Le Vingt-sept Mai

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  Sonnet
Sonnet   ►


Le Vingt-sept Mai


POUR L’ANNIVERSAIRE DE NAISSANCE DE LA PRINCESSE M…


Paris brûle, la flamme à l’horizon s’élève ;
Cependant Mai revient, Mai rose et parfumé,
Ramenant avec lui l’anniversaire aimé,
Date chère où revit incessamment mon rêve.

Le sang coule !… aux bourgeons monte la jeune sève,
Et l’azur luit au ciel par la poudre enfumé ;
Les oiseaux ont repris leur chant accoutumé,
Comme si le canon ne tonnait pas sans trêve.

Et moi je pense à vous à travers ma douleur ;
Saint-Gratien m’apparaît aux bosquets de Versailles :
Du souvenir sacré rien ne distrait mon cœur.

Mais mon humble jardin, dont croulent les murailles,
N’a rien à vous offrir, tout criblé de mitrailles,
Dans un éclat d’obus que cette pauvre fleur.


Versailles, 27 mai 1871.