Les Amours (1553)/Poème 144

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
  1. REDIRECTION

[[Si tu ne veux les astres dépiter En ton malheur, ne mets point en arriere L’humble souspir de mon humble priere : La priere est fille de Jupiter.

Quiconque veut la priere eviter Jamais n’acheve une jeunesse entiere, Et void tousjours de son audace fiere Jusqu’aux enfers l’orgueil precipiter.

Pour ce, orgueilleuse, eschappe cest orage, Mollis un peu le roc de ton courage, Aux longs souspirs de ma triste langueur.

Tousjours le ciel, tousjours l’eau n’est venteuse, Tousjours ne doit ta beauté dépiteuse Contre ma playe endurcir sa rigueur.]]

Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 167).

Si tu ne veux les astres dépiter
etc.

Texte en gras