Les Amours (1553)/Poème 55

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 66).

O dous parler, dont l'apât doucereus
Nourrit encor la faim de ma memoire,
O front, d'Amour le Trofée & la gloire,
O ris sucrés, O baisers samoureus :

O cheveus d'or, O coutans plantureus
De lis, d'oeillets, de Porfyre, & d'ivoire,
O feux iumeaus dont le ciel me fit boire
A silons trais le venin amoureus.

O vermeillons, O perlettes encloses,
O diamans, O lis pour pés de roses,
O chant qui peus les plus durs emouvoir,

Et dont l'accent dans les ames demeure :
Et dea beautés reviendra iamais l'heure
Qu'entre mes bras ie vous puisser ravoir ?