Le Roman du Renart - D. M. Méon — 1826/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D. M. MéonTreuttel et Würtz (Tome 4p. 257-259).

Einsi conme Renart se coucha où chemin conme mort, et un convers de Citiaux qui avoit un hairon troussé darriers lui, descendi et prist Renart et le lia avec le hairon.


Renart où chemin se coucha
3300Con s’il fust mors : cil l’avisa
Ki le hairon avoit toursé,
Dedens son cuer lors a pensé,
Se li Abbés estoit passés,
Ke li goupius seroit torsés,
Car li piaus est et biele et boine.
Il atent tant c’Abés et moine
Sont passé ; errant descendi,
Le Goupil prist, si le senti
K’il n’estoit mie tous frois mors,
3310Car l’alaine li sent où cors.
Renart tourse avoec le hairon,
Fort le loia d’un corion
C’a poi par mi ne le rompi,
De le destrece Renart pi.
Li convers remonte et s’en va
Sus son ceval ki dur trota.
Çou que li chevaus dur trotoit,
Renart si durement bleçoit,

C’avis li ert c’on l’ocesit.
3320Tibiers sour un arbre se sist :
Sitost con Renart Tibiert voit
Qui par desous l’arbre passoit,
Li dist Renart, venez m’aidier,
Car je ne me puis desloiier :
Mors sui s’il ne t’en prent pitiés.
A ce mot s’est Tibiers lanciés
Desus le crupe dou destrier.
Ki lors vist le ceval fronchier
Et saillir con bieste effraée,
3330K’il n’est hons, feme ne riens née
Ki ne cuidast qu’il éust rabe.
Li convers por tot l’or d’Arrabe
N’i volsist estre à ceste fois,
Car ses cevaus n’est mie cois.
Tant keurt k’il a ataint le route
Dant Abé k’il a tout deroute ;
Trois moines et l’Abbé abat.
Ki dont véist Tibiert le cat
Con il se tient fort au hairon :
3340Al daerrains volsist ou non,
Caï li hairons et Tibiers,
Et autresi fist li conviers,
K’il se pasma tant fu bleciés.
Od le hairon s’en fuit tous liés
Tibiers, sour un arbre monta
Dou hairon le tieste menga,

Et li roncis fuit par le bos
A tout Renart. Las ! con fui fols !
Dist-il, quant me laissai ensi
3350Loiier. Li corions rompi
Lors de quoi Renart fu loiiés,
Adont caï, s’en fu moult liés ;
Mais dou céoir si se blecha,
Que bien quatre fois se pasma,
Et li roncis tous seus demeure.
Mais ne sai, se Dieus me sekeure,
Conment li convers le r’ot puis,
Tout ramentevoir ne vous puis ;
Mais tant vous di c’a cuer esmarbre
3360Vint Renars droit par desous l’arbre
U Tibiers ert od le hairon,
S’en faisoit bruire son grenon
Sans quire et sans nape et sans sel.
Quant Renars voit Tibiert, tot el
Li a dit k’en cuer ne pensa,
En flament haut le salua.