Les Gaietés/Les J’ai

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les GaietésAux dépens de la Compagnie (p. 58-59).


LES J’AI.

Air : Il était une fille.


Un Picard franc et drôle,
De huit jours à Paris,
M’aborde avec des yeux contrits :
— Enfin Vénus m’enrôle,
Et mon cas est jugé.
Apprends tout ce que j’ai :
J’ai !…


J’ai vu fille agaçante,
Aux yeux noirs et hardis,
Aux reins souples et rebondis ;
Sa gorge est ravissante,
Son esprit dégagé
De tout vain préjugé.
J’ai !…

J’ai d’abord à la belle
Montré ma vive ardeur,
Et de ma bourse la rondeur.
J’ai vu soudain par elle
Mon amour partagé,
Et le compte arrangé.
J’ai !…

J’ai joui de ses charmes
Au moins jusqu’à deux fois,
Et j’ai bien raté jusqu’à trois.
C’est en versant des larmes
Que j’en ai pris congé,
Le cœur bien soulagé.
J’ai !…

J’ai la plus juste crainte
Depuis cet instant là.
Tiens, vois l’état où me voilà…
Vois d’une verte teinte
Mon linge endommagé…
Ah ! je suis enragé !
J’ai !…