Les Dieux antiques/Note sur la Transcription des Noms de la Mythologie classique et Répertoire Alphabétique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu


NOTES SUR LA TRANSCRIPTION DES NOMS
DE LA MYTHOLOGIE CLASSIQUE
[1]


Grave question que celle de la transcription des noms propres dans la Mythologie Classique : elle concerne tous les noms propres antiques.

Que deviendront-ils dans notre langue ?

Le lexique de ces mots n’y présente à première vue que disparate et confusion.

Le disparate est causé par ce premier fait que nombre est traduit, et nombre ne l’est pas.

La confusion provient de ce que plusieurs sont mal traduits.

Je comprends que, devant ce dernier fait particulièrement, on accepte le parti extrême qui consiste à rejeter toute traduction, quelle qu’elle soit, pour la remplacer par le nom original, même quand la langue étrangère dispose de caractères différents des nôtres ou que ceux-ci ne les rendent qu’avec quelque étrangeté. Oui, tel est le seul mode auquel on doive se conformer dans l’adaptation au parler français d’un chef-d’œuvre de l’antiquité. Notre grand poète Leconte de Lisle a tracé hardiment cette voie dans la traduction monumentale qu’il a entreprise des œuvres grecques ; et je ne doute pas qu’il agisse de même le jour où il initiera notre public à toute la poésie de Rome. Ces mots non traduits gardent le charme de bijoux authentiques, dont un sculpteur enrichirait ses marbres purs.

Mais le petit livre que l’on vient de parcourir suggère un devoir différent.

Quel plaisir se mêle à notre surprise de voir des mythes connus lentement s’évaporer, par la magie même qu’implique l’analyse de la parole antique, en l’eau, la lumière ou le vent élémentaires ! Or, si nous risquons à détruire chacune de ces personnalités anciennes qui, pour nous, consistent notamment dans l’effet familier que nous produit leur nom, la métamorphose à laquelle on veut assister sera, pour ainsi dire, commencée dès avant et ne causera pas toute l’impression attendue. Maintenant je crois (indépendamment d’une application de cette façon de voir au livre présent qui l’invoque comme auxiliaire de son effort) que la traduction française des noms grecs ou latins est propre au génie même de la langue française : si je puis, principalement, inférer quelque chose de ce fait que notre langue est presque seule à user du privilège de traduire ces noms. Mauvais génie peut-être, à de certains moments, mais bienfaisant et habile à d’autres : car combien de noms charmants nous gagnons, dont plusieurs sont maintenant inhérents à la langue presque usuelle au point qu’il ne serait pas licite de les annuler sans qu’ils y fissent quelque vide regrettable ! Oui, c’est parce que ceux-là sont des mots fréquemment proférés et bientôt intimes, que le Français se les est savamment adjoints : à d’autres, très-nombreux, mais qui sont d’un usage très-rare, est conservé leur caractère étranger avec cette séduction presque barbare que prennent les appellations de dieux ou de héros rendues à l’idiome originel. Ne renonçons à aucun de ces deux bonheurs échus à notre langue ; en un mot

Observation générale :


Les noms des mythes plus célèbres par la noblesse ou la beauté, notre langue se les est appropriés afin d’enrichir, par une fréquente invocation, nos impressions quotidiennes : gardons les tels. Quant aux autres, ils demeurent avec leurs sons quelquefois intacts, groupe nécessaire qui conserve le lointain des parlers exotiques ; exemple : Phoïbos. Le plus souvent, je les francise d’après le génie même de notre langue, c’est-à-dire en suivant le travail de métamorphose à peine perceptible qu’elle a imposé depuis longtemps à des noms analogues. Théseus, Prométheus, etc. Thésée, Prométhée ? Bien : j’ai Odyssée, fait avec Odysseus, mais je dois m’arrêter, et ne vais point jusqu’à Zeus, Zée. Pourquoi ? parce qu’à de certains moments la logique la plus stricte la cède devant la crainte de dérouter l’ouïe ; dans vingt ans, peut-être, on osera. La réunion de ces deux classes le vocables, exactement comprise, forme dans le discurs un heureux mélange : et non plus un disparate !

Mais la confusion, où est-elle ? car nous avons, au début, lancé contre la transcription usuelle cette accusation. La voici. Tous les noms propres traduits en Français, excepté Aphrodite [2] et d’autres qui forment un cortège insuffisant à cette déité, ont été, même venant, comme ce mot, du Grec, traduits par l’intermédiaire du Latin. Quand le mot original est latin, c’est à merveille que le Latin se francise ; et je déclare que, dans ma langue, j’oublie à tout jamais Mercurius et ne connais que Mercure ; j’ajoute même que, tant que vivra cette langue, il faudra respecter ce nom, dont l’existence est un fait acquis. Mais où il siérait d’imposer silence à l’éloge, c’est dans le cas entrevu d’un mot grec qui, après avoir été régulièrement transcrit en Latin, a été, par la suite, non moins régulièrement transcrit du Latin en Français. Sans compter qu’il y eut, dans cette déplorable erreur traditionnelle, confusion non plus de simples noms, mais souvent de personnages : exemple, Artémis, que je choisis, n’a, scientifiquement, rien à faire avec Diane. La grande familiarité du Latin avait conduit les modernes à négliger, absolument, le nom grec des grands dieux dont le culte fut à peu près commun à la Grèce et à l’Italie. Pourquoi, par ce détour, infliger à ce nom une perte de sa saveur très-grande relativement à celle qu’il eût subie dans son passage immédiat de Grèce chez nous ? Ce pas est mauvais : je respecte l’empressement instinctif du Français à traduire, mais je blâme qu’il n’ait pas su prendre où traduire. Il faudra qu’on revienne sur ce pas : quand ? je ne sais, il m’est permis cependant de conjecturer ; et je présume que, des horizons différents s’ouvrant à l’étude mythologique, qui entre, avec des livres comme le présent, dans une phase nouvelle, plus d’un étudiant profitera du bon moment pour faire accomplir aux mots de son lexique une seconde évolution qui le rendra parfait ; à savoir : la traduction du Grec en Français, comme il y a déjà celle du Latin même en Français.

Je m’adresse à ce public spécial : loin de moi de croire qu’il suffise qu’un livre, celui-ci ou quelque autre, impose les noms régénérés, pour que la régénération soit durable ! Une portion, même restreinte et technique, d’une langue ne change pas en une heure, à moins qu’un groupe d’individus n’y trouve un intérêt immédiat, comme ce fut le cas, il y a un demi-siècle, à propos de la nomenclature des sciences physiques et naturelles. Or ne nous abusons pas : c’est une étude spéciale ou restreinte encore que celle des Mythes.

Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu


DIEUX

——

L’Olympe (gr. Olumpos). L’Empyrée (gr. Empuréion).

Le nom de tout Mythe principal se trouve, s’il forme la titre d’un des chapitres, dans la première colonne ; sinon, dans la seconde colonne, à côté du Mythe à l’histoire duquel il se rattache.


Le Zeus grec et le Jupiter latin.
Zeus (Horkios, Xenios). Cronos, Chaos, Gé (gr. Gaïa), Ouranos, Hypérion (gr. Huperiôn), Japet (gr. Iapétos), Rhée (gr. R[h]éa), l’un des Cyclopes (gr Kuklôps), l’un des Titans (gr. Titan).
Jupiter (Elicius, Pluvius, Terminus). Saturne, Ops.
Le Poséidôn grec ou le Neptune latin.
Poséidôn (Gaiéthos, Enosikhos) Laomédon (gr. Laomédôn), les chevaux Xanthos et Balios, Amphitrite (gr. Amphtritè), Triton (gr. Tritôn).
Neptune. Nérèe (gr. Néreus).
La Déméter grecque ou la Cérès latine.
Déméter. Perséphoné ou Koré, Hécate (gr. [H]écatè), Kéléos et Métanéira, et leurs fils Démophoôn et Triptolème (gr. Triptolèmos).
Cérès. Perserpine.
L’Athèné greque et la Minerve latine.
Athène (Pallas, Akria, Tritôg[u]èneia, Koruphassa, Glaukôpis).
Minerve.
L’Arès grec ou le Mars latin.
Arès.
Mars. Ilia et ses fils Romulus et Remus, Télèphe (gr. Télèphos).
L’Aphrodite grecque et la Vénus latine.
Aphrodite (gr. Aphroditè).
(Enalia, Pontia.)
Héméra, Dioné, Arginnis (gr. Arg[u]innis). Les Heures et les Grâces (gr. [H]oraï, et Charitès), Déimos, [H]armonia et Erôs, Anchise (gr. Anchisès), Adonis.
Vénus.
(Myrtha, Cloacina, Purificatrix, Militaris, Barbata.)
Énée (gr. Ainéas).
L’[H]adès grec ou le Pluton latin.
[H]adès.
(Aïdès, Aïdonéos, Ploutôn, et Polydegmôn.)
Les chiens Orthros, Cerbère (gr. Kerbéros).
Pluton.
L’[H]éré grecque ou la Junon latine.
[H]éré.
Junon.
(Jugalis, Moneta, Regina.)
L’[H]estia greque ou la Vesta latine.
[H]estia.
Vesta.
[H]éphaïstos grec ou le Vulcain latin.
[H]éphaïstos.
Vulcain.
Phœbus Apollon, Dieu grec et latin.
(gr. Phoïbos Apollôn.)
(Lukeg[u]ènès, [H]ekatos, [H]ekaërgos en grec, et en latin Lucerius et Lucessius.)
Létô ou Latone. Le serpent Python (gr. Puthôn), Daphné (gr. Daphnè), Téléphassa.
Phaétoon, Dieu grec et latin.
(gr. Phaethôn.) Clymène (gr. Klumènè), Hèlios Néère et ses filles, Phaéthuse et Lampeti (gr. Neaira, Phaethousa).
L’Artémis grecque ou la Diane latine.
Artémis.
Diane. Ianus ou Dianus.
L’[H]ermès grec et le Mercure latin.
[H]ermès (gr. Psukhopômpos). Les Thriaï, Erinnys.
Mercure.
Le Dionysos grec ou le Bacchns latin.
Dionusos (gr. Jakkhos). Amalthée (gr. Amalthéia), Ino (gr. Inô), Protée (gr. Proteus), Penthée (gr. Pentheus).
Bacchus.
L’[H]éraclès grec ou l’Hercule latin.
[H]éraclès. Alcmène (gr. Alcmènè), Eurysthée (gr. Eurusthèus), Chiron (gr. Kheirôn), les Centaures (gr. Kentauroi), Iole, l’Hydre (gr. [H]udôr), les Harpies (gr. [H]arpuiaï), Déjanire (gr. Déianéira), Eunome (gr. Eunomè), Nessos, Alceste (gr. Alkestis), Ekhidna.
Hercule. Garanus ou Recaranus et Cacus, ou Cœci Kakias et Cœculus.
Io avec Prométhée, Déités grecques et latines.
(gr. Iô, Prométheus.) Argos Panoptès ou Argus. L’une des Amazones (Amazôn).
Épiméthée avec Pandore. Déités grecques et latines.
(gr. Epimétheus, Pandôra.)
Asclépios ou Esculape, Dieu grec et latin. Coronis (gr. Koronis), Phlégyas Ischys (gr. (Iskhus).
Deucalion, Dieu grec et latin. Protagénéia, Aéthlios, Endymion (gr. Endumiôn.)
Admète, Dieu grec et latin.
(gr. Admètos.) Alkestis, Thanatos.
Tantale, Dien grec et latin.
(gr. Tantalos.) Euryanasse (gr. Euruanassè), Pélops, le cnien Pandorée (gr. Pandoréos),
Ixion, Dieu grec et latin.
(gr. Ixiôn.) Dia, Hésione (gr. [H]esionè).
Briarée ou Égéon, dieu grec et latin.
(gr. Briaréos, Aegaiôn.)


HÉROS.


Persée, Mythe grec et latin.
(gr. Perséus.) Acrisios, Danaé (gr. Danaè), Dictys (gr. Dictus), Polydecte (gr. Poludectès), Méduse (gr. Médouça). L’une des Gorgones (gr. Gorgô), Stèinhô, Euryale (gr. Eurualè), les Graïaï, Atlas, Cephée (gr. Képhéos), Andromède (gr. Andromèdè), Mégapenthès, Laios ou Laius.
Niobé, Mythe grec et latin.
(gr. Niôbé.) Amphion (gr. Amphiôn).
Thésée, Mythe grec et latin.
(gr. Théséus.) Ariane (gr. Ariadnè). Aetrha. Sinnis. La Truie de Cromyon (gr. Kromuôn), Pasiphaé (gr. Pasiphaè).
Œdipe, Mythe grec et latin.
(gr. Oidipous.) Laios ou Laius. Le Sphinx (gr. Sphinx), Jocaste (gr. Jocaste), Antigone (gr. Antigônè), Étéocle et Polynice (gr. (Etéoclès et Polineikès), les Moïraï, Clothô, Lachésis et Atropos. Atè. les Euménides (gr. Euménidès), et les Erinyes ou encore les Furies ; ce sont : Alecto, Mégère (gr. Megaira) et Tisiphone (gr. Tisiphonè).
Procris, Mythe grec et latin. Céphale (gr. Képhalos), Érechthée ou Érichtonios (gr. Erechtheus), Éos, Amphytrion (gr. Amphitrûon).
Orphée, Mythe grec et latin.
(gr. Orpheus.) Eurydice (gr. Eurudikè).
Europe, Mythe grec et latin.
(gr. Europè.) Agénor (gr. Ag[u]ènôr), Kadmos ou Cadmus, Inô, Sémélé et Agavé (gr. Sèmèlà, Agavè), Althée (gr. Althaïa), Atlante (gr. Atalantè).
Méléagre, Mythe grec et latin.
(gr. Méléagros.)
Lycaon, Callisto, Mythe grec et latin.
(gr. Lnkaôn, Callistô.)
Dédale, Mythe grec et latin.
(gr. Daidalos.) Icare (gr. Ikaros).
Béllérophon, Mythe grec et latin.
(gr. Bellérophôn, Bellérophontès). Sisyphe (gr. Sisuphos), Antée (gr. Anteïa), la Chimère (gr. Khimaïrà), Pégase (Pègasos).
Scylla, Mythe grec et latin.
(gr. Skulla.)
Iam ou Iam, Mythe grec et latin.
Amphiaréos ou Amphiaraus, Mythe grec et latin. Mélampe (gr. Mélampos), Ériphyle (gr. Eriphulè), Alcméon (gr. Alcmaïôn).
Aréthase, Mythe grec et latin.
(gr. Aréthouça.) Les Néréides (gr. Nèrèidès), Alphée (gr. Alpheus).
Turô on Tyro, Mythe grec et latin.
Narcisse, Mythe grec et latin.
(gr. Narkissos.) Écho (gr. Ècho), Nemèsis.


Le Pays de l’Immortalité.


L’Hadès.

L’Achéron (gr. Akherôn).

Le Cocyte (gr. Kokutos).

Le Styx (gr. Stux).

Le Phlégéthon ou Pyriphlégéthon (gr. Phlégéthôn ou Puriphlégéthôn).

Le Léthé (gr. Léthaios).

L’Axe (gr. Axé).

Le passeur Charon (gr. Charôn), fils de l’Érèbe (gr. Erèbos).

Minos, Éaque et Rhadamanthe, les trois juges (gr. R[h]adamanthos).

L’Averne latin (Aornos).

Le Tartare (gr. Tartaros).

L’Élysée (gr. Elusion).



Mythes inférieurs grecs et Mythes latins non identifiés avec les Mythes grecs.

MYTHES INFÉRIEURS GRECS.


Les Hamadryades (gr. Hama druadès).

Les Hyades (gr. Huadès).

Les Héliades (gr. Héliadès).

Les Géants (gr. G[u]igantès).

Les Aloades (gr. Aloadès).

Les Miolones.

Érato (gr. Eratô).

Thalie (gr. Thaléia).

Melpomène (gr. Melpoménè).

Terpsichore (gr. Terpsichorè).

Polymnie (gr. Polumnia).

Uranie (gr. Ourania et Ouraniè).

Calliope (gr. Calliopè).

Orion (gr. Oriôn).

Le dieu Pan (gr. Pan) et la nymphe Syrinx.

Les Pléiades (gr. Pléiadès).

Pallas (gr. Pallas), surnom d’Athéné.

Éros (gr. Erôs).

Protée (gr. Proteus).

Priape (gr. Priapos).

Psyché (gr. Psuk[h]é).

Borée (gr. Boréas et Borras).

Érèbe (gr. Erébos).

Ényo (gr. Enuô).

Les Harpies (gr. Harpuiaï).

Les Muses (gr. Mouçai).

Clio (gr. Clóio).

Euterpe (gr. Euterpè).

Zagréos.

Hespéros.

Castor et Pollux (Castôr et Poludéikès) ou les Dioscures (gr. Dioscuroï).

Les Cabires (gr. Cabéiroï).

Les Corybantes et les Dactyles (gr. Corubantès et Daktuloï).

Iris.

Zéphyre (gr. Zephuros).

Ganymède (gr. Ganumédès).

Silène (gr. Seilènos).

Les Satyres (gr. Saturoï).

Les Nymphes (gr. Numphaï).

Cécrops (Kecrops).

Hersé.


Mythes latins non identifiés avec les Mythes grecs.


Les Lares.

Les Pénates.

Les Mânes.

Les Larnes.

Les Sémures.

Les Palici.

Les Parques.

Les Fates.

Les Génies.

Les dii Indigétès.

Les dii Consentès.

Bellone, ou Fauna, avec Faunus.

Les Camènæ, ou les Carmentes.

Égérie.

Laverna.

Pilumnus, Picumnus, Seuco, Saucus.

Pomone.

Sylvain.

Picus.

Vertumne.

Anna Perenna.

Consus.

Gradivus.

Mulciber.

Favonius.

L’Aurore.

Tithon.



Légendes épiques des Dieux et des Héros.


Les Argonautes. Le bélier Phrixos, Hellé (gr. Hellè), Athamas, Jason (gr. Iasôn), Tiphys (gr. Tiphus), Médée (gr. Mèdéia), Pélias, Ioléos, Glaucé (gr. Glaukè), la nef Argo (gr. Argô).
Le Conte de Troie.
(Tros ou Ilion.)
Pâris, Hècube (gr. Hécabè), Œnone, Éris (gr. Éris).
La Guerre. Ménélas (gr. Ménélaos), Hélène (gr. [H]èlènè), Nestor (gr. Nestôr), Ajax (gr. Aiax), Ascalaphe et Ialmène (gr. Ascalaphos, Ialmènè), Diomède (gr. Diomèdès), Achille (gr. Achilleus), Odysseus, Calchas (gr. Kalkhas), Iphigénie (gr. Iphig[u]ènèia, Iphianassa), Énée (gr. Aineas), Pandaréos, Sarpédon (gr. Sarpédôn), Glaucos, Agamemnon (gr. Agamemnôn), Atè, Clytemnestra (gr. Clutemnestra), Égisthe (gr. Aig[u]isthos), Patrocle (gr. Patroclès, os), Memnon (gr. Memnôn), Briseis Chryseis, Phœnix, le Cheval Xanthos, Pryam, Hector, Andromaque (gr. Andromachè),
Le retour de Troie. Circé, Calypso (gr. Kalupsô), Nausicaa, Alkinoos, Arètè, Pénélope (Penélopeia, è), Télémaque (gr. Tèlèmachos), Eumée (gr. Eumaïos), Antolycos (gr. Antolukos), le Chien Argos.

Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu


  1. Le Traducteur.
  2. Au lieu d’Aphrodité.