Les Amours (1553)/Poème 52

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 62).

Mile, vraiment, & mile voudroient bien,
Et mile encor, ma guerriere Cassandre,
Qu’en te laissant, je me voulusse rendre
Franc de ton ret, pour vivre en leur lien.

Las! mais mon coeur, ainçois qui n’est plus mien,
Comme un vrai serf, ne sauroit plus entendre
A qui l’apelle, & mieus voudroit atendre
Dis mille mors, qu’il fut autre que tien.

Tant que la rose en l’épine naitra,
Tant que sous l’eau’ la balene paitra,
Tant que les cerfs aimeront les ramées,

Et tant qu’Amour se nourrira de pleurs,
Toujours au coeur ton nom, & tes valeurs,
Et tes beautés me seront imprimées.