Les Amours (1553)/Poème 13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 13).

Pour estre en vain tes beaux soleils aimant,
Non pour ravir leur divine etincelle,
Contre le roc de ta rigueur cruelle
Amour m’atache a mille clous d’aimant.

En lieu d’un Aigle, un soin horriblement
Claquant du bec, & siflant de son aele,
Ronge goulu ma poitrine immortelle,
Par un desir qui naist journellement.

Mais de cent maus, & de cent que j’endure,
Fiché, cloüé, dessus ta rigueur dure:
Le plus cruel me seroit le plus dous,

Si j’esperois apres un long espace,
Venir vers moi l’Hercule de ta grace,
Pour delacer le moindre de mes nous.