100%.png

Le Purgatoire des prisonniers

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le Purgatoire des Prisonniers, envoyé au Roy.

1626



Le Purgatoire des Prisonniers,
envoyé au Roy
1.

Le Purgatoire des Prisonniers.

Non le flambeau qui s’allume en nos âmes
Par le regard de la beauté des dames,
Non les combats de Mars le foudroyant,
Ny la pitié de la ville enflammée,
Mais les travaux d’une prison fermée
Je chante icy, riant et larmoyant.

Peuple futur qui gis en la matrice,
Qui n’as tiré le laict de la nourrice,
Et qui mille ans dois venir après moy,
Dans ce tableau tu verras les misères
Peintes au vif d’un, prisonnier n’a guière,
Que ses souspirs chantèrent à son Roy.

L’enfer des morts, plain de rage eternelle,
Fut des prisons l’idée et le modelle
À qui premier la prison inventa ;
Un subtil moine imita le haut foudre
En inventant2 le canon et la poudre,
Et cestuy-cy les enfers imita.

Si la prison n’avoit telle sortie,
Si la prière y estoit amortie,
Le bruict des huis et des portes de fer,
Les airs piteux des personnes captives
Et les regrets des ames mortes vives,
La me feroient appeller un enfer.

Mais, pour autant que Dieu on y revère,
Que dans ces fers quelque chose on espère,
Qu’on y entend l’Evangile prescher,
Un Purgatoire à bon droit je le nomme,
Le Purgatoire où l’on nettoye l’homme
De tous ses biens jusques à l’escorcher.

Non, le forçat n’a point si rude guerre
Que celuy là que la prison enserre ;
Car le captif est tout rongé de soing,
Hoste forcé de quatre grands murailles,
Et le forçat fréquente les batailles,
Sans le plaisir qu’il a d’aller au loing.

Ceux là qui sont condamnez par justice
Sont secourus par la mort du supplice ;
Car par la mort vont cessant les douleurs
Où le captif cent mille morts espreuve ;
Car, en lieu d’homme, en prison il se treuve
Hidre fecond d’angoisses et malheurs.

Ceux là qui sont aux feux insatiables,
Ne peuvent estre encor’ si miserables :
Ils n’ont que l’ame en peine et en tourment,
Où le captif souffre de corps et d’ame ;
Car la prison sert à son corps de lame,
Et à l’esprit son corps de monument.

Les passions de cent douleurs cruelles,
Que cent mille ont par menues parcelles,
Le prisonnier les endure tout seul ;
Car la prison, sa mortelle ennemie,
Le couvre tout de playe et d’infamie,
Et aux vivans elle sert de cercueil.

Il est encor en plus extresme peine
Que celuy là que la pauvreté meine
Dans l’hospital, saisi d’infirmité ;
Car là dedans mainte et mainte personne
Par charité de nouveau bien luy donne,
Et au captif tout le sien est osté.

L’aigle vengeur bequette Promethée ;
Sisiphe monte et dessend sa montée ;
Tantalle a soif tout au milieu de l’eau ;
Sur une roue Ixion porte angoisse ;
D’un crible en vain les Belides sans cesse
Vont espuisant un infernal ruisseau.

Le prisonnier a tout seul en partaige
De ces damnez la souffrance et la rage ;
Il a pour aigle un cœur au dur soucy,
Et pour montaigne un desir de franchise ;
Prier son juge est le lac qu’il espuise ;
La pauvreté le rend sec et transi.

Thezée fut tiré hors du dedalle
Par le fillet d’une vierge royalle.
Mais quel fillet le peut tirer d’icy,
Et quel amy luy tendra la fisselle
Pour le tirer de maison si cruelle,
Maison cruelle et maison sans soucy ?

Maison cruelle, où loge la misère,
Où l’ennemy se monstre et se declaire,
Et où l’amy se cognoist par effect,
Où les humains sont enterrez en vie,
Où la pitié est estainte et perie,
Et où le corps par martyre est deffaict.

Un seul fillet dans la prison les meine ;
Mais pour sortir il luy faut une chesne
D’or ou d’argent ; encore bien souvent
La chesne rompt et au besoin se brize,
Et le captif est loing de sa franchise
Comme un vaisseau agité par le vent.

Vous qui portez sur vostre conscience
Un faix plombé3 d’offence sur offence,
Qui desirez de vous en alleger,
Venez sans plus au lien qui nous presse :
Le jeusne y est, pour oster vostre gresse,
Et les tourmens pour vous en bien purger.

J’ay beau crier ; quoy que je sçache dire,
Nul n’y viendra si l’on ne luy attire ;
Ceux qui de gré y vont sont incensez ;
La franchise est plus chère que la vie,
Plus que la mort la prison est haye,
Car les captifs sont plus que trespassez.

Et celuy-là est indigne de vivre
Qui s’ayme autant prisonnier que delivre,
Ou qui se plaist en sa captivité ;
C’est un pourceau qui s’ayme dans la fange,
Car un esprit desireux de louange
Dira tousjours : Vive la liberté !

Tout4 dès le point que l’homme est dans ce gouffre,
Mille travaux et mille ennuys il souffre ;
Tous ses plaisirs le laissent au pourtail,
Et, aussi tost qu’il a passé la porte,
Un camp d’ennuis luy faict nouvelle scorte
Accompagnez d’angoisse et de travail.

Tous ses amis, amis, dis-je, de table,
En le voyant chetif et miserable
Tournent le dos, riant de son ennuy,
Et ceux qui ont despendu sa richesse,
Au lieu d’avoir l’espée vengeresse
Pour le venger, se bandent contre luy.

Le prisonnier, dès l’heure donc qu’il entre
Dans la prison, il est clos dans le ventre
D’un vil cachot d’espouvantable horreur,
Où il se paist seullement de ses larmes,
Où il se void en estranges allarmes,
Où l’air infaict luy faict vomir le cœur.

Le doux sommeil s’enfuit loing de sa couche,
La puanteur empuantit sa bouche ;
Il n’a repos non plus que de clarté ;
Son œil ne void que l’horreur des tenèbres,
L’oreille n’oit que mille chants funèbres,
Son sang ne sent que sa captivité.

Là, desolé, il sent en son courage
Et en l’esprit mille poinctes de rage ;
Il nomme heureux les ostes des tombeaux ;
Il hait si fort sa miserable vie
Qu’il voudroit voir sa chair toute pourrie
Dans l’estomach des chiens et des corbeaux.

Jà le croissant qui tournoye le monde
S’est fait paroistre en face toute ronde,
Puis, amoindry, il s’est esvanouy,
Que le captif n’a eu le5 bien encore,
Soit au midy, soit au soir, à l’aurore,
D’avoir son œil au soleil resjouy.

Puis, s’il advient que dehors on le tire,
Il vient de là en un plus grand martyre
Devant le juge, où il est tout tremblant ;
Son cœur est froid, son ame est fremissante,
Le pied luy faut, sa face est blemissante,
À qui se meurt de tout poinct ressemblant.

Il tombe encor’ en une plus grand peine,
Offrir son corps à la cruelle gheine
Où ses tendrons et ses nerfz sont froissez ;
En cest estat en fosse on le devalle.
Las ! qu’est-il donc qui en misère egalle
Ceux qui du monde en cestuy sont passez ?

Quel corbeau noir de ses griffes poinctues
Va dechirant les charongnes pendues
À Montfaucon6 si fort que le captif
Est dechiré pièce à pièce en martire
Dans la prison, plus que quatre morts pire,
Où miserable il est damné tout vif ?

Il y en a qui ont les fers aux jambes ;
Les autres sont dans les mortelles flambes
De maladie et de maints accidents ;
Les autres sont en disette si grande
Que maintes fois, par faute de viande,
Le froid les prend et les saisit aux dents.

Cestuy-cy crie, et l’autre se lamente ;
Qui gemit fort, qui se deult, se tourmente,
Ou qui se meurt, ou qui plainct son malheur,
Cestui-là sçait7 qu’au tombeau il va rendre,
Et l’autre y vient, qui de nouvel esclandre
Nous glace l’ame et penètre le cœur.

L’estrange bruict et les grands tintamarres
Des fers, des clefs, des portes et des barres,
Et des verroux, la rhumeur et les cris,
Et des geolliers la tempeste et la rage,
Font au captif maudire son lignage,
Tant de fureur il a le cœur epris.

Les pleurs amers, les complaintes de bouche,
Les durs sanglots, le desespoir farouche,
Infections, querelles et debats,
Suivent partout le captif miserable ;
C’est son odeur et son mets delectable,
Son aliment, ses jeux et ses ebats.

D’autre costé on oyt autre murmure
De maints captifs qui se disent injure ;
Les uns du poing blessent leurs compaignons,
Outre le bruict de cent mille algarades,
L’on void languir d’autres qui sont malades ;
L’on oyt encor des autres les chansons.

Tout le desir qui maintenant m’allume
N’est que de voir une prison de plume
Et qu’un grand vent soufflant horriblement
Pour la razer et l’abattre par terre,
Et qu’à l’instant les hommes qu’elle enserre
Fussent sans elle, elle sans fondement.

Or, quelques fois qu’on s’esjouit ensemble,
Un bruit s’entend, dont le plus hardy tremble :
C’est le bourreau, qui entre dans le parc
Ainsi qu’un loup qui emporte sa proye ;
Chacun adonc pert le rire et la joye,
Pleurant celuy qui porte au col la hart.

De la rhumeur la prison en resonne ;
Puis, s’il advient qu’autres on emprisonne,
Tous sont autour pour sçavoir qu’ils ont fait.
Une grand’ tourbe à l’environ s’amuse,
Et, ayans sçeu ce dont on les accuse,
Un chacun dict qu’ils n’ont en rien mefaict.

Que le proverbe est icy veritable !
Il ne fut onc de prisonnier coupable ;
Il est tousjours captif injustement ;
Si sa prison luy est à tort cruelle,
Il ne fut onc de prison à luy belle,
Ny d’amitié qui fut laide à l’amant.

N’est-ce donc pas la mort de la mort mesme
D’estre plongé en douleur si extresme
Que la fortune assemble en un corps seul
Tout ce qu’elle a de peine et de misère ?
Je l’en depite, elle ne sçauroit faire
Au prisonnier un compagnon en deul.

Ô vous, heureux, à8 qui ceste franchise
Par le collet n’a jamais esté prise,
Ô vous, heureux qui l’avez peu r’avoir,
Avant que perdre une si rare chose,
Et qu’on vous cueille une si belle rose,
Perdrez plustost la vie et le pouvoir.

Et vous, mon roy, astre clair de victoire,
Pour me tirer du feu de Purgatoire,
Faictes ainsi que les bonnes gens font :
Sur mon tombeau repandez vostre offrande
D’un doux pardon, qu’humblement vous demande,
Qui, pour sortir, luy servira de pont.

[Car], avec plus d’ennuy que de monnoye,
Et de regrets deux fois plus que de joye,
Durant deux mois que dura ma prison,
[J’aurai vescu, au meilleur de mon age]9
La plume en main et le dueil au courage,
Captif de corps, d’esprit et de raison.




1. Cette pièce et la suivante, qui continuent le Salve Regina, sont imprimées ensemble et forment deux cahiers in-8 sous les signatures A–B. Le premier feuillet offre le titre du Purgatoire ; les pages 3 à 10 cette pièce, imprimée en romain, à 32 lignes à la page, et sans que les strophes soient distinguées l’une de l’autre, même par un alinéa ; le 6e feuillet offre le titre : L’emprisonnement D. C. D. presenté au Roy, qui est imprimé en italique et occupe les pages 13 à 16 ; elles ont le même nombre de lignes que celles du commencement. Le tout est imprimé d’une façon très incorrecte, et la ponctuation en particulier dépasse comme absurdité toutes les bévues permises ; je la restitue comme toujours.

2. Imp. : imitant. Il s’agit du moine allemand Schwarz.

3. Lourd comme du plomb, plumbeus.

4. Imp. : Tous.

5. Imp. : de.

6. Imp. : À Montfault çon.

7. Imp. : sert.

8. Imp. : là.

9. Je remplis tellement quellement ce vers sauté par la négligence de l’imprimeur, et qui étoit certainement tout autre.