Œuvres complètes de Béranger/Le Ventru

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
H. Fournier (2pp. 1-4).


LE VENTRU

OU
COMPTE RENDU DE LA SESSION DE 1818
AUX ÉLECTEURS DU DÉPARTEMENT DE …
PAR M***


Air : J’ons un curé patriote (Air noté )


    Électeurs de ma province,
    Il faut que vous sachiez tous
    Ce que j’ai fait pour le prince,
    Pour la patrie et pour vous.
    L’état n’a point dépéri :
    Je reviens gras et fleuri.

                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !

bis.


    Au ventre toujours fidèle,
    J’ai pris, suivant ma leçon,
    Place à dix pas de Villèle [1],
    À quinze de D’Argenson ;
    Car dans ce ventre étoffé
    Je suis entré tout truffé.
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !

    Comme il faut au ministère
    Des gens qui parlent toujours
    Et hurlent pour faire taire
    Ceux qui font de bons discours,
    J’ai parlé, parlé, parlé ;
    J’ai hurlé, hurlé, hurlé.
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !

    Si la presse a des entraves,
    C’est que je l’avais promis ;
    Si j’ai bien parlé des braves,
    C’est qu’on me l’avait permis.
    J’aurais voté dans un jour

    Dix fois contre et dix fois pour.
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !

    J’ai repoussé les enquêtes,
    Afin de plaire à la cour ;
    J’ai, sur toutes les requêtes,
    Demandé l’ordre du jour.
    Au nom du roi, par mes cris,
    J’ai rebanni les proscrits [2].
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !

    Des dépenses de police
    J’ai prouvé l’utilité ;
    Et non moins Français qu’un Suisse,
    Pour les Suisses j’ai voté.
    Gardons bien, et pour raison,
    Ces amis de la maison.
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !


    Malgré des calculs sinistres,
    Vous paîrez, sans y songer,
    L’étranger et les ministres,
    Les ventrus et l’étranger.
    Il faut que, dans nos besoins,
    Le peuple dîne un peu moins.
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !

    Enfin j’ai fait mes affaires :
    Je suis procureur du roi ;
    J’ai placé deux de mes frères,
    Mes trois fils ont de l’emploi.
    Pour les autres sessions
    J’ai cent invitations.
                    Quels dînés,
                    Quels dînés,
    Les ministres m’ont donnés !
Oh ! que j’ai fait de bons dînés !



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


LE VENTRU.

1818.
Air : J’ons un curé patriote
No 128



\relative c'' {
  \time 2/4
  \key g \major
  \tempo "Allegro."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 110
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 4 g8 g  
  \appoggiatura b16 a8 g g g
  \appoggiatura b16 a8 g g g
  a c b a
g4 g8 g
  \appoggiatura b16 a8 g g g
  \appoggiatura b16 a8 g g g
  a c b a
g4 d'8 d
  c b a g
  a4 d8 d
  c b a g
a4 g8 g
  \appoggiatura b16 a4 g8 g
  \appoggiatura b16 a4 g8 g |
  a b c a
d d c b
  c a g fis
  g4 \bar "||"
}

\addlyrics {
É -- lec -- teurs de ma pro -- vin -- ce
Il faut que vous sa -- chiez tous
Ce que j’ai fait pour le prin -- ce
Pour la pa -- trie et pour vous
L’é -- tat n’a point dé -- pé -- ri
Je re -- viens gras et fleu -- ri
Quels dî -- nés
Quels dî -- nés
Les mi -- nis -- tres m’ont don -- nés
"Oh !" que j’ai fait de bons dî -- nés.

}

Haut

  1. À cette époque, M. de Villèle était le chef de l’opposition de droite, vers laquelle penchait toujours le pouvoir. Il est inutile de rappeler que M. d’Argenson était un des membres les plus avancés de l’opposition de gauche.
  2. Dans la session de 1818, un grand nombre d’adresses présentées à la Chambre en faveur du rappel des proscrits, amena une discussion extrêmement vive, que termina l’ordre du jour.