Les Français dans l’Ouest canadien/14

La bibliothèque libre.
Éditions de la Liberté (p. 65-74).

Chapitre XIV


Les grands pionniers de Saint-Boniface et de Winnipeg : François Saraillon, Georges Vendôme, le « Père Cazes » — Du Manitoba au Chili, aller et retour — Dans le monde de l’Église et de l’enseignement — L’aristocratie de l’immeuble et de la finance — Cuisiniers et restaurateurs — Autres Français de Winnipeg — Revenons à Saint-Boniface — Une profusion de Lyonnais — Le chapitre des jardiniers — Quelques types légendaires — La part des Angoumois — Et d’autres venus d’un peu partout — Le premier constructeur d’un avion dans l’Ouest — N’oublions pas les Belges — Un coup grave porté à la colonie — Un rescapé de la tourmente : le « boy doré » du Palais législatif de Winnipeg


Les grands pionniers de Saint-Boniface et de Winnipeg : François Saraillon, Georges Vendôme, le « Père Cazes »

Après cette incursion dans le monde de la musique, de la presse et du théâtre, essayons maintenant d’évoquer les autres figures principales de cette période d’avant-guerre, la plus brillante et la plus pittoresque dans l’histoire des Français de Saint-Boniface et de Winnipeg

Commençons par les pionniers. C’est en 1890 qu’arrivèrent les Saraillon. Lui, enfant de Marseille ; sa femme, de Lyon. François Saraillon était d’une force herculéenne ; il transportait des fardeaux énormes et jusqu’à des rails de chemin de fer. Après avoir travaillé toute sa vie à la construction des voies du Pacifique Canadien dans l’Ouest, il est mort en 1938, laissant cinq fils et une fille qui ont tous fait souche au pays.

L’original et sympathique Georges Vendôme apparut vers le même temps. Il s’appelait en réalité Raimbaud ; mais comme les Anglais prononçaient Rainbow (arc-en-ciel), il crut bon d’adopter le nom de sa ville natale, Vendôme (Loir-et-Cher). Tour à tour brocanteur, photographe, fabricant de chocolat, libraire-horloger, expert minéralogiste, il eut un laboratoire d’essai à Winnipeg. Ses connaissances étendues donnaient à sa conversation un charme particulier. Les époux Vendôme se montrèrent toujours hospitaliers et de bon conseil pour les compatriotes nouvellement arrivés. Lors d’un voyage en France, ils amenèrent deux jeunes neveux, Pierre et Abel Raimbaud, nés à La Chapelle — Vendômoise (Loir-et-Cher), qu’ils élevèrent comme leurs fils.

Abel est aujourd’hui agriculteur à Redvers, en Saskatchewan. Pierre, après avoir fait son service militaire en France, a épousé Julienne Hermarie, venue du Nord avec sa famille. Premier secrétaire du Cercle Ouvrier de Saint-Boniface, il prend un vif intérêt à toutes les œuvres sociales et patriotiques. Entré comme simple employé à la Cusson Lumber Company, il en est devenu le propriétaire-gérant et dirige l’entreprise aidé de ses deux fils. C’est un homme d’affaires en vue de Saint-Boniface, dont les avis sont écoutés dans tous les milieux. Le gouvernement l’a choisi comme l’un des deux membres de la « Commission municipale et d’utilité publique », organisme provincial chargé de l’étude des budgets des municipalités et commissions scolaires en vue de projets extraordinaires impliquant certains problèmes financiers.

Raphaël Cazes — celui que tout le monde appelait le « Père Cazes » — vint des environs de Perpignan, en 1894, avec sa femme, quatre garçons et trois filles. Il était entrepreneur en bâtiments à l’Ille-sur-Têt et intendant chez les Carmélites de Vinça (Pyrénées-Orientales). Trois autres filles devaient naître au pays. Le Père Cazes prit homestead à Lewis, à 48 milles à l’est de Winnipeg, avec quelques compatriotes : Reynaud, Vincent, Rateau, Saraillon, Jules des Vignes. Fortement boisé, le lieu était peu accessible faute de chemin. Un Saraillon y est seul resté. L’entrepreneur continua son métier de constructeur tant qu’il put travailler. Mais il était aussi rebouteur, en vertu d’un « don », et jouissait comme tel d’une grande renommée. Il ne voulait accepter d’autre rétribution qu’une simple prière.

Les Cazes étaient des braves gens, accueillants et généreux, qui aidèrent beaucoup de jeunes Français. Quand le père mourut, à 85 ans, c’était depuis longtemps déjà un patriarche à la longue barbe blanche. Ainsi revit-il dans la mémoire de tous ceux qui le connurent. Sa femme décéda au même âge, quelque temps après lui. Tous leurs enfants sont demeurés au Manitoba. Une des filles, Louise, a épousé Georges Taburet ; Thérèse, mariée à Lévis Leclerc, de Saint-Adolphe, a laissé douze enfants ; Françoise est devenue Mme Raymond Reynaud.

Georges Taburet, né à Nantes et élevé dans le Morbihan, avait suivi des cours de jardinage à Angers. Arrivé à Winnipeg en 1904, après dix ans d’emploi dans les hôtels, il fit bravement la guerre avec cinq frères demeurés en France et fut l’un des Français du Canada qui rapportèrent le plus de décorations. Nous le retrouvons ensuite pendant dix-huit ans comme préposé à l’entretien de l’École Provencher.

Les Pinvidic étaient venus de Montauban (Ille-et-Vilaine) dans les dernières années du siècle précédent. Le vieux père, né à Plouescat (Finistère), est mort, avec sa femme, au Manitoba. Les Pinvidic riaient volontiers de leur nom bien breton qui veut dire « riche ». À défaut de fortune, ils se distinguaient par leur honnêteté et leur amabilité. L’un des fils, Alexis, avait épousé une Canadienne française, Clara Lachance, de Saint-Eustache. Les parents de la jeune fille étaient vivement opposés au mariage, ne cessant de lui dire : « Tu seras malheureuse… Les Français y battent leur femmes !… » Et ils interdirent à Alexis l’entrée de leur demeure. Dieu merci, il se trouva une âme compatissante pour faciliter les choses aux amoureux. Ce fut la supérieure française du couvent de Notre-Dame-des-Missions, qui leur permit de se rencontrer dans son parloir… Ils se marièrent et vécurent très heureux. Alexis Pinvidic est mort à Saint-Boniface. Deux de ses fils sont aux États-Unis et un troisième en Saskatchewan. Ses deux frères, Raphaël et Isidore, également d’humeur voyageuse, sont allés finir leurs jours le premier à Vancouver et le second en Saskatchewan.

La famille André, venue des Côtes-du-Nord, remonte aussi à l’époque héroïque d’avant 1900. En 1909, deux des fils, Jean-Baptiste et Mathurin, tenaient côte à côte, à l’angle des rues Langevin et de la Cathédrale, l’un boucherie et l’autre épicerie. François fut concierge de l’École Provencher et, plus tard, bedeau à la cathédrale. Les trois frères ont élevé des familles assez nombreuses. L’une des filles a épousé un Arnal, de Fannystelle.


Du Manitoba au Chili, aller et retour

Nous aurions pu inscrire en tête des pionniers de Saint-Boniface les noms de Modéré Bruneteau et de Jean-Marie Gourbil, mais ces pionniers tranchèrent un peu sur les autres. Né à Poitiers, Bruneteau était venu pour la première fois dès 1887, à l’âge de dix-neuf ans. Il retourna en France cinq ou six ans plus tard pour son service militaire. Entre temps, Jean-Marie Gourbil, de Conquereuil (Loire-Atlantique), arrivait au Manitoba en 1893. Après un stage à Saint-Boniface comme portier de l’archevêché et un autre à Lorette comme instituteur, il prenait assez vite la route du Chili. Bruneteau, qui venait de se marier, alla l’y rejoindre avec sa femme et sa sœur, que devait épouser Gourbil. Mais celui-ci resta seul en Amérique du Sud ; le reste de la famille opta définitivement pour le Manitoba. Elle vint s’établir à Sainte-Geneviève et devait vivre surtout à Saint-Boniface, où le père fut longtemps concierge à l’École Provencher et jouissait d’un solide renom de rebouteur. Ses trois fils, Jean, Modéré et Édouard, acquirent une certaine célébrité comme joueurs de hockey. Modéré Bruneteau, le père, mourut en 1939. À son second voyage, il avait amené ses parents, son beau-frère Louis Bouchet et sa femme née Virginie Bruneteau. Leur fille, Virginie, épousa l’ingénieur Mullon, tué à la guerre. Son frère, Louis, fut typographe au Soleil de l’Ouest, au Manitoba et à La Liberté. Pierre Frossais, dont la famille vint dans le même temps, est inspecteur des Caisses populaires du Manitoba.

Édouard Gourbil a eu une vie mouvementée. Né au Chili à la fin du siècle dernier, à cinq ans il quitte ce pays pour l’Ouest canadien. Un peu plus tard, avec sa mère et ses grands-parents, il passe quatre années en France. Ses études commencées à Saint-Boniface, il les poursuivra à Couhé-Verac (Vienne), pour les achever, à son retour, au premier endroit. Voici la guerre. Édouard, qui a dix-huit ans en 1915, veut s’engager dans l’armée française. Refus catégorique : on le juge trop frêle et trop jeune pour porter les armes. Le colonel d’un régiment canadien, devant qui il se présente, se moque de lui et le renvoie à la maison. C’est que l’aspirant-soldat mesure cinq pieds trois pouces et ne pèse que 98 livres !… Néanmoins, un lieutenant recruteur le conduit à un médecin militaire plus sympathique. Ce dernier l’accepte, à la condition qu’il fera beaucoup, beaucoup d’exercice, afin de grandir, de se développer et d’acquérir du poids. C’est à quoi il va s’appliquer consciencieusement. Affecté au célèbre 22e, Édouard Gourbil participe à tous les combats des deux dernières années de la guerre qui ont rendu fameux ce régiment canadien-français : Vimy, Passchendaele, Amiens, Arras, Cambrai, etc. Il séjourne en Allemagne avec l’armée d’occupation. À vingt-deux ans, de retour à Saint-Boniface, le petit volontaire de 1915 mesurait cinq pieds huit pouces et demi et pesait 165 livres. Il avait suivi à la lettre l’ordonnance du médecin… Et au cours de ces longs mois sous la mitraille, il n’avait connu qu’une légère blessure à l’épaule.

Depuis ce temps, Édouard Gourbil appartient à la brigade des pompiers de Saint-Boniface et s’est élevé au grade de sous-chef. Ses deux enfants suivent la tradition de l’esprit d’aventure du père et du grand-père. Carmen, devenue la femme du pilote instructeur alsacien Roger Zwickel, l’a suivi en Algérie et au Maroc. Ils habitent maintenant à Saint-Boniface. Félix a fait, à l’Université du Manitoba et à celle de Montréal, de brillantes études qui devaient le conduire au doctorat en philosophie, mais il les a interrompues pour répondre à l’appel du Grand Nord et entrer au service de l’État sur la ligne D.E.W. (réseau de défense par le radar).


Dans le monde de l’Église et de l’enseignement

Dans le monde ecclésiastique, un jeune prêtre de belle culture, éloquent et musicien, l’abbé Molurier, fut quelque temps vicaire à la cathédrale. Il mourut chez son frère, à Saint-Boniface. Les Molurier venaient d’Angoulême.

Un jeune commis libraire de Montréal, Henri Bernard, né à Chorges (Hautes-Alpes), attira l’attention sur lui, en 1903, par une brochure dénonçant la Ligue de l’Enseignement, de fondation récente, comme affiliée aux loges maçonniques de France. Pour raison de santé, il avait dû interrompre son noviciat chez les Jésuites. Mgr Langevin l’accueillit dans son diocèse, l’ordonna et lui confia la rédaction des Cloches. Cependant, toujours maladif, il séjourna le plus longtemps à Montréal. Devenu prélat domestique, Mgr Bernard revint définitivement à Saint-Boniface et y vécut ses dernières années. Héritier d’une certaine fortune, il se montra libéral pour les œuvres, aidant surtout séminaristes et collégiens dans leurs études. Décédé le 27 juin 1951, il fut inhumé à Powerview, sur la rivière Winnipeg, dans la chapelle de Notre-Dame-du-Laus, à l’érection de laquelle il avait contribué généreusement.

L’École Provencher — plus exactement l’Institut Collégial Provencher — jouit d’un haut renom au Manitoba. Depuis soixante ans elle est sous la direction des Frères Marianistes, qui commencèrent par enseigner à l’École Sainte-Marie de Winnipeg, de 1880 à 1917. Bien que l’établissement de Saint-Boniface relève d’une province américaine de la célèbre Société de Marie, fondée à Bordeaux en 1817, plusieurs religieux et laïcs de France ont fait partie de son personnel. On n’a pas perdu le souvenir du R. P. Jacq, qui y séjourna avant la deuxième Grande Guerre et pendant la première période des hostilités.

Pierre Chabalier, de la Lozère, a été pendant de nombreuses années instituteur à l’École Provencher. Il a fait la guerre de 1914-1918 et s’est marié en France. Homme au grand cœur et d’un dévouement à toute épreuve, Pierre Chabalier est estimé et aimé de tous. Longtemps président de l’Union Nationale Française et secrétaire de l’Association des Réservistes français, il s’intéresse également à toutes les œuvres charitables et patriotiques. Excellent organiste, depuis qu’il est à sa retraite, il remplace fréquemment le titulaire des orgues à la cathédrale.

Le professeur Albert Doyen, un méridional, Mlle Ballu, de Blain (Loire-Atlantique), et plus tard Clément Bazin, de Notre-Dame-de-Lourdes, ont fait partie du personnel de l’Université du Manitoba. Mmes Longville et Minvielle ont enseigné le français dans des high schools de Winnipeg. Cette dernière habite maintenant avec son fils, l’abbé Alphonse Minvielle, curé de Portage-la-Prairie, ancien aumônier militaire. L’aîné, Guy, est dans le commerce des ornements d’église à Saskatoon.

Mme Berthe Rolland de Denus, venue de la Gironde avec ses enfants vers 1904, et décédée pendant la dernière guerre à un âge très avancé, fut aussi, par ses leçons particulières et ses causeries, un apôtre de la culture française. L’une de ses filles, Yvette, épousa Marcel Boquin, Savoyard des environs de Chambéry, maître d’hôtel, ancien prisonnier de guerre. Elle tint longtemps à Winnipeg un magasin de lingerie fine et d’articles français. Une autre fille de Mme de Denus, Paule, mariée au financier Paul Madon, a suivi son mari en France. Le fils ainé Jacques, décédé, avait épousé Geneviève de la Barrière. Le cadet, Guy, est très connu comme maître d’hôtel au « Saint-Charles ».


L’aristocratie de l’immeuble et de la finance

Au sommet de l’échelle sociale, on distingue l’aristocratie de l’immeuble et de la finance, qui compte ses gros et ses moindres personnages. Honneur à ceux qui ont tenu le coup à travers toutes les crises ! Mais ils sont extrêmement clairsemés. L’infatigable M. de la Giclais est toujours sur la brèche ; M. Claude Buffet aussi. Prosper Gevaert, d’origine belge et né à Liévin (Pas-de-Calais), qui avait signé un jour un chèque de $360,000, vient de mourir à 80 ans. M. François Deniset, de Besançon, a bifurqué vers la représentation des vignobles français. Son fils ainé, François, a disparu dans la dernière guerre, au cours d’une mission en territoire ennemi. Louis, revenu sain et sauf, aujourd’hui avocat, a été quelque temps député fédéral de Saint-Boniface. Un autre fils, l’abbé Robert Deniset-Bernier, s’occupe d’œuvres diocésaines. Thérèse a épousé, à Lyon, le professeur Louis Souchon et tous deux ont résidé quelque temps à Saint-Boniface. Renée, ancienne institutrice de l’École Provencher, mariée aussi, habite l’Ontario.

Parmi les grands brasseurs d’affaires, au plus fort de la période de prospérité, quelques-uns n’étaient là qu’entre deux voyages au long cours, comme le baron Louis de Galembert, président de la Compagnie Foncière du Manitoba ; Joseph Madon, docteur en droit de la faculté d’Aix-Marseille, délégué officiel de la Franco-Canadian Investments Limited ; le comte de Saint-Phalle, associé à de gros banquiers américains. Un jour arriva du Mexique André Honnorat, futur sénateur des Basses-Pyrénées et futur ministre, qui devait occuper une belle place dans le monde financier et philanthropique. Il réunit des capitaux et fit construire le Paris Building, le premier du genre dans la capitale du Manitoba. Les actions restèrent entre les mains de la famille, qui garda la propriété du vaste immeuble jusqu’en 1954. Un autre financier en vue, Alcide Sébileau, de Saint-Jean-d’Angély (Charente — Maritime), venu au pays en 1907, prit l’habitude de passer six mois par année à Winnipeg pour y surveiller ses intérêts, jusqu’à sa mort en 1955.

Jules Grymonpré, qui fut le premier président de l’Union Nationale Française, était notaire et agent d’immeubles. À ces fonctions il joignit quelque temps celle de rédacteur adjoint au Manitoba. La famille venait du nord de la France. Deux des fils, Robert, dessinateur au Grand Tronc Pacifique, et Marcel, électricien, firent la guerre ; après quoi tous rentrèrent en France. Cependant le plus jeune des fils, Jean, revenu à Saint-Boniface avec sa femme qu’il avait épousée là-bas, a été longtemps greffier à la Cour de cette ville. Ils ont un fils, Richard, violoniste.

Encore dans le monde de l’immeuble, à la même époque d’avant-guerre, Henri de Rochebouet, violoncelliste à ses heures ; Henri Brunache, un philanthrope qui tient un bureau de placement gratuit pour ses compatriotes ; Fernand de Grammont, de l’Arriège, qui, après avoir été plusieurs années à l’emploi de M. de la Giclais, a ouvert son propre bureau ; Charles Bacucz, qui fait du journalisme à ses temps de loisirs ; René Deschandon et quelques autres. Le Bordelais de Lioncourt, ancien officier de dragons, est dans l’assurance.

Antoine Griveau, venu de Lyon en 1904, fut secrétaire de la Winnipeg Trustee et de la Compagnie Foncière du Manitoba depuis 1910 jusqu’à sa mort, après la seconde Grande Guerre. Son frère cadet Louis, arrivé seul à l’âge de 17 ans, l’avait devancé au Canada. Les parents, beaux types de Français honnêtes et travailleurs, vinrent ensuite. Louis fut tué au front, mais Antoine revint indemne de la campagne des Balkans. Mme Léon Griveau, ancienne couturière à Lyon, avait le goût des belles choses. Elle possédait une magnifique collection d’objets anciens et de vieux originaux. On pouvait admirer chez elle une esquisse à l’aquarelle de Nicolas Poussin qu’elle avait achetée à Lyon. De vieilles estampes, gravures, lithographies, pêle-mêle dans une « maie » dauphinoise authentique. Aux murs, des faïences, des porcelaines, des plats d’étain. C’était un enchantement de voir tout cela et de contempler ces beaux meubles sortis des mains d’artisans de province, en France, il y avait bien longtemps… Antoine Griveau épousa Hélène Magne, fille de parents français établis à Notre-Dame-de-Lourdes. Pendant la dernière guerre, elle fut secrétaire de l’Œuvre de secours à la France. Un autre Lyonnais, camarade des jeunes Griveau, Louis Perroud, mourut d’un accident de travail en tombant du toit d’un wagon. Il était ébéniste pour le Pacifique Canadien.

À la même compagnie de chemin de fer, le capitaine Frédéric Gauthier, agent consulaire de France, occupe une haute position administrative, après avoir été secrétaire du lieutenant-gouverneur Letellier de Saint-Just dont il a épousé la fille, à Québec. Il est décédé en 1919, à l’âge de 65 ans. Joseph-Gaston Legrand, né à Sampins (Marne), est ingénieur des ponts à la même compagnie. Après la mort de sa femme, sa fille est entrée chez les Filles de la Croix-de-Saint-André. Un autre ingénieur, Gabriel Mullon, qui a épousé Virginie Bouchet, est au service de la ville de Saint-Boniface. Officier d’infanterie, il sera tué à Salonique en 1916. L’ancien instituteur Henri de Moissac, de Saint Norbert, sera secrétaire-trésorier de la municipalité de Saint-Boniface. E.-A. Poulain, des îles Saint-Pierre et Miquelon, lui succédera, après avoir occupé la même position dans la banlieue, à Saint-Vital.

Les établissements d’abattoirs et de salaisons Burns eurent quelque temps pour gérant Philippe de la Giroday, dont la famille habite maintenant Vancouver.

La fabrication du macaroni a été implantée à Saint-Boniface par Henri Constant, de Marseille, qui avait fait ses débuts à Montréal. Le père et les enfants sont toujours sur les lieux. Les Marius, de Nice, sont aussi depuis longtemps dans les pâtes alimentaires.


Cuisiniers et restaurateurs

Les cuisiniers et restaurateurs français ont été pendant quelque temps très en évidence à Winnipeg. Hélas ! la guerre de 1914 leur a porté un coup fatal. Pour l’ouverture de l’Hôtel Fort-Garry, des Chemins de fer nationaux, on avait fait venir le chef d’un des plus célèbres restaurants parisiens. Au Royal-Alexandra, du Pacifique Canadien il y avait Yves Le Goff, du Vieux-Marché (Côtes-du-Nord). Sa femme était Louise Posny, de Broons (Ille-et-Vilaine). Leurs trois enfants naquirent à Saint-Boniface et le fils unique, Raymond, fut tué sur le champ de bataille en 1940. Après le retour d’Yves Le Goff du front, en 1918, la famille était allée s’établir à Montréal et, peu avant la dernière guerre, à Trigostel (Côtes-du-Nord). Dans les cuisines de la Compagnie de la Baie d’Hudson trônait Castella, dont la femme, née Civel, était Nantaise. Pour tous les Français, Castella était « le Chef » tout court. Depuis sa mort, la famille habite la Californie, à l’exception de l’une des filles, Mme Sainte-Marie, demeurée à Winnipeg. Le Corse Mariaggy tenait aussi, rue McDermot, un restaurant fameux. Le maître d’hôtel, Lucien Beaubien, en prêtant une oreille attentive aux conversations des clients versés dans la politique, préparait patiemment sa longue carrière de député et de sénateur. Un chef très sympathique, longtemps employé au Fort-Garry, fut Louis Guillaume, de Ruffiac (Morbihan), décédé à Saint-Vital en 1956. Sa femme était née Marie Dréneau.

On mangeait très bien chez Maxime, rue Garry, tout près de l’avenue du Portage. Maxime venait de Savoie, après un stage à New-York. L’établissement, bien que très achalandé, disparut au bout de deux ou trois ans. Son propriétaire retourna tenter de nouveau sa chance à New-York et réussit cette fois. L’atmosphère chez Maxime avait un cachet tout particulier. Entre autres singularités, les propos plus que vifs entre le patron et son chef, à travers le guichet où passaient les plats, faisaient les délices des clients.

Les Mesnage, de Saint-Méen (Ille-et-Vilaine), qui avaient tenu maison de pension à Saint-Boniface, eurent plus tard à Winnipeg, rue Lombard, en face du Grain Exchange, un restaurant qui attirait les Français de la ville et de la campagne. On pouvait y voir presque tous les jours, à l’heure du déjeuner, Arthur Boutal et Fernand Loiseau, d’Angoulême, Louis Bochard, de Roanne, Auguste Coucheron, du Havre, et plusieurs autres. Le plus assidu était un nègre français, Paul Avril, dont la boutique de coiffeur se trouvait dans l’immeuble du Grain Exchange. Il avait l’air extrêmement distingué et parlait un langage admirable. La fille aînée, Valentine, aidée de sa mère, dirigeait l’entreprise avec beaucoup de doigté et de savoir-faire. D’un physique agréable et très accueillante, elle comptait de nombreux soupirants entre lesquels elle évoluait avec une adresse consommée. La clientèle était surtout ouvrière. Au pied de la rue Lombard, près de la rivière Rouge, il y avait l’usine Kemp, où l’on manufacturait boîtes de conserve, arrosoirs et autres ustensiles en fer-blanc. On y employait un bon nombre de Français, clients habituels de Valentine, qu’y avait fait entrer Félix Achet. Lors de la construction du pont du C.N.R., les hommes qui y travaillaient se joignirent à eux. Beaucoup de gars de Montréal, assez bruyants. Les soirs de paie, le piano mécanique faisait recette.

Un fils Mesnage, Alexandre, cultivait une ferme à Woodridge, avec la plus jeune sœur, Rosalie. Il est tombé sur le champ de bataille en France. Un autre, qui était prêtre, est mort prématurément dans la même paroisse manitobaine. Valentine et Rosalie, après un stage au pays natal entre les deux guerres, se sont mariées et habitent la Californie. Le restaurant de la rue Lombard a fait place à un garage moderne. Félix Achet, venu de Paris, et sa femme, des environs de Vannes, demeurent toujours à Saint-Boniface. Leur fils unique, Maurice, est comptable à la Cusson Lumber Co.

Tout à côté du restaurant Mesnage, à l’Hôtel du Canada géré par « Ben » Besnard, fréquentait une clientèle un peu différente. Il s’y tenait régulièrement de petits dîners fins dont les habitués disaient merveille. C’était l’un des jeunes actionnaires du fameux établissement de conserves de l’Isle-de-Chênes qui invitait un groupe fermé à déguster ses échantillons pour fins publicitaires. Dans ce cercle de gourmets, les produits de choix Dufour et Hamel étaient mieux appréciés que chez les acheteurs anglo-saxons, plutôt récalcitrants.

Un autre Français, Chalas, qui avait débuté, lui aussi, par une maison de pension à Saint-Boniface, acheta un restaurant — pas de premier ordre — près de l’Hôtel de Ville de Winnipeg. Il avait confectionné une enseigne « électrique » avec de la toile tendue sur deux cadres entre lesquels brûlait… une lampe à pétrole. Un beau soir, toute l’installation se mit à flamber. Grande émotion à l’intérieur, vite muée en joyeux éclats de rire des clients. Chalas en fut quitte pour une amende et un peu de débris ici et là.

J.-H. Gauthier, ancien chef cuisinier du « Kensington », tint pendant un quart de siècle, au cœur de Winnipeg, un restaurant qui fut le rendez-vous des Français des deux villes et de la province. Aujourd’hui, il possède un hôtel dans la paisible bourgade de La Broquerie.


Autres Français de Winnipeg

Deux ébénistes de Nantes, Civel et Rétaut, arrivèrent à Winnipeg au début du siècle. En 1912, ils avaient leur atelier à l’endroit où se trouve aujourd’hui le Théâtre Capitol, sur la rue Donald. Tous deux étaient de fins travailleurs. Après 1918, Civel se dirigea vers la Californie. Rétaut, qui avait fait la guerre, alla l’y rejoindre peu après son retour à Winnipeg. Ils passèrent de la fabrication des meubles à la culture des fruits.

Pierre Simonot, confiseur parisien, associé de Bond et Ronald, a eu pendant des années son propre magasin. Il a mis à la mode les chocolats à l’eau-de-vie et aux liqueurs. Mais les pralines, marrons glacés, dragées et autres douceurs du même genre ont eu beaucoup moins de succès. « Que voulez-vous, disait-il, les gens d’ici ont été élevés au marsh-mallow… »

Les Germain père et fils, des Vendéens, après un essai de culture en Saskatchewan, furent les premiers à faire et à distribuer du vrai pain français dans la capitale manitobaine. Octave, l’un des acteurs d’« Arsène Lupin », épousa Mlle Billard, morte jeune à Saint-Boniface. Auguste est décédé en 1953.

Mme Barrelié de Combrai, venue de Mâcon et établie à Winnipeg depuis 1904, y a fait le plus grand honneur à la haute couture française. Elle a été secondée par Mme Glénat, de Lyon.

Jules-Jérémie Collon, président de la Commission scolaire du Sacré-Cœur de Winnipeg, décédé en 1923, a laissé le souvenir d’un homme très honorable et de haute distinction. Né au Mexique de parents français, il alla étudier à la Nouvelle-Orléans et en France. En sa qualité d’exportateur, il fit de nombreux voyages à l’intérieur du Mexique et quinze fois la traversée entre New-York et le Havre. Retiré des affaires, il vécut près de trente ans à Paris avant d’émigrer avec sa famille à Winnipeg. Mme Collon, cultivée et spirituelle, survécut très longtemps à son mari et mourut presque centenaire. Leur fils Jules épousa une nièce du musicien Léo Delibes. Leur fille s’allia à René Chauvière, qui fut le premier secrétaire de l’Alliance française du Manitoba. La fille aînée des Chauvière est devenue la femme du Dr Etsell et a été mêlée activement, avec sa mère, à toutes les organisations françaises. L’autre, Liliane, épousa en première noces Pierre de Saint-Denis de Saint-Évremond, mort prématurément.

Les familles Georges Fourès et Alexis Jacquet sont aussi parmi les plus anciennes de langue française établies dans la capitale manitobaine. Paul Sala, de la Sarthe, était dans le commerce des vins et liqueurs, avant l’époque lointaine de la prohibition. François de Siéyès est toujours dans le négoce du charbon. Les deux frères René et Robert Déprés, de Reims, venus peu avant la guerre de 1914, sont depuis ce temps au service de l’Hôtel Royal-Alexandra.


Revenons à Saint-Boniface

Revenons à Saint-Boniface. Adolphe Guyot, qui fut l’un des colons de Fannystelle, a vécu surtout à Saint-Boniface. L’un des fils, Gilles, est le meilleur acteur comique du Cercle Molière. Monique et Benoît font également partie de la troupe. L’ainée, Léonie, est institutrice à l’École Provencher et membre du comité exécutif de l’Association d’Éducation. Un neveu, le Dr Henri Guyot, jouit d’une belle réputation comme médecin.

La famille Billard tenait, à Lyon, un commerce de boucherie-charcuterie. La mère, une femme de tête, vint s’établir à Saint-Boniface avec son fils et sa fille. Mme Billard et Charles repassèrent au pays natal après la guerre. Ce dernier revint à Montréal où il tint jusqu’en 1955, date de sa mort, une agence de tissus, laines et dentelles de France.

Simon Blanc, boucher de Lyon, venu en 1904, tint d’abord une maison de pension à Saint-Boniface. Sa femme et lui avaient grand cœur. Ils hébergèrent beaucoup de jeunes compatriotes sans travail. Blanc reprit son ancien métier. Leur fils Georges a épousé Gabrielle Garnié ; leur fille Jeanne est devenue Mme Auger.

Charles Vampoulle était des environs de Cambrai (Nord) et sa femme, de Bordeaux. Dans son minuscule magasin de la rue Langevin, plein à craquer d’objets religieux et d’ornements d’église, il fit des affaires d’or. Partis tous deux en 1914, ils ne sont pas revenus. Émile Létienne, de Lyon, se lança plus tard dans le même commerce. Il fut longtemps président de l’Union Nationale Française. Le plus jeune de ses fils, Claude, a pris la suite des affaires. Les trois autres sont médecins : Gérard à Winnipeg, René à Montréal et Louis à Trois-Rivières.


Une profusion de Lyonnais

Que de Lyonnais parmi ces Français établis à Saint-Boniface ! Et ce n’est pas tout. Georges Chavannes trahit aussi son origine. Ardent patriote et toujours prêt à donner de sa personne, il a été mêlé à tous les mouvements d’intérêt public.

M. et Mme Lafond, charcutiers réputés venus aussi de Lyon, eurent une grosse clientèle et réussirent à souhait. Après fortune faite, ils retournèrent vivre dans leur pays natal. Encore des charcutiers, mais du Nord ceux-là : les Delmarque. Un des fils, Gabriel, fait toujours des pâtés et du boudin. Constant est un fourreur bien connu. Un autre Delmarque, Christophe, cousin des précédents, est aussi dans le commerce de la viande à Saint-Boniface et à Winnipeg.

Les trois frères Marchand, du Loroux-Bottereau (Loire-Atlantique), tous disparus, ont laissé un excellent souvenir. Georges, mécanicien, travailla longtemps aux carrières de Tyndall. Sa femme, Joséphine, était originaire de Saint-Joachim (Loire-Atlantique). L’ainée des filles, Raymonde, est l’une des meilleures actrices du Cercle Molière. Sa sœur Germaine a épousé Jean Valmont, de Gérardner (Vosges), orphelin de guerre, pupille de la nation, chef cuisinier au Manitoba Club ; ils ont trois enfants. Georges est cuisinier à Détroit et père de deux enfants. Édouard et Auguste Marchand étaient des plâtriers experts dans leur métier. Édouard fut l’un des premiers Français du Manitoba à tomber au champ d’honneur. Il avait deux filles, actuellement en France avec leur mère. Ces deux frères Marchand étaient alliés par mariage aux deux frères Rialland, d’Issé (Loire-Atlantique). L’un, Adrien, vit maintenant avec sa femme dans la province de Québec et leur fille, Yvonne, a épousé un journaliste canadien-français, Julien Morissette. L’autre, Joseph, est mort il y a quelques années à Winnipeg. Un cousin des Rialland, Marcel Fraslin, publia quelque temps, avant la première guerre, Le Canadien Français, organe de la Société de Colonisation.

Félix Belot et sa femme, deux orphelins de l’Assistance publique, avant d’occuper leur belle ferme laitière aux portes de la ville, connurent une existence moins confortable dans la Saskatchewan. Le passage de ces Lyonnais au Manitoba fut en quelque sorte le fait de l’armée française. Le colonel du régiment, dont il était l’ordonnance, glissa un jour à l’oreille de Belot que sa vraie place dans le civil serait sur une ferme de l’Ouest canadien. Prit-il ce conseil pour un ordre ? En tout cas, il ne regretta jamais de l’avoir suivi. L’entreprise édifiée par le père et la mère continue de prospérer entre les mains des enfants.

En juin 1910, le Vendéen Camille Teillet épousait Sarah Riel, petite-nièce de Louis Riel. Il épousa en même temps la cause des Métis, dont il est devenu l’un des chefs les plus ardents. Plusieurs de ses fils et gendres ont fait la dernière guerre dans l’armée canadienne. Roger Teillet est député provincial de Saint-Boniface.

Soulignons ici en passant que sur les cinq représentants de langue française qui siègent à l’Assemblée législative du Manitoba, on compte trois fils de Français nés au pays. Les deux autres sont Gildas Molgat (Sainte-Rose) et Marcel Boulic (Cypress). Celui-ci détient dans le cabinet le portefeuille du Secrétariat provincial.


Le chapitre des jardiniers

Il y aurait tout un chapitre à consacrer aux jardiniers français de Saint-Boniface.

Deux beaux types d’entre eux, très populaires, furent Eugène et Adrien Sourisseau. Venus de l’île de Ré (Charente-Maritime) vers 1907, tous deux, au bout d’un an, retournèrent chercher femme au pays natal, puis s’installèrent avec leurs épouses côte à côte, rue de la Seine, pour se livrer à la culture maraîchère. Eugène était le plus énergique et aussi le plus fort en gueule. Adrien, plus calme, appelait son frère « l’orateur ». Les légumes d’Eugène étaient toujours en avance sur ceux d’Adrien, ce qui n’empêchait pas ces derniers d’être splendides. Rien de plus désopilant que d’entendre les deux frères s’interpeller d’un jardin à l’autre. On les aurait crus pris d’une violente colère et sur le point de se casser la figure ; mais il n’en était rien : c’était le ton habituel de leur conversation. Un des fils d’Eugène, qui porte le même prénom, est commandant d’aviation. Un autre, Georges, est ingénieur forestier en Colombie-Britannique. L’ainé est pâtissier dans un hôtel. Des deux couples Sourisseau, Mme Adrien est la seule qui survit, mais les deux familles habitent toujours rue de la Seine, dans les maisons bâties il y a cinquante ans.

Un autre jardinier fameux fut Frédéric Restiaux, cet enfant de Suresnes (Seine) qui conserva toute sa vie l’empreinte de son faubourg. Il avait été garçon d’écurie (lad) aux champs de courses de la région parisienne et garçon caviste à la « Belle Cycliste », avant d’émigrer à Notre-Dame-de-Lourdes vers 1904. Entre les deux guerres mondiales, Frédéric — c’est ainsi qu’on l’appelait — devint le Crainquebille saint-bonifacien. Même accent, même bagout que le protagoniste de la pièce célèbre d’Anatole France. Il faisait ses tournées journalières avec sa voiture et sa jument Katie, bête douce et résignée, mais dont la patience était quelquefois à bout lorsque le patron s’attardait dans les tavernes ou chez certains clients. En hiver, l’odeur de la « conduite intérieure », chauffée au pétrole, affectait le goût des fruits et des légumes, ce dont les acheteurs se plaignaient un peu. À cause de son physique et de son accent, Frédéric avait été choisi pour jouer le rôle d’un geôlier révolutionnaire dans une des pièces du Cercle Molière. Son succès fut étourdissant.

« Johnny » Bochard, né au Coteau, près de Roanne (Loire), était veuf lorsqu’il arriva en 1904 avec ses enfants. Son fils Louis épousa une demoiselle Aurieux, Française dont la famille s’était fixée à Thibaultville. Charles Pénelet — le « Père Charles », comme tout le monde l’appelait — beau-frère de Johnny Bochard, était venu en même temps que lui. Sa fille Anna devint la femme de Joseph Le Gouarguer. Il y eut aussi le jardinier-fleuriste E. Couchot, au service de la ville.

Ces types d’une époque révolue en évoquent un autre d’une période plus récente. Entre les deux guerres, tous connurent Jean Laurent. Cet ex-maire d’une petite ville du Rhône, que les vicissitudes de la vie avaient rendu philosophe, s’estimait le plus heureux des hommes dans l’exercice de ses fonctions de cantonnier. À ses heures de loisirs, il rédigeait quelques articles pour La Liberté. Dans la belle saison, sa maisonnette disparaissait sous des monceaux de fleurs. Il mourut accidentellement à son travail, heurté fatalement par une auto.

Si vous vous présentez à l’archevêché de Saint-Boniface, vous y serez peut-être reçu par un septuagénaire au port droit et aux manières réservées, l’un des deux concierges. M. François Mahé, de Theix (Morbihan), dans l’Ouest depuis un demi-siècle, se range aussi dans la classe des jardiniers. Il fut au nombre des pionniers de Wauchope, en Saskatchewan, et y séjourna assez longtemps. Plusieurs années consécutives de récoltes manquées l’orientèrent vers la culture maraîchère. C’est afin de la pratiquer dans des conditions plus avantageuses qu’il vint s’établir à Tête-Ouverte (Sainte-Anne-des-Chênes), d’où trois jours par semaine les légumes étaient transportés à Winnipeg. François Mahé a dix enfants dont neuf résident à Saint-Boniface.


Quelques types légendaires

Un type vraiment exceptionnel : Daniel Mourguiard. Né à Bordeaux, il avait battu le pavé de Paris. Sa femme était de l’Ille-et-Vilaine. À Saint-Boniface, il fit un peu de tout : charcutier, peintre, veilleur de nuit au Central Hotel, avant de finir dans l’emploi officiel de facteur durant la guerre. C’était un chansonnier de génie, qui connut comme tel un succès extraordinaire. Les principaux événements locaux et quelques personnalités en vue lui fournissaient matière à des couplets bien chantants, où s’entremêlaient les termes anglais, le pur canadien et l’argot parisien. Très épris de musique, il possédait une superbe collection de disques qu’il céda à des amis, lors de son départ pour la Californie.

Une figure demeurée légendaire chez les anciens est celle du pittoresque Henri Cherrias de Monieux, originaire de Gap (Hautes-Alpes). C’était un ex-zouave fortement marqué par un long séjour dans les bataillons d’Afrique. Bien que recevant de sa famille une pension pouvant suffire à ses besoins, il gîta temporairement dans une sorte de cabane-terrier face à l’hôtel Mondor, près d’un dépotoir, préférant garder tout son argent liquide pour les nécessités du boire et du manger. Cherrias faisait la joie des gamins de Saint-Boniface qui emboîtaient le pas derrière lui lorsque, au retour d’une bombe à Winnipeg, il débouchait du pont Provencher en hurlant : « En avant la colonne !… » Après huit années de cette vie peu édifiante, l’ex-zouave allait prendre congé d’une façon fort civile, en priant ses créanciers, par la voie des journaux, de lui envoyer leurs comptes « dûment libellés », quand il mourut subitement.

Tous les zouaves venus dans l’Ouest ne furent pas du type Cherrias. En voici un autre dont son arme et son pays n’ont pas à rougir. Alexandre Moreau, né à Angers, rêvait de vie coloniale. Après avoir fait son service militaire au 1er Zouaves d’Alger, et en être sorti sergent, il prit une concession en Afrique du Nord, mais les fièvres le ramenèrent en France. Le Canada était à l’ordre du jour : il se rendit en Saskatchewan, où il passa un an à travailler sur la ferme et dans le bois. Revenu à Montréal, attiré par les rapports de camarades trop optimistes, il n’a pas à s’en féliciter, jusqu’au moment où quelqu’un découvre que ce Français possède un baccalauréat ès lettres de la Faculté de Rennes. La métropole manque justement d’instituteurs. Il obtient son brevet, enseigne comme adjoint, puis comme directeur d’école et épouse une Canadienne française. La guerre vient interrompre sa carrière. Réformé en 1917, il choisit de retourner dans l’Ouest ; mais l’enseignement lui demeure fermé, faute d’une connaissance suffisante de l’anglais. Il finira par décrocher une position modeste, mais permanente, dans l’élevage des poulets à la Trappe de Saint-Norbert. L’ex-sergent du 1er Zouaves Moreau, aujourd’hui octogénaire, travaillerait encore — il a gardé toute sa vigueur — si on ne lui avait imposé la retraite il y a une dizaine d’années. L’un de ses fils, qui a fait la dernière guerre comme aviateur, est chirurgien-dentiste à Victoria ; l’ainé est contremaître dans une grosse entreprise de construction à Winnipeg.


La part des Angoumois

Il convient de souligner la part détenue par Angoulême dans les émigrants français dont bénéficia Saint-Boniface. Nous en avons déjà mentionné plusieurs. Auguste et Adrien Guay, venus avec leurs parents en 1904, étaient aussi de cette région. Ils épousèrent deux Canadiennes françaises. L’aîné, Auguste, après avoir été bedeau à la cathédrale, alla se fixer à Montréal. Adrien prit sa place et mourut relativement jeune, laissant une famille assez nombreuse. Plusieurs se souviennent du petit restaurant que tint sa veuve vis-à-vis de l’hôpital, dans le local naguère occupé par la librairie Fides.

Le Parisien Gabriel Beaudoin avait épousé Georgette Trémit, d’Angoulême. Son frère Georges et elle, avec le Dr Autenac, de la même ville, avaient séjourné quelque temps à Red Deer (Alberta), avant de venir se fixer à Saint-Boniface. Charles Levêque, de Nantes, et René Ordronneau étaient des beaux-frères de Gabriel Beaudoin. Les parents Beaudoin vinrent visiter leurs enfants un peu avant la guerre de 1914. Leur plus jeune fille, Jeanne, qui les accompagnait, se maria avec R.-J. Bergevin, frère d’Hector. Ils vivent actuellement en Californie.

Un autre Angoumois, Maurice Dumousseau, imprimeur, aujourd’hui disparu. Chef d’atelier à la West-Canada, où le personnel était en majorité allemand, aux premiers jours de la guerre il eut une violente discussion avec l’un de ses hommes. Au moment où ils allaient en venir aux mains, le Charentais saisit nerveusement son antagoniste à bras-le-corps et alla le déposer sur le trottoir. Pas un compatriote de l’expulsé n’osa intervenir. Ce fut la fin de l’incident. Peu après, Dumousseau partait pour le vrai champ de bataille, où cinq frères l’avaient précédé.


Et d’autres venus d’un peu partout

Trois frères Ordronneau, originaires de Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), sont venus dans l’Ouest. Émile, arrivé en 1903, se fixa en Saskatchewan et mourut accidentellement sur son homestead, au Lac-Pelletier. René demeura à Saint-Boniface de 1906 à 1923, date de son départ pour la Californie. Plâtrier spécialisé dans le finissage, on lui doit, entre autres travaux, toutes les décorations à la cathédrale de Saint-Boniface, ainsi qu’au bureau de poste et au Palais législatif de Winnipeg. Il mourut à Los Angeles en 1942, laissant, outre sa femme, trois fils bien établis et plusieurs petits-enfants. Mme René Ordronneau, née Marie-Pauline Beaudoin, est toujours très active à 80 ans passés. Le dernier des trois frères, Alexis, resta en France après la première Grande Guerre.

Pierre Fontaine, entrepreneur électricien, se range parmi les anciens, puisqu’on le trouve, dès avant 1914, associé avec Marcel Grymonpré. On ne s’en douterait guère, à son air dégagé et à son pas demeuré typiquement militaire.

François Simon, de Saint-Pol-de-Léon (Finistère), travailla pendant des années pour la ville comme contremaître et plus tard comme concierge à l’Hôtel de ville. Il avait épousé Pauline Mercier, de Plouzévédé (Finistère). Leurs six filles, toutes mariées, ont eu de nombreux enfants.

Parmi les anciens qui ont séjourné un demi-siècle ou plus au Manitoba, il ne faudrait pas oublier Émile-Auguste Heyser, de Blois. Venu avec son ancien précepteur, l’abbé Auguste Janichewski, il ne crut pas devoir suivre le fondateur de Toutes-Aides quand celui-ci décida de rentrer en France. Depuis 1908, sauf pendant neuf ans passés à Saint-Laurent comme administrateur municipal, M. Heyser a constamment vécu, avec sa famille, à Winnipeg ou à Saint-Boniface.

Pierre Gerbault et sa femme, de Saint-Étienne, sont morts à Saint-Boniface, après y avoir vécu quarante ans. Séverin Frainaud, un vétéran de 1870, n’ayant pu s’acclimater, retourna en France avec sa femme et son fils.

Arsène Soullier, de la Haute-Loire, appartient aussi à la grande période des premières années du siècle, mais sa fille Blanche nous rappelle les heures tragiques de la deuxième Grande Guerre. Les terribles bombardements de Londres n’ébranlèrent pas la calme sérénité de cette brave infirmière de la Croix-Rouge. Mariée en terre allemande et devenue veuve aussitôt, dans la dernière phase des hostilités, elle poursuit son rôle de garde-malade aux États-Unis.

Maurice Gydé, de Roubaix (Nord), après sept années consécutives dans les chasseurs à cheval (service militaire et guerre de 14), avait peut-être cru que ce serait un jeu pour lui de se livrer au transport du poisson dans la région de Camperville ; mais il renonça bientôt à ce dur métier pour revenir à l’industrie de la chaussure à Saint-Boniface. Son fils, le Dr Maurice Gydé, pratique avec succès la médecine à Saint-Pierre.

Inscrivons encore deux autres Lyonnais, Adolphe et Marius Maire ; les deux beaux-frères Francis Thomas et Le Nabat, originaires de Lorient ; Neyron de Méons, des environs de Saint-Étienne ; J.-B. Cazac, de Nantes ; Paul Pothier, d’Amplepuis (Rhône), et Victor Masson, du Morbihan.

Les trois frères Raymond, Christian et Éric Martel, des Parisiens, étaient membres de la Société Jeanne d’Arc. Raymond, dessinateur, travaillait pour l’architecte Sénécal. Il fut tué au front en 1915. Ses deux frères étaient partis avec lui. Leur ami Alfred Commune, employé de banque, eut le même sort que Raymond Martel. La famille Commune venait de Saint-Gilles, près d’Arles (Bouches-du Rhône). Lorsque le Cercle Molière monta l’Artésienne, c’est Pierre Commune, le père, qui enseigna aux acteurs et actrices à danser la farandole. Il finit ses jours à Prince-Albert, chez sa fille, Mme Norbert Jutras. Sa femme mourut plus tôt à Saint-Boniface.


Le premier constructeur d’un avion dans l’Ouest

Eugène, Alfred et Albert Contant, venus avec leurs parents en 1906, tenaient un garage à Norwood, banlieue de Saint-Boniface. Les deux premiers firent la guerre. Eugène y mourut de la grippe espagnole ; Alfred servit dans l’aviation. Le plus jeune, Albert, avait obtenu en France son brevet de pilote-aviateur de la Fédération aéronautique internationale. Ce très habile mécanicien construisit le premier avion peut-être du Canada, et certainement de l’Ouest. Albert Contant exécuta au moins deux envolées sur le vaste terrain de la ferme Youville, alors assez éloignée de la ville, où il avait construit un hangar. Une des roues du train d’atterrissage se serait accrochée à un poteau de clôture, ce qui fit culbuter l’avion et l’endommagea passablement. L’aviateur fut blessé dans cet accident, ce qui aurait été, paraît-il, l’une des causes de sa fin prématurée. Contant utilisa d’abord un moteur de sa propre fabrication, avant de s’en procurer un autre plus rapide, de marque américaine. Le premier a trouvé place au musée de la Faculté du Génie, à l’Université du Manitoba.

Albert Contant décéda à Saint-Boniface, en mars 1918, quatre mois après son frère aîné. Le seul survivant, Alfred, prit avec ses parents la route de Montréal.

Parmi les nombreuses autres victimes de la première guerre n’oublions pas Louis de Longevialle, de l’Isère, que revendique aussi High-View (Dumas). Il appartenait à une famille de dix frères, dont cinq furent tués au front. Cinq Démians — autres Lyonnais — furent aussi en même temps sous les drapeaux. Sur les deux qui se trouvaient dans l’Ouest, Xavier, de Saint-Boniface, se remit de ses blessures, mais Denis, de High-View, succomba aux siennes.

Et parmi ceux qui revinrent sains et saufs dans leurs foyers, rappelons ce Jacques des Moutis, maréchal des logis. Père de six enfants vivants demeurés à Saint-Boniface avec leur mère, il avait droit à être versé dans les services de l’arrière, mais insista pour combattre sur le front, avec deux frères officiers.


N’oublions pas les Belges

Comme sa grande sœur Winnipeg, la ville de Saint-Boniface, sans abandonner sa physionomie originale, prend de plus en plus un certain air cosmopolite. Mais dans la large famille qui embrasse Canadiens et Français d’outremer de tous pays — y compris la Belgique, la Suisse, les îles anglo-normandes, les îles Saint-Pierre-et-Miquelon — le langage et le mode de vie ne trahissent guère que des nuances faiblement perceptibles.

Le lecteur qui a vu défiler une longue liste de morts et de vivants, anciens ou actuels habitants de Saint-Boniface, tous issus du vieux continent, ne doit pas perdre de vue le rôle et l’importance des autres groupes affiliés. Il serait injuste de ne pas souligner la belle place occupée par les Belges, qui doivent leur succès à des qualités bien connues de travail et de méthode. Wallons et Flamands gardent un admirable esprit de corps : ils ont leur quartier, leur église, leur club, leur fanfare, leur monument aux morts de la guerre. Mais ils ne vivent pas pour cela isolés de la masse de leurs concitoyens d’autres origines. La preuve, c’est que depuis plusieurs années, Saint-Boniface a pour maire M. J.-G. Belleghem, un fils de Belge, né et ayant reçu son éducation dans la ville qu’il administre à la satisfaction de tous.


Un coup grave porté à la colonie

C’est pendant la première Grande Guerre que, sur l’initiative des professeurs W.-F. Osborne et Charles Muller, fut créée l’Alliance française de Winnipeg. A.-H. de Trémaudan fonda aussi le club « Le Manitoba », auquel il sut donner une vigoureuse impulsion, au moyen de causeries et de réunions patriotiques.

La fin du terrible conflit permit de mesurer à quel point il avait brisé en plein essor le magnifique élan de la colonie française de Saint-Boniface et de Winnipeg. Dans la longue liste de noms qui précède — et elle est incomplète — que de jeunes gens et d’hommes fauchés dans la force de l’âge ! Avec les morts et les grands blessés, ne sont pas revenus ceux qui n’avaient pas encore réussi à s’adapter et que ne rattachait au pays aucun lien de famille. La principale colonie française du Manitoba a perdu le gros de ses éléments de jeunesse, d’enthousiasme et de fantaisie à quoi elle devait une bonne part de sa note pittoresque. Et l’époque active de l’immigration est virtuellement terminée : les vides creusés par cette affreuse guerre ne seront jamais comblés. Saint-Boniface ne sera plus tout à fait ce qu’il a été et ce qu’il aurait pu être, sans cette catastrophe qui, non contente d’anéantir tant de vies pleines de promesses, rendait impossibles combien de foyers nouveaux sur lesquels on était en droit de compter ! En revanche, ceux qui reviennent se sentent plus français et en même temps plus canadiens, après s’être battus pour leurs deux patries. Pendant ces dures épreuves supportées en commun, la fusion entre les deux branches de la grande famille française semble avoir brûlé les étapes et la collaboration sera plus intime que jamais dans tous les domaines.


Un rescapé de la tourmente : le « boy doré » du Palais législatif de Winnipeg

Un dernier écho d’après guerre. Le nouveau Palais législatif de Winnipeg, à la structure imposante, ouvrit ses portes, et l’on put y admirer, montant la garde au pied de l’escalier principal, deux énormes bisons de bronze grandeur naturelle, symboles du Manitoba, œuvre du sculpteur français Georges Gardet. Sur la pointe du dôme de l’édifice se tenait en équilibre le fameux « boy doré », personnifiant l’éternelle Jeunesse, l’Esprit d’entreprise. Face au Nord, il serre sous son bras gauche une gerbe de blé mûr, et de l’autre il brandit une torche.

Un vrai rescapé de la grande tourmente, ce jeune coureur ailé ! La fonderie où il venait d’être coulé quelque part en France fut détruite de fond en comble par un bombardement. Seule la statue de bronze se trouva, par miracle, épargnée. On la dirigea en toute hâte vers un port de mer, où elle prit place dans la cale d’un navire à destination du Canada. Mais le vaisseau fut alors réquisitionné pour le transport de troupes américaines. Pendant deux années il sillonna les mers infestées de sous-marins, l’Esprit d’entreprise oublié dans son flanc, peut-être lui servant de bouclier… La guerre finie, sortant de sa cachette, il put enfin reprendre la route de Winnipeg.

En levant les yeux vers cette figure symbolique dominant la métropole de l’Ouest, comment tous les Canadiens qui se souviennent ne se sentiraient-ils pas le cœur gonflé d’espoir dans les destinées de leur pays ?…[1]

  1. C’est encore à Mme Pauline Boutal et à sa mère, Mme Le Goff, que je dois la plus grande partie des détails sur tant d’anciens de Saint-Boniface et de Winnipeg. Ont aussi contribué à cette documentation : MM. de la Giclais, Claude Buffet, Joseph Vermander, Hector Bergevin, Pierre Chabalier, Georges Taburet et Henri Létourneau.