Le Véritable Métropolitain/Multiplicité des places mises au service des voyageurs

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Multiplicité des places mises au service des voyageurs


On fera observer, qu’une ligne ferrée ne donne lieu qu’à un trafic limité, attendu que les trains ne peuvent admettre plus de 22 voitures. C’est donc un total de 8 à 900 voyageurs par train. En ces conditions il y aurait au plus possibilité de transporter cent mille voyageurs par jour.

Ceci serait exact pour le Métropolitain souterrain et pour le Métropolitain aérien, dont le développement est réduit, le prix de transport élevé, le mode d’action difficile, les trains forcément courts.

Mais cela n’a plus de raison d’être avec le véritable Métropolitain, dont le bon marché permet de profiter à chaque instant et pour de petites courses. On ne se rend pas assez compte de l’influence des petits parcours sur la circulation, dès qu’on pourra les faire à 10 cent. et sans attendre.

Voyons à apprécier la question.

On peut admettre qu’au moins 3 voyageurs se succèderont en moyenne dans un trajet de 12 kilomètres ; que, par conséquent, le matériel sera utilisé trois fois dans un voyage.

De plus, les wagons seront établis, ainsi que l’indique la figure 5, de façon à contenir à chaque extrémité, des places debout. Ces places seront très prisées pour les parcours de peu de durée.

Une plate-forme supérieure, permettant d’augmenter le nombre des voyageurs transportés par train, sera établie sur chaque wagon.

En ces conditions, il devient facile de comprendre, qu’au lieu de 850 voyageurs, ce sera 1.500 qu’on pourra loger par train.

En admettant des départs toutes les trois minutes, on offrira ainsi un nombre considérable de places à l’activité parisienne. Comptant avec le renouvellement de la route, le chiffre de ces places pourra s’estimer à 1 milliard par an.

Tellier - Le Véritable Métropolitain, Fig5.jpg

Figure 5. Wagon à voyageurs.


Je n’entends pas dire qu’en créant le Métropolitain, on supprimera complètement le trafic des gares déjà existantes dans Paris.

Loin de là. Il ne faut jamais procéder par extinction, mais au contraire par extension.

Il s’est formé autour de chacune des gares actuelles des centres, ayant leur importance, qu’il faut conserver.

Mais ce qu’il y aura d’avantageux pour les populations, c’est que ces gares seront reliées par la voie la plus directe et par des départs multipliés avec la gare la plus voisine du Métropolitain. Il y aura donc pour elles, comme pour le public, toutes facilités de circulation, et ce, au profit des uns et des autres.