Les Amours (1553)/Poème 178

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 208).

Veuve maison des beaus yeus de Madame,
Qui pres & loin me paissent de douleur,
Je t'acompare à quelque pré sans fleur,
A quelque cors orfelin de son ame.

L'honneur du ciel n'est-ce pas cette flame
Qui donne aus dieus & lumiere & chaleur ?
Ton ornement n'est-ce pas la valeur
De son bel œil, qui tout le monde enflame ?

Soient tes buffets chargés de masse d'or,
Et soient tes flancs empeinturés encor
De mainte histoire en fils d'or enlassée :

Cela, Maison, ne me peut réjouïr,
Sans voir en toi cette Dame, & l'ouïr,
Que j'oi toujours, & voi dans ma pensée.