, être dans la m isère.

Paille « en-queue, n. m. — Canard Pilet.

Pain, n. m. . — Demander son pain, mendier. Avoir du pain de cuit, être rentier. Perdre un pain de sa fournée, avoir une déception. Se prendre en pain, en une masse. S’ôter le pain de la bouche, se priver pour d’autres. Avoir du pain sur la planche, avoir de quoi vivre, du bien acquis, sans être obligé de travailler. Passer en pain bénit, aller d’une maison à l’autre, s’y faire héberger pendant des jours et des semaines. Se dit des mendiants à la campagne. — Grossier comme un pain d’orge, très grossier. Pain à chanter, n. m. — Pain à cacheter.

Pain de boulanger, n. m. Pain acheté chez les fournisseurs ou chez le boulanger.

Pain de couleuvre, n. m. Actée rouge, très beau fruit par l’apparence, Jquia empoi sonné beaucoup d’enfants.

Pain de ménage, n. m. Pain fabriqué à la maison avec le blé récolté par le cultiva teur.

Pain de perdrix, n. m. Baie rouge dont les perdrix sont très friandes.

Pain de sucre, n. in.

Morceau de sucre de forme carrée, fabriqué avec la sève de nos érables, et dont le poids varie de deux à dix livres. Ex. Je ne voudrais pas aller à ce concert pour un pain de sucre.

Pain » de-suif, n. m. — Homme lourd de corps et d’intelligence.

Pair, n. m. — Pis. JSx. L, epair d’une vache. — Député qui s’entend avec un autre député pour ne point voter sur une question. Ex. Il va falloir trouver quatre pairs pour le reste de la session, (Angl.)

Paire, n. f. Une paire de pantalons, un pantalon. 478, LE PARLER POPULAIRE

  • Pairer, v. n. (Angl.)

Expression pour désigner que deux députés, de partis oppo-sés, |se sont entendus pour ne point voter sur une question ou durant un certain espace de temps.

Paître, v. n. — Envoyer paître, envoyer promener.

Paix, n. f. — Ficher la paix, laisser en paix.

Patenter, v. a.

Hisser un objet au moyen d’un palan, palanguer. On dit palanquer en Anjou.

Palette, n. f. Tablette. Ex. Une palette de chocolat. Visière. Ex. Une palette de casque. Garde-vue. Ex. I, e docteur me recommande de me servir d’une palette pour me protéger les yeux contre la lumière. Cosse. Ex. Des fèves eu palette. La palette d’un poêle, la partie saillante du fourneau. La palette du genou, la rotule. La palette de Vépaule, l’omoplate. — Se /aire prendre la palette, se faire tancer d’importance.

Pallot, te, adj. — Qui a une démarche pesante et très lente.

Pampadour, n. f. Pompadour. Ex. Elle est fière comme la Pampadour.

Pamphlet, n. m. Brochure. Ex, M. le curé de Saint-Samuel vient d’écrire un pamphlet sur le modernisme.

Panage, n. m. Panache. Ex. Un panage de caribou, d’orignal.

Panagérique, n. m. — Panégyrique.

Pancarte, n. f. Tableau des élèves d’une classe, dressé d’après le succès obtenu à un concours. Ex. Cette semaine, je suis le premier de ma classe, et c’est moi qui vais porter la pan carte chez M. le Directeur.

Pandore, n. m. — Pandour, homme brutal, pillard.

  • Panel, (m. a.) — Tableau du jury.

Paniérée, n. f. — L, e contenu d’un panier. Littré dtQpannerée.

Panneau, n. m.

— Partie mobile d’une table, abattant. Rallonge est le mot pour la partie détachée qui s’ajoute au besoin. — Bavaloise. V. ce mot.

Panse, n. f. Avoir les yeux plus grands que la panse, prendre d’un plat plus qu’on en peut manger.

Panser (se), v. pron. — Manger beaucoup.

Pantalons, n. m. pl.

— Pantalon, n. m. s. Ex. Tailleur, faites-moi des pantalons pour samedi soir.

— Culottes qui descendent jusqu’au genou seulement.

Pantomine, n. f. — Pantomime.

Pantoute. Pas du tout. Autrefois on disait pas en tout, d’oùpas en toute, et pantoute\

Pantry, panntrê, (m. a.) — Garde-manger, office, dépense.

Paper (blotting), (m. a.) — V. Blotting.

Papier, n. m. — Papier sablé, papier de verre.

Pâques, n. f.

Faire des pâques de renard, faire ses pâques après le temps défini par l’Église,

Pâques bis. Le dimanche de la Passion, quinze jours avant Pâques.

Paquet, n. m. Plier son paquet, s’en aller, fuir. Faire son paquet, être moribond. Avoir son paquet, être ivre. Recevoir son paquet, être congédié. Porter des paquets, dénoncer les autres. Lâcher le paquet, abandonner. — Soulever le paquet, apostropher vivement. — Faire des paquets sur tout le monde, médire.

Paqueter, v. a. — Serrer, presser. V. D’jammer.

Par, prép.

Pour. Ex. Mes actions à la banque me rapportent cinq par cent.

Du côté de. Ex. Je vais par là-bas. Au milieu. Ex. Cet enfant jette tout par les places et par les fenêtres.

Par ailleurs, prép. Ailleurs. Ex. Tu peux t’en aller par ailleurs.

Par après, prép. Après, ensuite. Ex. Vous viendrez tous les uns par après les autres.

Par contre, loc. Au contraire. Ex. J’ai fait cent piastres dans une affaire, mais, par contre, j’en ai perdu deux cents dans une autre,

Par devant. — Devant. Ex. Il est passé par devant moi.

Par exemple, loc. A mon sens. Ex. Il fait beau, mais, par exemple, ça ne durera pas. V. Exemple.

Par exprès, loc. Exprès. Ex, Pardonnez-moi, car je ne l’ai pas fait par exprès.

Par ici, loc. Ici. Ex. Par ici il n’y a pas d’hommes de profession.

Par places, loc, Par-ci par-là. Ex. L, es pois ont bien germé, mais il en manque par places.

Paradis, n. m. Paradis des Anglais, paradis à part. Paradis des oies, qui n’existe pas.

Ne pas porter une chose en paradis, payer avant sa mort.

Paragon, n. m. Gros romain, 72 points. ~ Double paragon, trismégiste, 144 points.

Paragraphe, n. m. — Alinéa, en terme d’imprimerie.

Paraître, v. n.

— Echapper. Ex. Je l’ai paru belle. — Bien paraître. Ex. Mettre tout en œuvre pour paraître dans le monde. Paralatif, n. m. — Préparatif.

Paralésie, a. f. — Paralysie. DES CANADIENS-FRANÇAIS 481 Paralétique, n. m. et f. — Paralytique.

Paramment, adv. — Apparemment.

Paraneige, n. m. Construction en bois pour prévenir l’amoncellement de la neige sur les voies ferrées.

Parapel, n. m. Trottoir. Champlain emploie le mot parapel pour parapet, muraille.

Parapuie, n. m. — Parapluie.

Parasol, n. m. — Champignon.

Parc, n. m.. — Porcherie. Ex. L, e parc (.par) aux cochons. — Enclos où le gibier semble se donner rendez-vous.

Parcevance, n. f. — Apercevance.

Parchaude, n. f. — Perchaude.

Parche, n. f. — Perche.

Parcher, v. n.. Sangler une charretée de foin avec une corde. Ex, I, a charrette est pleine de foin, parchons.

Parcourement, n. m.

Terme d’imprimeur pour exprimer le fait qu’il lui faut déranger plusieurs lignes s’il se trouve en face d’épreuves remplies de corrections.

Par-dessus, n. m. pl. Chaussures à semelles en caoutchouc, portées en hiver.

Pardonner, v. a. Demander pardon. Ex. Pardonnez, Monsieur, est-ce que je vous ai fait mal ?

Pardre, v. a. — Perdre.

Pardrix, n. f. — Perdrix.

Pardu, e, n. m. et f.

— Perdu, égaré. Ex. Je sais pas ce qu’il a, mais il crie comme un pardu.

Paré, e, adj.

Prêt. Ex. Etes-vous prêt à partir ? — Oui, je suis paré. A l’abri d’un danger. Ex. J’ai été bien malade, me voilà paré m aintenant.

Pareil, le, adj. et adv.

Semblable. Ex. Voilà deux enfants qui s’entressemblent, ils sont presque pareils. Pareillement. Ex. Bien qu’il fasse une tempête, nous partirons pareil.

Parent, n. m. Etre parent avec quelqu’un, être parent de quelqu’un.

Parer belle (la). — L’échapper belle.

Parfait, e, adj. Parfaitement. Ex Un parfait honnête homme, un homme parfaitement honnête.

Parfait (au), loc. Parfaitement. Ex. Cette blouse est faite au parfait.

Parlas, n. m. — Prélart.

Parlant, e, adj. Affable, de commerce agréable. Ex. Crois-tu que ce garçon est parlant ?

Parle, n. f. — Perle.

Parlement, n. m. Assemblée où il se prononce beaucoup de discours. Ex. Viens-tu à Beauport, nous allons avoir un beau parlement. En France, ou dit d’un bavard qu’il est un parlement sans vacance.

Parlementaire, adj. — Les bâtisses parlementaires, les édifices du parlement, le palais législatif.

Parler, v. n. Entendre parler, entendre dire. Parler français, parler librement. Parler à tâtons, sans science. Parler du bout de la langue, zézayer. Trouver à qui parler, trouver son maître. C’est bien parler à vous, vous dites bien. — Ça parle tout seul, c’est évident.

Parler (se), v. pron. Discuter ensemble. Ex. Pourquoi t’emportes-tu si vite ? attends, nous allons nous parler. DES CANADIENS-FRANÇAIS 483

Parlette, n. f. Babillage. Ex. Cet homme a une grosse parlette. Cotgrave cite parolette, petite parole.

Parlotte, n. f. — V. Parlette.

Parmettre, v. a. — Permettre. Parmi, prép. Employé quelquefois en sous-entendant son régime. Ex. Ces pommes sont mauvaises, il y en a cependant de bonnes parmi.

Paroisse, n. f. — Église de la paroisse de N.-D. de Québec. Ex. Moi, je me suis marié en 1824, à la paroisse. — N’être pas de la paroisse, être étranger.

Paroissien, n. m. Individu quelconque. Ex. En voilà un drôle de paroissien !

Parole, n. f. Perdre la parole, ne pas vouloir se résoudre quand on de mande quelque chose. La parole n’en pue point, il faut moins s’attacher aux mots qu’à ce qu’ils expriment. Parole écartée, insensée,

Paroles en l’air, paroles pour ne rien dire.

Paroles, n. f. pl. Débat, discussion. Ex. Avoir des paroles ensemble.

Parolette, n. f. — Parlette.

Paroli, n. m. — Conversation. Ex. Cet homme a du paroli. — Flot de paroles. Ex. Quel paroli est cela ! on ne peut se comprendre.

Parpailler, v. a. — Eparpiller.

Parrainer, v. n. — Etre parrain.

Par rapport que, loc. conj. Par la raison que. Ex. Mon imprimeur n’avance pas vite en besogne, par rapport çu’ila. trop d’ouvrage sur le métier.

Par-sour, prép. Par-dessous. Ex. Les rats passent par-sour le solage de la maison.

Par-sur, prép. — Par-dessus. Ex. Passe par-sur la clôture.

Part, n. f. Parti. Ex. Si tu as le front de l’attaquer, je vais pren dre sa part. Action de banque. Ex. J’ai cent parts à la banque Nationale. En quelque part, quelque part. A part de lui, à part lui.

A part de cela, à part cela. Faire des à part, partager en gardant des parts pour d’autres.

Partable, adj. Action de partir. Ex. Il fait un temps à ne pas mettre les chiens dehors, ce n’est pas partable.

Partenaire, n. m.

— Celui ou celle avec qui l’on fait vis-à-vis à d’autres dan seurs. Associé dans le commerce. (Angl.)

Parti, n. m. et part. pass.

Partie, Ex. Un parti de plaisir. — Pris de boisson. Ex. Celui-là est encore parti ; quel ivrogne !

Particulier, ère, adj.

Minutieux, soigneux. Ex. Je le connais, il est trop particulier pour accepter un tel cadeau.

Partir, v. u. et a.

Commanditer. Ex. Partir un jeune homme dans le com merce. (Angl.) Fonder. Ex. Si tu veux m’en croire, nous allons partir un journal, nous l’appellerons « IYe Québecquois ». (Angl). Ouvrir. Ex. Partir un magasin. Partir pour la gloire, faire la fête. Se faire, partir, se faire enlever. Ex. —Il s’est fait partir un ongle du doigt.

Partir (en), v. 11.

Venir de faire quelque chose. Ex. As-tu fini ton ouvrage ? y en pars.

Partisannerie, n. f.

Esprit de parti. Ex. Moi, je vote sans partisannerie.

  • Partner, neur, (m. a.) — Partenaire, associé.

Parvint, part. pass. — Parvenu.

Pas, n. m.

Faire le pas, entrer dans les ordres majeurs, en parlant d’un séminariste.

Pas de rien. Grosse affaire.. Ex. Ce que tu dis là, ce n’&st pas de rien.

Pas fin (un). Un homme peu sensé. Ex. Veux-tu que je te le dise carré ment ? tu es un pas fin.

Pasfinerie, n. f. Simplicité. Ex. Cesse donc tes pasfineries, mauvais drôle.

Pas grand’chose (un), loc. Un homme de peu de valeur.

Pas guère, loc. — Guère, peu.

Pas mal, loc. — Eu assez grande quantité. Ex. Y a-t-il beaucoup de cerises dans le jardin ? — II y en a pas mal.

Pas que (pour), loc. Pour que., ne., pas. Ex. Je t’ai raconté cela eu secret, pour pas que ça soit connu.

Pas rien. — Rien.

  • Pass, (m. a.)

Billet gratuit. Ex. Voyager avec une pass sur le chemin de fer.

Pas un (comme), loc. Mieux que qui que ce soit. Ex. Je suis capable de faire cet ouvrage comme pas un.

Passable, adj. Praticable. Ex. Ives chemins sont bien passables cet automne. P

assablement, adv. Eu nombre assez considérable. Ex. Il y avait passablement d’invités à la soirée des I^atour.

Passage, n. m. — Adoption. Ex. Le passage de la loi. Vestibule. Ex. Accroche ton chape au dans le passage. Peausserie, préparation des peaux. Passager, n. m. Passant. Ex. Ce chemin est très passager. Voyageur en chemin de fer, en bateau, en tramway. Train de voyageurs. — Maison où on loge les cultivateurs de passage. Ex. As- tu mis ton cheval chez Bolduc le passager ? Passe, n. f. État, situation. Ex. Il nous a mis dans une belle passe ! Permis de circulation sur les voies ferrées, les bateaux, les tramways. Ex. Je voyage à —bon marché, j’ai des passes tant que je veux. Passe-fleur, n. f. — Lychnide coquelourde. Passe-galon, n. m. — Passe-lacet. Passe*partout, n. m. — Scie à chantourner. Passe petit passe gros. I, ocution pour dire qu’une chose est faite sans aucun soin. Passe-pierre, n. f. — Pierre-ponce. Passe-port, n. m. Passe-passe. Ex. Jouer des tours de passe-port. Passé, part. pass. Passé, et au delà. lïx. Ma maison a quarante pieds passés. Passée, n. f. Intervalle de courte durée. Ex. L, e bonhomme est enragé, mais ce ne sera qu’une passée. Passer, v. a. Adopter. Ex. Les députés vont en chambre pour passer des lois. Faire. Ex. Ne passe pas de remarques sur son compte. Souscrire. Ex. Tu me dois cent piastres, passe-moi ton billet. Mourir. Ex. Notre malade est passé hier soir. Morigéner. Ex. Tu vas te faire passer par le directeur. Passer au/eu, incendier. Passer chemin, avancer. Passer par les fHàihs, avoir affaire. DES CANADIENS-FRANÇAIS Passer par-dessus une chose, la considérer légèrement. Il faut en passer par là ou par la fenêtre, se soumettre. Nous avons passé par là, nous avons fait l’expérience. // faut que le médecin ou le prêtre y passe, il faut le secours du médecin ou du prêtre. // veut passer pour quelque chose de bon, se faire une bonne réputation. — Passer en belette, fuir rapidement. Passer en souris, s’évader furtivement. Passer au bob, se faire tancer d’importance. Il passe une heure, il est une heure passée. En faire passer, tromper un confident peu défiant. Passer bien ou mal dans le monde, passer pour honnête ou malhonnête. Passer la porte, sortir. Ex. Passe la porte, mon petit in solent, je te chasse de la classe. — Passer en pain bénit. V. Pain.

Passer et rapasser. Passer et repasser. Ex. En voilà un qui cherche quelque chose depuis une heure, il ne fait que passer et rapasser. Passion, n. f. Pension. Ex. Une bonne maison de passion.

Passionner, v. a. — Pensionner.

Pas vrai ? — — N’est ce pas vrai ?

Pataclan, n. m. — V. Bataclan.

Patacle, n. f. — Mauvaise montre. V. Patate.

Patafioler, v. a. Que le diable tepatafiole ! t’emporte. Le verbe ne s’emploie pas dans d’autres sens.

Pataplouf, patapouf, n. m. — Homme gros et lourd, un pataud et un bouffi. — Se dit aussi d’un enfant. Ex. Un gros patapouf’.

Pataque, n. f. : — Patate.

Patarafe, n. f. Semonce par écrit. Ex. Je vais lui envoyer une patarafe dont il se souviendra longtemps. — Balafre, tache à la figure.

Patate, n. f. Mauvaise montre. Ex. Combien demandes-tu pour ta patate ? Pomme de terre. Cependant le mot patate semble admis. C’est la morelle tubéreuse. Patate d’avance, qui, semée plus à bonne heure, mûrit beaucoup plus tôt. Patate de quarante jours, patate qui prend quarante jours pour sa production, depuis la semaille jusqu’à la récolte. Etre dans les patates, dans l’erreur, faute de compréhen sion.

Patati, patata ! Onomatopée employée pour rendre des bavardages, des bruits qui s’entrecroisent. (I, ar.)

Pataud, n. m. Lourdaud. Il n’y a pas qu’un chien qui s’appelle Pataud, il y a plu sieurs manières de désigner une chose ou une personne.

Pâte, n. f.

Trop de mains à la pâte, ça la gâte, les entremetteurs sont souvent de trop. Une bonne pâte d’homme, un homme d’un bon caractère.

  • Patente, n. f. (Angl.)

Brevet d’inventeur. Cuir à patente, cuir verni.

Bureau des patentes, des brevets. Patenté, e, adj. Breveté. (Angl.) — En règle. Ex. Je t’assure que tu as fait là une bêtise patentée.

  • Patenter, v. a. (Angl.)

Prendre un brevet. Ex. As-tu fait patenter ta dernière invention ? Adresse-toi au bureau des patentes. Pâté, n. m. Enfant gros et gras. Caractères d’imprimerie mêlés. Tache d’encre sur une feuille écrite. DES CANADIENS-FRANÇAIS 489 Patience, n. f. Jeu de patience, jeu du solitaire. Plante à racine antiscorbutique, très commune. Patïnade, n. f. — Action de patiner. Patiner, v. a. — Manier malproprement. Patiner (se), v. pron. Se dépêcher, se hâter. Ex. Nous avons besoin de nous patiner si nous voulons terminer notre ouvrage pour la fin du mois. Patinoir, n. m. Pavillon des patineurs, eu France. Le mot patinoir pour rait être accepté par tout le inonde. Pâtir, v. n. Pâtisser. Ex. J’ai une bonne cuisinière, elle sait pâtit. Patirat, n. m. Souffre-douleur. Ex. C’est un vrai patirat. Patliache, n. m. — Patriarche. Patoche, n. m. Grosse main. Pied d’enfaut. Patriotage, n. m. — Faux patriotisme. Patronage, n. m. Pratique d’un chaland, clientèle. Ex. J’ouvre un magasin, vous me donnerez votre patronage. Patronniser, v. a. — Patronner, recommander, appuyer. Patte, n. f. Pied. Ex. Les pattes de la table. Un ragoût de pattes de cochon. Main. Ex. Ote tes pattes dessus ton visage. Aller à pattes, marcher à pied. Coup de patte, coup de langue. Patte de poêle, Irlandais. Patte d’oie, ride. Homme à pattes, homéopathe. Marcher à quatre pattes, s’aplatir. Marcher sur une patte, à cloche-pied. — Pattes de mouche, écriture maigre et peu lisible. 49’O LE PARLER POPULAIRE Patte, e, adj. Pattu, qui a des plumes sur les pattes. Ex. Un pigeon patte. Pattots, n. m. pl. — Petits pieds. Pau mon, n. m. — Poumon. Paumonique, n. et adj. — Pulmonique. Pau p’tit. Pauvre petit. Ex. Pau p’tit enfant, que tu es à plaindre ! | Paupiller, v. n. — Agiter les pupilles.

? Pauve, n. et adj. — Pauvre.

Pauverté, n. f. — Pauvreté. Pavé, n. m. — Gratter le pavé, être dans la misère. Paver, v. a. — Joncher. Ex. Les rues sont pavées de fleurs. Pavillon, n. m. — Couche. Expression acadienue.* Pawnbroker, pân’-brôkeur, (m. a.) — Prêteur sur gages. Payant, e, part. prés. Qui donne de bons profits. Ex. Une spéculation payante, un commerce payant. Paye, n. f. Jour où se payent les salaires. Ex. C’est demain qu’on fait \&paye. Dur de paye, mauvais payeur. Une bonne paye, un homme qui paie bien. — Une mauvaise paye, qui paye mal. Payer, v. a. Rendre. Ex. Je te paierai ta visite au premier jour. (Angl.) Adresser. Ex. Payer un compliment. Réjouir. Ex. Il fait beau ! — Oui, ça paye, un temps comme ça. Rapporter du profit. Ex. Voilà une spéculation qui va payer. Payer pour, être puni. Ex. Tu veux absolument te conduire mal, je t’avertis en ami que tu paieras potir. Payer (se), v. pron. S’offrir. Ex. Je viens de faire un peu d’argent, je vais me payer "un thapëau neuf. DBS CANADIENS-FRANÇAIS 491 Payeux, n. m. Payeur. Ex. Crédit est mort, les mauvais payeux l’ont tué. Pay-list, (m. a.) — Bordereau de salaire. Pay-mastér, pêmasteur, (m. a.) — Payeur, agent comptable. Pays, n. m.

Les pays d’en haut, région occidentale du Canada, jus qu’au lac Huron. Les vieux pays, l’Europe.

Pea-nut, pi-note, (m. a.) — Pistache de terre. Pearl, peurle, (m. a.) — Perle, 5 points (T. d’impr.) Peau, n. f.

Une peau, un homme qui n’a plus que la peau et les os. Faire peau neuve, changer de conduite, d’opinions ou de vêtements. Traîner sa peau, flâner. Etre dans la peau d’un autre, à sa place. Ne savoir que faire de sa peau, paresser. Avoir la peau dure, être insensible à tout. Etre plus attaché à sa peau qu’à sa chemise, soigner ses propres intérêts plutôt que ceux des autres. A fleur de peau, sur l’épiderme. Avoir de la peau de reste, être très maigre. Sauver sa peau, se tirer d’embarras. Traîner quelqu’un en peau de chien, l’amener à agir malgré lui. Pécane, n. f. Amande oblongue. Au XVIIe siècle, nos ancêtres avaient la pacane. Pécaud, n. m. Cheval usé. Pingre. ; Pécio, n. m. — Petit ours rusé, difficile à saisir. Pêche, n. f. Bordigue, enceinte de claies sur le bord du fleuve pour pren dre du poïsson. Ex. Une "pêche à anguilles. Pêcher, v. a. \ — Pêcher dans le site, saisir à ; là dérobée. 492 LE PARLER POPULAIRE — Pêcher dans le las, saisir à peu près. Pêches, ii. f. pl. — Filets, sennes. Pêcheux, n. m. — Pêcheur. Peddler, v. a. — Vendre à domicile. (Angl.) Peddleur, n. m. (Angl.) — Colporteur. Pedigree, pedigri, (m. a.) — Généalogie. Peigne, n. m. Pingre. Ex. Tu as affaire à un beau peigne, je t’en sou haite ! Peigne-cul, n. m. — Paresseux, usurier. Peigner, v a. Battre, maltraiter. Ex. Je l’ai peigne avec soin. Mal peigne, homme de mauvaise mine. Peigner du lin, du chanvre, Sérancer. Peigner (se), v. pron. — Se battre. Peine, n. f. Cri en peine, appel au secours. Peinture, n. f.

Fait en peinture, très bien fait, comme si tout ouvrage de peinture était parfait. Peinture à Peau, aquarelle.

Peinture à V huile, toile. Peinturer, v. a. — Peindre. Pèlerinage, n. m. — Pèlerinage. Pelle, n. f. Donner la pelle, vouer un amoureux à un échec. Recevoir la pelle, amoureux éconduit par sa blonde. Pelle-à-feu, n. f. — Sage-femme. Pelote, n. f. — Boule. Ex. Une pelote de neige. Peloter, v. a. Se prendre en boule, Ex. La neige pelote bien, les enfants vont s’amuser à faire des bonhommes de neige, des cabanes, etc. Peloter (se), v. pron. — S’envoyer des pelotes de neige. Pelotonner, v. a. — Pelotonner un peloton de laine, pléonasme. Pendants, n. m. pl. Pendants d’oreilles de dame, fuchsia écarlate. DES CANADIENS-FRANÇAIS 493 Pendard, d. m. Homme dangereux, qui cependant n’a pas mérité la corde. Ex. Mon petit fie ? idard, tu te feras pincer à quelque détour. Pend’oreilles, n. m. pl. — Pendants d’oreilles. Pendriloque, n. f. — Pendeloque. Pendrioche, n. f. État de ce qui pend. Loques qui pendent d’un vêtement, d’un rideau usés. Echafaud. Ex. Je serais bien surpris si ce criminel va pouvoir se sauver de la pendrioche. Pénican, n. m. — Pélican, ancien instrument de dentiste. Penille, n. f. Lisières de laine ou de coton qui entrent dans la confection des catalogues. Pénitentiaire, n. m. — Pénitencier, maison pénitentiaire. Penouil. — V. Fond de Penouil. Penoute. — Nom donné à un paysan naïf. Penser, v. n. — Venir sur le point. Ex. J’ai pensé mourir. Pension, n. f. — Maison de pension privée. Pensoire, n. f. — Compréhension, jugement. Pente, n. f. Ornière particulière aux chemins encombrés par la neige. Pépelier, péplier, n. m. — Peuplier. Pépère, n. m. — Grand’père. Pepi. — V. Pipi. Pépite, n. m. — Pupitre. Peppermint, minute, (m. a.) — Tablette de menthe poivrée. Pèque, n. f. — Visière de casquette. Percentage, n. m. (Angl.) Pourcentage, commission, remise, taux d’intérêt. Percer (se), v. pron. Creuser une fosse dans la vase, d’environ trois à quatre pieds de profondeur, où le chasseur se blottit pour surprendre le gibier méfiant, comme l’outarde et l’oie sauvage. (De Gaspé, Anciens Canadiens.^) Percet, n. m. — Camarine à fruits noirs.. 494 LE PARLER POPULAIRE Perchaude, n. f. Perche jaune, d’où perchaude par corruption. Perche, n. f. Personne fluette et très grande. Pieu qui entre dans une clôture. Tendre la perche, venir en aide. Aller à la perche, conduire un canot avec une perche. C’est bon q7ie la perche en lève, c’est très bon, succulent. Perche de ligne, n. f. — Ligne à pêcher. Perdition, n. f. Avoir des yeux à la perdition de son âme, avoir des yeux extraordiuairement beaux. Perdre, v. a. et n. Avoir une hémorrhagie, chez la femme. Perdre une motion, la voir rejeter. Perdre son nom, périr, disparaître. Ex. Tu tiens à ta pipe, serre-la, si tu ne veux pas qn’elle perde son nom. — Perdre la carte, la boule, perdre la tête. Perdre (se), v. pron. Périr. Ex. Un steamer vient de sombrer, cinq matelots se sont perdus. Perdrix blanche, n. f. Lagopède des saules et lagopède des rochers. Perdrix de bois francs, n. f. Gelinotte fraisée. Aussi appelée perdrix de montagne. Perdrix de savane, n. f. — Tétras du Canada. Père, n. m. — Homme d’un âge assez avancé. Ex. Ecoutez, le Père. Dutil, vous avez bien soixante ans, asteure f Pérentoine, n. m. Péritoine. Ex. Une enflammation du pérentoine. Perfection, n. f. Ouvrage fait à la perfection, eu perfection, suivant l’Acadé mie. Péri, n. m. — Péril. Ex. J’irai an péri de ma vie. Péritieux, euse, adj. — Périlleux.* Périwinkle ; pêriouinnkl, (m. a.) — Bigorneau. DES CANADIENS-FRANÇAIS 495 Perlasse, n. f. — Potasse pure. Perlasserie, n. f. — Etablissement où l’on fabrique la perlasse. Perlât, n m. — Prélart. Perle, n. f. Enfiler des perles, flâner. La perle de la famille, celui ou celle qui semble avoir le plus de qualités. Perroquet de mer, n. m. Macareux arctique et macareux à gros bec. Personne (grande), n. f. — Personne d’un certain âge. Personnelle, adj. — Intime. Ex. C’est mon ami personnel. Persouhaiter, v. a. Assurer. Ex. Je vojispersouhaite que c’est la pure vérité. Perte, n. f. — Hémorrhagie chez la femme. Pesant, e, adj. et n. m. I, ourd. Ex. Le temps est pesant, nous allons avoir de la pluie. Malaise durant le sommeil, particulier aux personnes qui dorment conchées sur le dos. Borel se"sert du mot pesart. — Acheter pesant, acheter beaucoup. Pesas, n. m. pl. — Tiges sèches de pois. Pesée, n. f. — Machine pour peser le foin, les animaux. Peser, v. a. Hisser. Ex. Pèse la voile, voilà le bon vent qui arrive. Peser son pesant d’or, avoir une grande valeur. Peser le poids, avoir de l’importance. Pétaque, n. f. — Patate. Pétard, n. m. Claquet, digitale pourprée, dont les enfants s’amusent à faire claquer les fleurs. Pétasser, v. n. Fêler. Ex. Cette assiette est pétassée à trois places. Petau, n. m. — Pied d’enfant. Pet-en-gueule. — Exercice gymnastique. Péter, v. n. — Fêler, fendre. Ex. Nous avons un poêle qui pète par tout. 496 LB P ARIER POPULAIRE Eclater. Ex. Cet œuf m’a pété dans la main. Avoir fini de péter, mourir. Que le diable mepète un singe ! juron. Pet su’l’trèfle, n. m. — Personne susceptible à l’excès. Péter sur le trèfle. Viser à la délicatesse par des manières doucereuses et affectées. L, e trèfle est un végétal inférieur, à cause de sa petite tige. Il faut peu de vent et de secousse pour l’abattre. En France, on dit grêler sur le persil, pour exercer une auto rité contre des gens faibles et dans les affaires sans importance. Péteux, euse, n. m. et f. — Lâche, timide. Pétillard, n. m. et f. Pétillant, homme qui brille par son esprit, et dont le regard est pétillant. Petit, e, adj.. Les petits, écolj^rs du séminaire qui sont dans les basses classes. Au petit jour, au point du jour. Au petit matin, de grand matin. — Faire son petit, se faire petit, humble. Peti-peta. — A petits pas. Ex. Aller peti-peta. Petite*santé, n. f. Personne maladive. Ex. Ma femme, je t’assure, c’est une petite-santé. Petitement, adv. A l’étroit. Ex. Nous sommes petitement dans cette maison. Petits pains, n. m. pl. — Calcéolaire très visqueux. Peton, n. m. — Pied d’enfant. « Mon peton », a dit Rabelais. Pétot, n. m. pl. — Petits pieds. Petun, n. m. — Tabac brésilien. Pétuner, v. n. — Fumer. Peu, n. m. — Excusez du peu, ne vous gênez pas. — Un petit peu, très peu. Ex. Je prendrai un petit peu d’eau. —’"-si DES CANADIENS-FRANÇAIS 497 Peupelier, n. m. — Peuplier. Peuplier argenté, n. m. — Peuplier blanc. Peuplier de Lombardie, n. m. — Peuplier pyramidal. Peuplier liard, n. m. — Peuplier à grandes dents. Peur, n. f. Partir en peur, s’échapper. Ex. Mon cheval est parti en peur. Avoir peur à, redouter. Y ai peur à mon cheval, il est vicieux. Donner la peur, effrayer. Ex. I, e tonnerre me donne toujours la. peur. — Une peur bleue, une forte peur. Peur, n. f. — Peur. Peureux, euse, adj. — Poltron. Philippina. Philippine. « Vous cassez une amande, elle est double : vous offrez une moitié à votre voisine de table. Le lendemain, à la première rencontre, elle ne manque pas]de vous dire : Bonjour, Philippine. Vons êtes pris, vous avez perdu, vous devez un gage » — (Rozan.) Phramacien, n. m. — Pharmacien. Physonomie, n. £. Physionomie. Ex. Eti voilà une qui a une bellepkysonomie dans le visage. Pi, adv. — Puis. Piaillard, n. m. — Piailleur. Piailler, n. m. — Crier continuellement. Piailleur, euse, n. m. et f. — Qui piaille. Piam-piam, loc. Doucement. De l’italien piano. Ex. Aller piam-piam.* Piano cottage, (m. a.) — Piano droit. Pianoter, v. n. Jouer du piano sans soin et sans talent, plutôt pour s’amuser. Pianoteux, euse, n. m. et f. — Qui pianote. Pian-pian, loc. V. Piam-Piam. Remy Belleau a dit : « Mais il me faut par ler pian-pian. » 32 498 LE PARLER POPULAIRE Piasser, v. n. Se dit du cri des petits poulets et des moineaux. Piastre, n. f. Avoir les yeux grands comme des piastres françaises, ne pas vouloir dormir. Chercke ta piastre, ton êcu est perdu. V. lîcu Un baise-la-piastre, avare. — Cheval de quatre piastres, de valeur médiocre. Piaule, n. f. — Bouffée de vent. Piautne, n. m. — Pivoine. Pic, n. m. Outil dont se servent les déblayeurs de trottoirs quand ils enlèvent la glace, et aussi les ouvriers qui font des tranchées dans le sol pour les fins de l’aqueduc, du gaz, etc. Pic (à), loc. adv. — ^ Escarpé. Ex. Une côte à pic. D’abord difficile. Ex. Une femme à pic.

  • Pica, (m. a.)

Cicéron, 12 points. Smallpica, philosophie, 11 points. Double small pica, petit paragon, 22 points Five Unes pica, double canon, 60 points. Eight Unes pica, triple canon, 96 points. Picâillon, n. m. Argent. Ex. Il en a, des picaillons. Picâillon était une monnaie savoyarde valant un demi— liard. Picasser, v. a. Marqueter, tacheter. Ex. Il est picassê comme un œuf de dinde. Picasse, n. f. — Vieux cheval usé. Piccolo, n. m. — Petite flûte. Pichegrue, n. f. Personne d’humeur acariâtre. Ex. Une vieille pichegrue. Pichenoque, n. f. Pichenette, chiquenaude. Nous disons aussi pichenolle, pichenelle et pichenotte. DES CANA DIBNS-FRANÇAIS 49g Pichou, n. m. — Petite personne habillée d’une façon bizarre. Pickle, pikl, (m. a.) — Marinade, conserves au vinaigre. Pickpocket, pokette, (m. a.) — Filou, coupeur de bourses. Picocher, v. a.

Becqueter, piquer avec le bec. Picoter, piquer légèrement et à plusieurs reprises. Picosser, v. a. — Becqueter. Picot, n. m. Maladie éruptive de la peau qui occasionne une forte démangeaison. Point. Ex. J’ai acheté une indienne couverte de petits picots. Picote, n. f. Variole, petite vérole. Godefroy donne picote pour petite vérole. Ce mot nous vient de France. Un de ses principaux attributs est de bien dépeindre les effets de cette terrible maladie. Picote volante. Varicelle ou variolette, petite vérole volante qui a quelque ressemblance avec la variole. Picotin, n. m. Patronage gouvernemental accordé à un individu dans la mesure des services rendus. Picoté, n. m. Qui a la picote. Ex. L, e cimetière des picotés. Ce mot se trouve dans l’Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec, publiée en 1671 (p. 408). Picouille, n. f. — Animal décharné. Picra, n. m. Aloès. Ex. Si vous voulez vous purger, prenez une bonne dose de picra. Picuite, n. f. — Pituite. Pie, n. f. — Geai du Canada.

  • Pie, pâle, (m. a.)

Pâté. Mutton pie, pâté au mouton. Oysterpie, pâté aux huîtres. c ; oo le parler popula ire ; — Sea pie. — V. Cipaille. Pièce, n. f. — Etre pris de ses pièces, être très intéressé. Pied, u ni. .£>£ Mf comme ses pieds, pataud. Avoir les pieds attachés, avoir pieds et poings liés. Mettre les pieds dans les plats, agir inconsidérément. Avoir bon pied bon œil, ne ressentir l’effet de l’âge ni dans les pieds ni dans la vue. Prendre tout au pied de la lettre, juger du sens d’après une mesure uniforme. Avoir les quatre pieds blancs, n’être pas coupable. OU que tu mets les pieds ? De quoi te mêles-tu ? Ne pas se moucher du pied, trancher du grand

Prendre des pieds, s’imposer chez les autres. Lever le pied, se sauver après avoir fait un mauvais coup. Pied (à), loc. Etre à pied, se trouver dans une mauvaise position par la faute d’un autre. Ex. Tu as engagé ce domestique, je t’assure que tu vas être à pied. Pied d’alouette, n. m. — Dauphinelle. Pied-de-roi, n. m Mesure de douze pouces à vingt-quatre pouces qui se replie sur elle-même. Roi se disait autrefois pour signifier règle, mesure. Pied-de-veau, n. m. — Calla d’Ethiopie. Pied-de-vent, n. m. Nuage étroit et très allongé. Effet du soleil qui se produit par un temps nuageux, lorsque l’astre est peu élevé au-dessus de l’horizon, ses rayons paraissant alors s’y rattacher. Signe de vent. Pierre à chaux, n. f. — Pierre calcaire. Pierre à faux, n. f. — Pierre pour aiguiser les faux. Pierre à feu, n. f. — Silex. Pierre à moulanges, n. f. — Pierre meulière. Pierre à tonnerre, n. f. — Pyrite de fer. Pierre bleue, n. f. — Indigo. Pierre d’épongé, n. f. — Pierre-ponce. DES CANADIENS-FRANÇAIS 501 Pierre de rang, n. f. Pierre calcaire extraite des carrières de Beauport, du Châ- teau-Richer. Pierre de sable, n. f. — Grès. Pierroter, v. a. — Empierrer, macadamiser. Piéter, v. a. Bien habiller. Ex. Nous allons te piéter, mon enfant, pour aller à l’église. Piéter (se), v. pron. — Se tenir sur ses gardes. Ex. Si tu veux réussir, tu as besoin de te piéter. — S’habiller avec luxe. Piétonner, v. n. — Piétiner. Pigatoire, n. m. — Purgatoire. Pigeon, n. m. — Jaloux. Pigeon de mer, n. m. — Guillemot noir.* Pigeon-hole, pidjonne-hùle, (m. a.) Trou-madame, bagatelle. Pigeonne, n. f. Maléfice, tour. Ex. Je te dis que c’est une pigeonne que ce vieux mendiant lui a donnée. Femelle du pigeon. — Femme jalouse. Piger, v. a. Prendre une carte dans le jeu. Ex. J’ai pigé l’as de pique. Pignoche, n. f. — Chiquenaude. — Morceau de sucre du pays ayant la forme d’un cornet. Pignoche veut dire cheville, en France. Pignocher, v. a. — Donner une dégelée. Pignonner, v. a. — Mettre le pignon. Pignouf, n. m. — Rustre, grossier, mal élevé, etc. Pigras, pigrat, n. m. Dégât. Ex. Qui a renversé le crachoir sur notre beau tapis ? — En voilà un pigras ! Dans le Perche, ce mot est pris dans le sens de bourbier. PigrasSer, v. n. — Patauger dans la boue. 5O2 le PARLER POPULAIRE Piguerie, n. f. — Porcherie. Pilasse, n. f. — Traces d’un pied humide ou boueux. Pilasser, v. a. — Piétiner sur place. Pile, n. f. Pilier. Ex. ~L, zspiles du pont Dorchester. Pileau, n. m. — Tas. Piler, v. a. et n. — Ecraser avec le pied. Ex. Piler sur les pieds de son voisin. Mettre en pile. Ex. Piler du bois, des madriers. Pilot, n. m. Pilote. Conducteur. V. le mot suivant.


Pilot de bœuf, n. m.

Conducteur. En Normandie, on se sert des mots cacheux et cabreux pour exprimer la même idée.

Pilote, n. m. — Pilote branché, pilote Lamaneur. — Drap de pilote, gros drap pour la confection des pale tots. Piloter, v. a. Fouler avec ses pieds. Ex. Il a dû venir quelqu’un dans la cour, la neige est toute pilotée. Conduire, servir de cicérone. Ex. Pilotez-moi donc à tra vers la ville, je suis toujours écarté. Pilune, 11. f. — Pilule. Pimbina, n. m. — Viorne obier. Pimpermanne, n. f. — Peppermint. (Angl). Pimpermenne, n. f. — Peppermint. (Angl). Pin, pinne, (ni. a-) — Epingle. Pin blanc, n. m. — Peuplier du Canada. Pin gris-cyprès, n. m. — Pin des rochers. Pin jaune, n. m. — Pin doux. Pin résineux, n. m. — Pin rouge. Pince, n. f. ÏDoigts. Ex. Je vais te serrer la pince. Pinces de canot, les deux extrémités du canot. r DES CANADIENS-FRANÇAIS 503 Pinceau, n. m. Barbiche. Ex. Champlain, fondateur de Québec, portait le pinceau, tout comme beaucoup de Canadiens. Pincée, n. f. — Femme maniérée. Ex. Une pincée. Pincer, v. a. Se faire pincer, se faire prendre à la suite d’une mauvaise affaire. Pincette, n. f. Etre d’une humeur à prendre avec des pincettes, être de très mauvaise humeur. Pincette (à la), loc. S’embrasser à la pincette, en se pinçant légèrement les joues.* Plnch, (m. a.) Pincée, prise de tabac. Ex. Prends donc une petite pinch. Pintocher, v. a. — Bambocher, boire des liqueurs spiritueuses. Pintocheux, euse, n. m. et f. — Qui pintoche. Pinule, n. f. — Pilule. Pioche, n. f. Houe, béchoir. Tête de pioche, tête dure, peu. intelligente. Piocher, v. a. Piaffer. Ex. Mon cheval pioche quand il veut s’en aller. — Prendre des cartes au talon. Ex. Fais attention ! c’est ton tour de jouer, pioche donc. Piôles, n. f. pl. Heures favorables à la pêche, le matin, au lever du soleil, le midi, et le soir au soleil couchant. (De Gaspé, Mémoires’). Pioneer, v. n. — Dormir. Piou-piou, n. m. — Grive de Wilson. Pipée, n. f. I, e contenu d’une pipe. Ex. Donne-moi donc une pipée de tabac ?  : Pipet, n. m. — Qui fume sans cesse. Pipi, n. m. Urine, pisse. Ex. Fais pipi, riion enfant, pour faire plaisir . à ta grand’mère. ; PIpite, n. m. — Pupitre . ; 504 LE PARLER POPULAIRE Pique, n. f. Chicane, altercation. Ëx. Je viens d’avoir une pique avec lui. As de pique, personne qui ne bouge pas de l’endroit où elle s’est placée d’elle-même. Pique-bois, n. m. — Pivert. Pique ou noque. Jeu enfantin au moyen d’épingles. Pique est la pointe, et noque la tête. I/un des joueurs cache une épingle entre le pouce et l’index, de façon à ce que la tête ou la pointe soit à l’extrémité des phalanges. V. Noque. Piqué, n. m. Garniture de lit confectionnée avec plusieurs doubles de coton cousus et piqués, qui servent à garantir les matelas contre les accidents nocturnes particuliers aux enfants. Piquée, n. f. — Entrure du soc de la charrue dans le sol. Pique-ni, n. m. — Pique-nique. Pique-niquer, v. n. — Assister à un pique-nique. Piquer, v. a. Pousser des pointes acérées. Piquer au plus court, marcher sans prendre de voies détournées, en finir, passer à travers.

N’être pas piqué des vers, être soigné. Piquer (se), v. pron. S’irriter. Ex. L, ui, il se pique pour rien. Se piquer le nez, s’enivrer. Piquet, piquette, n. m, Pieu. Planter le piquette, s’arrêter, s’installer. — Planter des piquets, dormir assis, par exemple pendant les sermons à l’église. — Ma foi de piquette, juron commun. Piqueur, n. m. Bûcheron qui dégrossit les abatis dans un chantier. Pire, adj. — Pis. Ex. Tant pire pour toi. Notre malade va de pire en pire. DES CANADIENS-FRANÇAIS 505 — Mauvais. Ex. C’est bien plus pire que tu pensais. Pire aller (au), loc. adv. Au pis aller, en supposant les choses au plus mal. Pire (du), loc. Etre du pire, être très méchant. Pirgatoire, n. m. — Purgatoire. Piroli, n. m. Pilori. Se disait ici du temps où les voleurs étaient con damnés à subir ce châtiment. Pirouche, n. f. Oie. En France, on trouve le mot piron, pirotte, pour désigner l’oie femelle. Pirouette, n. f. — Planter la pirouette, pirouetter. Pirouys, n. m. Appelé aussi chevalier. Pirouys est l’imitation du cri de ce gibier bien connu. Pis, conj. — Puis. Pissat, n. m. Urine de toute nature. En France, ne se dit que des ani maux. Pisse, n. f. — Piste. Pisse-vinaigre, n. m. — Homme atrabilaire. Pissenlit, n. f. Aller manger des pissenlits par la racine, mourir. Pisser, v. a. Dégoutter. Ex. Mes habits pissent l’eau. Cheniquer. V. ce mot. Pisser dans ses culottes, faiblir. Pisser dans le violon, manquer de courage, se retirer de la lutte. — Pisser fin, filer doux. Pisseux, n. m. — Poltron, lâche. Pissou (petit), n. m. Sizerin à tête rouge. Voyage au printemps avec les oiseau blancs. Enfant qui urine dans ses pantalons. Pistolette, n. m. — Un drôle de pistolette, un singulier homme. 506 LE PARLER POPULAIKB Pistrine, n. f. — Mauvaise boisson.

  • Pit, pitte, (m. a.) — Paradis des théâtres français.

Pitéyable, adj. — Pitoyable. Pitié, n. m. — Piqué. Piton, n. m. — Monnaie de carte très en vogue autrefois dans la région du Saguenay parmi les bûcherons. — La Banque à Piton, une banque imaginaire. Pituche. — Le fond de Pituche. V. Penouil. Pitrau, n. m. — Jeu de carte. Pivart, n. m. — Pivert, pic doré, poule de bois. Pivelé, e, adj. Tacheté, moucheté, marqué de taches de rousseurs. Ex. Tu as la face pivelêe comme un œuf de dinde. Placage, n. m. Armoire fixe dans l’encoignure d’une pièce. Placard, n. m. — Flaque d’eau ou d’un liquide quelconque renversé sur une table ou sur le parquet. Ex. Un placard d’eau, de graisse. Placarder, v. a. Couvrir de placards, de taches. Ex. Un tapis placardé d’huile, de peinture. Produire des marques sous l’effet d’un coup. Ex. Pla carder la figure avec le poing. Place, n. f. Parquet, plancher. Ex. Balte la place, Marioche. Endroit. Ex. I^e lac Saint-Joseph est une belle place pour passer l’été. L, es gens de la place sont pas mal chê- rants. Place d’eau, station balnéaire.

Tout jeter par les places et les fenêtres, tout mettre en désordre. Par places, par endroits.

En place, en service. Placotage, n. va. Racontars ridicules. DES CANADIENS-FRANÇAIS 507 Action de placoter, de piétiner dans l’eau ou dans la boue. Action de s’immiscer dans certaines affaires sans obtenir de résultat. Placoter, v. n. Parler à tort et à travers. Piétiner sur place, faire plus de bruit que de besogne. Jouer dans l’eau avec ses pieds ou ses mains au risque d’éclabousser les passants. Placoteux, n. et adj. Qui jase à tort et à travers sans souci de la vérité et même des convenances. Qui joue dans l’eau. — Qui parle inconsidérément. Plafond, n. m. Cerveau. Ex. Avoir une araignée au plafond.* Plaid, plêde, (m. a.) — Etoffe écossaise. Plaider, v. a. Plaider coupable, s’avouer coupable. Plaider non coupable, protester de son innocence. Plaider les circonstances atténuantes, invoquer. Plaider au mérite, au fond. Plaiderie, n. f. — Plaidoirie. Plaideux, n. m. — — Plaideur, qui aime la discussion. Plaie, n. f. — Personne insupportable. Plaignard, e, n. m. et f. — Qui se plaint pour des causes futiles. Plaigneux, euse, n. m. et f. — V. Plaignard. Plain, n. m. Rivage, endroit où le flot vient expirer. Ex. Ce matin, il y a une quantité de billots qui ont terri au plain Plaine, n. f. Savane. Erable rouge. — Plane, instrument pour polir le bois. On trouve plenne dans les vieux auteurs. Plainer, v. a. Planer. Plenner se disait dans le vieux langage français. 508 LE PARLER POPULAIRE Plaint, n. m. Plainte, gémissement occasionné par la souffrance. Ex. Il est mort sans faire entendre un plaint. Plaisant, e, adj. Agréable, qui plaît. Ex. Cette personne est plaisante, elle me va. Plaisir (au), loc. Au revoir, c’est-à-dire, au plaisir de se revoir. Plaît-il ? Se dit pour faire répéter ce qu’on n’a pas bien entendu, comme si l’on disait : Vous plaît-il de répéter ce que vous venez de dire ? Plâmusse, n. m. Verte semonce. Doit provenir de blamuse, ancien mot fran çais cité par L, acurne de Sainte-Pallaye, signifiant coups de la paume de la main. Plan, n. m. Expédient. Ex. Ce gars est pleins de plans pour se tirer d’affaire. Plan de nègre, plan irréalisable. Plan sans queue ni tête, même sens. Plan-brouillon, plan minute. Planche, n. f. et adj.

Plan, à surface unie. Ex. I<es côtes sont terminées, nous allons nous promener sur un terrain planche. Tableau noir. Ex. Va â la planche, et fais-nous le pro blême demandé. Planche de couchette, goberge, fonçaille. Avoir du pain sur la planche.

Faire la planche, nager sur le dos. Etre sur les planches, sur un lit de mort. Voiture faite d’une planche élastique suspendue sur qua tre roues. Plancher, n. m. Plancher de haut, plafond. Plancher de bas, parquet. Plancher en pierre, dallage. DES CANADIENS-FRANÇAIS 509 Plancher en briques, carrelage. Plancher en bois, parquet. Plancher des vaches, le sol. Plancher, v. a. — Planchéier, garnir de planches. Planir, v. a. — Aplanir, égaliser. Plant, n. m. Plant la racine en l’air, une chose impossible. Planter, v. a. Planter le poireau, faire la culbute. Arrive qui plante, advienne qui pourra. Planter des clous, dormir. — Planter la pirouette, faire une pirouette. — Planter le piquet. V. Piquet. Planter (se), v. pron. Se poser. Ex. Se planter au beau milieu du chemin. Planteur, n. m. — Chasseur de loups-marins. Plaque ! Onomatopée pour exprimer un changement de condition, Ex. J’étais plein de santé hier soir, quand, tout-à-coup. plaque ! me voilà malade comme un pauvre chien. Plaque, n. f. — Platine. Ex. Une plaque de fusil. Tablette. Ex. L, esplaques commemoratives de l’histoire de la ville de Québec. Marque pratiquée sur les arbres avec une hache pour guider le chasseur à travers les bois. — Tache, marque. Ex. Uneplaque d’encre sur les doigts. Plaque-bande, n. f. — Plate-bande. Plaquer, v. a. — Tacher, salir. Ex. Avoir le visage plaqué de boue. Plaquer un arbre, lui donner des coups de hache afin de reconnaître son chemin dans les bois de haute futaie. Abandonner, lâcher. Ex. Plaque-moi ça ailleurs. Je l’ai plaqué là sans cérémonie. Plaquer (se), v. pron. — S’installer confortablement. Ex. I, e voici qui s’estplaquê sur ma chaise, comme si elle lui appartenait. 510 LE PARLER POPULAIRE — Se tacher, se salir. Ex. Je me suis plaqué la main avec de l’encre. Plârine, n. f. Praline. Saucisse plate, crépinette. Sucrerie faite de sucre et d’amandes. Ce mot vient du maréchal du Plessis-Praslin, qui, le premier, s’est avisé de faire cuire des amandes dans du sucre. On disait d’abord amandes à la praline ; nous en avons fait plârine.

  • Plaster, plass-teur, (m. a.) — Diachylon sparadrap.

Plat, n. m. Etre assis à plat terre, à plate terre, sans siège. Faire des plats, amasser un tas d’histoires sur le compte de quelqu’un, de manière à ce que le tout soit complet.

Nettoyer les plats, tout manger. Tomber à plat ventre par terre, tomber à plat ventre. Plat de l’épaule, n. m. — —Omoplate.

  • PIate-forme, n. f. (Angl.)

Terrasse. Ex. Viens-tu faire une marche sur la plate forme. Plate-forme politique, projets sur lesquels un candidat s’appuie pour solliciter les suffrages des électeurs. Platin, n. m. — Plateau. Platine, n. f. — Platine de tabac, torquette. Plâtrage, n. m. — Action de plâtrer, de flatter. Plâtrer, v. a. Chercher à amadouer quelqu’un par des paroles mielleuses, collantes comme du plâtre. Ex. C’est bien inutile de me plâtrer, je serai inflexible. Plâtreux, euse, n. m. et f. — Flatteur.

  • Play, plê, (m. a.)

Jeu, recréation. Ex. Nous avons eu une petite play en semble.

  • Pledge, (m. a.)

Engagement, vœu de tempérance. Ex. J’ai pris le pledge, je ne boirai plus. DES CANADIENS-FRANÇAIS jn Plée, n. f. — Savane. Plein, e, adj. Ivre. Ex. Tu vois bien qu’il est plein. Couvert. Ex. J’ai les mains pleines d’encre. Grouillant de. Ex. Cet enfant a la tête pleine de pous. Plat. Ex. Tomber à plein ventre. Plein comme un œuf, ivre-mort. En plein midi, au milieu du jour. Etre plein de vie, se bien porter. En avoir plein le dos, être très ennuyé. En avoir plein son sac, être ivre. Plein (à), loc. — Beaucoup. Ex. Aimes-tu les oranges ? — A plein. Plein (tout), loc. Beaucoup. Ex. Avez-vous des pommes à vendre ? — Nous en avons tout plein. Plein bord (à), loc. Jusqu’au bord. Ex. Verse de l’eau dans le pot à plein bord. Pleine-tête (à), loc. — A tue-tête. Ex. Crier à pleine tête. Pleumage, n. m. — Plumage. Pleumas, n. m. — Plumas. Ailes d’oie ou de dinde, dont on se sert pour enlever la poussière. Vient de plumasseau ou as. plumeau. Garçon qui courtise une fille. Pleume, n. f. — Plume. Pleumer, v. a. Plumer. Ex. Pleumer une volaille, une oie, une dinde. Cueillir. Ex. Pleumer de la gomme sur les arbres. Ecorcer, peler. Ex. Pleumer un arbre, un bouleau.

Ecorcher. Ex. Pleumer une anguille, un lièvre. Au figuré, pleumer un client. Rôtir, chauffer trop fort. Ex. Veux-tu cesser de chauf fer le poêle, tu vas nous faire pleumer. Se faire pleumer le casque, se faire attraper dans une affaire d’argent. Pleumet, n. m. — Plumet. 512 LE PARLER POPULAIRE Avoir un joli pleuniet, être pris de vin. Pleumeur, n. m. Qui plume une volaille. Qui pèle un arbre. Qui écorche une anguille. Qui cueille de la gomme sur les arbres. Pleurer, v. n. — Suinter. Ex. Une pierre qui pleure. Pleureuse, n. f. — Long voile noir porté par les veuves Pleureux, n. m. — Qui pleure à tout propos. Pleurnicheux, euse, adj. Qui pleurniche, s’efforce de pleurer. Pleuvasser, v. n. — Pleuvoir légèrement. Pleuvier, n. m. — Pluvier. Pli, n. m. Habitude. Ex. Maintenant qu’il a pris ce pli-lk, ce sera difficile de le faire changer d’idée. Levée. Ex. J’ai fait cinq plis, et toi deux seulement. (T. de jeu de cartes.) Cela ne fait pas un pli, cela ne souffrira aucune difficulté. — Cela ne me fait pas un pli, cela ne m’embarrasse pas. Plie, n. f. — Pluie. Pliguer, v. a. — Plier. Plissé, e, adj. — Ridé. Ex. Tu vieillis, mon vieux, tu as les tempes ; toutes plissées. j — Mourir la peau plissêe, mourir d’apoplexie. Plissonner, v. a. — Plisser légèrement. j Plissoter, v. a. — Faire beaucoup de plis. Pliyer, v. a. — Plier. Pliyeur, euse, adj. Plieur, plieuse. Ex. TJnepliyeuse de journaux. Ploc ! interj. Bruit produit par un corps qui tombe dans l’eau. Ex. Ça fait ploc. Plomb, n. m. — Moule à plomb, personne qui a la figure criblée de trous par la variole. DES CANADIENS-FRANÇAIS’ Crayon de plomb, de plombagine. Prendre du plomb, acquérir de l’expérience. Mettre du plomb dans la tête de quelqu’un, lui montrer â vivre.

Vendre dti plomb, ne pas se prononcer. Etre d’à plomb, à plomb, verticalement. Plombé, e, adj. — Marqué par la variole. Plomber, v. a. Tomber à plomb. Ex. Le soleil plombe fort. Taper fort. Ex. Il s’est fait plomber comme il faut. — Recevoir un diplôme. Ex. Notre maîtresse d’école a été plombée à l’École normale. Fouler la terre avec ses pieds. Plombeur, n. m. Plombier. On s’est servi autrefois du mot plombeur. Un plombeur de dents, un dentiste. Plonge, n. f. Plongeon. De la première plonge à la mer s’est jeté. Plongeon, n. m. Faire le plongeon, mourir ou tomber dans la misère, après avoir connu l’aisance. Plucky, pleucké, (m. a.) — Courageux, brave. Plug, ploçue, (m. a.)

Torquette de tabac. Femme commune. Candidat de paille dans une élection. Pluie, n. f. Faire la pluie et le beau temps, être maître de la situation. Plume, n. f. Fille courtisée. Manche de plume, porte-plume. Plume-fontaine, n. f. — Porte-plume à réservoir. Plurésie, n. f. — Pleurésie. Plurier, n. m. — Pluriel. Marot a écritpluriers. Pochard, n. m. Ivrogne. Mot non académique. Pocharder, v. n. — Faire le poch ard. 33 LE PARIER POPULAIRE Poche, n. f- Blouse. Ex. Une poche de billard. . Etre à la poche, à la mendicité. La poche sent toujours le hareng, on garde toujours quel que chose de ceux parmi lesquels on a vécu. Payer de sa poche, à ses frais. Au plus fort la poche, c’est le plus fort qui l’emportera. Marie Quai’Poches. V. Marie. Mettre son quat’poches, son habit qui est censé avoir qua tre poches. Aller à la poche, s’en aller vers l’infortune. Acheter chat en poche, sans connaître l’objet qu’on achète. Tirer quelque chose de sa poche, de sa tête. Un cotiteau de poche, canif, petit couteau. Une poche molle, un homme sans énergie. Un coup de poche, une action traîtresse. Tomber comme une poche, dormir comme tme poche, tomber, dormir lourdement. Pocher, v. n. Faire de faux plis, des poches. Ex. Porter des habits qui pochent. Pochetée, n. f. Le contenu d’une poche, d’un sac. Ex. Une pochetée de farine, de patates. Pocheton, n. m. — Homme mou, sans courage, sans valeur. Pocket>book, bouk, (m. a.) — Porte-feuille, carnet. Pocket-money, — ne, (m. a.) Argent de poche, pour les menus plaisirs. Pocque, n. f. — V. Poque. Pocquer, v. a. — V. Poquer. Poêle, n. f. Tenir la queue de la poêle, être chargé du soin principal d’une affaire. Poêle, n. m. Fourneau. Ex. Un poêle de cuisine, un poêle à gaz, Uû poêle à charbon. Un poêle à deux ponts, à deux étages. DES CANADIENS-FRANÇAIS 515 — Porter les coins du poêle, les cordons. Poêle sourd, n. m. Boîte carrée ou cylindrique, en tôle, chauffée par un poêle placé dans une autre pièce. Poêlon, n. m. — Queue de poêlon. V. ce mot. Poids, n. m. Ne pas peser le poids, ne pas compter pour grand’chose. Poignasser, v. a. — Empoigner, manier avec ses mains. Poigne, n. f. Main. Avoir de la poigne, une bonne poigne, avoir la main ferme. Serrer la poigne, être très économe. Poignée, n. f. — Poignée de bêtises, une abondance d’injures. Ex. Je lui ai fait manger une poignée de bêtises. Prendre le beurre à poignée, aller trop vite en besogne. Poignet, n. m. Poignet de chemise, manchette. Tirer aupoignette, jeu de mains. Poil, n. m.

Querelle, bisbille. Ex. Il y aura demain une assemblée politique à Saint-Roch, il y aura du poil. Fourrure. Ex. Un capot de poil. Fripe. Ex. Tomber sur le poil de quelqu’un. Semonce. Ex. Lever un poil. Inflammation de la glande mammaire. Avoir du poil aux pattes, être brave. Monter à poils, sans selle. Ne pas avoir un poil de sec, avoir peur. Cela se vend comme du poil, en grande quantité. Avoir le poil raide, de mauvaise humeur. Un brave à trois poils, un faux brave. Prendre quelqu’un sur le sens du poil, ne pas le contredire. Avoir le poil luisant, être gras. Prendre du poil de la bête, boire le jour d’après qu’on a fait la noce. Poil fou, poil fo llet. LE PARLER POPULAIRE Poil de chèvre, n. m. — Cordonnet. Poiler, v. n. Couvrir de poil. Ex. Un oiseau qui commence à poiler. Poing, n. m. — Jouer du poing, se battre à coups de poing. Point fin, n. m.-Nigaud. Pointe, n. f. Insinuation malicieuse. Ex. Pousser des pointes. Pointe de bois, bocage. Pointer, v. a. Pousser des pointes. Se tenir en faction pour examiner les passants.

  • Pointer, poïnnteur, (m. a.)

— Chien d’arrêt. — Baguette pour montrer les lieux sur une carte géographi que.

  • Pointeur, n. m. (Angl.)

Qui fait la revue des passants comme un chien d’arrêt. Pointu, e, adj. — Susceptible. Ex. Une femme pointue. Poiras, n. m. — Gueule noire. V. ce mot. Poire (petite), n. f. — Amelanchier du Canada. Poireau, n. m. — Planter le poireau, faire la culbute. — Vert comme poireau, très pâle. Pois d’odeur, n. m. — Gesse odorante. Poison, n. f. Poison, n. m. Ex. Cet enfant a pris de la poison, il pourrait bien en mourir. Peste. Ex. Cette personne est une vraie poison. Dans l’ancien français, poison au féminin, signifiait bois— S071, breuvage, philtre magique, et au masculin, empoison nement. Poisson, n. m. — Un petit poisson, homme sans valeur. — Finir en queue de poisson, arriver à un résultat nul. Poisson armé, n. m. l, épisdosté osseux, redouté des pêcheurs, parce qu’il met tous les autres en fuite. DES CANADIENS-FRANÇAIS 517 Poisson castor, n. m. Poisson chien de la famille des Amiadées, appelé encore poisson de vase. Poisson rouge, n. m. — Dorade, poisson de Chine. Poivrer, v. a. Vendre cher. Ex. I, e marchand du coin, chez qui j’achète rarement, ne manque pas de me poivrer quand j’ai le malheur de me fourrer dans ses pattes. — Couvrir de coups. Poivreux, euse, adj. — Qui aime à poivrer ses aliments. Poker, pô-keur, (m. a. — Tisonnier, fourgon, jeu. Pôle, pèle ; (m. a.) Timon, bâton, flèche, barre, baguette à rideaux. Police, n. f. Policier. Ex. Regarde donc la belle police qui passe. Poste de police, des gardiens de la paix. Police riveraine, gendarmerie militaire. Police montée, gendarmerie à cheval.

  • Policeman, (m. a.) — Sergent de ville, policier.

Polisson, n. m. Bande d’étoffe, garnie de baleines ou de ouate, dont se servent les femmes pour faire bouffer leurs robes. Politicien, n. m. Homme politique. Politicien ne se prend pas en mauvaise part. Politiquer, v. n. — Faire de la politique. Politiquerie, n. f. Politique de bas étage. Ex. Il y a de ces hommes qui ne sont bons qu’à faire de la politiquerie. Politiqueur, n. m. — Un homme qui fait de la politique. Polka, n. f. — Jersey ou gilet de laine faisant justaucorps.

  • Poil, (m. a.) ;

Bureau de votation. Ex. Dans Québec, il y a au moins cinquante pâlis. I

  • Pôller, v. a. (Angl.) :

Enregistrer son vote. \ Ex. Aller palier son vote pour un candidat. ; 518 LE PARLER Pomme, n. f. Paume. Ex. 1, &pomme de la main. Tête. Ex. Une pomme de choux. Pomme d’Adam, n. f. Saillie qui se trouve à la partie antérieure du cou de l’homme, et qui est formée par le cartilage thyroïde. Pomme d’amour, n. f. Pomme d’api, petite pomme rouge et blanche, ferme et sucrée. Pomme de chou, n. f. — Chou pommé. Pomme de terre, n. f. Variété d’airelle ou atoca, pain de perdrix. Pomme pourrie, n. f. — Engoulevent criard. Pommé, e, adj. — Complet, parfait. Ex. Une bêtise pommée, Pommettier blanc, ti. m. — Aubépine ponctuée. Pommettier rouge, n. m. — Aubépine écarlate. Pomon, a. m. — Poumon. Ex. Une inflammation depomons, Pomonique, n. m. et f. — Pulnionique. Pomper, v. a. Tirer les vers du nez. Ex. J’ai pu le pomper à mon goût, j’en ai appris long. En France, pomper, c’est manger des yeux. Pompette, adj. — Un peu ivre. Pompeur, n. m. Qui essaie de faire parler. Autrefois, pompeur voulait dire qui aime l’ostentation. Pompon, n. m. Houppe de couleur dont on orne la tête des chevaux en signe de réjouissance. Ponce, n. f. Punch. Boisson faite de vin ou de liqueur forte, addition née de sucre et d’eau chaude. Ex. Veux-tu prendre une ponce chaude ? Pond, part. pass. Pondu. Ex. Ma poule caille a pond ce matin pour la pre mière fois. C’est la poule qui cacasse qui a pond. Poney, n. m. — Petit verre. Ex. Un poney de cognac. DES CANADIENS-FRANÇAIS 519 Ponger, v. a. Eponger. Nous trouvons ponger, en France, pour presser, exprimer. Pongeux, euse, adj. Spongieux, euse, qui s’imbibe comme une éponge. Ex. Un sol pongeux. De la nature de l’éponge. Ex. Un tissu, une étoffe pongeuse. Ponneuse, adj. f. Pondeuse. Ex. Mes poules sont toutes des bonnes ponneuses. Ponner, v. a. Pondre. Ex. Mes poules ponnent régulièrement depuis un mois. Pont de glace, n. m. Glace épaisse qui se forme à la surface des rivières et suffi samment forte pour permettre aux voitures de passer d’une rive à l’autre. Pontage, n. m. Pavage en bois d’un chemin, d’une étable. Tablier d’un pont, d’un enfant. Pontifier, v. n. Poser, essayer de faire croire qu’on dirige tout, quand en réalité on ne fait rien, et qu’on laisse faire la besogne par les autres. Ex. Maître François passe pour être le rédacteur du Vingtième Siècle, mais, en réalité, il ne fait qu’y pontifier.

  • Pop, n. m., (m. a.)

Eau gazeuse sucrée.

  • Pop-corn, (m. a.) — Maïs grillé.

Pope, n. f. — Pulpe. Popote, n. f. — Mauvaise cuisine. — Rien qui vaille. Ex. Tout cela, c’est de la popote, ça ne vaut rien. Populacerie, n. f. — Démagogie. Populacier, adj. Qui berne le peuple pour se faire une popularité. 520 LE PARLER POPULAIRE Poque, n. f. Trou, enfoncement. Ex. Nous venons de jouer à la toupie, nous en avons fait, des poques. Marque d’un coup. Ex. Je viens de me battre avec le petit David, il m’a fait trois grosses poques dans la figure. Dans l’ancien français, poque signifiait petite vérole. En Saintotige, ce nom est donné au trou dans la terre où les enfants jettent leurs billes dans le jeu de ce nom.

  • Poque-chèvre. (Angl.)

Plane allemande. Corruption de l’anglais spoke-shave. Poquer, v. a. Appliquer des coups, des poques. Ex. Je l’ai poquê à la figure, sur les jambes, dans le dos. Porcage, n. m. — Pacage. Porcager, v. a. — Pacager. Porceline, n. f. — Porcelaine. Porc-épi, Q. m. — Porc-épic. Porchelet, n. m. — Porcelet, jeune porc. Porchette, n. m. — Porcelet. Porcupie, n. in. — Porc-épic. Poreau, n. m. — Poireau. Porîchinelle, n. m. — Polichinelle. Porquière, n. f. — Matrice chez les vaches.

  • Porridge, redje, (m. a.) — Bouillie d’avoine.

Portage, n. m. Endroit d’une rivière où les rapides forcent les voyageurs à transporter leur canot sur leurs épaules. Portager, v. a. — Faire le transport du canot. Portant, v. a. et adj. Lun portant l’autre, en moyenne. Ex. J’ai vendu quatre poules cinquante cents, l’une portant l’autre. Un homme portant, bien portant. Ex. Comment êtes- vous ce matin ? — Je suis toujours portant. Porte, n. f. Porto. Ex. Nous avions autrefois, au Canada, un excel lent vin de Porte. Aller aux portes, mendier. DES CANADIENS-FRANÇAIS 521 Passe ? la porte, sortir de la maison. N’avoir pas de porte de derrière, ne pas avoir d’arrière—’S pensées. ; —c «  Petite porte du poêle, tirette., a-J1 Porte de carosse, portière. |.V ç. Porte de prison, homme inabordable à cause de sonjj ^, , v humeur acariâtre.. l Porte-champagnier, n. m. — Dénonciateur, délateur.’— ;  ; Porte-cassette, tu m. — Colporteur. >\-, Porte-chapeau, n. m. — Patère. >’., ;, Porte-crottes, n. m. Bas du dos, là où il perd son nom. Ex. Si cet animal vient encore me ôâdrer, je lui soulèverai le porte-crottes. Portefaix, n. m. Anses de la dossière, dans lesquelles on fait entrer les timons de la voiture. Porte-feu, n. m. Espèce de casserolle en tôle avec couvercle pour transporter des tisons enflammés. Porte-feuille, n. m. — Porte-monnaie. Porte-nouvelles, n. m. — Rapporteur. Porte-ordures, n. tu. Pelle à main pour ramasser les balayures. Porte-panier, n. m. — Rapporteur, cancanier. Porte-paquets, n. m. Bavard, rapporteur, dénonciateur. Porte-paroles, n. m. pl. Celui qui porte la parole au nom des autres. Porte-queue, n. m. — Croupière. Porte-voix, n. m. — Tuyau acoustique. Porter, v. a. Porter la boisson, s’enivrer difficilement. Porter au cœur. V. Cœur. // ne la portera pas loin, je me vengerai bientôt. • Porter bien son bois, avoir une belle prestance. Porter à la tête, attaquer le cerveau. Porter le six sous, être maniéré. 522 I, E PARLKR POPULAIRE — Porter haut, avoir une allure affectée.

  • Porteur, n. m. (Angl.)

Porter, bière brune plus alcoolique que la bière ordinaire. Porteux, adj. — Porteur.

  • Portfolio, (m. a.) — Portefeuille.

Portion, n. f. Mangeaille des bêtes : foin, avoine. Ex. Nous arrêterons à l’hôtel Sauvageau, et nous ferons donner une portion à notre cheval. Portrait, n. m. Faire tirer son portrait, faire faire son portrait. Poser, v. n. Attendre. Ex. J’espère que tu ne me feras pas poser trop longtemps. Se faire photographier. Ex. Viens-tu poser avec moi chez I4vernois ? Positif, tive, adj. Certain. Ex. Je suis positif que Québec a été fondé, en 1608, par Champlain, enfant de la Saintonge. Possédé, e, adj. Diable. Ex. Sauve-toi, mon petit possédé ; si je t’attrape encore à venir voler mes pommes, c’est moi qui te donnerai une rince. Possible (au), loc. Au superlatif. Ex. Une personne bête au possible. Possible (si), loc. S’il y a possibilité, si c’est possible. Ex. Je te paierai demain, si possible. Possible que, loc. Il est possible que. Ex. Possible que nous irons ce soir veiller au Château.

  • Postage, (m. a.)

Frais de timbres-poste, d’affranchissement. Ex. Cela va nous coûter cher pour le postage de 1500 circulaires.

  • Post-card, poste, (m. a.) — Carte postale.

Poste, n. f. — Petite balle de plomb à l’usage des chasseurs d’outarde. DES CANADIENS-FRANÇAIS 523 — Poste aux paquets, département des colis postaux. — Courir à poste de cheval, courir très rapidement, même à pied. Poster, v. a. Mettre une lettre à la poste. (Angl.) Rtre au courant. Ex. En voici un qui est bien posté sur la question des licences. Postérieur, n. m. — Fessier. Postillon, n. m. Flottes qui retiennent à la surface de l’eau la ligne de pêche. Facteur, qui distribue les lettres et les journaux à domi cile. Courrier sur les chemins de fer.

Post-master, pôste-masteur, (m. a.) Directeur local des postes. Post-office, (m. a.) — Bureau de poste. Postume, n. f. — Pus provenant d’un abcès ou d’un ulcère. Postumé, part. pass. Crevé (en parlant d’un abcès). Ex. Docteur, je crains que mon abcès ait postumê durant la nuit. Pot, n. m. — Tourner autour du pot, hésiter. — Sourd comme un pot, très sourd. Pot à brai, n. m. Ornière remplie de boue semi-liquide, où les roues de voi tures restent prises comme dans du brai. Potagère, n. f. — Cuiller à pot. Potasserie, n. f. — Etablissement où l’on fabrique la potasse. Potée, n. f. Petite potée, mélange de peu de valeur. Potée de lard, morceau de lard qui sert, chez les cultiva teurs, à préparer le pot-au-feu. Potence, n. f. Monter sur la’potence, subir la peine de la potence, mon ter sur l’échafaud. Potence ! exclamation ayant toute l’allure d’un juron. 524 LE PARLER POPULAIRE Pottine, n. f. — Pouding. Pou de poussière, n. m. Petit insecte qu’on voit courir sur les livres, les meubles, appelé atrope par les savants. Poudre, n. f. Poutre. Neige soulevée par le vent. Jeter de la poudre aux yeux, endormir la méfiance. N’avoir pas inventé la poudre, être bête. Poudrer, v. n. Effet de la neige soulevée par le vent sous forme de poudre. Poudrerie, n. f. Se dit pour désigner la neige soufflée par le vent sous forme de poussière en tourbillonnant. En France, poudrerie est une fabrique de poudre. A l’île Miquelon, on emploie le mot poudrin dans le même sens que poudrerie en Canada. Poudreux, euse, adj. Rempli de neige. Ex. I, e temps est poudreux. Volage, léger. Ex. Avoir les pieds poicdreux. Pouf, n. m. N’avoir pas inventé ce qui fait pouf, n’être pas futé. Pouffer de rire, pouffer. Pouillasse, n. f. — Chose de nulle valeur. Pouillasserie, n. f. — Pingrerie. Pouillerie, n. f. — Misère profonde. Pouilleux, n. m. — Misérable qui n’a pas le sou. Poulain, n. m. Phlegmon de l’aine. Etre à cheval sur le poulain, être haut monté. — Débarquer de dessus le poulain, tomber de haut pour arriver bas. Poule, n. f. Bleu comme la poule à Simon, perdu, ruiné. Poule mouillée, lâche. Cela se fera quand les poules auront des dents, jamais. — Avoir le cœur où les poules ont l’œuf. V. Cœur. Poule d’eau, n. f. — Foulque d’Amérique. Poule de bois, n. f. — Pic à huppe écarlate. Poule de mer, n. f. — Lump des Anglais. Poulémon, n. m. Petite morue, loche. Ce poisson abonde à là Baie de Cha leur. Il a quelque ressemblance avec la morue et semble une morue en miniature. On en trouve partout dans le fleuve St-Laurent, surtout à Québec et dans le voisinage des Trois-Rivières. La pêche à la petite morue, dans des cabanes que l’on élève sur la glace en hiver, est une institution québécoise. Poidémon vient de la Baie de Cha leur. Poulette grasse, n. f. Ansérine blanche. Appelée aussi chou gras. Poume, n. f. — Pomme. Expr. acadienne. Poupa, n. m. — Papa. Poupe, n. f. — Peur. Ex. Avoir eu une bonne poupe. Pour, prép. Durant. Hx. Il s’est absenté pour deux heures. Envers. Ex. Il est cruel pour les animaux. Aller pour voir, aller voir. Pour ça, quant à cela. Etre pour, sur le point de. Pour de bon, loc. adv. — Sérieusement. Pour de vrai, loc. adv. — C’est la vérité. Pour erien, loc. adv. — Pour rien. Pour le sûr, loc. adv. — Assurément. Pour or ni pour argent. — A aucun prix. Pourceau, n. m. — Ivrogne. Pourceline, n. f. Porcelaine. Autrefois pourceline se disait pour nacre de perle. Pourcha, n. m. — Habileté, adresse. Pourcil, n. f. — Marsouin commun. Pourillon, n. m. — Mauvais cheval. Pourlicher (se), v. pron. Se pourlécher. Ex. Se pourlicherles babines. Pourpier, n. m. — Pourpier potager, portulaca. 526 LE PARLER POPULAIRE Pourquoi (la raison). Pourquoi. Ex. Je voudrais bien savoir la raison pourquoi tu m’en veux tant. Pourri, e, adj. Sali. Ex. Des mains pourries. Malade. Ex. Un homme pourri de rhumatismes. Couvert. Ex. Une personne pourrie de dettes. Pourrir, v. n. Rester longtemps en place. Ex. Je ne pourrirai pas â la crèche du gouvernement. Pourrite, adj. f. — Pourrie. Ex. Une pomme pourrite. Poursui, part. pass. — Poursuivi. Poursuire, v. a. — Poursuivre.* Pourvoir, v. a. Statuer, régler. Ex. Il a été pourvu par la loi. (Angl.) Pousculer, v.. — Pousser, bousculer. Pousculer (se), v. pron. — Se bousculer. Poussâiller (se), v. pron. Se presser, se bousculer en jouant des coudes. Pousser, v. a. Dire, proférer. Ex. Je lui ai poussé une bonne blague. Ça va comme je te pousse, comme ça peut. Pousser du pain, produire le blé qui sert à faire le pain. Pousser un somme, dormir. Poutine, n. f. Pudding. Personne grosse et grasse. Ex. Une grosse poutine. Pouvoir, n. m.

Courant électrique. Ex. I, e pouvoir fait défait, les tram ways vont mal. Pouvoir d’eau, force hydraulique. M. H. de L, amothe trouve cette expression très juste et conseille de l’accepter. Praticien, n. m. Homme habile au travail. Se disait, autrefois, de celui qui pratiquait la médecine, et de celui qui connaissait la manière de procéder en justice. DBS CANADIENS-FRANÇAIS 527 Pratiquer, v. a. — Se former par l’étude. Ex. Je pratique le piano depuis deux ans, je commence à jouer passablement. — Pratiquer sa religion. Ex. Il ne va plus à l’église, il a cessé de pratiquer. Prébytère, n. m. — Presbytère. Précautieux, euse, adj. Qui se précautionne avec soin. Précaution, n. f. Etre de précaution, se précautionner. Précautionneux, euse, adj. — Qui se précautionne. Prêche, n. m. — Prédication, sermon. — Réprimande. Prêchement, n. m. Réunion de personnes où il se fait beaucoup de discours. Prêcheux, adj. Prédicateur. Ex. Notre curé est un gros prêcheux. Précipite, n. m. — Précipice.* Préférentiel, le, adj. (Angl.) Privilégié. Ex. Un tarif préférentiel. Prélat, n. m. Prélart ou prélat, grosse toile peinte dont on recouvre les parquets. Prélèvement, n. m. Levée. Ex. ~L<<t prélèvement d’une taxe, d’un impôt. Prélever, v. a. — Lever. Premier, n. m. — Premier Ministre. — Premier nom, prénom. Premier (en), loc. Tout d’abord. Ex. J’ai appris en premier que cette nou velle était fausse. Premièrement, adv. — Avant. Prémices, n. m. pl. Habitation, logement. Ex. Il faudra quitter les prémices au premier jour de mai. 528 LE PARLER POPULAIRE Prendre, v. a. Ouvrir. Ex. Je prendrai un magasin de fruits à l’au tomne. S’embarquer. Ex. Dépêchons-nous, il faut prendre les chars à huit heures précises. Venir. Ex. L’idée m’a pris de venir te voir. Survenir. Ex. Le mauvais temps nous a pris en route.

Manger, boire. Ex. Notre malade va mieux de sa gorge, il commence éprendre. Prendre racine. Ex. Les petits pommiers que nous avons plantés sont tous pris. Epouser. Ex. Quand il a pris cette fille-là, il ne savait pas ce qu’il faisait. Causer du chagrin. Ex. J’ai perdu tout mon argent au jeu, ça m’a. pris. Prêter. Ex. Un homme qui prend le serment, un homme pris à son serment. Cailler. Ex. Du lait pris. Prendre quelque chose, prendre un verre de liqueurs fortes ou de vin. Prendre ses degrés, prendre ses grades. Prendre une marche, faire une promenade. Prendre Vépouvante, prendre peur. Prendre une brosse, s’enivrer. Prendre en considération, examiner. Prendre des gants, des mitaines, y aller avec douceur. Prendre en feu, prendre feu. Prendre sur le fait, pincer. Prendre la part de quelqu’un, son parti, sa défense. Prendre ses précautions, se précautionner. Prendre en mal, en mauvaise part. — Prendre pour quelqu’un, son parti. Prendre (se), v. pron. S’assurer la possession. Ex. Je me suis pris une terre dans le cinquième rang de Saint-Morissette. Se chicaner. Ex. Je me suis pris avec le maître d’école, et je lui ai chanté pouilles. DES CANADIENS-FRANÇAIS 529 — Savoir se prendre, savoir comment travailler. Près, n. f. Proie. Ex. Il y a un oiseau de près qui rôde par ici depuis. deux ou trois jours. Présent, n. m. Petite tache blanche qui vient sur les ongles, et l’on prétend, dans le peuple, que chaque tache représente un présent à venir. Chez nos compatriotes d’origine anglaise, l’horos cope est un peu différente. Une tache sous l’ongle du pouce annonce aussi un cadeau. Mais sous l’ongle de l’index, c’est un ami qui va se déclarer ; sous celui du médius, un monsieur ou une demoiselle à marier ; sous celui de l’annulaire, un ennemi ; et enfin la tache sous l’ongle de l’auriculaire, fait présager une jolie promenade. En France, cette tache blanche s’appelle un mensonge. Présentation, n. f. Mise en nomination. Ex. Quand a lieu la présentation ? Il paraît qu’il y a trois candidats sur les rangs : un bleu, un rouge et un nationaliste. Présenter (se), v. pron. Poser sa candidature. Ex. Je me présente aux prochaines élections, et je serai élu.* Préserves, (m. a.) — Confitures. Presquement, adv. — Presque. Presse, n. f. Activité. Ex. Dans la presse des affaires, comme nous sommes, il est difficile de s’amuser. Précipitation. Ex. Dans la presse, j’ai oublié mon para pluie. Presser, v. n. Avoir besoin. Ex. Tu me donneras cela plus tard, je n’en presse pas maintenant. Preune, n. f. Prunes. Ex. Ce sont des bonnes preunes que vous avez là. Prête, n. m. — Prêtre. Prêteux, adj. — Qui aime à prêter. Preunier, n. m. — Prunier. 34 530 LE PARLER POPULAIRE Preuve, n. f. Etre en preuve, prouvé. A preuve, comme preuve. Preuve qrie, ce qui prouve que. Prévaloir, Se faire prévaloir, se flatter. Ex. S’il parle ainsi comme ça, c’est pour se f aire prévaloir. Prévenir, v. a. Provenir. Bx. Si ça va mal, ça prévient de ce que tu ne t’en mêles pas. Prévint, part. Prévenu. Ex. Je t’en avais pourtant prévint. Prier, v. a. — Inviter. Ex. Je suis prié des noces. Prime, adj. — Très sensible. Ex. Je suis ordinairement prime au froid. — Intelligent. Ex. Ce garçon-là est assez prime, il com prend vite. Primer, v. a. Obtenir un prix. Ex, Tous mes animaux ont étéprimés à l’exposition de Sherbrooke. Préparer. (Angl.)

Imprimer. (Angl.)

  • Primer, (m. a.)

Great primer, gros texte, 18 points. Double great primer, petit canon, 36 points. Long primer, petit romain, 10 points. Primitif, ve, adj. Arriéré. Ex. Cet être me paraît pas mal primitif, il n’est pas encore dégrossi. Primo d’abord. Premièrement. Ex. Primo d’abord, ma femme, nous irons acheter des étrennes pour les enfants. Prise, n. f., Mauvaise odeur. Ex. J’arrive de la salle de dissection, j’en ai pris une prise ! Priser, v. a. Priser du tabac. Ex. Prisez-vous, la mère ? — Oui, mon enfant. DES CANADIENS- FRANÇAIS 531 Priseux, u. in. — — Priseur de tabac. Prison, n. f. — Une porte de prison, un individu inabordable. Prisure, n. f. — Présure. Privé, e, adj. Particulier. Ex. Le secrétaire privé du Lieutenant-Gou verneur est un brave cœur. Personnel. Ex. Lettre privée. — Maison privée, chez soi, domicile. Privilégier, ère, adj. Privilégié, e. Ex. Une dette privilêgïère. Prix, n. m. — Au prix de, en comparaison de. Prix de départ, mise à prix. Ex. Messieurs, l’encan va commencer, le prix de départ pour cette table est de cinq piastres. Dans les grands prix, d’une manière sérieuse, Ex. Je me suis fait jouer dans les grands prix. Probable, adj. Probablement. Ex. Probable que j’irai avec toi à la pêche’aux bars. Probytère, n. m. — Presbytère. Procédé, n. m. — Procédure, délibération. Proche (au), loc. Auprès. Ex. Il reste tout au proche de chez nous. Profession, n. f. Profession libérale. Ex. Moi, je ne raffole pas des hommes de profession, surtout des médecins. Profit, n. m. Porter profit, être profitable. Ex. Ce que tu fais là ne te portera pas profit. Profiter, v. n. — Prendre de l’embonpoint. Ex. Mon enfant profite tou jours. — Croître. Ex. Le blé ne profite pas, manque de pluie.

  • Progrès, n. m.

Rapporter progrès, avancer d’un pas. (Angl.) Prolongation, n. f. — Prolongement. 532 LE PARLER POPULAIRE Promener (se), v. pron. S’en aller. Ex. Va te promener, laisse-moi tranquille.

  • Prometteur, n. m. — Souscripteur à un billet. (Angl.)

Prometteux, n. m. — Prometteur. Promettre, v. a. Assurer, certifier. Ex. Je vous promets que je suis un peu embêté. Promettre phcs de beurre que de pain, faire des promesses exagérées, que l’on ne tiendra pas.

  • Promissoire, adj. (Angl.)

Billet promissoire, billet à ordre, à échéance. Promissoire n’est pas français. Promoteur, n. m. (Angl.) Auteur, proposeur d’une motion. Promouvoir, v. a. Favoriser, seconder, développer. Ex. Promouvoir les intérêts d’une société commerciale. (Angl.) Prononcé, adj. — Réglé, statué, ordonné. Prope, adj. — Propre. Properté, n. f. — Propreté. Propice, adj. — Propre à. Propet, te, adj. Propre. Ex. Une petite fille bien propette, Propiétaire, n. m. — Propriétaire. Propiété, n. f. — Propriété.

  • Proposeur, n. m. (Angl.)

Proposant. Ex. Quel est \ç. proposeur de ce billf Propre, n. m. Voici du propre, voici une affaire qui n’est pas nette. Proprement, adv. Vertement, rudement. Ex. Se faire habiller proprement, se faire traiter rudement

  • Prospecter, v. a. (Angl.)

Chercher des métaux précieux dans les terrains miniers.

  • Prospecteur, n. m. (Angl.)

Orpailleur, homme qui recherche des traces de mines dans certains terrains ou dans le lit des rivières. DES CANADIENS-FRANÇAIS 533 Protester, v. a. Protester une personne, protester un billet consenti par cette personne. Protêt, n. m. — Protestation. Prout, n. m. — Bruit insolite. Prouter, v. n. — Iyâcher un vent avec bruit. Provint, part. pass. — Provenu.

  • Provisions, n. f. pl. (Angl.)

Dispositions. (Terme juridique). Ex. l, es provisions d’une loi. Pruce, n. f. — Epinette, dans le langage acadien. Pruche, n. f. — Pruche du Canada. Prunes (aux), loc. A l’époque où les prunes mûrissent. Ex. Ce consomptif vivra bien jusqu’aux prunes. P’têtre, adv. — Peut-être. Pu, adv. — Plus. Public, adj. — Notaire public, notaire. Publier, v. n. Publier les bans. Ex. Pierre et Marie publieront, dimanche prochain. Puce, n. f. — Secouer les puces à quelqu’un, le gourmander. Puceux, euse, adj. Qui a des puces. Ex. J’ai un chien puceux. Puer, v. n. Puer au nez, répugner, être odieux. Ex. Cette personne meptie au nez ; c’est un travail qui me. pue au nez.

  • Puft, potfe, (m. a.)

Réclame. Ex. A quoi bon faire tant de pufff

  • Puffer, — feur, (m. a.)

Faiseur de réclames. Petit vaisseau toueur.

  • Pug, pog, (m. a.) — Roquet, carlin.

Puissance, n. f. La Puissance du Canada, le Dominion, le Canada confédéré.

  • Pullman, (m. a.) — Wagon de luxe. Ex. Voyager en pull- man.

LE PARIER POPULAIRE Punaise, n. f. Faire du sang de punaise, faire du mauvais sang.

  • Punch, (m. a.)

Poinçon, emporte-pièce. Punch andjudy show, théâtre de Guignol. Ponce. V. ce mot.

  • Puncher, v. a. (Angl.)

Poinçonner. Ex. Puncher un billet de chemin de fer. Puret, n. m. Bouton qui vient sur la peau. En France, on dit puron. Purgade, n. f. — Purgation. (De Gaspé, Mémoires, 406.) Purger, v. a. Extraire le suc, le jus, l’eau d’une chose en la pressant. Ex. Purger une éponge, purger un citron. Purification, n. f. — Purgation. Purésie, n. f. — Pleurésie. Purisie, n. f. — Pleurésie. Brantôme a écrit purisy. Pur juter, v. n. Suinter, transsuder. Ex. Un fruit qui purjutc. Purjuteux, adj. — Qui pur jute. Puron, n. m. — Petit abcès, pustule.

  • Purser, peur-seur, (m. a.) — Agent comptable.

Pusque, prép. — Puisque. Putôt, adv. — Plutôt, plus tôt.