Les Femmes de la Révolution/08

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  VII.
IX.  ►


LIVRE II



VIII

LES SALONS. — Mme DE STAËL


Le génie de Mme Staël a été successivement dominé par deux maîtres et deux idées jusqu’en 89 par Rousseau, et, depuis, par Montesquieu.

Elle avait vingt-trois ans en 89. Elle exerçait sur Necker, son père, qu’elle aimait éperdument et qu’elle gouvernait par l’enthousiasme, une toute-puissante action. Jamais, sans son ardente fille, le banquier genevois ne se fût avancé si loin dans la voie révolutionnaire. Elle était alors pleine d’élan, de confiance ; elle croyait fermement au bon sens du genre humain. Elle n’était pas encore influencée, amoindrie, par les amants médiocres qui depuis l’ont entourée. Mme de Staël fut toujours gouvernée par l’amour. Celui qu’elle avait pour son père exigeait que Necker fût le, premier des hommes ; et, en réalité, un moment, il s’éleva très haut par la foi. Sous l’inspiration de sa fille, nous n’en faisons aucun doute, il se lança dans l’expérience hardie du suffrage universel, mesure hasardeuse dans un grand empire et chez un peuple si peu avancé ! mesure toute contraire à son caractère, très peu conforme aux doctrines qu’il exposa avant et depuis.

Le père et la fille, bientôt effrayés de leur audace, ne tardèrent pas à reculer. Et Mme de Staël, entourée de Feuillants, d’anglomanes, admiratrice de l’Angleterre, qu’elle ne connaissait point du tout, devint et resta la personne brillante, éloquente, et pourtant, au total, médiocre, si l’on ose dire, qui a tant occupé la renommée.

Pour nous, nous n’hésitons pas à l’affirmer, sa grande originalité est dans sa première époque, sa gloire est dans son amour pour son père, dans l’audace qu’elle lui donna. — Sa médiocrité fut celle de ses spirituels amants, les Narbonne, les Benjamin Constant, etc., qui, dans son salon, dominés par elle, n’en réagirent pas moins sur elle dans l’intimité.

Reprenons, dès les commencements, le père et la fille.

M. Necker, banquier genevois, avait épousé une demoiselle suisse, jusque-là gouvernante, dont le seul défaut fut l’absolue perfection. — La jeune Necker était accablée de sa mère, dont la roideur contrastait avec sa nature facile, expansive et mobile. Son père, qui la consolait, l’admirait, devint l’objet de son adoration. On conte que M. Necker, ayant souvent loué le vieux Gibbon, la jeune fille voulait l’épouser. Cette enfant, déjà confidente et presque femme de son père, en prit les défauts pêle-mêle et les qualités, l’éloquence, l’enflure, la sensibilité, le pathos. Quand Necker publia son fameux Comte rendu, si diversement jugé, on lui en montra un jour une éloquente apologie, tout enthousiaste ; le cœur y débordait tellement que le père ne put s’y tromper : il reconnut sa fille. Elle avait alors seize ans.

Elle aimait son père comme homme, l’admirait comme écrivain, le vénérait comme idéal du citoyen, du philosophe, du sage, de l’homme d’État. Elle ne tolérait personne qui ne tînt Necker pour Dieu : folie vertueuse, naïve, plus touchante encore que ridicule. Quand Necker, au jour de son triomphe, rentra dans Paris et parut au balcon de l’Hôtel de Ville, entre sa femme et sa fille, celle-ci succomba à la plénitude du sentiment et s’évanouit de bonheur.

Elle avait de grands besoins de cœur, en proportion de son talent. Après la fuite de son père et la perte de ses premières espérances, retombée de Rousseau à Montesquieu, aux prudentes théories constitutionnelles, elle restait romanesque en amour ; elle aurait voulu aimer un héros. Son époux, l’honnête et froid M. de Staël, ambassadeur de Suède, n’avait rien qui répondit à son idéal. Ne trouvant point de héros à aimer, elle compta sur le souffle puissant, chaleureux, qui était en elle, et elle entreprit d’en faire un.

Elle trouva un joli homme, roué, brave, spirituel, M. de Narbonne. Qu’il y eût peu ou beaucoup d’étoffe, elle crut qu’elle suffirait, étant doublée de son cœur. Elle l’aimait surtout pour les dons héroïques qu’elle voulait mettre en lui. Elle l’aimait, il faut le dire aussi (car elle était une femme), pour son audace, sa fatuité. Il était fort mal avec la cour, mal avec bien des salons. C’était vraiment un grand seigneur, d’élégance et de bonne grâce, mais mal vu des siens, d’une consistance équivoque. Ce qui piquait beaucoup les femmes, c’est qu’on se disait à l’oreille qu’il était le fruit d’un inceste de Louis XV avec sa fille. La chose n’était pas invraisemblable. Lorsque le parti jésuite fit chasser Voltaire et les ministres voltairiens (les d’Argenson, Machault encore, qui parlait trop des biens du clergé), il fallait trouver un moyen d’annuler la Pompadour, protectrice de ces novateurs. Une fille du roi, vive et ardente, Polonaise comme sa mère, se dévoua, autre Judith, à l’œuvre héroïque, sanctifiée par le but. Elle était extraordinairement violente et passionnée, folle de musique, où la dirigeait le peu scrupuleux Beaumarchais. Elle s’empara de son père, et le gouverna quelque temps, au nez de la Pompadour. Il en serait résulté, selon la tradition, ce joli homme, spirituel, un peu effronté, qui apporta en naissant une aimable scélératesse à troubler toutes femmes.

Mme de Staël avait une chose bien cruelle pour une femme : c’est qu’elle n’était pas belle. Elle avait les traits gros et le nez surtout. Elle avait la taille assez forte, la peau d’une qualité médiocrement attirante. Ses gestes étaient plutôt énergiques que gracieux debout, les mains derrière le dos, devant une cheminée, elle dominait un salon, d’une attitude virile, d’une parole puissante, qui contrastait fort avec le ton de son sexe, et parfois aurait fait douter un peu qu’elle fût une femme. Avec tout cela, elle n’avait que vingt-cinq ans, elle avait de très beaux bras, un beau cou à la Junon, de magnifiques cheveux noirs qui, tombant en grosses boucles, donnaient grand effet au buste, et même relativement faisaient paraître les traits plus délicats, moins hommasses. Mais ce qui la paraît le plus, ce qui faisait tout oublier, c’étaient ses yeux, des yeux uniques, noirs et inondés de flammes, rayonnants de génie, de bonté et de toutes les passions. Son regard était un monde. On y lisait qu’elle était bonne et généreuse entre toutes. Il n’y avait pas un ennemi qui pût l’entendre un moment sans dire en sortant, malgré lui : « Oh ! la bonne, la noble, l’excellente femme ! »

Retirons le mot de génie, pourtant ; réservons ce mot sacré. Mme de Staël avait, en réalité, un grand, un immense talent, et dont la source était au cœur. La naïveté profonde et la grande invention, ces deux traits saillants du génie, ne se trouvèrent jamais chez elle. Elle apporta, en naissant, un désaccord primitif d’éléments qui n’allait pas jusqu’au baroque, comme chez Necker, son père, mais qui neutralisa une bonne partie de ses forces, l’empêcha de s’élever et la retint dans l’emphase. Ces Necker étaient des Allemands établis en Suisse. C’étaient des bourgeois enrichis. Allemande, Suisse, et bourgeoise, Mme de Staël avait quelque chose, non pas lourd, mais fort, mais épais, peu délicat. D’elle à Jean-Jacques, son maître, c’est la différence du fer à l’acier.

Justement parce qu’elle restait bourgeoise, malgré son talent, sa fortune, son noble entourage, Mme de Staël avait la faiblesse d’adorer les grands seigneurs. Elle ne donnait pas l’essor complet à son bon et excellent cœur, qui l’aurait mise entièrement du côté du peuple. Ses jugements, ses opinions, tenaient fort à ce travers. En tout, elle avait du faux. Elle admirait, entre tous, le peuple qu’elle croyait éminemment aristocratique, l’Angleterre, révérant la noblesse anglaise, ignorant qu’elle est très récente, sachant mal cette histoire dont elle parlait sans cesse, ne soupçonnant nullement le mécanisme par lequel l’Angleterre, puisant incessamment d’en bas, fait toujours de la noblesse. Nul peuple ne sait mieux faire du vieux.

Il ne fallait pas moins que le grand rêveur, le grand fascinateur du monde, l’amour, pour faire accroire à cette femme passionnée qu’on pouvait mettre le jeune officier, le roué sans consistance, créature brillante et légère, à la tête d’un si grand mouvement. La gigantesque épée de la Révolution eût passé, comme gage d’amour, d’une femme à un jeune fat ! Cela était déjà assez ridicule. Ce qui l’était encore plus, c’est que cette chose hasardée, elle prétendait la faire dans les limites prudentes d’une politique bâtarde, d’une liberté quasi anglaise, d’une association avec les Feuillants, un parti fini, avec La Fayette, à peu près fini ; de sorte que la folie n’avait pas même ce qui fait réussir la folie parfois, d’être hardiment folle.

Robespierre et les jacobins supposaient gratuitement que Narbonne et Mme de Staël étaient étroitement liés avec Brissot et la Gironde, et que les uns et les autres s’entendaient avec la cour pour précipiter la France dans la guerre, pour amener, par la guerre, la contre-révolution.

Tout cela était un roman. Ce qui est prouvé aujourd’hui, c’est qu’au contraire la Gironde détestait Mme de Staël, c’est que la cour haïssait Narbonne et frémissait de ce projet aventureux de la guerre où on voulait la lancer ; elle pensait avec raison que, le lendemain, au premier échec, accusée de trahison, elle allait se trouver dans un péril épouvantable, que Narbonne et La Fayette ne tiendraient pas un moment, que la Gironde leur arracherait l’épée, à peine tirée, pour la tourner contre le roi.

« Voyez-vous, disait Robespierre, que le plan de cette guerre perfide, par laquelle on veut nous livrer aux rois de l’Europe, sort justement de l’ambassade de Suède ? » C’était supposer que Mme de Staël était véritablement la femme de son mari, qu’elle agissait pour M. de Staël et d’après les instructions de sa cour ; supposition ridicule, quand on la voyait si publiquement éperdue d’amour pour Narbonne, impatiente de l’illustrer. La pauvre Corinne, hélas ! avait vingt-cinq ans, elle était fort imprudente, passionnée, généreuse, à cent lieues de toute idée d’une trahison politique. Ceux qui savent la nature, et l’âge, et la passion, mieux que ne les savait le trop subtil logicien, comprendront parfaitement cette chose, fâcheuse, à coup sûr, immorale, mais enfin réelle : elle agissait pour son amant, nullement pour son mari. Elle avait hâte d’illustrer le premier dans la croisade révolutionnaire, et s’inquiétait médiocrement si les coups ne tomberaient pas sur l’auguste maître de l’ambassadeur de Suède.

Le 11 janvier, Narbonne, ayant, dans un voyage rapide, parcouru les frontières, vint rendre compte à l’Assemblée. Vrai compte de courtisan. Soit précipitation, soit ignorance, il fit un tableau splendide de notre situation militaire, donna des chiffres énormes de troupes, des exagérations de toute espèce, qui, plus tard, furent pulvérisées par un Mémoire de Dumouriez.

La chute de M. de Narbonne, renversé par les Girondins, rendit tout à coup Mme de Staël zélée royaliste. Elle rédigea un plan d’évasion pour la famille royale. Mais elle voulait que Narbonne, son héros, en eût l’honneur. La cour ne crut pas pouvoir se fier à des mains si légères. Réfugiée en Suisse pendant la Terreur, après Thermidor partisan aveugle de la réaction, elle change brusquement en 96, appuie le Directoire et participe indirectement au coup d’État qui sauva la République.

Bonaparte la haïssait, croyant qu’elle avait aidé Necker dans ses derniers ouvrages, fort contraires à sa politique. Il n’a pas trouvé de meilleur moyen de la dénigrer que de dire qu’elle lui avait fait je ne sais quelle déclaration d’amour ; chose infiniment peu probable à l’époque où elle était toute livrée à Benjamin Constant, qu’elle lança dans l’opposition contre Bonaparte. Ou sait les persécutions ridicules du maître de l’Europe, l’exil de Mme de Staël, la saisie de son Allemagne, et les étranges propositions qu’on lui fit porter plusieurs fois. Bonaparte, consul, lui avait offert de lui rembourser deux millions, prêtés en 89 par M. Necker, et, plus tard, il lui fit demander d’écrire pour le roi de Rome.

En 1812, il lui fallut fuir en Autriche, en Russie, en Suède. La terre lui manquait lorsqu’elle écrivit ses Dix ans d’exil. Elle avait épousé, en 1810, un jeune officier, malade et blessé, M. de Rocca, plus jeune de vingt et un ans. Elle est morte en 1817.

Au total, femme excellente, d’un bon cœur et d’un grand talent, qui, peut-être, sans les salons, sans les amitiés médiocres, sans les misères du monde parleur, du monde scribe, eût eu du génie.