Les Éblouissements/Ce matin de juin

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Comtesse Mathieu de Noailles ()
Calmann-Lévy, éditeurs (p. 100).

CE MATIN DE JUIN


Ce matin de juin est candide, charmant
Comme une fleur qui naît et comme un pépiement.
Tout est plus jeune encor que l’enfance ; la nue
A des oiseaux brodés sur sa robe ingénue.
Les feuillages, pareils à d’étroites forêts,
Déroulent sur l’azur leurs légers copeaux frais.
L’air a le goût d’une eau dormant dans une pêche.
Le soleil tourne, joue et décoche sa flèche
Aux cerises qui sont de petits cœurs aimants.
Que de parfums groupés sur les chemins cléments !
Des branchages si lourds tombe une ombre légère,
Le sol semble abrité d’un chapeau de bergère ;
Le lait divin et bleu du bel azur nourrit
Tout l’univers naïf qui tressaille et qui rit.
Le ciel luit comme un flot limpide dans. une anse.
C’est le bonheur, la paix, la jeune jouissance…
Ah se peut-il qu’un jour si vivant et si beau
Chancelle tout à coup et descende au tombeau ?