Les Entretiens d’Épictète/III/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Victor Courdaveaux.
Didier (p. 279-280).

CHAPITRE XVII




Sur la Providence.

Quand tu reproches quelque chose à la Providence, examine bien, et tu verras que ce qui est arrivé était logique. — Oui; mais ce malhonnête homme a plus que moi! — De quoi? — D’argent. — C’est qu’au point de vue de l’argent, il vaut mieux que toi; car il flatte, il est impudent, il travaille jusque dans la nuit. De quoi donc t’étonnes-tu? Mais regarde s’il a plus que toi de probité, s’il a plus que toi de conscience et d’honneur. Tu trouveras que non. Au contraire, tu trouveras que tu as plus que lui de ce pourquoi tu vaux mieux que lui.

Moi aussi j’ai dit un jour à quelqu’un qui s’indignait de la prospérité de Philostorgus: « Voudrais-tu donc coucher avec Sara? » — « Que jamais un pareil jour n’arrive! » me répondit-il.— «  Pourquoi donc t’indignes-tu, lui dis-je, s’il reçoit quelque chose en échange de ce qu’il vend? Ou pourquoi le trouves-tu si heureux d’avoir gagné sa fortune par des moyens dont tu ne veux pas? Ou bien encore, quel mal fait la Providence en accordant ce qui vaut le mieux à qui vaut le mieux? Est-ce que l’honneur ne vaut pas mieux que la richesse? » Il en tombait d’accord. « O homme, pourquoi donc t’indigner, puisque tu as ce qui vaut le mieux! »

Rappelez-vous donc toujours, ayez toujours présent à l’esprit, que la loi de la nature est que celui qui vaut mieux ait plus que celui qui vaut moins de ce pourquoi il vaut le mieux; et jamais vous ne vous indignerez. — « Mais ma femme en use mal avec moi! » — C’est bien. Si quelqu’un te demande ce qu’il y a là, réponds: « Ma femme en use mal avec moi. » Y a-t-il là autre chose? Non. — « Mon père ne me donne rien. » — Qu’y a-t-il là? Mon père ne me donne rien. Y a-t-il là autre chose? Non. Pourquoi ajouter du dehors que c’est là un mal? Pourquoi ce mensonge? Aussi n’est-ce pas la pauvreté qu’il faut repousser, mais l’idée que l’on s’en fait; et de cette façon nous serons heureux.