Les Éblouissements/Orgueil en été

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Comtesse Mathieu de Noailles ()
Calmann-Lévy, éditeurs (p. 147-148).

ORGUEIL EN ETE


Cette belle fin de journée
Entre en moi comme un hymne d’or,
Je ne crains plus même la mort,
Il me suffit que je sois née !

Un fervent orgueil tout à coup
Gonfle de tendresse mes veines ;
Une existence n’est pas vaine
Quand le cœur est si haut, si doux !

L’arbre qui sent croître ses branches
Doit goûter ce ravissement,
Lorsqu’il voit le beau firmament
Plus près de ses floraisons blanches.

Mon cœur ce soir est un azur
Où l’humain triomphe s’élance
Je porte en moi toute ma chance
Comme un flambeau puissant et pur.


Et voici qu’en mon rêve éclate
Ô Désir ! ton chant écarlate.
Quel est mon souhait ? mon espoir ?
La gloire entre mes bras se pâme.
Être un rossignol qu’on acclame !
– Ah ! dans l’air doux quel encensoir, –
Tous les héros passent ce soir
Sous la porte d’or de mon âme…