Le Salut par les Juifs/Chapitre 10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Victorion et Cie (p. 37-40).

X


Ah ! quand Jésus clamait vers son Père : « Pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font », une telle prière d’un tel mourant, voulût-on même qu’elle n’ait pas dû être exaucée, — supposition bien déconcertante, impliquant le plus audacieux blasphème ; — une pareille déprécation d’agonie dut aller infiniment au delà de ce qui peut être conçu ou pressenti par les hommes ou par les Esprits des cieux.

Comme c’est la nature des cris divins de s’élancer à la fois partout, celui-ci dut percer la croûte du globe et retentir efficacement dans les sombres couloirs de la terre où gisent les minéraux dangereux tenus en réserve et recelés avec soin par le désespoir des Anges vaincus.

L’impassible Argent, l’exécrable et saint Argent par le moyen duquel Dieu voulut qu’on l’achetât Lui-même comme une pièce de bétail, fut alors investi, pour l’effroi du genre humain, de la Survivance mystérieuse et profondément symbolique dont les enfants de Jacob allaient être les curateurs.

Par le prodige d’un aveuglement qui dépasse toute misère et décourage toute pitié, le plus pâle des métaux remplaça, pour un peuple condamné à durer toujours, le Dieu livide qui expirait entre deux voleurs.

En conséquence, j’estime que c’est l’enfantillage sans innocence d’une émulation mercantile, d’incriminer obstinément cette foule mélancolique pour sa félonie et pour sa cupidité sans bornes. Il vaudrait mieux, sans doute, s’efforcer d’apercevoir, ne fût-ce que dans un sillon d’éclair, à travers la colonne de fumée fétide qui se tient toujours sur son front de guerre, le spectacle prodigieux de son châtiment sans fin.

Je le disais, il n’y a qu’un instant, on a vainement assommé, grillé, pilonné les Juifs, pendant des siècles et sur la superficie de tous les empires. Ils sont forcés par Dieu, invinciblement et surnaturellement forcés, d’accomplir les abominables cochonneries dont ils ont besoin pour accréditer leur déshonneur d’instruments de la Rédemption.

On recommencerait aujourd’hui le même carnage avec le même insuccès, puisqu’ils ne peuvent absolument pas s’empêcher d’être ce qu’ils sont et qu’il leur faut, au moins, l’arrivée d’Élie et le déclouement des Mains et des Pieds du Christ pour obtenir leur pardon.