Le Roman bourgeois/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



LE
ROMAN BOURGEOIS
OUVRAGE COMIQUE

LIVRE PREMIER

Je chante les amours et les advantures de plusieurs bourgeois de Paris, de l’un et de l’autre sexe ; et ce qui est de plus merveilleux, c’est que je les chante, et si je ne sçay pas la musique. Mais puisqu’un roman n’est rien qu’une poésie en prose, je croirois mal débuter si je ne suivois l’exemple de mes maistres, et si je faisois un autre exorde : car, depuis que feu Virgile a chanté Ænée et ses armes, et que le Tasse, de poëtique memoire, a distingué son ouvrage par chants, leurs successeurs, qui n’estoient pas meilleurs musiciens que moy, ont tous repeté la mesme chanson, et ont commencé d’entonner sur la mesme notte. Cependant je ne pousseray pas bien loin mon imitation ; car je ne feray point d’abord une invocation des muses, comme font tous les poëtes au commencement de leurs ouvrages, ce qu’ils tiennent si necessaire, qu’ils n’osent entreprendre le moindre poëme sans leur faire une priere, qui n’est gueres souvent exaucée. Je ne veux point faire aussi de fictions poëtiques, ny écorcher l’anguille par la queue, c’est à dire commencer mon histoire par la fin, comme font tous ces messieurs, qui croyent avoir bien r’affiné pour trouver le merveilleux et le surprenant quand ils font de cette sorte le recit de quelque avanture. C’est ce qui leur fait faire le plus souvent un long galimathias, qui dure jusqu’à ce que quelque charitable escuyer ou confidente viennent éclaircir le lecteur des choses precedentes qu’il faut qu’il sçache, ou qu’il suppose, pour l’intelligence de l’histoire.

Au lieu de vous tromper par ces vaines subtilitez, je vous raconteray sincerement et avec fidelité plusieurs historiettes ou galanteries arrivées entre des personnes qui ne seront ny heros ny heroïnes, qui ne dresseront point d’armées, ny ne renverseront point de royaumes, mais qui seront de ces bonnes gens de mediocre condition, qui vont tout doucement leur grand chemin, dont les uns seront beaux et les autres laids, les uns sages et les autres sots ; et ceux-cy ont bien la mine de composer le plus grand nombre. Cela n’empeschera pas que quelques gens de la plus haute vollée ne s’y puissent reconnoître, et ne profitent de l’exemple de plusieurs ridicules dont ils pensent estre fort éloignez. Pour éviter encore davantage le chemin battu des autres, je veux que la scène de mon roman soit mobile, c’est à dire tantost en un quartier et tantost en un autre de la ville ; et je commenceray par celuy qui est le plus bourgeois, qu’on appelle communément la place Maubert.

Un autre autheur moins sincère, et qui voudroit paroistre éloquent, ne manqueroit jamais de faire icy une description magnifique de cette place. Il commenceroit son éloge par l’origine de son nom ; il diroit qu’elle a esté annoblie par ce fameux docteur Albert le Grand, qui y tenoit son écolle, et qu’elle fut appelée autrefois la place de Me Albert, et, par succession de temps, la place Maubert. Que si, par occasion, il écrivoit la vie et les ouvrages de son illustre parrain, il ne seroit pas le premier qui auroit fait une digression aussi peu à propos. Après cela il la bâtiroit superbement selon la dépense qu’y voudroit faire son imagination. Le dessein de la place Royalle ne le contenteroit pas ; il faudroit du moins qu’elle fût aussi belle que celle où se faisoient les carrousels, dans la galente et romanesque ville de Grenade. N’ayez pas peur qu’il allast vous dire (comme il est vray) que c’est une place triangulaire, entourée de maisons fort communes pour loger de la bourgeoisie ; il se pendroit plûtost qu’il ne la fist quarrée, qu’il ne changeast toutes les boutiques en porches et galleries, tous les aulvens en balcons, et toutes les chaînes de pierre de taille en beaux pilastres. Mais quand il viendroit à décrire l’église des Carmes, ce seroit lors que l’architecture jouëroit son jeu, et auroit peut-estre beaucoup à souffrir. Il vous feroit voir un temple aussi beau que celuy de Diane d’Ephese ; il le feroit soûtenir par cent colomnes corinthiennes ; il rempliroit les niches de statues faites de la main de Phidias ou de Praxitelle ; il raconteroit les histoires figurées dans les bas reliefs ; il feroit l’autel de jaspe et de porphire ; et, s’il luy en prenoit fantaisie, tout l’édifice : car, dans le pays des romans, les pierres precieuses ne coûtent pas plus que la brique et que le moilon. Encore il ne manqueroit pas de barbouiller cette description de metopes, trigliphes, volutes, stilobates, et autres termes inconnus qu’il auroit trouvez dans les tables de Vitruve ou de Vignoles, pour faire accroire à beaucoup de gens qu’il seroit fort expert en architecture. C’est aussi ce qui rend les autheurs si friands de telles descriptions, qu’ils ne laissent passer aucune occasion d’en faire ; et ils les tirent tellement par les cheveux, que, mesme pour loger un corsaire qui est vagabond et qui porte tout son bien avec soy, ils luy bâtissent un palais plus beau que le Louvre, ny que le Serrail.

Grace à ma naïveté, je suis déchargé de toutes ces peines, et quoy que toutes ces belles choses se fassent pour la decoration du theatre à fort peu de frais, j’aime mieux faire jouer cette piece sans pompe et sans appareil, comme ces comedies qui se jouent chez le bourgeois avec un simple paravent. De sorte que je ne veux pas mesme vous dire comme est faite cette église, quoy qu’assez celebre : car ceux qui ne l’ont point veue la peuvent aller voir, si bon leur semble, ou la bâtir dans leur imagination comme il leur plaira. Je diray seulement que c’est le centre de toute la galanterie bourgeoise du quartier, et qu’elle est tres-frequentée, à cause que la licence de causer y est assez grande. C’est là que, sur le midy, arrive une caravane de demoiselles à fleur de corde1, dont les meres, il y a dix ans, portoient le chapperon, qui estoit la vraye marque et le caractere de bourgeoisie, mais qu’elles ont tellement rogné petit à petit, qu’il s’est evanoüy tout à fait. Il n’est pas besoin de dire qu’il y venoit aussi des muguets et des galans, car la consequence en est assez naturelle : chacune avoit sa suite plus ou moins nombreuse, selon que sa beauté ou son bonheur les y attiroit.

Cette assemblée fut bien plus grande que de coustume un jour d’une grande feste qu’on y solemnisoit. Outre qu’on s’y empressoit par devotion, les amoureux de la symphonie y estoient aussi attirez par un concert de vingt-quatre violons de la grande bande ; d’autres y couroient pour entendre un predicateur poly2. C’estoit un jeune abbé sans abbaye, c’est à dire un tonsuré de bonne famille, où l’un des enfans est tousjours abbé de son nom. Il avoit un surpelis ou rochet bordé de dentele, bien plicé et bien empesé ; il avoit la barbe bien retroussée, ses cheveux estoient fort frisez, afin quïls parussent plus courts, et il affectoit de parler un peu gras, pour avoir le langage plus mignard. Il vouloit qu’on jugeast de l’excellence de son sermon par les chaises, qui y estoient louées deux sous marqués. Aussi avoit-il fait tout son possible pour mandier des auditeurs, et particulièrement des gens à carosse. Il avoit envoyé chez tous ses amis les prier d’y assister, ayant fait pour cela des billets semblables à ceux d’un enterrement, hormis qu’ils n’estoient pas imprimez.

Une belle fille qui devoit y quêter ce jour-là3 y avoit encore attiré force monde, et tous les polis qui vouloient avoir quelque part en ses bonnes grâces y estoient accourus exprès pour luy donner quelque grosse pièce dans sa tasse : car c’estoit une pierre de touche pour connoistre la beauté d’une fille ou l’amour d’un homme que cette queste. Celuy qui donnoit la plus grosse pièce estoit estimé le plus amoureux, et la demoiselle qui avoit fait la plus grosse somme estoit estimée la plus belle. De sorte que, comme autrefois, pour soutenir la beauté d’une maîtresse, la preuve cavallière estoit de se présenter la lance à la main en un tournoy contre tous venans, de même la preuve bourgeoise estoit en ces derniers temps de faire presenter sa maîtresse la tasse à la main en une queste, contre tous les galans.

Certainement la questeuse estoit belle, et si elle eust esté née hors la bourgeoisie, je veux dire si elle eust esté élevée parmi le beau monde, elle pouvoit donner beaucoup d’amour à un honneste homme. N’attendez pas pourtant que je vous la décrive icy, comme on a coustume de faire en ces occasions ; car, quand je vous aurois dit qu’elle estoit de la riche taille, qu’elle avoit les yeux bleus et bien fendus, les cheveux blonds et bien frisez, et plusieurs autres particularitez de sa personne, vous ne la reconnoistriez pas pour cela, et ce ne seroit pas à dire qu’elle fût entierement belle ; car elle pourroit avoir des taches de rousseurs, ou des marques de petite vérole. Témoin plusieurs héros et héroïnes, qui sont beaux et blancs en papier et sous le masque de roman, qui sont bien laids et bien basanez en chair et en os et à découvert. J’aurois bien plutost fait de vous la faire peindre au devant du livre, si le libraire en vouloit faire la dépense. Cela seroit bien aussi nécessaire que tant de figures, tant de combats, de temples et de navires, qui ne servent de rien qu’à faire acheter plus cher les livres4. Ce n’est pas que je veuille blasmer les images, car on diroit que je voudrois reprendre les plus beaux endroits de nos ouvrages modernes.

Je reviens à ma belle questeuse, et pour l’amour d’elle je veux passer sous silence (du moins jusqu’à une autre fois) toutes les autres avantures qui arriverent cette journée-là dans cette grande assemblée de gens enroollez sous les étendars de la galanterie. Cette fille estoit pour lors dans son lustre, s’estant parée de tout son possible, et ayant esté coiffée par une demoiselle suivante du voisinage, qui avoit appris immediatement de la Prime. Elle ne s’estoit pas contentée d’emprunter des diamants, elle avoit aussi un laquais d’emprunt qui lui portoit la queue, afin de paroistre davantage. Or, quoy que cela ne fût pas de sa condition, neantmoins elle fut bien aise de ménager cette occasion de contenter sa vanité ; car on ne doit point trouver à redire à tout ce qui se fait pour le service et l’avantage de l’Eglise. Quant à son meneur, c’estoit le maistre clerc du logis, qu’elle avoit pris par nécessité autant que par ostentation ; car le moyen sans cela de traverser l’Eglise sur des chaises, sur lesquelles on entendoit le sermon, à moins que d’avoir une asseurance de danceur de corde ? Avec ces avantages, elle fit fort bien le profit de la sacristie ; mais avant que je la quitte, je suis encore obligé de vous dire qu’elle estoit fort jeune, car cela est necessaire à l’Histoire, comme aussi que son esprit avoit alors beaucoup d’innocence, d’ingenuité ou de sottise. Je n’ose dire asseurément laquelle elle avoit de ces trois belles qualitez ; vous en jugerez vous-mesme par la suite.

À cette solemnité se trouva un homme amphibie, qui estoit le matin advocat et le soir courtisan ; il portoit le matin la robe au Palais pour plaider ou pour écouter, et le soir il portoit les grands canons, et les galands d’or, pour aller cajoler les dames. C’estoit un de ces jeunes bourgeois qui, malgré leur naissance et leur éducation, veulent passer pour des gens du bel air, et qui croyent, quand ils sont vestus à la mode et qu’ils méprisent ou raillent leur parenté, qu’ils ont acquis un grand degré d’élevation au dessus de leurs semblables. Cettuy-cy n’estoit pas reconnoissable quand il avoit changé d’habit. Ses cheveux, assez courts, qu’on luy voyoit le matin au Palais, estoient couverts le soir d’une belle perruque blonde, tres-frequemment visitée par un peigne qu’il avoit plus souvent à la main que dans sa poche. Son chapeau avoit pour elle un si grand respect, qu’il n’osoit presque jamais luy toucher. Son collet de manteau estoit bien poudré, sa garniture fort enflée, son linge orné de dentelle ; et ce qui le paroit le plus estoit que, par bon-heur, il avoit un porreau au bas de la joue, qui luy donnoit un honneste pretexte d’y mettre une mouche. Enfin il estoit ajusté de maniere qu’un provincial n’auroit jamais manqué de le prendre pour modelle pour se bien mettre. Mais j’ay ou tort de dire qu’il n’estoit pas reconnoissable : sa mine, son geste, sa contenance et son entretien le faisoient assez connoistre, car il est bien plus difficile d’en changer que de vestement, et toutes ses grimaces et affectations faisoient voir qu’il n’imitoit les gens de la cour qu’en ce qu’ils avoient de deffectueux et de ridicule. C’est ce qu’on peut dire, en passant, qui arrive à tous les imitateurs, en quelque genre que ce soit.

Cet homme donc n’eut pas si-tost jetté les yeux sur Javotte (tel estoit le nom de la demoiselle charitable qui questoit) qu’il en devint fort passionné, chose pour lui fort peu extraordinaire, car c’estoit, à vray dire, un amoureux universel. Neantmoins, pour cette fois, l’Amour banda son arc plus fort, ou le tira de plus près, de sorte que la flèche enfonça plus avant dans son cœur qu’elle n’avoit accoustumé. Je ne vous sçaurois dire précisément quelle fut l’émotion que son cœur sentit à l’approche de cette belle (car personne pour lors ne luy tasta le poux), mais je sçay bien que ce fut ce jour-là précisement qu’il fit un vœu solemnel de luy rendre service. Bien-tost après, une heureuse occasion s’en presenta tout à propos. Elle vint quester à un jeune homme qui estoit auprès de luy. C’estoit un autre petit clerc du logis, très malicieux, qui estoit en colère contre elle parce qu’elle avoit retiré les clefs de la cave des mains d’une servante qui luy donnoit du vin. Comme il vid qu’elle faisoit vanité de faire voir que sa tasse estoit pleine d’or et de grosses pieces blanches, il tira de sa poche une poignée de deniers ; il en arrosa sa tasse pour luy faire dépit, et couvrit toutes les pieces qu’elle estalloit en parade. La questeuse en rougit de honte, et du doigt écarta le plus qu’elle pût cette menue monnoye, qui, malgré toute son adresse, ne parût encore que trop. Ce fut alors que Nicodème (ainsi s’appeloit le nouveau blessé ), lui presentant une pistolle, feignit de luy en demander la monnoye ; mais il ne fit que retirer de la tasse les deniers, et il luy donna le reste en pur don.

Cette nouvelle sorte de galenterie fut remarquée par Javotte, qui en son ame en eust de la joye, et qui crût en effet luy en avoir de l’obligation. Ce qui fit qu’au sortir de l’église, elle souffrit qu’il l’abordast avec un compliment qu’il avoit medité pendant tout le temps qu’il l’avoit attendue. Cette occasion luy fut fort favorable, car Javotte ne sortoit jamais sans sa mere, qui la faisoit vivre avec une si grande retenue qu’elle ne la laissoit jamais parler à aucun homme, ny en public, ny à la maison. Sans cela cet abord n’eut pas esté fort difficile pour luy, car, comme Javotte estoit fille d’un procureur et Nicodème estoit advocat, ils estoient de ces conditions qui ont ensemble une grande affinité et sympathie, de sorte qu’elles souffrent une aussi prompte connoissance que celle d’une suivante avec un valet de chambre.

Dès que l’office fut dit et qu’il la pût joindre, il luy dit, comme une tres-fine galanterie : Mademoiselle, à ce que je puis juger, vous n’avez pu manquer de faire une heureuse queste, avec tant de mérite et tant de beauté. Hélas, Monsieur (repartit Javotte avec une grande ingenuité), vous m’excuserez ; je viens de la compter avec le pere sacristain : je n’ay fait que soixante et quatre livres cinq sous ; mademoiselle Henriette fit bien dernierement quatre-vingts dix livres ; il est vray qu’elle questa tout le long des prieres de quarante heures, et que c’estoit en un lieu où il y avoit un Paradis le plus beau qui se puisse jamais voir. Quand je parle du bon-heur de vostre queste (dit Nicodeme), je ne parle pas seulement des charitez que vous avez recueillies pour les pauvres ou pour l’église ; j’entens aussi parler du profit que vous avés fait pour vous. Ha ! Monsieur (reprit Javotte), je vous asseure que je n’y en ay point fait ; il n’y avoit pas un denier davantage que ce que je vous ay dit ; et puis croyez-vous que je voulusse ferrer la mule en cette occasion ? Ce seroit un gros peché d’y penser. Je n’entends pas (dit Nicodeme) parler ny d’or ny d’argent, mais je veux dire seulement qu’il n’y a personne qui, en vous donnant l’aumosne, ne vous ait en mesme temps donné son cœur. Je ne sçay (repartit Javotte) ce que vous voulez dire de cœurs ; je n’en ay trouvé pas un seul dans ma tasse. J’entends (ajousta Nicodeme) qu’il n’y a personne à qui vous vous soyez arrestée qui, ayant veu tant de beauté, n’ait fait vœu de vous aimer et de vous servir, et qui ne vous ait donné son cœur. En mon particulier, il m’a esté impossible de vous refuser le mien. Javotte luy repartit naïvement : Et bien, Monsieur, si vous me l’avez donné, je vous ay en mesme temps répondu : Dieu vous le rende. Quoy ! (reprit Nicodeme un peu en colère) agissant si serieusement, faut-il se railler de moy ? et faut-il ainsi traitter le plus passionné de tous vos amoureux ? À ce mot, Javotte répondit en rougissant : Monsieur, prenez garde comme vous parlez ; je suis honneste fille : je n’ai point d’amoureux ; maman m’a bien deffendu d’en avoir. Je n’ay rien dit qui vous puisse choquer (repartit Nicodeme), et la passion que j’ay pour vous est toute honneste et toute pure, n’ayant pour but qu’une recherche legitime. C’est donc, Monsieur (repliqua Javotte), que vous me voulez épouser ? Il faut pour cela vous adresser à mon papa et à maman : car aussi bien je ne sçais pas ce qu’ils me veulent donner en mariage. Nous n’en sommes pas encore à ces conditions (reprit Nicodeme) ; il faut que je sois auparavant asseuré de vostre estime, et que je sçache si vous agréerez que j’aye l’honneur de vous servir. Monsieur (dit Javotte), je me sers bien moy-mesme, et je sçais faire tout ce qu’il me faut.

Cette réponse bourgeoise defferra fort ce galand, qui vouloit faire l’amour en stile poly. Asseurément il alloit débiter la fleurette avec profusion, s’il eust trouvé une personne qui luy eust voulu tenir teste. Il fut bien surpris de ce que, dès les premieres offres de service, on l’avoit fait expliquer en faveur d’une recherche legitime. Mais il avoit tort de s’en estonner, car c’est le deffaut ordinaire des filles de cette condition, qui veulent qu’un homme soit amoureux d’elles si-tost qu’il leur a dit une petite douceur, et que, si-tost qu’il en est amoureux, il aille chez des notaires ou devant un curé, pour rendre les témoignages de sa passion plus asseurez. Elles ne sçavent ce que c’est de lier de ces douces amitiez et intelligences qui font passer si agreablement une partie de la jeunesse, et qui peuvent subsister avec la vertu la plus severe. Elles ne se soucient point de connoistre pleinement les bonnes ou les mauvaises qualitez de ceux qui leur font des offres de service, ny de commencer par l’estime pour aller en suite à l’amitié ou à l’amour. La peur qu’elles ont de demeurer filles les fait aussi-tost aller au solide, et prendre aveuglément celuy qui a le premier conclu. C’est aussi la cause de cette grande différence qui est entre les gens de la cour et la bourgeoisie : car la noblesse faisant une profession ouverte de galanterie, et s’accoûtumant à voir les dames dès la plus tendre jeunesse, se forme certaine habitude de civilité et de politesse qui dure toute la vie. Au lieu que les gens du commun ne peuvent jamais attraper ce bel air, parce qu’ils n’étudient point cet art de plaire qui ne s’apprend qu’aupres des dames, et qu’apres estre touché de quelque belle passion. Ils ne font jamais l’amour qu’en passant et dans une posture forcée, n’ayant autre but que de se mettre vistement en ménage. Il ne faut pas s’étonner apres cela si le reste de leur vie ils ont une humeur rustique et bourrue qui est à charge à leur famille et odieuse à tous ceux qui les frequentent. Nôtre demy courtisan auroit bien voulu faire l’amour dans les formes ; il n’auroit pas voulu oublier une des manieres qu’il avoit trouvées dans ses livres, car il avoit fait son cours exprès dans Cyrus et dans Clelie. Il auroit volontiers envoyé des poulets, donné des cadeaux et fait des vers, qui pis est ; mais le moyen de joüer une belle partie de paume avec une personne qui met à tous les coups sous la corde ?

Il n’eust pas si-tost remené sa maistresse jusqu’à sa porte, qu’avec une profonde reverence elle le quitta, luy disant qu’il falloit qu’elle allast songer aux affaires du ménage, et qu’aussi bien sa maman lui crieroit si elle la voyoit causer avec des garçons. Il fut donc obligé de prendre congé d’elle, en resolution de la venir bien-tost revoir. Mais la difficulté estoit d’avoir entrée dans la maison, car personne n’y estoit receu s’il n’y avoit bien à faire, encore n’entroit-on que dans l’étude du procureur ; car si quelqu’un fust venu pour rendre visite à Javotte, la mere seroit venue sur la porte luy demander : Qu’est-ce que vous avez à dire à ma fille ? La necessité obligea donc Nicodeme de chercher à faire connoissance avec Vollichon5 (le pere de Javotte s’appelloit ainsi), ce qui ne fut pas difficile, car il le connoissoit desja de veue pour l’avoir rencontré au Chastelet, où il estoit procureur, et où Nicodeme alloit plaider quelquefois. Il feignit de luy consulter quelque difficulté de pratique, puis il lui dit qu’il le vouloit charger d’un exploit pour un de ses amis. En effet, il luy en porta un chez luy ; mais cela ne fit que l’introduire dans l’étude comme les autres : car l’appartement des femmes fut pour luy fermé, comme si c’eust esté un petit serrail. Il s’avisa d’une ruse pour les voir : il feignit qu’il avoit une excellente garenne à la campagne, d’où on luy envoyoit souvent des lapins. Il dit à Vollichon qu’il luy en envoyeroit deux, et qu’il les iroit manger avec luy, dans la pensée qu’il verroit, pour le moins pendant le disner, sa femme et sa fille. Il en fit donc acheter deux à la Vallée de misere ; mais ce fut de l’argent perdu, non pas à cause que c’estoient des lapins de clapié (car le procureur ne les trouva encore que trop bons), mais parce que cela ne lui donna point occasion de voir sa maistresse, qui, ce jour-là, ne disna point à la grande table, peut-estre à cause qu’elle n’estoit pas habillée, ou qu’elle faisoit quelque affaire du ménage. Il poussa donc plus loin ses inventions : il fit partie avec Vollichon pour aller jouer à la boule6, qui est le plus grand regale qu’on puisse faire à un procureur, et le plus puissant aimant pour l’attirer hors de son étude. Cela les rendit bientost bons amis, et ce qui y contribua beaucoup, c’est que Nicodeme se laissa d’abord gagner quelque argent ; mais il n’oublioit point de jouer pour la derniere partie un chapon, qui se mangeoit aussi-tost chez le procureur.

Ce fut au quatrième ou cinquième chapon que Nicodeme eust le plaisir de voir sa maistresse à table avec luy ; mais ce plaisir fut de peu de durée, car elle ne parut que long-temps apres que les autres furent assis, et elle se leva sitost qu’on apporta le dessert, apres avoir plié sa serviette et emporté son assiette elle-mesme. Encore durant le repas elle ne profera pas un mot et ne leva pas presque les yeux, monstrant avec sa grande modestie qu’elle sçavoit bien pratiquer tout ce qui estoit dans sa Civilité puérile. Elle s’alla aussitost renfermer dans sa chambre avec sa mere, pour travailler à quelque dentelle ou tapisserie. Enfin jamais il n’y eut demoiselle avec qui il fust plus difficile de nouer conversation : car au logis elle estoit tenue de court, et dehors elle ne sortoit qu’avec sa mere, ainsi qu’il a esté dit ; de sorte que sans le hazard de la queste, qui luy donna un moment de liberté et luy permit de retourner seule chez elle, jamais Nicodeme n’auroit trouvé occasion de l’accoster. L’amitié de Vollichon luy estoit presque inutile ; cependant elle s’augmentoit de jour en jour, et, pour en connoistre un peu mieux les fondemens, il est bon de dire quelque chose du caractere de ce procureur, qui estoit encore un original, mais d’une autre espece.

C’étoit un petit homme trapu grisonnant, et qui étoit de mesme âge que sa calotte. Il avoit vieilli avec elle sous un bonnet gras et enfoncé qui avoit plus couvert de méchancetez qu’il n’en auroit pu tenir dans cent autres testes et sous cent autres bonnets : car la chicane s’estoit emparée du corps de ce petit homme, de la mesme maniere que le demon se saisit du corps d’un possédé. On avoit sans doute grand tort de l’appeler, comme on faisoit, ame damnée, car il le falloit plûtost appeler ame damnante, parce qu’en effect il faisoit damner tous ceux qui avoient à faire à luy, soit comme ses clients ou comme ses parties adverses. Il avoit la bouche bien fendue, ce qui n’est pas un petit avantage pour un homme qui gagne sa vie à clabauder, et dont une des bonnes qualitez c’est d’estre fort en gueule. Ses yeux estoient fins et éveillez, son oreille estoit excellente, car elle entendoit le son d’un quart-d’escu de cinq cens pas, et son esprit étoit prompt, pourveu qu’il ne le fallût pas appliquer à faire du bien. Jamais il n’y eut ardeur pareille à la sienne, je ne dis pas tant à servir ses parties comme à les voler. Il regardoit le bien d’autrui comme les chats regardent un oiseau dans une cage, à qui ils tâchent, en sautant autour, de donner quelque coup de griffe. Ce n’est pas qu’il ne fist quelquefois le genereux, car s’il voyoit quelque pauvre personne qui ne sçeust pas les affaires, il luy dressoit une requeste volontiers, et luy disoit hautement qu’il n’en vouloit rien prendre ; mais il luy faisoit payer la signification plus que ne valloit la vacation de l’huissier et la sienne ensemble. Il avoit une antipathie naturelle contre la verité : car jamais pas une n’eut osé approcher de luy (quand mesme elle eût esté à son avantage) sans se mettre en danger d’estre combattue.

On peut juger qu’avec ces belles qualitez il n’avoit pas manqué de devenir riche, et en mesme temps d’estre tout à fait descrié : ce qui avoit fait dire à un galand homme fort à propos, en parlant de ce chicanneur, que c’estoit un homme dont tout le bien estoit mal acquis, à la reserve de sa reputation. Il en demeuroit mesme quelquefois d’accord ; mais il asseuroit qu’il estoit beaucoup changé, et il disoit un jour à Nicodeme, pour l’exciter à suivre le chemin de la vertu, qu’il avoit plus gagné depuis un an qu’il estoit devenu honneste homme qu’en dix ans auparavant, qu’il avoit vécu en fripon. Peut-être avoit-il quelque raison de parler ainsi : car il est vray que les amendes et les interdictions dont on avoit puny quelques unes de ses friponneries, qui avoient esté descouvertes, luy avoient cousté fort cher. J’en ai appris une entr’autres qu’il n’est pas hors de propos de reciter, parce qu’elle marque assez bien son caractere. Il avoit coustume d’occuper pour deux ou trois parties en mesme procez, sous le nom de differens procureurs de ses amis. Un jour qu’il ne pouvoit plus differer la condemnation d’un debiteur fuyard, il suscita un intervenant qui mit le procez hors d’état d’estre jugé ; mais comme celuy qui le poursuivoit s’en plaignit, Vollichon, pour oster la pensée que ce fust luy, dressa des écritures pour cet intervenant, où il declama de tout son possible contre luy-mesme ; il soustenoit que Vollichon estoit l’autheur de toute la chicanne du procez ; que c’estoit un homme connu dans le presidial pour ses friponneries ; qu’il avoit esté plusieurs fois pour cela noté et interdit ; et, apres s’estre dit force injures, il laissa à un clerc le soin de les décrire et de les faire signifier. Le clerc, paresseux de les coppier et encore plus de les lire, les donna à signifier comme elles estoient, escrites de la main de Vollichon. Elles vinrent ainsi entre les mains de sa partie adverse, et de là en celle des juges, qui en éclatterent de rire, mais qui ne laisserent pas de l’en punir rigoureusement.

Tel estoit donc le genie de Vollichon, qui vint à ce poinct de décry que le bourreau mesme, dont il estoit le procureur, le revoqua, sur ce qu’il ne le trouva pas assez honneste homme pour se servir de luy. Je laisse maintenant à penser si Nicodeme, qui n’étoit pas fort avare, mais qui estoit tres-amoureux, pouvoit bientost gagner les bonnes graces d’un homme aussi affamé que Vollichon. Il luy faisoit des escritures à dix sous par roolle ; il s’abonnoit avec luy pour plaider ses causes à vil prix, moyennant certaine somme par an ; il luy faisoit des presens ; il luy donnoit à manger, et generalement par tous moyens il s’efforçoit de gagner son amitié. Il y avoit encore une chose dans la conversation qui les attachoit puissamment, c’est que Nicodeme estoit un grand diseur de beaux mots, de pointes, de phœbus et de galimatias, et Vollichon un grand diseur de proverbes et de quolibets ; et comme ils s’applaudissoient souvent l’un à l’autre, leur entretien estoit fort divertissant.

Nonobstant cette grande amitié qui donnoit desormais une libre entrée à Nicodeme dans la maison, elle ne luy servoit de rien pour entretenir Javotte ; car, ou elle se retiroit dans une autre chambre en le voyant venir, ou, si elle y demeuroit, elle ne luy disoit pas un mot, tant elle avoit de retenue en presence de sa mère, qui estoit tousjours auprès d’elle. Il fallut donc qu’à la fin il devint amant declaré, pour luy pouvoir parler à son aise. Ce qui le porta encore plûtost à la demander en mariage, ce fut cette consideration, que c’est toûjours un party sortable pour un advocat que la fille d’un procureur. Car Vollichon estoit riche et avoit une fort bonne estude, qu’on devoit bien plûtost appeller boutique, parcequ’on y vendoit les parties. D’autre eosté Vollichon ne vouloit avoir pour gendre qu’un homme de sac et de corde. C’est ainsi qu’il appeloit en sa langue celuy que nous dirions en la nostre qui est fort attaché au Palais, et qui ne se plaist qu’à voir des papiers. Il ne se soucioit pas qu’il fût beau, poly ou galand, pourveu qu’il fût laborieux et bon ménager. Il ne comptoit mesme pour rien la rare beauté de Javotte, et il ne s’attendoit pas qu’elle luy fist faire fortune. Peut-estre mesme qu’en cecy il ne manquoit pas de raison ; car il arrive la pluspart du temps que ceux qui content là dessus se trouvent attrapez, et que ces fortunes que les bourgeoises font pour leur beauté aboutissent bien souvent à une question de rapt que font les parens du jeune homme qui les espouse, ou a une séparation de biens que demande la nouvelle mariée à un fanfaron ruiné.

Cette disposition favorable fut cause que Nicodeme, pressé d’ailleurs de son amour, fit une belle declaration et une demande précise au nom de mariage au pere de Javotte.qui, ayant receu cette proposition avec la civilité dont un homme de l’humeur de Vollichon estoit capable, s’enquit exactement de la quantité de son bien, s’il n’estoit point embrouillé, et s’il n’avoit point fait de débauches ny de debtes. La seule difficulté qu’il y trouvent estoit que ce marié estoit trop beau, c’est à dire qu’il estoit trop bien mis et trop coquet. Car, à vrai dire, la propreté qui plaist à tous les honnestes gens est ce qui choque le plus ces barbons. Il disoit que le temps qu’on employait à s’habiller ainsi proprement estoit perdu, et que cependant on auroit fait cinq ou six roolles d’écritures. Il se plaignoit aussi que telle piece d’ajustement coûtoit la valeur de plus de vingt plaidoyers. Neantmoins l’estime qu’il avoit conceue pour Nicodeme effaçoit tout ce dégoust ; et, devenant indulgent en sa faveur, il disoit qu’il falloit que la jeunesse se passast ; mais, ne croyant pas qu’elle s’estendist au delà du temps qu’il falloit pour rechercher une fille, il esperoit dans trois mois de le voir aussi crasseux que lui.

Enfin, apres qu’il eut examiné l’inventaire, les partages et tous les titres de la famille, dressé et contesté tous les articles du mariage, le contrat en fut passé, et on permit alors à Nicodeme de voir sa maistresse un peu plus librement, c’est à dire en un bout de la chambre, en presence de sa mere, qui estoit un peu à quartier occupée à quelque travail. Ce bon-heur ne luy dura pas long-temps, car peu de jours apres Vollichon voulut qu’on se preparât pour les fiançailles, et mesme il fit publier les bans à l’eglise.

Je me doute bien qu’il n’y aura pas un lecteur (tant soit-il benevole) qui ne dise icy en lui-même : Voicy un méchant Romaniste ! Cette histoire n’est pas fort longue ny fort intriguée. Comment ! il conclud d’abord un mariage, et on n’a coûtume de les faire qu’à la fin du dixiéme tome ? Mais il me pardonnera, s’il lui plaist, si j’abrege et si je cours en poste à la conclusion. Il me doit mesme avoir beaucoup d’obligation de ce que je le gueris de cette impatience qu’ont beaucoup de lecteurs de voir durer si long-temps une histoire amoureuse, sans pouvoir deviner quelle en sera la fin. Neantmoins, s’il est d’humeur patiente, il peut sçavoir qu’il arrive, comme on dit, beaucoup de choses entre la bouche et le verre. Ce mariage n’est pas si avancé qu’on diroit bien et qu’il se l’imagine.

Il ne tiendroit qu’à moi de faire icy une heroïne qu’on enleveroit autant de fois que je voudrois faire de volumes. C’est un mal-heur assez ordinaire aux heros, quand ils pensent tenir leur maistresse, de n’embrasser qu’une nue, comme de mal-heureux Ixions, qui gobent du vent, tandis qu’un de leurs confidens la leur enleve sur la moustache. Mais comme l’on ne joue pas icy la grande piece des machines, et comme j’ay promis une histoire veritable, je vous confesseray ingenuëment que ce mariage fut seulement empêché par une opposition formée à la publication des bans, sous le nom d’une fille nommée Lucrece, qui pretendoit avoir de Nicodeme une promesse de mariage, ce qui le perdit de reputation chez les parens de Javotte, qui le tinrent pour un débauché, et qui ne voulurent plus le voir ny le souffrir. Or, pour vous dire d’où venoit cette opposition (car je croy que vous en avez curiosité) il faut remonter un peu plus haut, et vous reciter une autre histoire ; mais tandis que je vous la conteray, n’oubliez pas celle que je viens de vous apprendre, car vous en aurez encore tantost besoin.

Histoire de Lucrece la bourgeoise.

Cette Lucrece, que j’ai appellée la Bourgeoise, pour la distinguer de la Romaine, qui se poignarda, et qui estoit d’une humeur fort differente de celle-cy, estoit une fille grande et bien faite, qui avoit de l’esprit et du courage, mais de la vanité plus que de tout le reste. C’est dommage qu’elle n’avoit pas esté nourrie à la Cour ou chez des gens de qualité, car elle eût esté guerie de plusieurs grimasses et affectations bourgeoises qui faisoient tort à son bel esprit, et qui faisoient bien deviner le lieu où elle avoit esté élevée.

Elle estoit fille d’un referendaire en la chancellerie, et avoit esté laissée en bas âge, avec peu de bien, sous la conduite d’une tante, femme d’un advocat du tiers ordre, c’est à dire qui n’étoit ni fameux ni sans employ. Ce pauvre homme, qui estoit moins docte que laborieux, estoit tout le jour enfermé dans son estude, et gagnoit sa vie à faire des rooles d’écritures assez mal payez. Il ne prenoit point garde à tout ce qui se passoit dans sa maison. Sa femme estoit d’un costé une grande ménagere, car elle eût crié deux jours si elle eût veu que quelque bout de chandelle n’eust pas esté mis à profit, ou si on eût jetté une alumette avant que d’avoir servy par les deux bouts ; mais d’autre part c’estoit une grande joüeuse, et qui hantoit, à son dire, le grand monde, ou, pour mieux parler, qui voyoit beaucoup de gens. De sorte que toutes les aprédisnées on mettoit sur le tapis deux jeux de cartes et un tricquetrac, et aussi-tost arrivoient force jeunes gens de toutes conditions, qui y estoient plûtost attirez pour voir Lucrece que pour divertir l’advocate. Quand elle avoit gagné au jeu, elle faisoit l’honnorable, et faisoit venir une tourte et un poupelin7, avec une tasse de confitures faites à la maison, dont elle donnoit la collation à la compagnie, ce qui tenoit lieu de souper à elle et à sa niepce, et par fois aussi au mary, qui n’en tastoit pas, parce qu’elle ne songeoit pas à luy preparer à manger, quand elle n’avoit pas faim. Elle passoit par ce moyen dans le voisinage pour estre fort splendide ; sa maison estoit appellée une maison de bouteilles8 et de grande chère, et il me souvient d’avoir oüy une greffiere du quartier qui disoit d’elle en enrageant : Il n’appartient qu’à ces advocates à faire les magnifiques.

Lucrece fut donc élevée en une maison conduitte de cette sorte, qui est un poste tres-dangereux pour une fille qui a quelques necessitez, et qui est obligée à souffrir toutes sortes de galans. Il auroit fallu que son cœur eût esté ferré à glace pour se bien tenir dans un chemin si glissant. Toute sa fortune estoit fondée sur les conquestes de ses yeux et de ses charmes, fondement fort fresle et fort delicat, et qui ne sert qu’à faire vieillir les filles ou à les faire marier à l’officialité. Elle portoit cependant un estat de fille de condition, quoy que, comme j’ay dit, elle eût peu de bien ou plûtost point du tout. Elle passoit pour un party qui avoit, disoit-on, quinze mil écus ; mais ils estoient assignez sur les broüillarts de la riviere de Loyre, qui sont des effects à la verité fort liquides, mais qui ne sont pas bien clairs. Sur cette fausse supposition, Lucrece ne laissoit pas de bastir de grandes esperances, et, quand on luy proposoit pour mary un advocat, elle disoit en secouant la teste : Fy, je n’ayme point cette bourgeoisie ! Elle pretendoit au moins d’avoir un auditeur des comptes ou un tresorier de France : car elle avoit trouvé que cela estoit deub à ses pretendus quinze mil escus, dans le tariffe des partis sortables.

Cette citation, Lecteur, vous surprend sans doute : car vous n’avez peut-estre jamais entendu parler de ce tariffe. Je veux bien vous l’expliquer, et, pour l’amour de vous, faire une petite digression. Sçachez donc que, la corruption du siecle ayant introduit de marier un sac d’argent avec un autre sac d’argent, en mariant une fille avec un garçon ; comme il s’estoit fait un tariffe lors du decry des monnoyes pour l’évaluation des espèces, aussi, lors du decry du merite et de la vertu, il fut fait un tariffe pour l’évaluation des hommes et pour l’assortiment des partis. Voicy la table qui en fut dressée, dont je vous veux faire part.

Tariffe ou evaluation des partis sortables pour faire facilement les mariages.
Pour une fille qui a deux mille livres en mariage, ou environ, jusqu’à six mille livres. Il luy faut un marchant du Palais, ou un petit commis, sergent, ou solliciteur de procez.

Pour celle qui a six mille livres, et au dessus jusqu’à douze mille livres. Un marchand de soye, drappier, mouleur de bois, procureur du Chastelet, maistre d’hostel, et secrétaire de grand seigneur.

Pour celle qui a douze mille livres, et au dessus jusqu’à vingt mille livres. Un procureur en parlement, huissier, notaire ou greffier.

Pour celle qui a vingt mille livres, et au dessus, jusqu’à trente mille livres. Un advocat, conseiller du trésor ou des eauës et forests, substitut du parquet et general des monnoyes.

Pour celle qui a depuis trente mille livres jusqu’à quarante-cinq mille livres. Un auditeur des comptes, trésorier de France ou payeur des rentes.

Pour celle qui a depuis quinze mil jusqu’à vingt-cinq mil escus. Un conseiller de la cour des aydes, ou conseiller du grand conseil.

Pour celle qui a depuis vingt-cinq jusqu’à cinquante mil escus. Un conseiller au parlement, ou un maistre des comptes.

Pour celle qui a depuis cinquante jusqu’à cent mil escus. Un maistre des requêtes, intendant des finances, greffier et secrétaire du conseil, président aux enquêtes.

Pour celle qui a depuis cent mil jusqu’à deux cent mil escus. Un president au mortier, vray marquis, sur-intendant, duc et pair.

On trouvera peut-estre que ce tariffe est trop succinct, veu le grand nombre de charges qui sont creées en ce royaume, dont il n’est fait icy aucune mention ; mais, en ce cas, il faudra seulement avoir un extraict du registre qui est aux parties casuelles, de l’évaluation des offices, car, sur ce pied, on en peut faire aisément la réduction à quelqu’une de ces classes. La plus grande difficulté est pour les hommes qui vivent de leurs rentes, dont on ne fait icy aucun estat, comme de gens inutiles, et qui ne doivent songer qu’au celibat. Car ce n’est pas mal à propos qu’un de nos autheurs a dit qu’une charge estoit le chausse-pied du mariage, ce qui a rendu nos François (naturellement galands et amoureux) si friands de charges, qu’ils en veulent avoir à quelque prix que ce soit, jusqu’à achepter cherement des charges de mouleur de bois, de porteur de sel et de charbon. Toutefois, s’il arrive par mal-heur qu’une vieille fille marchande quelqu’un de ces rentiers, ils sont d’ordinaire évaluez au denier six, comme les rentes sur la ville et autres telles denrées ; c’est a dire qu’une fille qui a dix mil escus doit trouver un homme qui en ayt soixante mil, et ainsi à proportion.

Il y en aura encore qui eussent souhaitté que ce tariffe eût esté porté plus avant ; mais cela ne s’est pû faire, n’y ayant au delà que confusion, parce que les filles qui ont au delà de deux cent mille escus sont d’ordinaire des filles de financiers ou de gens d’affaires qui sont venus de la lie du peuple, et de condition servile. Or, elles ne sont pas vendues à l’enchere comme les autres, mais délivrées au rabais ; c’est à dire qu’au lieu qu’une autre fille qui aura trente mille livres de bien est vendue à un homme qui aura un office qui en vaudra deux fois autant, celles-cy, au contraire, qui auront deux cens mille escus de bien, seront livrées à un homme qui en aura la moitié moins ; et elles seront encore trop heureuses de trouver un homme de naissance et de condition qui en veuille.

La seule observation qu’il faut faire, de peur de s’y tromper, est qu’il arrive quelquefois que le merite et la beauté d’une fille la peut faire monter d’une classe, et celle de trente mille livres avoir la fortune d’une de quarante ; mais il n’en est pas de mesme d’un homme, dont le merite et la vertu sont tousjours comptez pour rien. On ne regarde qu’à sa condition et à sa charge, et il ne fait point de fortune en mariage, si ce n’est en des lieux où il trouve beaucoup d’années meslées avec de l’argent, et qu’il achepte le tout en tâche et en bloc.

Mais c’est assez parlé de mariage ; il faut revenir à Lucrece, que je perdois presque de veue. Ses charmes ne la laissoient point manquer de serviteurs. Elle n’avoit pas seulement des galands à la douzaine, mais encore à quarterons et à milliers ; car, dans ces maisons où on tient un honneste berlan ou académie de jeu, il s’en tient aussi une d’amour, qui d’abord est honneste, mais qui ne l’est pas trop à la fin ; ce qui me fait souvenir de ce qu’un galant homme disoit, que c’étoit presque mettre un bouchon, pour faire voir qu’il y avoit quelque bonne pièce preste à mettre en perce.

Ils venoient, comme j’ay dit, plûtost pour voir Lucrece que pour jouer ; cependant il falloit jouer pour la voir. Tel, après avoir joué quelque temps, donnoit son jeu à tenir à quelqu’autre pour venir causer avec elle ; et tel disoit qu’il estoit de moitié avec sa tante. Elle faisoit de son costé la mesme chose, et estoit de moitié avec quelqu’un qu’elle avoit embarqué au jeu ; mais, apres avoir rangé son monde en bataille, elle alloit par la salle entretenir la compagnie, et sçavoit si bien contenter ses galands par l’égalité qu’elle apportoit à leur parler, qu’on eust dit qu’elle eust eu un sable pour régler tous ses discours.

Elle tiroit un grand avantage du jeu, car elle partageoit le guain qui se faisoit, et ne payoit rien de la perte qui arrivoit. Sur tout elle trouvoit bien son compte quand il tomboit entre ses mains certains badauts qui faisoient consister la belle galanterie à se laisser gagner au jeu par les filles, pour leur faire par ce moyen accepter sans honte les presens qu’ils avoient dessein de leur faire. Erreur grande du temps jadis, et dont, par la grace de Dieu, les gens de cour et les fins galans sont bien déduppez. Il est vray que les coquettes rusées sont fort aises de gagner au jeu ; mais, comme elles appellent conqueste un effect qu’elles attribuent à leur adresse ou à leur bonne fortune, elles n’en ont point d’obligation au pauvre sot qui se laisse perdre, qu’elles nomment leur duppe, et qu’elles n’abandonnent point qu’apres leur avoir tiré la derniere plume. Et lors il n’est plus temps de commencer une autre galanterie, car elles n’ont jamais d’estime pour un homme qui a fait le fat, quoy qu’à leur profit. Aussi bien, à quoy bon chercher tant de destours ? ne fait-on pas mieux aujourd’huy de jouer avec les femmes à la rigueur, et de ne leur pardonner rien, et, si on leur veut faire des presens, de leur donner sans cérémonie ? En voit-on quantité qui les refusent et qui les renvoyent ? Cela estoit bon au temps passé, quand on ne sçavoit pas vivre. Je croy mesme, pour peu que nous allions en avant, comme on se raffine tous les jours, qu’on pratiquera la coustume qui s’observe déjà en quelques endroits, de bien faire son marché, et de dire : Je vous envoye tel present pour telle faveur, et d’en prendre des assurances : car, en effect, les femmes sont fort trompeuses.

Mais, en parlant de jeu, j’avois presque écarté Lucrece, qui aymoit, sur tous les galands, les joueurs de discretions9 : car, dans sa perte, elle payoit d’un siflet ou d’un ruban, et, dans le guain, elle se faisoit donner de beaux bijoux et de bonnes nippes. Elle n’estoit vétuë que des bonnes fortunes du jeu ou de la sottise de ses amans. Le bas de soye qu’elle avoit aux jambes estoit une discretion ; sa cravatte de poinct de Gennes, autre discretion ; son collier et mesme sa juppe, encore autre discretion ; enfin, depuis les pieds jusqu’à la teste, ce n’estoit que discretion. Cependant elle joüa tant de fois des discretions, qu’elle perdit à la fin la sienne, comme vous entendrez cy-apres. Je vous en advertis de bonne heure, car je ne vous veux point surprendre, comme font certains autheurs malicieux qui ne visent à autre chose.

Entre tous ces amants dont la jeune ferveur adoroit Lucrece, se trouva un jeune marquis ; mais c’est peu de dire marquis, si on n’adjouste de quarante, de cinquante ou de soixante mille livres de rente : car il y en a tant d’inconnus et de la nouvelle fabrique, qu’on n’en fera plus de cas, s’ils ne font porter à leur marquisat le nom de leur revenu, comme fit autrefois celuy qui se faisoit nommer seigneur de dix-sept cens mille escus. On n’avoit pas compté avec celuy-cy, mais il faisoit grande dépense et changeoit tous les jours d’habits, de plumes, et de garnitures. C’est la marque la plus ordinaire à quoy on connoist dans Paris les gens de qualité, bien que cette marque soit fort trompeuse. Il avoit veu Lucrece dans cette eglise (j’ay failly à dire : que j’ay déjà décrite) où il estoit allé le jour de cette solemnité dont j’ay parlé, pour toute autre affaire que pour prier Dieu. D’abord qu’il la vid il en fut charmé, et quand elle sortit il commanda à son page de la suivre pour sçavoir qui elle estoit ; mais, devant que le page fut de retour, il avoit déjà tout sçeu d’un Suisse François qui chasse les chiens et louë les chaises dans l’eglise, et qui gagne plus à sçavoir les intrigues des femmes du quartier qu’à ses deux autres mestiers ensemble. Une piece blanche luy avoit donc appris le nom, la demeure, la qualité de Lucrece, celle de sa tante, ses exercices ordinaires et les noms de la pluspart de ceux qui la frequentoient ; enfin mille choses qu’en une maison privée on n’auroit découvert qu’avec bien du temps ; ce qui fait juger que celles où on se gouverne de la sorte commencent à passer pour publiques. Il songea, comme il estoit assez discret, à chercher quelqu’un qui le pust introduire chez elle ; en tout cas, il se resolvoit de se servir du prétexte du jeu, qui est le grand passe-par-tout pour avoir entrée dans de telles compagnies ; il n’eust besoin de l’une ni de l’autre, car dès le lendemain, passant en carrosse dans la ruë de Lucrece, il la vid de loin sur le pas de sa porte. L’impatience qu’elle avoit de voir que personne n’estoit encore venu l’y avoit portée, et dès qu’elle entendit le bruit d’un carrosse, elle tourna la teste de ce côté-là, pensant que c’estoit quelqu’un qui venoit chez elle. Le marquis se mit à la portiere pour la saluer et tascher à noüer conversation.

Voicy une mal-heureuse occasion qui luy fut favorable : un petit valet de maquignon poussoit à toute bride un cheval qu’il piquoit avec un éperon rouillé, attaché à son soullier gauche ; et comme la rue estoit estroitte et le ruisseau large, il couvrit de boue le carrosse, le marquis et la demoiselle. Le marquis voulut jurer, mais le respect du sexe le retint ; il voulut faire courir après, mais le piqueur estoit si bien monté qu’on ne lui pouvoit faire de mal, si on ne le tiroit en volant. Il descendit, tout crotté qu’il estoit, pour consoler Lucrece et luy dit en l’abordant : Mademoiselle, j’ay esté puny de ma temerité de vous avoir voulu voir de trop près ; mais je ne suis pas si fâché de me voir en cet estat que je le suis de vous voir partager avec moi ce vilain present. Lucrece, honteuse de se voir ainsi ajustée, et qui n’avoit point de compliment prest pour un accident si inopiné, se contenta de luy offrir civilement la salle pour se venir nettoyer, ou pour attendre qu’il eust envoyé querir d’autre linge, et elle prit aussi-tost congé de luy pour en aller changer de son costé. Mais elle revint peu apres avec d’autre linge et un autre habit, et ce ne fut pas un sujet de petite vanité pour une personne de sa sorte de montrer qu’elle avoit plusieurs paires d’habits et de rapparter en si peu de temps un poinct de Sedan qui eut pû faire honte à un poinct de Gennes qu’elle venoit de quitter. La premiere chose que fit le marquis, ce fut d’envoyer son page en diligence chez luy, pour luy apporter aussi un autre habit et d’autre linge, esperant qu’on lui presteroit quelque garde-robe où il pourroit changer de tout. Mais le page revint tout en sueur luy dire que le valet de chambre avoit emporté la clef de la garde-robe, et que, depuis le matin qu’il avoit habillé son maistre, il ne revenoit à la maison que le soir, suivant la coustume de tous ces faineans, que leurs maistres laissent joüer, yvrogner et filouter tout le jour, faute de leur donner de l’employ, croyant deroger à leur grandeur, s’ils les employoient à plus d’un office. Il fallut donc qu’il prist, comme on dit, patience en enrageant, et qu’il condamnast son peu de prevoyance de n’avoir pas mis dans la voiture une carte où il y eust une garniture de linge, puisque le cocher avoit bien le soin d’y mettre un marteau et des clous pour r’attacher les fers des chevaux quand ils venoient à se déferrer. Tout ce qu’il pût faire, ce fut de se placer dans le coin de la salle le plus obscur et de se mettre encore contre le jour, afin de cacher ses playes lemieux qu’il pourroit. Il a juré depuis (et ce n’est pas ce qui doit obliger à le croire, car il juroit quelquefois assez legerement, mais j’ay veu des experts en galanterie qui disoient que cela pouvoit estre vray) que, dans toutes ses avantures amoureuses, il n’a jamais souffert un plus grand ennuy, ny de plus cuisantes douleurs, qu’avoir esté obligé de paroistre en ce mauvais estat la première fois qu’il aborda sa maistresse ; aussi, quoy que la violence de son amour le pressast plusieurs fois de luy declarer sa passion, et qu’il s’en trouvast mesme des occasions favorables, il reserra tous ses compliments, et, s’imaginant qu’autant de crottes qu’il avoit sur son habit estoient autant de taches à son honneur, il estoit merveilleusement humilié, et il ressembloit au pan, qui, apres avoir regardé ses pieds, baisse incontinent la queuë.

Pour comble de mal-heurs, dès qu’il fut assis, il arriva chez Lucrece plusieurs filles du voisinage, dont les unes estoient ses amies et les autres non : car elles alloient en cet endroit comme en un rendez-vous general de galans, et elles y alloient chercher un party comme on iroit au bureau d’adresse10 chercher un lacquais ou un valet de chambre. Les unes se mirent à jouer avec de jeunes gens qui y estoient aussi fraîchement arrivez, les autres allerent causer avec Lucrece. Elles ne connoissoient point le marquis, et ainsi elles le prirent pour quelque miserable provincial. Comme les bourgeoises commencent à railler des gens de province aussi bien que les femmes de la cour, elles ne manquerent pas de luy donner chacune son lardon. L’une luy disoit : Vrayment, monsieur est bien galant aujourd’huy ; il ne manque pas de mouches. L’autre disoit : Mais est-ce la mode d’en mettre aussi sur le linge ? La troisiéme adjoustoit : Monsieur avoit manqué ce matin de prendre de l’eau beniste, mais quelque personne charitable luy a donné de l’aspergés ; et la derniere, franche bourgeoise, repliquoit : Voila bien de quoi ! ce ne sera que de la poudre à la Saint-Jean.

Le marquis d’abord souffroit patiemment tous ces brocards assez communs, et, pressé du remords de sa conscience, n’osoit se défendre d’une accusation dont il se sentoit fort bien convaincu. Enfin, on le poussa tant là dessus qu’il fut contraint de repartir : Je vois bien, mesdemoiselles, que vous me voulez obliger à défendre les gens mal-propres, mais je ne sçay si je pourray bien m’en acquitter, car jusqu’ici j’ay songé si peu à m’exercer sur cette matiere, que je ne croyois pas avoir jamais besoin d’en parler pour moy, sans le malheur qui m’est arrivé aujourd’huy. Vous en serez moins suspect (reprit Lucrece) si vous n’avez pas grand interet en la cause ; il y a en recompense beaucoup de personnes à qui vous ferez grand plaisir de la bien plaider. Je ne suis point (dit le marquis) de profession à faire des plaidoyers ny des apologies, mais je dirai, puisqu’il s’en présente occasion, que je trouve estrange qu’en la pluspart des compagnies on n’estime point un homme, et qu’on ait mesme de la peine à le souffrir, s’il n’est dans une excessive propreté, et souvent encore s’il n’est magnifique. On n’examine point son merite ; on en juge seulement par l’exterieur et par des qualitez qu’il peut aller prendre à tous moments à la rue aux Fers ou à la Fripperie. Cela est vray (dit en l’interrompant la franche bourgeoise dont j’ay parlé), et si Paris est tellement remply de crottes, qu’on ne s’en sçauroit sauver.

J’éprouve bien aujourd’huy (reprit le marquis) qu’on s’en sauve avec bien de la peine, puisque le carrosse ne m’en a pu garentir ; et je me range à l’opinion de ceux qui soustiennent qu’il faut aller en chaise pour estre propre. L’ancien proverbe qui, pour expliquer un homme propre, dit qu’il semble sortir d’une boëte, se trouve bien vray maintenant, et c’est peut-estre luy qui a donné lieu à l’invention de ces boëtes portatives. Mais (interrompit encore la bourgeoise) tout le monde ne s’y peut pas faire porter, car les porteurs vous rançonnent, et il en coûte trop d’argent. Je ne m’y suis voulu faire porter qu’une fois à cause qu’il pleuvoit, et ils me demandoient un escu pour aller jusqu’à Nostre-Dame. Il est vray (dit le marquis) que la dépense en est grande et ne peut pas estre supportée par ceux qui sont dans les fortunes basses ou mediocres, comme sont la pluspart des personnes d’esprit et de sçavoir, et c’est ce qui fait qu’il sont reduits à ne voir que leurs voisins, comme dans les petites villes, et ils n’ont pas l’avantage que Paris fournit d’ailleurs, car on y pourroit choisir pour faire une petite société les personnes les plus illustres et les plus agreables, si ce n’estoit que le hasard et les affaires les dispersent en plusieurs quartiers fort éloignez les uns des autres.

Il n’y a que peu de jours qu’un des plus illustres me fit une fort agreable doleance sur un pareil accident qui luy estoit arrivé. Il estoit (dit-il) party du fauxbourg Saint-Germain pour aller au Marais, fort propre en linge et en habits, avec des galoches fort justes et en un temps assez beau. Il s’estoit heureusement sauvé des boues à la faveur des boutiques et des allées, où il s’estoit enfoncé fort judicieusement au moindre bruit qu’il entendoit d’un cheval ou d’un caresse. Enfin, grace à son adresse et au long détour qu’il avoit pris pour choisir le beau chemin, il estoit prest d’arriver au port desiré quand un malautru baudet, qui alloit modestement son petit pas sans songer en apparence à la malice, mit le pied dans un trou, qui estoit presque le seul qui fust dans la rue, et le crotta aussi coppieusement qu’auroit pû faire le cheval le plus fringuant d’un manege. Cela fit qu’il n’osa continuer le dessein de sa visite, et qu’il s’en retourna honteusement chez luy le nez dans son manteau. Ainsi il fut privé des plaisirs qu’il esperoit trouver en cette visite, et celles qui la devoient recevoir perdirent les douceurs de sa conversation. Cet accident, au reste, l’a tellement dégoûté de faire des visites éloignées, qu’il a perdu toutes les habitudes qu’il avoit hors de son quartier. Vôtre amy (dit alors Lucrece) estoit un peu scrupuleux ; s’il eut bien fait il se seroit contenté de faire d’abord quelque compliment en faveur de ses canons crottez, quelque invective contre les desordres de la ville et contre les directeurs du nettoyement des boues, et un petit mot d’imprécation co tre cet asne hypocrite, autheur du scandalle. Cela eût esté, ce me semble, suffisant pour le mettre à couvert de tout reproche. Je trouve (interrompit Hyppolite, qui estoit une veritable coquette, et qui avoit fait la premiere raillerie) qu’il fit prudemmentde s’en retourner, car, s’il y eust eu là quelqu’un de mon humeur, il n’eût pas manqué d’avoir quelque attaque. Quoy (reprit Lucrece) y avoit-il de sa faute ? N’avez-vous pas remarqué toutes les precautions qu’il avoit prises ? Quoy, tout le temps et les pas qu’il avoit perdus en s’enfonçant dans les boutiques et dans les allées ne luy seront-ils contez pour rien ? Non (dit l’Hyppolite), tout cela n’importe ; que ne venoit-il en chaise ?

Le Roman bourgeois >> Page suivante



1. Terme de jeu de paume : « On dit qu’une balle a passé à fleur de corde, ou qu’elle a frisé la corde, pour dire que peu s’en est fallu qu’elle n’ait été dehors. » (Dictionn. de Furetière.)

2. C’est certainement de l’abbé Cotin ou de l’abbé Cassaigne qu’il est question. On sait, en effet, que Furetière partageoit la belle haine de Boileau contre ces prédicateurs à la mode ; il paroît même, par une note de Brossette sur le vers 60 de la 3e satire, que c’est lui qui les avoit recommandés au satirique : « Ce fut l’abbé Furetière qui indiqua à notre auteur les deux mauvais prédicateurs qui sont ici nommés, l’abbé Cassaigne et l’abbé Cotin, tous deux de l’Académie françoise. »

3. La quête aux grands jours, dans une belle église, en brillante toilette, étoit une mode bourgeoise que Furetière ne devoit pas oublier. Il ne fait qu’en indiquer le ridicule, d’autres en ont relevé l’inconvenance ; ainsi le P. Sanlecque, en deux vers célèbres de sa satire contre une mère coquette, etc., et l’auteur anonyme d’une satire contre l’Indécence des questeuses, que nous trouvons dans un petit volume assez rare, Poésies chrestiennes, etc., par le sieur D… Paris, 1710, in-8.

4. Cela est un trait contre La Serre, qui avoit la manie des illustrations pour ses livres : « Il tenoit pour maxime, dit Tallemant (édit. in-8., t. 5, p. 24), qu’il ne falloit qu’un beau titre et une belle taille douce ; aussi madame Margonne l’appeloit-elle le tailleur des muses, parcequ’il les habilloit assez bien. »

5. Ici Furetière n’a pas, en apparence au moins, autant de franchise que Despréaux. Dans sa 1re satire, celui-ci avoit dit :

Je ne puis rien nommer, si ce n’est par son nom ;
J’appelle un chat un chat, et Rolet un fripon.

Or, c’est ce même Rolet que Furetière, moins hardi, va peindre ici sous le pseudonyme de Vollichon. Il étoit bien connu au Palais. On ne l’y appeloit que l’âme damnée, et, quand le président Lamoignon vouloit désigner un insigne fripon, il disoit : C’est un Rolet. Selon Brossette, dans sa note sur le vers 157 de la 15e satire de Régnier, c’est à lui surtout qu’il falloit appliquer ce vers :

Un avocat instruire en l’un ou l’autre cause.

Rolet ne faisoit pas autre chose ; même il faisoit pis. En 1681, il fut convaincu d’avoir fait revivre une obligation de 500 livres, dont il avoit déjà reçu le paiement. Un arrêt le condamna à un bannissement de neuf années, et, entre autres amendes et dépens, à 4,000 fr. de réparation civile. La minute et la grosse de l’obligation incriminée furent lacérées par le greffier en présence de Rolet. La sentence est du 12 août 1681, c’est-à-dire long-temps après la publication du Roman bourgeois. Mais il y avoit longues années que Rolet se mettoit en mesure de la mériter, et qu’on l’en déclaroit digne au Palais et dans le monde. Toutefois, comme ses friponneries n’étoient pas chose jugée, on n’osoit pas, de peur d’un procès qu’il n’eût pas manqué de vous faire, dire hautement et sous son nom ce qu’étoit Rolet. Despréaux, je l’ai dit, l’osa seul ; mais, comme s’il eût eu peur de sa hardiesse, il l’atténua fort et l’annula même dans la 2e édition de ses satires, en mettant en note, pour le nom de Rolet, que c’étoit un hôtelier du pays blaisois. C’étoit se repentir d’avoir eu du courage, et en réalité n’être pas plus franc que ne l’avoit été Furetière avec son pseudonyme de Vollichon. Le plus comique de l’affaire, c’est que, selon Brossette, il se trouva en effet dans le Blaisois « un hôtelier de même nom, qui fit faire à Boileau de grandes plaintes. À Rouen, dit encore Brossette, dans une 1re édition qui fut faite sans la participation de l’auteur, on avoit mis un autre nom que celui de Rolet », ce qui nous étonne beaucoup, d’autant plus qu’à cette époque, dans cette même ville de Rouen, on jouoit une comédie en un acte, en vers, le Moulin de Bouille (Rouen, J.-B. Besongne, pet. in-12), dans laquelle Rolet étoit franchement nommé et mis en scène. — Furetière, dans son libelle allégorique, les Couches de l’Académie, fit encore, preuve qu’il le connoissoit bien, allusion à Rolet, comme au plus grand chicaneur du Palais. Il dit que la déesse Justice avoit, dans une écurie qu’on nomme Chicane, six harpies qu’on atteloit à son char, et à l’une d’elles, la première, la plus fameuse, il donne le nom de Rolette. Le patibulaire procureur finit mieux qu’il ne méritoit. On le déchargea de la peine du bannissement, à laquelle l’avoit condamné l’arrêt de 1681 ; il obtint une place de garde au château de Vincennes, et il y mourut.

6. C’étoit le jeu à la mode de ce temps-là, et l’on sait par Louis Racine que Boileau y excelloit. Les procureurs surtout en faisoient leur amusement favori. Furetière en a fait le sujet d’une des satires qu’on a imprimées à la suite du Roman bourgeois, édit. de Nancy, 1713, in-12., p. 319-327. C’est au quai Saint-Bernard que Furetière place la fameuse partie de boules qui remplit sa satire ; mais on sait par Regnard, dans sa comédie du Divorce (prologue), que les joueurs de la bazoche avoient encore d’autres lieux de réunion : « Jupiter. Je me suis amusé en venant à jouer à la boule, aux Petits-Carreaux, contre quatre procureurs, qui ne m’ont laissé que trente sols. — Arlequin. Où diable vous êtes-vous fourré là ? Ces messieurs savent aussi bien rouler le bois que ruiner une famille. »

7. « Pièce de four, pâtisserie délicate faite avec du beurre, du lait et des œufs frais, pétrie avec de la fleur de farine ; on y mêle du sucre et de l’écorce de citron. Le poupelin se sert d’ordinaire avec la tourte. » (Dict. de Furetière.)

8. On appeloit ainsi les petites villas bourgeoises, les vide-bouteilles des marchands et des procureurs. La Fontaine, dans sa fable du Testament expliqué par Esope, emploie ce mot dans ce sens-là ; plus tard il finit par signifier simplement guinguette. (Journ. de Barbier, t. 1er, p. 350.)

9. L’usage de jouer des enjeux indéterminés, laissés à la discrétion du gagnant, nous étoit venu d’Italie, de Florence, où il ne s’est pas perdu encore. Henri Estienne, dans ses Dialogues du nouveau langage françoys italianisé, appelle déjà discrétion le prix de certaines gageures ; mais, dans les lettres de Voiture, nous trouvons mieux encore le mot avec le sens que Furetière lui donne ici, et qu’il a gardé. La 70e lettre du grand épistolier, adressée a mademoiselle de Rambouillet, en luy envoyant douze galants de rubans d’Angleterre, pour une discrétion qu’il avoit perdue contre elle, commence ainsi : « Mademoiselle, puisque la discrétion est une des principales parties d’un galant, je croy qu’en vous en envoyant douze, je vous paye bien libéralement ce que je vous dois. » Quelquefois il en coûtoit cher de jouer pareil enjeu : « On dit que, pour une discrétion, il (Gondran) donna une toilette de cinq cents écus, où tout est d’orfèvrerie, et on parle de pendants de 6000 livres. » (Tallemant, Historiettes, in-8., t. 4, p. 292.)

10. On appeloit ainsi, dit Furetière dans son Dictionnaire, « un bureau établi à Paris par Théophraste Renaudot, fameux médecin, où l’on trouve les adresses de plusieurs choses dont on a besoin. » Suivant le Dict. de Trévoux, qui n’est, comme on sait, qu’un remanîment de celui de Furetière, le bureau d’adresses fut long-temps interrompu, à cause de son peu de succès, qui avoit découragé « ceux qui s’en étoient mêlés. » Il y est dit toutefois (édit. 1732} : « On vient de le rétablir en 1702, et la manière dont on y a établi le bon ordre pour la commodité du public fait espérer qu’il réussira. » Par un autre dictionnaire, Novitius (Paris, 1721, in-4., p. 75), on sait le nom de celui qui le dirigeoit. Il y est dit, au mot Nomenclator : « Herpin, qui enseigne à Paris les noms et les demeures des personnes de qualité. » C’est à cet Herpin, sans doute, que Le Sage fait allusion dans Gil-Blas (liv. 1er, ch. 17), quand il fait dire par Fabrice à Gil-Blas : « Je vais de ce pas te conduire chez un homme à qui s’adresse la plupart des laquais qui sont sur le pavé… Il sait où l’on a besoin de valet, et il tient un registre non seulement des places vacantes, mais des bonnes et des mauvaises qualités des maîtres. »


Le Roman bourgeois >> Page suivante