Le Roman de Renart/Aventure 33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Paulin Paris.
Texte établi par Paulin ParisJ. Techener (p. 200-202).

TRENTE-TROISIÈME AVENTURE.

Comment Brichemer le Senechal rendit compte au roi Noble des conclusions du Conseil, et comment Grimbert fut chargé de semondre Renart.



Brichemer, auquel revenait l’honneur de porter la parole, le fit en bonne rhétorique : « Sire » dit-il, « nous nous sommes enquis des usages de la terre, en ce qui touchoit à la cause présente. Nous les avons retrouvés et je vais, à défaut de tout autre, les exposer, sauf votre grace. » Le Lion tournant la face vers lui fit un signe de consentement ; et Brichemer après s’être incliné continua de la manière suivante :

« Écoutez-moi, Seigneurs, et reprenez-moi si je ne dis pas bien. Nous avons d’abord reconnu que la clameur d’Ysengrin devoit être reçue et qu’on y feroit droit ; mais s’il veut mieux prouver la justice de sa cause, il devra présenter, à jour nommé, un troisième garant des faits dont il demande vengeance. Ensuite, nous avons établi que le témoignage de sa femme n’étoit ici d’aucune valeur et ne pouvoit lui donner aucun avantage. Le point fut vivement débattu entre Brun et Baucent ; mais le Conseil parut se tenir à la décision que je viens d’exposer. La chose est d’ailleurs arrangée de façon que nul n’ait droit de se plaindre. Dimanche, à l’issue de la messe, Renart fera le serment et, sans desemparer, le jugement sera rendu devant Rooniaus le mâtin ; quel qu’il soit, les deux parties devront y souscrire et consentir à une reconciliation mutuelle. »

« Par les saints lieux de Bethléem ! » dit gaiment le Roi, « j’aurois donné plus de mille livres pour être ainsi déchargé de cette fâcheuse affaire. Voilà donc qui est bien entendu : la Cour se réunira dimanche, au sortir de la messe, devant le vertueux Rooniaus, chien de Frobert de La Fontaine. Et Renart ne s’étant pas encore présenté, je vais le faire semondre par Grimbert le blaireau de venir après la procession prêter le serment ou répondre sur tous les faits dont Ysengrin a porté plainte. »

Après ce discours, tout le monde se tut, l’assemblée se leva et chacun revint à son hôtel. Grimbert de son côté ne perd pas un instant pour ses apprêts de départ : il se met en route, arrive à Maupertuis, y trouve Renart et lui expose comment les barons et les comtes l’ont ajourné pour le serment et pour le plaid qui sera tenu sous la présidence de Rooniaus, et comment le Roi mande qu’il ait à s’y trouver. Renart répond qu’il ne souhaite rien de mieux, qu’il obéira, et que d’avance il est prêt à se conformer à l’égard ou verdict de la Cour.