Les Œuvres de Mesdames Des Roches/Catherine des Roches/Sonnets de Sincero à Charite

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page:Roches - Oeuvres.djvu/112 Page:Roches - Oeuvres.djvu/113 Page:Roches - Oeuvres.djvu/114 Page:Roches - Oeuvres.djvu/115

Ma nef au gré des vens dedans l’onde poussee
Erroit de toutes parts, quand votre heureuse main,
Piteuse de mon mal, me retira soudain,
En me sauvant des flotz de la mer courroucee.
Follement aveuglé d’une erreur insensee,
Montrant que la raison m’estoit donnee en vain,
Je me laissois guider d’un erreur incertain
Lorsque votre bel œil arresta ma pensee.
Maintenant je mourrois en mon cruel tourment,
Mais de voz doux propos le doux enchantement
De cet aspre douleur promptement me delie.
Ainsi le sainct honneur de voz perfections,
Conduisant sagement toutes mes actions,
Commande sur mes sens, mes pensers, & ma vie.

Page:Roches - Oeuvres.djvu/117 Page:Roches - Oeuvres.djvu/118