Les Amours (1553)/Poème 193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 221-222).


Fauche, garçon, d'une main pilleresse,
Le bel émail de la verte saison,
Puis à plein poin enjonche la maison
Du beau tapis de leur meslange espaisse.

Dépan du croc ma lyre chanteresse:
Je veus charmer, si je puis, la poison,
Dont un bel œil sorcela ma raison
Par la vertu d'une œillade maitresse.

Donne moi l'encre, et le papier aussi:
En cent papiers témoins de mon souci,
Je veus tracer la peine que j'endure:

En cent papiers plus durs que diamant,
A celle fin que la race future,
Juge du mal que je soufre en aimant.