Les Petits poèmes grecs/Notes/Sur les Isthmiques

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

NOTES SUR LES ISTHMIQUES.



ISTHMIQUE Ire.

1. Hérodote était fils d’Asopodore et originaire d’Orchomène. Quelques dissensions civiles l’obligèrent à quitter Thèbes et à se retirer à Orchomène ; mais peu après il revint à Thèbes, et il occupa un rang honorable parmi ses concitoyens.

2. Le scholiaste raconte que Pindare, ayant été engagé par les habitants de l’île de Cos à composer un hymne en l’honneur de la naissance d’Apollon à Délos, suspendit son travail pour célébrer la victoire remportée par son compatriote Hérodote.

3. De Géryon. Géryon, roi d’Érythie (que l’on croit avoir été en Espagne) était un géant à trois corps régis par une seule âme. Il nourrissait ses bœufs de chair humaine. Le poëte a mis le pluriel pour le singulier en parlant de son chien, car la fable ne fait mention que d’un seul chien de Géryon ; mais ce chien, nommé Orthrus, avait deux têtes.

4. L’Eurotas coulait à Lacédémone.

5. Le fils d’Iphiclès. C’était Iolas.

6. Le fils de Tyndare. C’est-à-dire Castor.

7. Oucheste, ville de Béotie, consacrée à Neptune ; elle était située sur le bord méridional du lac Céphise. Homère en parle au 2e chant de l’Iliade : "Et la divine Oucheste consacrée à Neptune."

8. Orchomène, autre ville de Béotie, célèbre par ses richesses ; elle était située sur le bord oriental du Céphise.

Oud’ os es Orchomenon potinessetai, oud’ osa Thêbas
Aiguptias othi pleista domois en ktêmata keitai
Oud’ ei moi tosa dolê. .
(Iliade, ch. 9-382.)

"Me donnât-il tout ce que le commerce apporte de richesses dans Orchomène ou dans Thèbes, la capitale de l’Égypte, dont les maisons sont remplies d’immenses trésors…"

9. Orchomène nommée par Homère la Minyenne, pour la distinguer des autres villes du même nom ou parce que ce fut dans cette Orchomène que le roi Minyas et ses descendants fixèrent leur résidence.

10. Éleusis, ville de l’Attique, entre Athènes et Mégare.

11. L’Eubée (aujourd’hui Nègrepont), grande île de la mer Égée, à l’ouest de la Béotie.

12. Protésilas, fils d’Iphiclès. Il périt au siège de Troie, et on lui éleva un tombeau à Phylacée en Arcadie, près la source de l’Alphée.

13. Horace a dit :

Nullus argenta color est avaris
Abditae terris, inimice lamnae
Crispe Salusti ; nisi temperato
Splendent usu
(Horace, Ode 2, liv. 2)

ISTHMIQUE II.

14. Cette ode composée en l’honneur de Xénocrate est adressée à son frère Thrasybule. Callistrate raconte que Xénocrate ayant offert à Pindare une somme peu proportionnée à son travail, celui-ci s’en vengea en adressant son hymne à Thrasybule. Le début semble confirmer ce récit.

15. Aristodème était de Sparte. Pindare l’appelle Argien peut-être parce qu’il regarde Argos comme la capitale de tout le Péloponnèse ou bien parce que les Argiens avaient comme les Lacédémoniens le mérite de la concision.

16. Érechtée était roi d’Athènes et père de Cécrops.

17. Nicomaque, écuyer de Xénocrate.

18. Les fils d’Énésidame, Théron et Dinomène.

19. Le Phase, fleuve de la Scythie, pays très froid.

20. Le Nil, fleuve d’Égypte coulant sous un ciel brûlant.

21. Nicasippe était sans doute un messager dépêché tout exprès par le poëte vers Thrasybule pour lui remettre son hymne.

ISTHMIQUE III.

22. Mélissus descendait d’OEdipe par sa mère.

23. Les Labdacides, descendants de Labdacus père de Laius, qui donna naissance à OEdipe.

ISTHMIQUE IV

24. Les Kléonymides. Nom de la tribu à laquelle appartenait Mélissus.

25. Les ancêtres de Mélissus avaient disputé des prix aux grands jeux panagurioi, panellanês agônes, mais ils n’en avaient point obtenu.

26. Virgile suppose Orion d’une taille démesurée quand il dit :

. . . . . Quam Magnus Orion
Cum pedes incedit medii per maxima Nerei
Stagna viam scindens humero super eminet undas.

27. Oportet quidlibet facientem obscurare hostem. Tout est bon contre un ennemi. Virgile a dit : Dolus an virtus, quis in hoste requirat ?

28. Horace a dit :

Romulus et Liber pater et cum Castore Pollux
Post ingentia facta, deorum in templa recepti
Dum terras, etc. (Epist., lib. 2, 1.)

Et ailleurs :

Dignum laude virum Musa vetat mori
Caelo Musa beat ; sic Jovis interest
Optatis epulis impiger Hercules.
(Lib. 4, ode 8.)

29. La porte d’Électre. L’une des sept portes de Thèbes, près de laquelle les Thébains immolaient à Hercule des enfants de Mégare.

ISTHMIQUE V

30. Thias. Hésiode rapporte dans sa Théogonie que cette déesse unie à Hypérion donna naissance à la Lune et au Soleil. Son nom vient sans doute de theomai (je vois) ou de thea (spectacle).

31. Oïnée était roi de Calydon et père de Méléagre et de Tydée, fameux parmi les anciens héros de la Grèce.

32. Le Caïque. Fleuve de Mysie que les Grecs étaient obligés de traverser pour arriver à Troie. Télèphe leur refusa le passage, et les ayant attendus dans une embuscade, il les mit tous en fuite, à l’exception d’Achille et de Patrocle. Télèphe blessé de la main d’Achille consulta l’oracle de Delphes, qui lui répondit qu’il ne pouvait guérir que par le même javelot qui l’avait blessé. Cette réponse détermina le roi de Mysie à faire sa paix avec le fils de Pélée, qui appliqua sur la blessure la rouille de son javelot avec des simples que le centaure Chiron lui avait fait connaître.

33. Salamine, île du golfe Saronique, en face d’Athènes et près de laquelle se livra la fameuse bataille navale contre Xerxès. De tous les alliés d’Athènes les habitants d’Égine furent ceux qui fournirent un plus grand nombre de vaisseaux.

ISTHMIQUE VI

34. Le fils de Cléonicus, c’est-à-dire Lampon.

35. Tu l’appelleras Ajax. Pindare suppose ici que le nom d’Ajax vient du mot aietos (aigle).

36. Les Argiens comme les Lacédémoniens (Voyez notes de la 2e Isthmique) passaient pour s’exprimer avec brièveté et concision.

37. La tribu des Psalychiades. Tribu d’Égine à laquelle appartenait Phylacidas.

38. Thémistius, un des ancêtres de Phylacidas.

39. La pierre de Naxos.

… Fungur vice cottis acutum
Reddere quae ferrum valet, exors ipsa secandi.
(HORACE. Art poét.)

En effet Lamon par ses conseils et ses exemples aiguisait le courage des autres athlètes.

ISTHMIQUE VII

40. Se métamorphoser en pluie d’or. Le poëte confond ici, peut-être à dessein, les amours de Jupiter tant avec Danaé qu’avec Alcmène.

41. Ou ces héros qui naquirent tout armés, etc. Spartôn vient de spéirô (semer). Il désigne donc les Thébains, dont les premiers étaient nés des dents du dragon semées par Cadmus.

42. Sous la conduite des AEgides, etc. La tribu des Aegides, originaire de Thèbes, s’était unie aux Héraclides partant pour la conquête du Péloponnèse et s’était distinguée dans cette expédition.

43. Dans ta course oblique. Loxias, surnom d’Apollon soit à cause de l’obscurité de ses oracles, soit à cause de l’obliquité de sa course.

ISTHMIQUE VIII

44. Malgré la douleur qui m’accable. Cette ode fut composée immédiatement après la bataille de Salamine, où il est probable que Pindare avait perdu plusieurs de ses amis ou de ses proches.

45. Les plus jeunes des filles d’Asopus. Le fleuve Asopus eut vingt filles ; selon la fable, les plus jeunes furent Thèbes et Égine.

46. L’île d’OEnopie. "Les anciens la nommèrent OEnopie, mais Éaque changea ce nom en celui de la nymphe Égine, sa mère."

OEnopiam veteres appellavere, sed ipse
Eacus, Aiginam genitricia nomine dixit.

(Ovide, Métam. liv. 8.)

47. Les vierges de l’Hélicon vinrent pleurer sur sa tombe. (Voyez Homère, Odyssée, chant 24.)

48. En l’honneur d’Alcathoüs. Un lion furieux dévastait le Cithéron ; Alcathoüs, fils de Pélops, le tua et institua des jeux pour perpétuer le souvenir de sa victoire ; ils se célébraient à Épidaure.