Le Zend-Avesta (trad. Darmesteter)/Volume II/Avant-Propos

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


 
Le Zend-Avesta
Avant-Propos
Traduction de James Darmesteter

Édition : Musée Guimet. Publication : Ernest Leroux, Paris, 1892.
Annales du Musée Guimet, Tome 22.


Avant-Propos.


AVANT-PROPOS


___________


Ce second volume contient la traduction du Vendidad, des Yashts et du Khorda-Avesta, c’est-à-dire qu’il achève la traduction complète de l’Avesta, moins les Fragments. Les dimensions trop considérables du volume me forcent de rejeter les Fragments, l’Errata et les Index dans un Appendice indépendant qui paraîtra prochainement, et auquel je joins quelques considérations sur l’histoire de la littérature et des doctrines zoroastriennes.

Le premier volume donnait au lecteur la liturgie du Zoroastrisme : celui-ci donne la législation et l’épopée ou plutôt les débris de la législation et de l’épopée.


Les documents nouveaux sont moins abondants pour le Vendidad qu’ils n’étaient pour le Yasna. Pour le texte, je suis limité aux éditions de Westergaard et de Spiegel, la partie correspondante de l’édition Geldner n’étant pas encore parue.

Pour les secours traditionnels, j’emploie d’abord ceux dont j’avais disposé dans ma traduction anglaise de 1880, — à savoir le texte pehlvi de Londres, la traduction persane de Munich et la traduction gujratie de Frâmji 1 [1]. L’analyse très exacte du Vendidad contenue dans le Dînkart est le seul secours nouveau d’un ordre général et s’étendant surtout le livre qui ait été à mon service. Pour le premier chapitre j’ai eu le commentaire d’un chapitre inédit du Grand Bundahish. L’analyse des Nasks dans le Dînkart, le Grand Bundahish et l’étude de Jivanji Modi sur les coutumes funéraires des Parsis m’ont fourni des indications précieuses sur beaucoup de points de détail.

Pour les Yashts et le Khorda-Avesta je retrouve l’assistance de l’édition Geldner. Mais ce n’est que pour la moitié environ de ces textes que j’ai pu trouver le secours de traductions indigènes 1 [2], d’ailleurs d’une valeur inégale. Les textes pour lesquels on n’a aucun secours direct seraient intraduisibles, si par bonheur ils ne traitaient de sujets concrets, dont la langue offre moins de ces mystères techniques si nombreux dans le Vendidad et le Yasna et que la tradition seule peut éclairer, et si le corps de la littérature épique persane n’en donnait souvent une paraphrase fidèle. Aux riches renseignements fournis par le Livre des Rois de Firdausi et les Chroniques d’origine persane, le Grand Bundahish et le Shâh Nâmak pehlvi ajoutent une abondante moisson de documents inédits dont j’ai usé largement.






____________________________





.


  1. 1. 1° Le manuscrit L2 de l’East-India House qui dérive de la même source que le manuscrit de Copenhague K4 et probablement de la même main et de la même date (environ 1323). Il manque les 8 premiers Fargards, moins III, 15-IV, 29 et quelques pages à la fin. Les citations que je donne où le texte diffère du texte imprimé de Spiegel viennent du manuscrit L4.
    2° Le manuscrit 11 du fonds Haug à Munich (Vendidâd, Pahlavi in Persian characters, interlined with a Persian translation, undated ; 366 fol., written A. D. 1866) : excellente traduction du pehlvi, d’accord avec Frâmji, sert souvent à corriger le texte pehlvi : deux lacunes, l’une dans I, 11 jusqu’à la fin du chapitre ; l’autre de VI, 26 à IX.
    3° The Vendidâd of the Parsis, in the Zand language but Gujarati characters, with a Gujarati translation, paraphrase and comment according to the traditional interprétation of the Zoroastrians, by the late Framji Aspandiarji and other Dasturs (Bombay, 1842, 2 vol. in-8°).
  2. 1. Outre les traductions pehlvies, persanes et sanscrites que j’ai publiées dans les Études iraniennes, les principales versions que j’ai eues en main sont :
    1° Une traduction pehlvie du Khorda-Avesta publiée à Bombay en 1227 de Yazdgard (1859) par l’Herbed Kavasji Nushirvanji Kanga.
    2° Le Khorda-Avesta de Tir Andâz, transcrit et traduit en persan ; Bombay, 1874.
    3° Une traduction pehlvie du Vishtâsp Yasht, appartenant au Dastur Jamaspji et communiquée par M. West.
    4° Un Khorda-Avesta transcrit et traduit en gujrati, prêté par l’Herbed Manekji Rustamji Unvala.
    5° Un recueil de traductions persanes, copié parle grand-père de Manekji sur un manuscrit ayant appartenu à Koomana Dada-daroo (nom familier de Dastur Darab, le maître d’Anquetil).
    Ces traductions sont très inégales : les unes représentent une tradition authentique, non point aussi ancienne que les traductions du Vendidâd et du Yasua, mais qui en a conservé l’esprit. Telles sont les traductions publiées dans les Études iraniennes et celles du Khorda-Avesta pehlvi de Kanga. Les autres sont des œuvres relativement récentes et faites par des Dasturs aussi embarrassés que nous : il y a eu solution de continuité. Telles sont en particulier les traductions du n° 5 et la traduction pehlvie du Yasht de Bahrâm (voir Yt. XIV). L’accord de cette traduction avec la traduction persane du manuscrit du Dastur Darab prouve que ce n’est pourtant pas dans les dernières générations que ces tentatives ont été faites. Celle de Tir Andàz est l’œuvre d’un homme intelligent, qui n’a pas partout de tradition à sa disposition, mais qui fait un usage habile de celle qu’il a et qui a le sentiment de la langue et de la littérature anciennes.