Le Parnasse contemporain/1866/Ma chope

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Parnasse contemporainAlphonse Lemerre [Slatkine Reprints]I. 1866 (p. 233).


MA CHOPE


Ma chope est de cristal, de cristal de Bohême,
Brillante comme un prisme. Au fond, pour mon malheur,
Un sot artiste a peint une petite fleur ;
Hélas ! je me serais passé de cet emblème.

Ma chope est de cristal ; en hiver, en été,
Dans la taverne, ou bien sous la tonnelle, j’aime,
Comme toi, blond buveur, buveur au diadème,
Gambrinus, la remplir, quand je suis attristé.
 
A travers le soleil, je regarde la bière,
L’écume immaculée arrive sur le bord
Comme un flocon de neige au-dessus des flots d’or ;

Je bois… mais tout à coup je ferme ma paupière :
Au fond j’ai vu la fleur, le ne m’oubliez pas !
Et je rêve à l’enfant qui m’aimait tant là-bas.