100 percent.svg

Le Roman bourgeois/Avertissement au lecteur

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Avertissement du libraire au lecteur
◄   Préface LE ROMAN BOURGEOIS   ►



ADVERTISSEMENT DU LIBRAIRE
AU LECTEUR.

Amy lecteur, quoyque tu n’acheptes et ne lises ce livre que pour ton plaisir, si neantmoins tu n’y trouvois autre chose, tu devrois avoir regret à ton temps et à ton argent. Aussi je te puis asseurer qu’il n’a pas esté fait seulement pour divertir, mais que son premier dessein a esté d’instruire. Comme il y a des médecins qui purgent avec des potions agréables, il y a aussi des livres plaisans qui donnent des advertissemens fort utiles. On sçait combien la morale dogmatique est infructueuse ; on a beau prescher les bonnes maximes, on les suit encore avec plus de peine qu’on ne les écoute. Mais quand nous voyons le vice tourné en ridicule, nous nous en corrigeons, de peur d’estre les objets de la risée publique. Ce qu’on pourroit trouver à redire au present que je te fais, c’est qu’il n’y est parlé que de bagatelles, et qu’il n’instruit que de choses peu importantes. Mais il faut considerer qu’il n’y a que trop de predicateurs qui exhortent aux grandes vertus et qui crient contre les grands vices, et il y en a tres-peu qui reprennent les defauts ordinaires, qui sont d’autant plus dangereux qu’ils sont plus frequens : car on y tombe par habitude, et personne presque ne s’en donne de garde. Ne voit-on pas tous les jours une infinité d’esprits bourus, d’importuns, d’avares, de chicaneurs, de fanfarons, de coquets et de coquettes ? Cependant y a-il quelqu’un qui les oze advertir de leurs defauts et de leurs sottises, si ce n’est la comédie ou la satyre ? Celles-cy, laissant aux docteurs et aux magistrats le soin de combattre les crimes, s’arrestent à corriger les indecences et les ridiculitez, s’il est permis d’user de ce mot. Elles ne sont pas moins necessaires, et sont souvent plus utiles que tous les discours sérieux. Et, comme il y a plusieurs personnes qui se passent de professeurs de philosophie, qui n’ont pu se passer de maistres d’escoles, de mesme on a plus de besoin de censeurs des petites fautes, où tout le monde est sujet, que des grandes, où ne tombent que les scelerats. Le plaisir que nous prenons à railler les autres est ce qui fait avaller doucement cette medecine qui nous est si salutaire. Il faut pour cela que la nature des histoires et les caracteres des personnes soient tellement appliqués à nos mœurs, que nous croyions y reconnoistre les gens que nous voyons tous les jours. Et comme un excellent portrait nous demande de l’admiration, quoy que nous n’en ayons point pour la personne dépeinte, de même on peut dire que des histoires fabuleuses bien décrites et sous des noms empruntez, font plus d’impression sur notre esprit que les vrais noms et les vrayes adventures ne sçauroient faire. C’est ainsi que celui qui contrefait le bossu devant un autre bossu luy fait bien mieux sentir son fardeau que la veuë d’un autre homme qui auroit une pareille incommodité. C’est ainsi que l’histoire fabuleuse de Lucrece, que tu verras dans ce livre, a guery, à ce qu’on m’a asseuré, une fille fort considerable de la ville de l’amour qu’elle avoit pour un marquis, dont la conclusion, selon toutes les apparences, eust esté semblable. Voilà comment, Lecteur, je te donne des drogues éprouvées. Toute la grâce que je te demande, c’est qu’après t’avoir bien adverty qu’il n’y a rien que de fabuleux dans ce livre, tu n’ailles point rechercher vainement quelle est la personne dont tu croiras reconnoistre le portrait ou l’histoire, pour l’appliquer à monsieur un tel ou à mademoiselle une telle, sous prétexte que tu y trouveras un nom approchant ou quelque caractère semblable. Je sçais bien que le premier soin que tu auras en lisant ce roman, ce sera d’en chercher la clef ; mais elle ne te servira de rien, car la serrure est mêlée. Si tu crois voir le portrait de l’un, tu trouveras les adventures de l’autre : il n’y a point de peintre qui, en faisant un tableau avec le seul secours de son imagination, n’y fasse des visages qui auront de l’air de quelqu’un que nous connoissons, quoy qu’il n’ait eu dessein que de peindre des heros fabuleux. Ainsi, quand tu appercevrois dans ces personnages dépeints quelques caracteres de quelqu’un de la connoissance, ne fay point un jugement temeraire pour dire que ce soit luy ; prends plustost garde que, comme il y a icy les portraits de plusieurs sortes de sots, tu n’y rencontres le tien : car il n’y a presque personne qui ait le privilege d’en estre exempt, et qui n’y puisse remarquer quelque trait de son visage, moralement parlant. Tu diras peut-estre que je ne parle point en libraire, mais en autheur ; aussi la verité est-elle que tout ce que je t’ay dit a esté tiré d’une longue preface que l’autheur mesme avoit mise au devant du livre. Mais le mal-heur a voulu qu’ayant esté fait il y a long-temps par un homme qui s’est diverty à le composer en sa plus grande jeunesse, il luy est arrivé tous les accidens à quoy les premiers fueillets d’une vieille coppie sont sujets. Et, comme maintenant ses occupations sont plus sérieuses, cet ouvrage n’auroit jamais veu le jour si l’infidelité de quelques-uns à qui il l’avoit confié ne l’avoit fait tomber entre mes mains. C’est pourquoy je ne t’ay pû donner la preface entière ; j’en ay tiré ce que j’ay pû, aussi bien que de plusieurs autres endroits du livre, que j’ay fait accommoder à ma maniere. J’en ay fait oster ce que j’y ai trouvé de trop vieux, j’y ay fait adjoûter quelque chose de nouveau pour le mettre à la mode. Si tu y trouves du goust, je feray r’ajuster de mesme la suite, dont je te feray un pareil present, si tu as agreable de le bien payer.