Le Voyage au Parnasse/L’auteur à sa plume (sonnet)

La bibliothèque libre.
Traduction par Joseph-Michel Guardia.
Jules Gay (p. 7-9).
L’Auteur à sa plume (sonnet)

L’AUTEUR À SA PLUME.


SONNET.

EL AUTOR Á SU PLUMA.

SONETO.

Pues veys que no me han dado algun soneto
Que ilustre deste libro la portada,
Venid vos, pluma mia mal cortada,
Y hazedle aunque carezca de indiscreto.

Hareys que escuse el temerario aprieto
De andar de una eu otra encruzijada,
Mendigando alabanzas, escusada
Fatiga é impertinente, yo os prometo.

Todo soneto y rima allá se avenga,
Y adorne los umbrales de los buenos,
Aunque la adulacion es de ruyn casta ;

Y dadme vos que este Viaje tenga
De sal un pauezillo por lo menos,
Que yo os le marco por vendible, y basta.

(Obras completas de Cervantes ilustradas por los SS. Hartzenbusch y Rosell : Madrid, Rivadeneyra, 1863, vol. I, p. lxvii.)

L’AUTEUR À SA PLUME.

SONNET.

Vous le voyez, je n’ai reçu aucun sonnet pour parer le frontispice de ce livre. Approchez donc, vous, ma plume mal taillée, et faites-en un, dût-il ne pas manquer de mesure.


Vous m’épargnerez ainsi l’ennui de parcourir au hasard les carrefours, mendiant des louanges ; corvée inutile autant qu’humiliante, je vous assure.


Que rimes et sonnets aillent, à la bonne heure, orner le seuil des honnêtes gens, malgré l’abjecte origine de l’adulation.


Faites seulement que ce Voyage ait pour le moins quelques grains de sel, et je vous réponds qu’il se vendra. C’est tout.


Ce sonnet, dont nous reproduisons le texte comme une rareté, ne se trouve que dans l’édition originale de 1614, à la suite d’une épigramme latine en distiques d’Augustin de Casanate Rojas, et dans l’édition de Milan, 1624, à la suite d’une dédicace de l’éditeur.