Les Chroniques de Sire Jean Froissart/Livre I, Partie II/Chapitre LXXX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par J. A. C. Buchon (Ip. 392-393).

CHAPITRE LXXX.


Comment ceux des forteresses navarroises gâtoient, pilloient et roboient tout le pays environ eux.


Ainsi étoit embesogné et guerroyé de tous lez le royaume de France en toutes ses parties en ce temps, au titre du roi de Navarre ; et furent pris et conquis et échellés plusieurs forts châteaux en Brie, en Champagne, en Valois, en l’évêché de Noyon, de Soissons, de Senlis et de Laon, desquels plusieurs chevaliers et écuyers de divers pays étoient chefs et capitaines. Par devers Pons sur Saine, vers Prouvins, vers Troyes, vers Aucerre, et vers Tonnerre, étoit le pays si entrepris de forts guerroyeurs et de pilleurs, que nul n’osoit issir des cités et des bonnes villes. Entre Châlons en Champagne et Troyes, dedans le châtel de Beaufort qui est de l’héritage au duc de Lancastre, se tenoit messire Pierre d’Audelée, et en avoit fait très belle et très bonne garnison : ceux couroient tout le pays d’environ eux. D’autre part, à Pons sur Saine et aucune fois au fort de Nogent se tenoit un très appert chevalier Hainuyer, qui s’appeloit messire Eustache d’Aubrécicourt, et avoit bien dessous lui cinq cents combattans : si couroient tout le pays environ eux. D’autre côté en Champagne avoit un écuyer d’Allemaigne, qui s’appeloit Albrest, fort homme d’armes malement. Ces trois capitaines tenoient en la marche de Champagne et sur la rivière de Marne plus de soixante châteaux et fortes maisons, et mettoient, quand ils vouloient, sur les champs plus de deux mille combattans, et avoient mis tout le pays en leur subjection, et rançonnoient et roboient à leur volonté sans mercy ; et par espécial cil Albrest et sa route y firent trop de vilains faits.

Si avoient ces gens que on nommoit gens d’armes, pris, pillé et tout ars et détruit les bonnes villes de Damery, d’Épernay et de Vertus, et toutes les villes selon la rivière de Marne, de ci à Châtel Thierry ; et tout ainsi environ la cité de Reims ; et avoient gagné la bonne ville de Ronay[1] et le fort châtel de Hans[2] en Champagne, et tout pris et robé tout quant que trouvé y fut ; et tout en amont jusques à Sainte-Menehoult en Perthois. Et le plus grand capitaine entr’eux et le plus renommé, et qui plus souvent chevauchoit et faisoit de grands appertises d’armes, c’étoit messire Eustache d’Aubrécicourt : cil tenoit dessous lui au pays de Champagne, Pont sur Saine, c’étoit sa chambre, Nogent sur Saine, Damery, Lusi[3], Saponay[4], Trochi[5], Arcy sur Aube, Plancy et plusieurs autres forteresses.

Et plus avant sur les marches de Bourgogne et de Perthois se tenoient autres guerroyeurs qui s’appeloient Thibaut de Chaufour et Jean de Chaufour ; et avoient, au titre du roi de Navarre, pris en l’évêché de Langres un très fort châtel malement qui s’appeloit[6] Mont-Saugon. Là dedans avoit quatre cents combattans qui guerroyoient et couroient tout le pays et jusques en l’évêché de Verdun, et rançonnoient tout ; ni rien ne duroit devant eux, ni aussi nul ne leur alloit audevant ; mais étoient les barons, chevaliers et écuyers tous embesognés de garder leurs maisons et leurs forteresses.

  1. Rosnay, bourg sur la Veyre.
  2. On trouve un village de ce nom près de Sainte-Menehould.
  3. Lussy, village sur la Marne, un peu au-dessus de Chaumont.
  4. Il y a un village de ce nom dans le Soissonnais.
  5. Torcy : il y a plusieurs lieux de ce nom en Champagne.
  6. Montsaugeon, à une très petite distance de Langres, vers le midi.