Les Bijoux indiscrets/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de Diderot , Texte établi par J. Assézat et M. Tourneux, GarnierIV (p. 267-270).
◄  XXXIV
XXXVI   ►



CHAPITRE XXXV.


quinzième essai de l’anneau.


alphane.


Le sultan n’ignorait pas que les jeunes seigneurs de la cour avaient tous des petites maisons ; mais il apprit que ces réduits étaient aussi à l’usage de quelques sénateurs. Il en fut étonné. « Que fait-on là ? se dit-il à lui-même (car il conservera dans ce volume [1] l’habitude de parler seul, qu’il a contractée dans le premier). Il semble qu’un homme, à qui je confie la tranquillité, la fortune, la liberté et la vie de mon peuple, ne doit point avoir de petite maison. Mais la petite maison d’un sénateur est peut-être autre chose que celle d’un petit-maître… Un magistrat devant qui l’on discute les intérêts les plus grands de mes sujets, et qui tient en ses mains l’urne fatale d’où il tirera le sort de la veuve, oublierait la dignité de son état, l’importance de son ministère ; et tandis que Cochin fatigue vainement ses poumons à porter jusqu’à ses oreilles les cris de l’orphelin, il méditerait dans sa tête les sujets galants qui doivent orner les dessus de porte d’un lieu de débauches secrètes !… Cela ne peut-être… Voyons pourtant. »

Il dit et part pour Alcanto. C’est là qu’est située la petite maison du sénateur Hippomanès. Il entre ; il parcourt les appartements, il en examine l’ameublement. Tout lui paraît galant. La petite maison d’Agésile, le plus délicat et le plus voluptueux de ses courtisans, n’est pas mieux. Il se déterminait à sortir, ne sachant que penser ; car après tous les lits de repos, les alcôves à glaces, les sofas mollets, le cabinet de liqueurs ambrées, le reste n’était que des témoins muets de ce qu’il avait envie d’apprendre, lorsqu’il aperçut une grosse figure étendue sur une duchesse, et plongée dans un sommeil profond. Il tourna son anneau sur elle, et tira de son bijou les anecdotes suivantes :

« Alphane est fille d’un robin. Si sa mère eût moins vécu, je ne serais pas ici. Les biens immenses de la famille se sont éclipsés entre les mains de la vieille folle ; et elle n’a presque rien laissé à quatre enfants qu’elle avait, trois garçons et une fille dont je suis le bijou. Hélas ! c’est bien pour mes péchés ! Que d’affronts j’ai soufferts ! qu’il m’en reste encore à souffrir ! On disait dans le monde que le cloître convenait assez à la fortune et à la figure de ma maîtresse ; mais je sentais qu’il ne me convenait point à moi : je préférai l’art militaire à l’état monastique, et je fis mes premières campagnes sous l’émir Azalaph. Je me perfectionnai sous le grand Nangazaki ; mais l’ingratitude du service m’en a détaché, et j’ai quitté l’épée pour la robe. Je vais donc appartenir à un petit faquin de sénateur tout bouffi de ses talents, de son esprit, de sa figure, de son équipage et de ses aïeux. Depuis deux heures je l’attends. Il viendra apparemment ; car son intendant m’a prévenu que, quand il vient, c’est sa manie que de se faire attendre longtemps. »

Le bijou d’Alphane en était là, lorsque Hippomanès arriva. Au fracas de son équipage, et aux caresses de sa familière levrette, Alphane s’éveilla. « Enfin vous voilà donc, ma reine, lui dit le petit président. On a bien de la peine à vous avoir. Parlez ; comment trouvez-vous ma petite maison ? elle en vaut bien une autre, n’est-ce pas ? »

Alphane jouant la niaise, la timide, la désolée, comme si nous n’eussions jamais vu de petites maisons, disait son bijou, et que je ne fusse jamais entré pour rien dans ses aventures, s’écria douloureusement : « Monsieur le président, je fais pour vous une démarche étrange. Il faut que je sois entraînée par une terrible passion, pour en être aveuglée sur les dangers que je cours ; car enfin, que ne dirait-on pas, si l’on me soupçonnait ici ?

— Vous avez raison, lui dit Hippomanès ; votre démarche est équivoque ; mais vous pouvez compter sur ma discrétion.

— Mais, reprit Alphane, je compte aussi sur votre sagesse.

— Oh ! pour cela, lui dit Hippomanès en ricanant, je serai fort sage ; et le moyen de n’être pas dévot comme un ange dans une petite maison ? Sans mentir, vous avez là une gorge charmante…

— Finissez donc, lui répondit Alphane ; déjà vous manquez à votre parole.

— Point du tout, lui répliqua le président ; mais vous ne m’avez pas répondu. Que vous semble de cet ameublement ? Puis s’adressant à sa levrette : Viens ici, Favorite, donne la patte, ma fille. C’est une bonne fille que Favorite… Mademoiselle voudrait-elle faire un tour de jardin ? Allons sur ma terrasse ; elle est charmante. Je suis dominé par quelques voisins ; mais peut-être qu’ils ne vous connaîtront pas…

— Monsieur le président, je ne suis pas curieuse, lui répondit Alphane d’un ton piqué. Il me semble qu’on est mieux ici.

— Comme il vous plaira, reprit Hippomanès. Si vous étes fatiguée, voilà un lit. Pour peu que le cœur vous en dise, je vous conseille de l’essayer. La jeune Astérie, la petite Phénice, qui s’y connaissent, m’ont assuré qu’il était bon. »

Tout en tenant ces impertinents propos à Alphane, Hippomanès tirait sa robe par les manches, délaçait son corset, détachait ses jupes, et dégageait ses deux gros pieds de deux petites mules. Lorsque Alphane fut presque nue, elle s’aperçut qu’Hippomanès la déshabillait…

« Que faites-vous là ? s’écria-t-elle toute surprise. Président, vous n’y pensez pas. Je me fâcherai tout de bon.

— Ah, ma reine ! lui répondit Hippomanès, vous fâcher contre un homme qui vous aime comme moi, cela serait d’une bizarrerie dont vous n’êtes pas capable. Oserais-je vous prier de passer dans ce lit ?

— Dans ce lit ? reprit Alphane. Ah ! monsieur le président, vous abusez de ma tendresse. Que j’aille dans un lit ; moi, dans un lit !

— Eh ! non, ma reine, lui répondit Hippomanès. Ce n’est pas cela : qui vous dit d’y aller ? Mais il faut, s’il vous plaît, que vous vous y laissiez conduire ; car vous comprenez bien que de la taille dont vous êtes, je ne puis être d’humeur à vous y porter… » Cependant il la prit à bras-le-corps, et faisant quelque effort… « Oh ! qu’elle pèse ! disait-il. Mais, mon enfant, si tu ne t’aides pas, nous n’arriverons jamais. »

Alphane sentit qu’il disait vrai, s’aida, parvint à se faire lever, et s’avança vers ce lit qui l’avait tant effrayée, moitié à pied, moitié sur les bras d’Hippomanès, à qui elle balbutiait en minaudant : « En vérité, il faut que je sois folle pour être venue. Je comptais sur votre sagesse, et vous êtes d’une extravagance inouïe…

— Point du tout, lui répondait le président, point du tout. Vous voyez bien que je ne fais rien qui ne soit décent, très-décent. »

Je pense qu’ils se dirent encore beaucoup d’autres gentillesses ; mais le sultan n’ayant pas jugé à propos de suivre leur conversation plus longtemps, elles seront perdues pour la postérité : c’est dommage !



  1. Ce chapitre commençait le second volume de l’édition originale.