Le Roman du Renart - D. M. Méon — 1826/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Si ke li norice fist un enfant alaiter le truie et leur non.


Ausi com se mere fesist,
L’enfançon si très bien nourist
Cius lais k’éust fait autres lais :
Rouveleus, biaus, cras et refais
En fu li enfés en brief tans.
Lors adont vint li Saint Jehans
K’ele ne devoit plus garder
5220L’enfant : à ce jour raporter
Li convint, et ele si fist ;
Mais cius lais tel nature mist
En l’enfant, que moult de porciel
Out, car s’il trouvoit un puiriel,
Conme un pourciaus s’i tooilloit,
Et ens es merdes fuilloit.
Pour çou vous ki enfans avés,
Gardés là ù vous les metés
A norice, par Sainte Crois,
5230Je di que souvent de ses drois
Retolt norreture à nature,
Prouvé est par cest aventure.
Par tel cas essauce-on Renart :
Ki enfant a moult bien se gart

A quel nourice il met l’enfant,
Se li nourice a de soignant
Enfant, u s’ele en est estraite,
Et de boines meurs s’ele est gaite,
Et s’ele est à preudome fille.
5240Tant vous di-jou u cius u cille
Ki enfant a, il doit garder,
Et ù son enfant met viser.
Mais on i vise ore moult poi,
Pour çou ont li gent si poi foi,
Et voit-on tant de ribaudie
Où monde et tant de trekerie,
De renardie et de dolour.
Li freres traïst se serour
Au tans d’ore, et li fius le pere.
5250Tuit sunt mais de tele matere,
Li mondes est mais tous mestis,
Renart est sires dou païs,
Dont c’est et doleurs et pités
Que Renart est si amontés.
Or revenrons à Renardiel,
Ki viestis ert de rouge piel,
Ki Cantecler gaite et espie,
Ki de tout çou ne savoit mie ;
Et quant Renardiaus vit son liu,
5260Si li jua d’un felon giu.
As dens l’ahiert parmi le creste,
Et en çou k’il l’ahiert se creste

Renardiaus et fist Cantecler
Quatre tours entor lui tourner,
Et au cinkisme le gieta
Si roit que Canteclers pasma
Enmi la nave, et li rompi
Le creste priès toute par mi.
De çou s’esmaient li roial,
5270Et ne pourquant livrent estal
Et se deffendent vassaument.
Li bort des naves sunt sanglent,
Et l’iauwe de le mer viermeille
Dou sanc. Lors fist mult grant merveille
Pusnais li pitois, k’il sailli
En le nave au Roi et saisi
Cantecler ki gisoit pasmés ;
Mais de tous lés fu escriés,
Car Dans Roeniaus li mastins
5280Et od lui li Kaiaus Hustins
Pusnais se plice descirerent,
Et en pluseurs lius le navrerent ;
Mais Punais bien se revenga
Viers Roeniel, k’il s’ataka
A lui, par le musiel le prist
As dens si que li sans en ist,
Et puis si grant puour gieta,
Que cascuns son nés estoupa,
Neis li poisson ens en la mer,
5290Petit failli nes fist crever :

Car li pueurs que il gietoit,
Peciés contre nature estoit.
Lors Pusnais là dont vint repaire.
D’Orgilleus ne me voel pas taire,
Le fil Orguel de Proserpine :
Cil jure le Sainte Bouline
Le nave au Roi noiier fera,
Et ciaus dedens k’il abatra
Jus le sigle d’umelité,
5300Et l’aigle et le pumiel doré,
Dont ira lor nave à lagan.
Lors Orguilleus par grant beuban
Se mist avant, c’armés estoit
Ensi conme à lui afferoit.
Al estour vient, si fait merveilles,
Bras, piés, jambes cope et oreilles ;
Il fiert à diestre et à seniestre,
Nus n’ose à cent piés de lui estre.
Cest Tue-tout au sigle ala
5310Por abatre, et uns vens leva,
Por quoi li sigles a hurté
Orgilleus que jus l’a rué
Enmi sa nave tout adens.
Or dirai ki est cil dous vens
Ki le sigle d’umelité
Bouta dont Orguel a maté :
Çou est grace ki vient de Dieu.
Renart ne tient pas çou à giu,

Lors escrie, assalés, signour.
5320Jà i éust moult grant dolour,
Quant une tempeste leva
Ki les deus naves desevra,
Que li Renart en Orient
Ala, et enviers Occident
Ala li grant nave le Roi,
Parfont en mer en un recoi :
Et li tempeste tint Renart.
Lors reclaime Saint Lienart
Et tous les Sains ki sunt sainti,
5330Car li vens son sigle abati
Ki tous entirs ert de boisdie.
A poi li mas de trecerie
Ne rompi à cest colp en deus ;
Paour a li plus vighereus
Des gens Renart, et Renart crie,
Hé ! Dieus, soiiés moi en aïe,
Je vous requerrai outremer,
Se me voelliés de ci gieter,
Au sepulcre et me croiserai,
5340Et à Noblon m’apaiserai,
Car il a droit et jou ai tort.
Confiessons-nous, vesci no mort,
Une grande waghe et une onde
Ki bien couverroit tot le monde,
Ce m’est vis ; Veni, Creator
Dites, signor, de cor encor.

En grant paour trestot l’ont dit
Cil ki le sevent, car de fit
Cuident tantost en mer noiier.
5350De peurs prist Renart à criier,
Dounés-nous l’aighe bénéoite.
Uns prestres couru en grant coite
L’orcuel aporta et l’esparge.
Renart li rueve k’il esparge
Par tout sus et jus, bas et haut.
Cius si fist lors, et d’un cant haut

Dist ce vier par sollempnité :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d358-1
Asperges me, Domine, ysopo et mundabor ;
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d358-2
Lavabis me et super nivem dealbabor.

    Un pou apriès li tans canga,
5360Coi fist et li solaus raia :
En mer n’apert waghe ne onde.
Renart en qui tous maus abonde,
Por le biel tans prist lors à rire,
Et puis si prist en haut à dire :
Ki set ù nous sommes, sel’ die.
Cascuns respont, jou n’en sai mie :
Dont fist-on Cointeriel monter
Où coffin haut por regarder
S’il puet nul sens tiere quoisir,
5370Et se le nave au Roi véir

Puet n’aviser ; et cius rampa,
Et puis lor dist, moult bien nos va ;
Passe-Orguel voi, mais ne voi mie
Le nave au Roi, ele est perie
Si com je croi à mon cuidier ;
Dont fist Renart amont drecier
Son sigle, et li vens sans ciesser
Les fist ens el havle arriver
De Passe-Orguel. De joie lors
5380A fait Renart souner cent cors,
Et de trompes autant u plus,
Puis est à tiere descendus,
Il et si gent à Passe-Orguel,
Et plus que devant plain d’orguel
Et de mauvaise volenté.
Renart a tout jà oublié
Les grans mesciés et les dolours
C’ot en le mer et les paours.
A tous les veus a renoncié
5390K’il fit en mer, tout oubliié
A, et ausi ont tout li sien.
Renart ki moult ert plains d’engien,
Dist à ses gens, foi que vous doi,
Jou me doute forment dou Roi,
Quant Grinbiers li taissons respont,
N’aiiés paour, tot noiié sunt
Li Rois, et se nave brisie,
Et sa gent od lui perillie.

A Renart haut non mie bas
5400A dit tantost Pelés li ras,
Se çou est voirs, tu seras rois,
Ne t’esmaiier, dedens un mois.
Dont fist Renart l’eiwe corner,
Mengier vont apriès le laver
Par le conmant Renart le rous.
Boines gens, ensi est de nous :
Tout somes plain de renardie,
De traïson et de boisdie,
Et de fauseté k’en nous dure,
5410Et d’envie ki plus est dure
D’un diamant : grief endurer
Fait les siens, conment puet durer
Nus od li ? Trop maint durement
Cuers c’o li est, et durement
Va le grant cemin d’infier dur,
Dont je mie pour lui n’endur
Les paines, ains les endurra
Tant que li Sauverres durra,
Qui dist moult très bien endurrai
5420Grief à ceus tant que je durrai.
C’est sans fin, bien voel qu’il endurent
Ce grief, s’il n’ont fait ce qu’il durent.
Las ! tuit vivons en grant peril
Jou et tu, et celes et cil ;
Cascuns acroit plus qu’il ne paie,
Dont li Peres cacera paie

Sour nous pour son Fil ki moru
Au grant venredi absolu
Por nous de si crueuse mort.
5430Esvillons nous, fols est ki dort,
Mirons nous en le vraie lune
Dou Crucefis, car çou est l’une
Des voies dou Saint Paradis
U se repose Jhesu-Cris,
Dont cius durement se descorde
Ki ceste aspre mort ne recorde
Dou Fil Dieu sans descordement :
Car ceste mors concordement
Fist de Dieu à nous et acorde,
5440Et ce fu fait par grant concorde.
Souvent devons çou recorder,
Et nos cuers à lui acorder,
Por çou que à mort s’acorda
En Crois pour nous et recorda
K’il n’iert nule plus aspre mort
Con li siue. Tu ki tel mort
N’as en bouce et en cuer, finer
T’estuet d’un escot sans finer
Od les Diaules, et c’iert sans fin,
5450S’en ce siecle n’avons cuer fin.
Trop fin cuer avons quoi c’on die,
Par un bien poi de maladie,
Et quant nous somes respassé,
S’avons tantost tout oublié,

Et falons Dieu de convenant.
Au lit somes si repentant
Por la mort, et nous confiessons
Et nos testamens devisons,
Et quant nous somes respassé
5460Tantost avons Dieu oublié
Tout ausi conme Renart fist,
Ki de bien faire se demist
Sitost con li mers apaisie
Fu : c’est que de no maladie
Somes en santé revenu,
Lors n’i a plus regne tenu,
Nous somes pieur que devant.
Biestes ont trop plus d’ensiant
De nous, car s’une bieste estoit
5470D’engien prise et dont s’escapoit,
Trop forte seroit à reprendre.
Cil gent ki as oisiaus vont tendre,
S’il en prendent un à le glu,
Et il escape ains que venu
I soient, fors est à reprendre.
Ci doit hons ki sens a, entendre,
K’il soit sages plus d’une bieste.
Vivre ù monde n’est mie fieste :
On i doit vivre en grant paour,
5480Nous morrons, ne savons le jour ;
Li Diaules a ses las tendus,
Et si est afoués li fus

Por nous ardoir : se nous finons
Ens es las, doublement morrons.
Hom, quant tu ies bien confiessés,
Tu ies li oisiaus desglués
Ki escapes, mais plus fols ies
K’il n’est, t’i repaires adiès,
Et i es legiers à reprendre.
5490Li Diaules soutilment set tendre ;
Quant t’ies fors par confiession,
Ne te met plus en se prison ;
Au mains pren as biestes ce sens,
Quant t’ies hors ne reciet plus ens.
De bieste as plus noble nature,
En toi garder dois plus grant cure
Metre. Bieste est legiere à prendre,
Mais n’est pas legiere à reprendre.
Dont il avint c’uns grans bourgois,
5500Rices au monde en tous endrois
Estoit ; s’avint k’il se couça
Dehaitiés et puis respassa.
Ançois qu’il fust bien respassés,
Prist au bourgois teus volentés
C’aler volt à un sien manoir
Hors vile, si fu pour avoir
Millor air qu’ens el bourc n’avoit.
Li sires un varlet avoit,
Ce lui dist li bourgois, sui moi,
5510Et si aporte avoecques toi

No singe. Cius ensi le fist,
Son signor trueve si li dist,
Vés le chi, et lors en alerent
Dusqu’au manoir, k’il n’aresterent.
Li sires conmande au vallet
K’il voist tost tuer un poulet,
Et li conmande à cuire en rost,
Et cius si fist ; fait fu tantost,
Et quant bien quis fu li poulés,
5520Si dist au signour li varlés,
Sire, nous n’avons nient d’aigret
Pour faire sause à ce poulet.
Va en querre par cest visnage.
Sire, dist cius, vous dites rage ;
Et ki gardera ce poulet ?
Li sires dist à son varlet,
Le lairas, lors le singe prist,
A garder le poulet le mist
Ki estoit en un platiel mis.
5530Li singes s’est dalés assis,
Et li varlés al agret va
Si que ses sires li rouva.
Li sires n’iert pas bien garis,
Lors s’est pour reposer assis
Ens en sa cambre sour un lit
Por reposer un seul petit,
Tant que ses varlés revenist,
U li baissiele cui il fist

Aler au bourc querre dou vin.
5540Lors s’akeusta sour un cousin.
Par une feniestre pooit
Véoir le singe, sel’ regardoit.
Tandis estes-vous c’uns goupius
Très grans, malicieus et vius
Vint là, car flairié ot le rost
Dou bos, et lors i vint tantost,
Car li maisons séoit où bos.
Li goupius voit que li singos
Gardoit le capon par lui seus,
5550Dont s’apensa, tant est viseus,
Que singes veut tout contrefaire
Quan k’il voit par devant lui faire.
Par ce tour pense qu’il ara
Le poulet, et lors sautela
Et fist de moes bien un cent,
Et li singes fist ensement.
Li goupius dou singe s’aproisme,
Car volentiers se feroit proisme
Dou poulet. Lors a fait le moe,
5560Et avoec cuevre de se poe
L’un de ses iols et puis les deus.
Li singes, mains malissieus
Dou goupil, couvri ensement
Ses iols, et cius prist esramment
Le poulet, au bos l’en porta.
Li sires tout çou regarda.

Li varlet vint à tot l’aigret,
Et quant voit perdu le poulet,
L’égret geta ens es fossés,
5570Au singe en vint tous aïrés,
K’il le voloit ferir et batre ;
Mais li sires li vint debatre,
Et li dist qu’il en rostesist
Un autre. Cius errant le fist,
A son signor dist quant fu quis :
Or seroit boins li ai grés quis
A faire le sausse à ce rost.
Li sires li dist, va tantost.
Cius i va et li sires mist
5580Le poulet si con l’autre fist,
Et puis s’en va au lit tot droit
En le cambre ù géu avoit ;
Et li goupius ki ert où bos
Au flair revint en l’ostel tos :
Encor pas saoulés n’estoit
De l’autre que mengié avoit.
Il sautiele et cius se tint cois
Ki sautelé avoit ançois.
Ses iols cuevre et si fait des moes
5590El cius ses iols œvre et ses poes ;
Il ne le set si decevoir
Que l’autre poulet puist avoir,
Por riens ne le puet engignier,
Car cius se set trop bien gaitier.

Quant il vit çou, si s’en ala,
Li singes moult mius se garda
Que ne faisons quant l’anemis
Nous a à ses las courans pris
Par peciet, lués que confiessé
5600En sommes, sommes delivré ;
Mais tantost nous i remetons,
Dont je di mains de sens avons
Ke li singes de nous garder.
Atant lairai de çou ester.
Or vous dirai de Roi Noblon
Et de ses gens ki le haut non
De Dieu reclament et se Mere,
Car il sunt en moult grant misere
Par l’orible tans k’éu ont,
5610Par quoi ne sevent ù il sont.
Quant virent que biaus fu li jours,
Dont conmanda li Rois Bruns l’ours
K’el coffin monte pour savoir
U sunt et s’il pora véoir
Le nave Renart, si lor die.
Cius monte amont et puis lor crie :
Nous somes envers Occident,
Mais de Renart ne voi noient ;
Il est peris il et li sien
5620Si com j’espoir ; mais une rien
Voel bien li Rois et cascuns sace ;
Si lonc que voi mers est bonace,

De ci ne nos porons partir
Tant qu’à Diu venra à plaisir.
Et li Rois dist, signor, oiiés,
Je voel li sigles soit dreciés,
Por çou que nous plus prest soions
Del aler quant le vent arons,
Car ci fait mauvais demorer :
5630En Orient m’en voel aler
A Passe-Orguel, n’iere mais liés,
Si ert Passe-Orguel escilliés,
Et le tiere entour escillie,
Et se je puis, gietés de vie
Renart, et tout si home ocis,
Car çou est mes drois anemis.
Adont fu li sigle dreciés,
Et uns vens dont cascuns fu liés
Vint ki aloit viers Orient,
5640Et cius vens au sigle se prend
Si les maine le chemin droit
Que li Rois Nobles demandoit.
Tant ont et nuit et jour siglé,
Que Passe-Orguel ont avisé.
Lors fist li Roi, tout sans atendre,
Sa gent armer con pour deffendre
Et assalir lor anemis,
Dont fu mains haubregons viestis,
Mains porpoins, et mainte quirie,
5650Et mainte ventaille lacie,

Et mains haubiers à pans saffrés,
Et mains gambisons endossés.
Tout si acesmés pour deffendre
En vait Rois Nobles terre prendre,
Et à çou que le nave avoit
Vent à souhait, li mers estoit
Revenue plaine en canel.
Li nave le Roi vint de tel
Randon prendre ens el havle port,
5660Et si radement et si fort,
C’à seckes où sablon sailli,
A poi que parmi ne fendi :
Car ele vint de tel randon
Que vint piés feri el sablon.