100%.png

Les Historiettes/Tome 1/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Monmerqué, de Chateaugiron, Taschereau, 
A. Levavasseur
(Tome 1p. 143-154).


LE MARÉCHAL DE LA FORCE [1].


Nompar de Caumont, depuis maréchal et duc de La Force, étoit d’une bonne et ancienne maison de Gascogne. Il étoit à Paris à la Saint-Barthélemi, d’où il fut sauvé miraculeusement[2] ; car ayant été laissé entre les morts, un paumier s’aperçut qu’il vivoit, le retira et le conduisit à l’Arsenal, chez le vieux maréchal de Biron, son parent. Il reconnut bien ce grand service, et donna une pension à cet homme qui lui fut bien payée.

M. le maréchal de Biron lui donna sa fille en mariage. Cette fille étoit de la religion, pour avoir été élevée auprès d’une tante huguenote. Elle pouvoit avoir quinze ans et lui dix-huit. La première nuit de ses noces, elle fit la sotte, et ne voulut jamais laisser consommer le mariage. Cela mit ce jeune homme si en colère qu’il jura qu’elle le lui demanderoit. En effet, elle s’ennuya de n’en être plus sollicitée, et enfin on lui conseilla de dire à son mari : « Monsou, donnas de la sibade[3] à la caballe. » Il l’appela toujours mignonne, quoiqu’elle ne le fût pas autrement. Cinquante ans après, il convia ses amis pour renouveler ses noces, et donna ce jour-là le plus de sibade qu’il put à la caballe.

Lorsqu’il commandoit en Allemagne, il y a peut-être vingt-cinq ans, il galopa jusqu’à Metz pour y voir sa femme, et la prenant par de grandes peaux qu’elle avoit sous le cou, il la baisoit du meilleur courage du monde en disant : « Certes, mignonne, je ne vous trouvai jamais si belle. »

On raconte de cette femme qu’elle aimoit extrêmement les montres et se tourmentoit sans cesse pour les ajuster au soleil. Un jour elle envoya un page voir quelle heure il étoit à un cadran qui étoit dans le jardin ; mais l’heure qu’il rapporta ne s’accordant pas à sa montre, elle lui soutenoit toujours qu’il n’avoit pas bien regardé, et l’y renvoya par deux ou trois fois ; enfin le page, las de tant de voyages, lui dit : « Madame, quelle heure vous plaît-il qu’il soit ? » Elle fut si sotte que de le faire fouetter.

M. de La Force, comme vous pouvez penser, suivit Henri IV, et à la régence de la Reine-mère, il se trouva vice-roi de Navarre et gouverneur du Béarn. Il étoit le maître de tout, disposoit des charges et tenoit Navarreins. Le comte de Gramont en eut envie, et ne pouvant être ni vice-roi ni gouverneur, il voulut être sénéchal, chose au-dessous de lui. Il y eut bien du bruit ; mais quoique lui et le marquis, qui prenoit la querelle pour son père, et le comte, fussent assez éclairés, Théobon, gentilhomme huguenot, prit si bien son temps qu’il appelle le comte dans le Louvre, et ils eurent le loisir de se rendre sur le pré. Le marquis avoit le premier cheval qu’il avoit rencontré : on n’alloit guère en carrosse en ce temps-là. Mais le comte avoit un cheval d’Espagne et ne voulut jamais se battre à pied. Le marquis poussa son cheval, et ayant trouvé qu’il savoit un peu tourner : « Allons, dit-il, il ne faut plus marchander. » Il désarma bientôt le comte et alla séparer les autres. Le comte de Gramont, outre ce cheval d’Espagne, s’étoit de longue main fait accompagner par un gladiateur célèbre, nommé Termes.

Quand M. de Luynes entreprit la guerre contre les huguenots, M. de La Force se déclara pour eux. Théobon tenoit Sainte-Foy. Durant ces guerres on ôta le Béarn à M. de La Force, et le comte de Gramont eut le gouvernement, mais sans Navarreins, qu’on donna à Poyane. Ce gouvernement fut réduit au pied des autres gouvernemens ; on ôta aussi au marquis de La Force sa charge de capitaine des gardes-du-corps. En ce temps-là, madame la duchesse de La Force d’aujourd’hui étoit jeune et bien faite ; ce Théobon en étoit amoureux. Elle l’amusa, et lui laissa espérer tout ce qu’il voulut jusqu’à ce qu’elle l’eut obligé de donner sa place au marquis de La Force, son mari, et après elle le planta là. Cette femme a pourtant de la vertu. Elle a vécu admirablement bien avec la maréchale de Châtillon, sa sœur, quoique leur commune mère, madame de Polignac, n’eût jamais voulu consentir au mariage du marquis de La Force et d’elle, qu’elle n’en eût tiré auparavant quittance de la tutelle, où elle avoit beaucoup gagné, et avoit pris tous les meubles. Les parens, voyant que cette femme vouloit marier cette héritière au fils de Polignac, son second mari, s’en plaignirent à Henri IV, qui la maria avec le marquis de La Force.

Au siége de Montauban on élut, pour commander dans la place, le comte d’Orval, comme fils de duc et pair, et aussi pour obliger M. de Sully, son père. Puis, c’étoit élire en effet M. de La Force, dont ce comte avoit épousé la fille. Le beau-père étoit lieutenant de son gendre. On avoit donné au comte d’Orval un vieux capitaine pour se tenir auprès de sa personne et lui dire ce qu’il falloit faire. Or, un jour, comme les ennemis avoient attaqué un ouvrage avancé, le comte d’Orval, armé jusqu’aux dents comme un jacquemart, étoit encore à pied dans le fossé de la ville, que le vieux capitaine, qui n’étoit pas peut-être plus échauffé, le retint en lui disant : « Monseigneur, ne hasardez pas votre personne. » (Depuis, on appela ce vieux capitaine : Monseigneur, ne hasardez pas votre personne.) M. de La Force y entra tout à cheval ; de sorte que les mousquetades pleuvoient sur lui. Son second fils, nommé Castelnau, lui dit en l’arrêtant : « Monsieur, je ne permettrai pas que vous vous exposiez ainsi. » Le bon homme le repoussa fièrement et lui dit : « Castelnau, vous devriez faire ce que je fais. »

L’année que les ennemis prirent Corbie, le cardinal de Richelieu l’avoit toujours dans son carrosse, parce que le peuple l’aimoit[4]. Et quand on leva ici des gens si à la hâte, M. de La Force étoit sur les degrés de l’Hôtel-de-Ville, et les crocheteurs lui touchoient dans la main en disant : « Oui, monsieur le maréchal, je veux aller à la guerre avec vous. »

C’est une race de bonnes gens qui ont presque tous du cœur, mais qui n’ont point bonne mine. Le bon homme étoit bien fait, mais sa femme étoit fort laide. Ils n’ont jamais pu se défaire de dire : Ils allarent, ils mangearent, ils frapparent, etc., etc.[5]. Rarement trouvera-t-on une maison où l’on ait moins l’air du monde[6].

Ce n’est pas que le bon homme ne fût courtisan à sa mode, mais ce n’étoit pas des plus fins. Il fit une chose qui n’étoit guère d’habile homme. À la mort du cardinal de Richelieu, il s’en alla bien empressé au Louvre, et, s’approchant du Roi, lui dit tout bas : « Sire, M. le cardinal de Richelieu est mort certainement, mais on le cache à Votre Majesté. » Le Roi le lui fit redire pour se moquer de lui, en faisant semblant de le croire à peine, car il y avoit deux heures qu’il le savoit.

Quand M. d’Enghien gagna la bataille de Rocroy, le maréchal dit qu’il souhaiteroit de mourir comme étoit mort le comte de Fontaine, qui, fort âgé, fut tué à cette bataille.

Ce bon homme se vantoit tout haut de n’avoir jamais connu que sa femme. Sa tempérance lui conserva une santé admirable, presque jusqu’à la fin de ses jours. À quatre-vingt-deux ans il se voulut remarier ; depuis cela il n’a rien fait de raisonnable, et il avoit bon nez de souhaiter de finir comme le comte de Fontaine. Le bon Dieu lui eût fait une belle grâce, s’il l’eût retiré après avoir dit ce bon mot. Il y eut bien des disputes, car ses enfants ne se pouvoient résoudre à le laisser remarier, à cause que cela passoit pour une folie. Enfin, il épousa madame de La Tabarière, veuve d’un gentilhomme qualifié de Poitou, et fille de feu M. Du Plessis-Mornay. Ce mauvais exemple fit remarier bien des vieilles gens, comme madame de Coislin et autres ; et par hasard s’étant rencontré qu’on avoit fait quelques mariages inégaux en ce temps-là (vers le commencement de la régence), on disoit qu’il y avoit une influence pour les mariages ridicules.

Cette madame de La Tabarière étoit laide et austère, cependant il l’appeloit sa toute mienne. On disoit que pour lui plaire il ne lisoit que les livres de M. Du Plessis. Cette femme, soit que ses purgations eussent cessé, car elle étoit d’âge à cela, ou qu’elle fût devenue hydropique, s’imagina être grosse, et le crut d’autant plus qu’on lui avoit prédit qu’elle auroit un fils qui seroit maréchal de France. Elle avoit espéré l’effet de cette prédiction déjà deux fois, car elle avoit deux garçons, et elle les avoit vus tous deux commencer à porter les armes. L’aîné fut noyé au siége de Bois-le-Duc, et l’autre fut tué malheureusement l’année que les ennemis prirent Corbie. On faisoit garde dans tous les villages des environs de Paris, il revenoit avec Tilly, qui est mort depuis peu gouverneur de Colioure. Ce Tilly étoit ivre, cela lui arrivoit souvent ; il alla donner l’alarme en je ne sais quel village, et un paysan, à l’étourdie, donna un coup de carabine à La Tabarière, dont il mourut.

La mort de ce second fils la fit résoudre à se remarier. Le maréchal crut qu’elle étoit grosse, et l’écrivit à tous ses amis. À Charenton on disoit que c’étoit une nouvelle Sara. Mais le miracle n’étoit pas autrement nécessaire, car le maréchal pouvoit compter en fils et en petits-fils plus de vingt-quatre enfants. À la cour on disoit que c’étoit l’Antechrist. Enfin il se trouva qu’elle étoit presque hydropique, et au bout de trois mois elle en mourut en partie de regret. On a dit même que du dépit qu’elle eut de ce qu’on se moquoit partout de cette belle grossesse, elle fut trois semaines à ne prendre quasi rien, faisant accroire à sa femme-de-chambre qu’elle étoit dans un dégoût effroyable. Cette fille n’en dit rien à personne, parce que sa maîtresse lui disoit toujours que l’appétit lui reviendroit, et que cela fâcheroit M. de La Force s’il le savoit. Quoi qu’il en soit, les boyaux se rétrécirent, et elle en mourut.

Cette femme n’a jamais été très-raisonnable ; elle se prenoit fort pour une autre. Elle vit un jour dans un almanach : Mort d’un grand. « Hélas ! dit-elle, Dieu sauve mon père ! » Une fois, en voulant passer sur je ne sais quelle palissade, elle se fourra un pieu où vous savez. Ce pieu n’adressa pas pourtant si bien qu’elle n’en fût blessée. Elle vouloit, par une ridicule pruderie, que son mari la pansât, afin que le chirurgien ne vît rien ; il s’en moqua, et lui dit qu’elle allât se faire panser. Elle fit de si terribles lamentations sur la mort d’une fille bossue qui lui mourut, qu’on eût dit qu’elle avoit tout perdu ; cependant elle avoit encore alors deux garçons et deux filles. Son mari mourut avant ses fils ; c’étoit un homme assez fichu. Elle portoit son portrait couvert d’un crêpe noir dans son sein. Par ses grimaces elle s’étoit acquis la réputation d’une sainte. Une dame de Bretagne, dont j’ai oublié le nom, avoit fait mettre le portrait de son second mari au dos du premier dans une même boîte, et pleuroit encore tous les jours le défunt. Feu madame de La Case ôta de la chambre le portrait de son premier mari, M. de Courtaumer, quand elle se remaria avec La Case, frère de mademoiselle de Pons. Sa fille lui dit : « Hé ! maman, hé ! maman, que je le baise encore avant que vous l’ôtiez. » Elle disoit pour ses raisons que La Case étoit parent du Roi. Il étoit de la maison de Pons.

Le bon homme avoit voulu épouser auparavant la veuve d’un M. de La Forest, de Normandie, homme de qualité. Cette femme étoit de Montgommery, mais un peu trop galante pour un vieux Rodrigue. On en parla pourtant sérieusement, et pendant qu’on travailloit à l’affaire, madame couchoit toutes les nuits avec le petit Clinchamp de chez Monsieur. Enfin M. de Montlouet d’Angenne, comme voisin et ami de M. le marquis de La Force, lui en donna avis, et le bon homme fut détrompé par ce moyen.

Après il pensa à une femme de trente-deux ans, veuve du fils de M. d’Arambure, le borgne, qui avoit commandé les chevau-légers de la garde d’Henri IV. Cette femme étoit riche ; et parce qu’elle n’étoit fille que d’un trésorier de Navarre[7], il vouloit qu’elle lui donnât par contrat de mariage quarante mille écus ; mais quoiqu’elle fût fort ambitieuse, elle eut assez de cœur pour ne pouvoir se résoudre à accepter un mari de quatre-vingts ans.

En second veuvage, il devint amoureux de la comtesse d’Adington[8], veuve depuis un an, aujourd’hui la comtesse de La Suze, dont nous aurons bien des choses à dire en un autre endroit. En ce dessein il en parle lui-même à la mère, madame de Châtillon, car le maréchal étoit mort. Cette dame lui remontra qu’il n’y avoit nulle proportion dans l’âge, et que cette jeune veuve pourroit être l’arrière-petite-fille de celui qui la vouloit épouser. Se voyant désespéré d’avoir la fille, il s’adressa à la mère ; elle le remercie et lui dit qu’elle avoit juré de ne se remarier jamais. Le bon homme en eut une telle affliction que sur l’heure il en tomba en défaillance et s’en retourna très-mal satisfait.

Il avoit quatre-vingt-neuf ans quand il pressa plus que jamais ses enfants de le laisser remarier, alléguant que ne pouvant plus courir le cerf (il l’a couru jusqu’à quatre-vingt-six ans) et n’ayant plus d’emploi (car il en eût pris encore volontiers), il lui étoit impossible de demeurer seul à la campagne ; qu’à la cour il avoit des sujets de fâcherie (l’année auparavant il avoit été trois heures au soleil sur ses pieds à Fontainebleau, en attendant le cardinal Mazarin, et se tint un gros quart-d’heure découvert quand il passa). Il disoit que Dieu n’y seroit point offensé, et que ses enfants n’en seroient pas plus pauvres. Enfin il raisonnoit assez pour faire une seconde sottise, et nos ministres[9], qui sont de fort pauvres gens, disoient qu’il falloit mieux le laisser marier que le laisser brûler. Ma foi, je pense que c’étoient de grandes ardeurs que les siennes ! Ces vieux fous-là sont ravis du passage de saint Paul, et de pouvoir dire : Dieu n’y est point offensé, comme si le scandale n’offensoit point Dieu. Hé ! n’est-ce point une chose ridicule qu’un homme ne se puisse contenir à cet âge-là ? Pour moi, cela me scandalise, et cela est de mauvais exemple. Plusieurs vieilles femmes catholiques lui ont voulu donner de l’argent pour l’épouser, afin d’avoir le tabouret. À la vérité, c’étoient toutes femmes de la ville, qui, pour l’ordinaire, ont toutes plus d’ambition que les autres. Mais il n’y voulut jamais entendre. Il y en a qui ont cru qu’il ne disoit tout cela que pour obliger ses enfants à lui en offrir vite une Huguenotte. Enfin on lui proposa la veuve d’un gentilhomme hollandais, nommé Langherac, qui avoit été ambassadeur en France. Cette femme étoit pourtant Françoise et sœur du marquis de Gallerande, de la maison de Clermont d’Amboise. Mais le propre jour qu’il signa les articles, il alla trouver auparavant madame la maréchale de Châtillon pour lui offrir, mais en vain, la préférence. Cette madame de Langherac étoit hors d’âge d’avoir des enfants. On admiroit sa destinée pour le tabouret. Elle l’avait eu comme étrangère en son pays, et maintenant elle le recouvre en épousant un homme de quatre-vingt-dix ans, qui est un âge où l’on songe rarement à se remarier. Il faut aussi admirer la destinée du bon homme à être cocu au moins une fois en sa vie. Il l’écrivit à madame de La Forest, mais il y a toutes les apparences du monde que Cumont, le conseiller, homme d’esprit, qui de tous temps étoit le galant de madame de Langherac, n’aura pas perdu une si belle occasion de coucher avec une duchesse. C’est ce même M. de Cumont qui étoit si avare qu’il est mort dans son pourpoint, faute d’une chemisette.

On dit que le bon homme, le jour de ses noces, fit demeurer ses gens dans sa chambre, pour être témoins comme il avoit consommé le mariage. On ajoute qu’il les fit aussi appeler le lendemain matin. Cette troisième femme ne dura guère plus d’un an. De regret, le maréchal quitta La Force, et se retira à une autre maison qu’on appelle Mucidan, pour y faire le beau ténébreux[10].

Le bon homme, depuis la mort de sa femme, se laissa gouverner par Castelnau, son second fils ; et parce que le marquis n’a qu’une fille, aujourd’hui madame de Turenne, il fit tous les avantages à ce second fils et aux siens, et ses belles dispositions ont mis bien des procès dans la famille, que le marquis, depuis la mort de son père, a tous gagnés.

Le bon homme, à quatre-vingt-douze ans, eût bien voulu se remarier pour la quatrième fois, mais le bruit couroit, disoit-on, qu’il devoit avoir encore deux femmes, et personne ne vouloit être la première.

Cela me fait souvenir d’une madame de Pibrac, à qui le parlement de Paris fit défense de se remarier pour la septième fois, et elle avoit été veuve dix-neuf ans après la mort de son premier mari. Il y avoit soixante-onze ans qu’elle l’avoit épousé.

En 1652, comme si ce bon homme n’avoit pas fait assez d’extravagances de son chef, à la suscitation de Castelnau, qui tenoit pour certain que M. le Prince seroit duc de Guyenne, et que par son autorité il gagneroit tous ses procès, il se déclara pour M. le Prince. Il mourut bientôt après, non sans témoigner bien du regret d’avoir fait cette sottise. Il sera assez parlé de cela dans les Mémoires de la régence.

  1. Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, né vers 1559, mort le 10 mai 1652.
  2. On trouve dans le Mercure de novembre 1765, des Mémoires du maréchal de La Force, où il retrace les événements dont il fut, dans cette journée, témoin et acteur. Voltaire en a donné un extrait dans les pièces justificatives, à la suite de la Henriade.
  3. Sibade, avoine.
  4. En 1636. « On n’entendoit que murmures de la populace contre le cardinal, qu’elle menaçoit comme étant cause de ces désordres ; mais lui qui étoit intrépide, pour faire voir qu’il n’appréhendoit rien, monta dans son carrosse, et se promena sans gardes dans les rues, sans que personne lui osât dire mot. » (Mémoires de Montglas, dans la Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, deuxième série, tom. 49, pag. 126.)
  5. Ancienne locution du midi que l’on retrouve dans tout ce qui reste de manuscrits originaux de Brantôme.
  6. Comme il étoit devant Renty, en Flandre, il dit à M. de Castelnau, son fils : « Castelnau, vous vous êtes tout rouillé dans la province. » Ce Castelnau fut commandé pour escorter les femmes avec douze cents chevaux et dix-huit cents hommes de pied. Le voilà en bataille ; il prononce lui-même le ban que personne, sous peine de la vie, n’eût à sortir de son rang ; il n’eut pas plus tôt achevé qu’un lièvre vint à partir. Au lieu de retenir ses gens, il crie le premier : Ah ! lévrier ! tout le monde le suit, on prend le lièvre. Après il tâcha de rallier ses gens, et crie : Ah ! cavalerie ! plus fort qu’il n’avoit crié ah ! lévrier ! Mais il n’y eut jamais moyen, et si l’ennemi eût donné, c’étoit une affaire faite, tous les équipages étoient perdus. Dans le conseil de guerre en cette même campagne, il opina ainsi : « Je suis d’avis que nous nous retirions ; j’avois de l’avoine, je n’en ai plus, il faut s’en aller. » Cet homme-là, cependant, avec cent mille livres de partage, a si bien fait qu’il a marié trois filles de quatre qu’il avoit, l’une à M. de Ravailles, aîné de sa maison, premier baron de Béarn ; la seconde au comte de Lauzun, et la troisième au marquis de Montbrun, tous grands seigneurs. (T.)
  7. M. Tallemant, père du maître des requêtes. (T.)
  8. Henriette de Coligny, petite-fille de l’amiral, avoit épousé en 1643 Thomas Hamilton, comte de Hadington. Devenue veuve après quelques années de mariage, elle contracta une nouvelle alliance avec le comte de La Suze. On a d’elle des poésies assez remarquables qui ont été publiées dans un Recueil qui en contient beaucoup de Pélisson, de mademoiselle de Scudéri et de bien d’autres.
  9. Les ministres protestants de Charenton. Tallemant étoit de la religion réformée.
  10. Allusion à Dom Quichotte de la Manche.